[Blog] Souris à la vie, Deyra !

Par dans

Ivan Deyra Blog

Il faut le savoir : en tournoi, un joueur de poker professionnel atteint les places payées en moyenne 15/20% du temps, et gagne peut-être entre 1 et 3% des tournois qu'il joue (statistiques à la louche qui varient selon l’edge, le nombre de participants, etc..). Je suis bien placé pour l'affirmer : l’accumulation des frustrations, d’inégalités, d’injustices fait partie du quotidien d’un joueur de poker. Beaucoup d’interrogations et d’incertitudes peuvent venir perturber notre esprit. A-t-on vraiment bien joué ce coup-là ? N’y avait-il pas mieux à faire ? Pourquoi ne suis-je pas récompensé alors que j’ai mieux joué que mon adversaire ? Afin de surmonter tout cela, un changement d’état d’esprit et de philosophie est primordial.

Tout d’abord il faut accepter et comprendre cette satanée « variance » dont on entend parler à tout bout de champ. Et pour l'accepter, il faut se doter d'un mental de champion. Le principal étant de toujours se concentrer sur le long terme, tout en essayant de prendre les meilleurs décisions possibles sur le moment présent. En d’autres termes, faire moins d’erreurs que ses adversaires, et faire moins d'erreurs de façon constante dans le temps. En outre, le but est de toujours rester optimiste, positif, enthousiaste, peu importe l’issue du tournoi ou de la session. Pouvoir transformer toutes les pensées négatives qui nous viennent à l’esprit en pensées positives, c'est une force incroyable. Et ce n’est qu’avec un gros travail sur soi-même et de l’expérience que s’acquièrent la gestion et l’acceptation de nos émotions.

Relativiser, se concentrer uniquement sur ce que l’on peut maîtriser (à savoir : la qualité et la justesse de ses propres décisions), voilà maintenant plusieurs années que c’est l’état d’esprit que j’essaie d’avoir. Et ce que je peux vous dire, c’est que ma vision des choses dans la vie de tous les jours a beaucoup évolué depuis. Dans le bon sens, hein ! Pour que vous compreniez mieux où je veux en venir, on va partir sur une petite série d’anecdotes et d’exemples.

« Tu vas la bouger ta m**** ! »

Near Car Crash

Prenons une situation que nous avons tous vécu : quand une voiture devant toi n’avance pas d’un caramel. Dans le fond, tu n’es pas pressé et tu sais qu'arriver deux minutes plus tôt ou plus tard ne va rien changer du tout. Mais inconsciemment, tu arrives à te persuader qu’il faut que le gonze devant avance plus vite, ou que tu le doubles illico presto. En clair, à l’intérieur, ça bouillonne. C’est la mentalité de beaucoup de Français : être toujours pressé, sans même parfois savoir pourquoi. Je me rappelle d’une fois avec mon frère,  innocemment posés à l’arrière de la voiture de mon tonton, avoir eu le privilège d'entendre celui-ci balancer un bon gros « Tu vas la bouger ta m**** ! », d’une spontanéité et d’une sincérité incroyables. Mon oncle avait plutôt un tempérament calme et déconneur, mais là on a bien senti que ce n’était pas le moment de lui adresser la parole. Bon, intérieurement on pleurait de rire avec le frérot.

Depuis, il m’est aussi arrivé de balancer une petite insulte gratuite au volant – comme pas mal de monde, j'imagine – mais aujourd'hui, ce genre de situations ne me fait plus rien. Après une ou deux grandes respirations, le calme prend le dessus. Car en définitive, je ne peux pas maîtriser ce que fait le mec ou la nana devant moi. Idem à la table de poker : je n'ai guère de prise sur les actions et décisions adverses, je me concentre uniquement sur ce qui est en mon contrôle. Rester derrière la voiture dans le plus grand des calmes, prendre un Tic-Tac, et patienter : le quotidien est tout de même plus agréable lorsque l'on ne se rajoute pas ce genre de stress inutile.

"On va tous mourir !"

Pauleta Célébration

Je sens que vous kiffez les exemples, alors on continue ! Un jour, on faisait le vol Bordeaux – Londres avec les fratus Romain Lewis et Adrien Delmas. Sous les coups de 20 heures, la triplette magique tempête-brouillard-pluie nous tombe dessus : le cocktail parfait pour un atterrissage aux petits oignons. Plus on s’approchait du sol, plus l’avion tanguait. On était morts de rire en imaginant les gens au sol observer l’avion bouger dans tous les sens et se dire « Haha, mais regarde ça, il est complètement bourré le pilote ! » Même la célébration de Pauleta (ci-dessus) ou la danse de Matuidi Charo étaient plus stables.

En jetant un œil au reste des passagers, je vois qu'ils sont tous en sueur, dans un stress incroyable. Un mec à côté était en train d’envoyer un SMS à sa meuf pour dire qu’on allait tous mourir (le meilleur truc à faire si on a envie de bien semer la panique) ! Sans ce que m'a apporté le poker, j’aurais sûrement réagi de la même manière qu’eux. L’idée est la même : je ne peux rien maîtriser ici, je prends des grandes respirations, et je reste calme - en me rappelant que les statistiques sont très, très, très laaaaargement en la faveur d'un atterissage sans encombres (Enfin bon, il a quant même failli tous nous tuer le bougre !).

À mort l'arbitre

À mort l'arbitre

J’ai comme l’impression que toi lecteur, grand sportif de haute voltige que tu es, connais aussi cette situation : celle où l’arbitre prend une mauvaise décision contre toi. Tu es sanctionné à tort, victime d’une injustice. La réaction instinctive est l’énervement, la frustration, l’envie de montrer que tu as raison, que tienes razón comme dirait Adrián. Mais le fait est que sa décision est prise : l’incendier ou le traiter de tous les noms ne changera rien à la situation. Cela ne peut même que l’empirer. C’est une perte d’énergie sur un facteur non maîtrisable. J’admire le type capable de rester sans réagir, de garder sa concentration, qui retourne se positionner direct, en beau gosse ultime.

Au poker, ce genre de situation arrive souvent aussi. Prenons l’exemple où le pot du chiplead nous file entre les doigts sur un deux outer river alors qu'il reste douze joueurs dans le Main Event. On se retrouve dernier avec dix petites blindes mais on est encore en course pour la gagne, alors continuons à donner le meilleur de nous-même ! Pouvoir partir la tête haute est déjà une victoire. Bon, on ne va pas se mentir, si tu as misé 2 000 balles sur un match et que l’arbitre flingue ton pari à cause d’une erreur à la 95e, il faut sûrement être inhumain pour rester calme et ne pas réagir.

Ivan Deyra SISMIX

Clairement, j’aurais aimé connaître davantage ces notions-là étant plus jeune. Comme à l’école, où le système nous fait nous focaliser sur le fait d’avoir une meilleure note que notre voisin. Notre attention se concentre avant tout sur le résultat instantané – la note – plutôt que sur le fait de progresser, comprendre, corriger nos erreurs et savoir quels moyens mettre en place pour devenir meilleur.

Ce qui est sûr c’est que le poker m’a fait prendre conscience d’un tas de choses, dont celles-ci. Et maintenant je me sens moins stressé, bien plus relaxé, détendu, zen, serein dans la vie de tous les jours. Je me suis rendu compte que rester dans l’instant présent et kiffer chaque moment que la vie peut nous proposer est surement la clé du bonheur et du bien-être.

Je suis convaincu que, toi aussi lecteur, tu as des exemples ou situations de vie qui te sont venues en tête, ou qui te feront penser à ça à l’avenir. N’hésite pas à venir les partager sur les réseaux sociaux ou Wam-Poker. Si ma vision des choses peut te faire ouvrir les yeux sur certains points, tu m’en vois ravi. Pour la peine, je te souhaite tout le meilleur pour 2018 !

En ce qui me concerne, je n’ai jamais été aussi serein avant d’entamer une année ! Au programme : travailler, grinder online, me la croustiller, travailler, jeter les As, open-shove des paires de 2, travailler, faire des chants de mutants pour soutenir les copains dans le rail, soulever des trophées, travailler, devenir meilleur, aller chatouiller l’élite mondiale, et travailler un peu aussi.

On se retrouve dès maintenant sur les tables des Winamax Series ! Il ne va pas se gagner tout seul ce 4e titre. Mieux encore je vais pouvoir le gagner le 15 janvier, en direct avec vous, dans Top of the Pok, sur la toute nouvelle Winamax TV ! Eh oui, soirée de mutants en perspective avec des nouveautés au programme ! Bon, j’en ai trop dit, je file.

Des bisous !


ValueMerguez

Ivan a tout gagné sur les tables de Winamax, mais il a encore faim.

Suivez ValueMerguez sur FacebookSuivez ValueMerguez sur Twitter