[Blog] Que les bracelets soient

Par dans

Romain MonteCarlo
J’emprunte les mots de mon collègue vietnamien poète pour le titre de mon premier blog. J’ai envie d'écrire la belle histoire du Team Winamax comme celle d’un groupe soudé, au sein duquel chacun pioche à droite, à gauche, et apprend les uns des autres. Ainsi, je me sers parmi les illusions et les rêves de Pierre, à défaut de le suivre dans les boîtes et les soirées aux quatre coins du monde. Mais promis, je fêterai les résultats avec lui, selon ses désirs.

Je suis assis au beau milieu du grand salon de notre villa à Vegas, accompagné de Sylvain, Volatile, Davidi et Ivan et quelques autres très bons amis. J’ai eu la chance de les rencontrer au cours de deux années fantastiques vécues sur le circuit professionnel, au terme desquelles j'ai intégré le Team Winamax. La joie et la fierté exprimées sur les réseaux sociaux sont impossibles à coucher sur le papier. Les félicitations, les sourires et les fêtes partagés avec mes proches resteront des émotions gravées dans ma mémoire.

Je partage ma chambre avec Louis Linard, un de mes meilleurs amis dans le monde du poker. Il m'explique que passer quarante jours à Vegas est une aventure intense, éprouvante mentalement et physiquement. Il est donc très important de s’entourer des gens dont on se sent proche. Il me reste une heure avant le début de mon tout premier WSOP et l’excitation est (forcément) présente. Il me tarde de monter de belles piles de jetons, comme celle que je ne pouvais voir que sur Youtube ces sept ou huit dernières années.

Avant toute excitation, il y a surtout de la préparation. Dans ce billet, je vais vous présenter mes objectifs au sein du Team et dévoiler les détails qui peuvent faire la différence pour décrocher un résultat satisfaisant.

Une vie un peu décalée.

Vivre de sa passion est une des meilleures choses qu’on puisse souhaiter. Je suis vraiment heureux quand je prends du recul sur ma situation. Malheureusement, mon « métier » n’est pas toujours facile à comprendre pour la plupart des gens qui évoluent en dehors de notre microcosme. Mon objectif est aussi de pouvoir partager mes ressentis, mes ambitions et mes motivations avec les personnes extérieures qui croient en moi : mes amis proches et bien sûr ma famille.

Romain SISMIX
J’ai très vite compris qu’abandonner le cursus scolaire « standard » et l’idée d’avoir un diplôme pour me lancer dans ma passion nécessiterait de décupler les efforts. Je ne m’imaginais pas passer mes journées à m’amuser et glander pendant que mes amis seraient en plein concours pour les meilleures écoles françaises.

Ce simple jeu de cartes qui nous vient du Texas m’a permis de rencontrer une multitude de personnes d’horizons différents, avec chacune son approche du jeu, ou même de la vie. J’ai emprunté dans l’expérience des uns et des autres et je me suis fait ma propre vision, dans un coin de ma tête. J’écoute et j’ingurgite tout ce qu’on me dit, mais je fais des choix qui me sont propres.

Un métier facile ?

Le poker est ma motivation principale, donc je fais pour tout pour en grimper les échelons et me hisser au sommet de son système pyramidal. Il faut se fixer des objectifs qui évoluent avec le temps, et je souhaite partager avec vous mes anciens et mes nouveaux objectifs, ainsi que les moyens d’y parvenir.

À mes yeux, la vie d’un joueur de poker s’apparente à celle d’un sportif de haut-niveau, en remplaçant l’entraînement physique par celui du mental. J’évolue dans ce milieu depuis maintenant un peu plus de deux ans, et je me rends progressivement compte que la chance n’est qu’une partie infime de ce métier.

IvanSportif
Même si les destins des uns semblent affectés par un simple coup de cartes, la répétition, la persévérance, la patience et le travail porteront toujours leurs fruits. La principale difficulté à surmonter est le sentiment de solitude face à une multitude de paramètres à optimiser pour rester performant sur le long terme..

C’est d'ailleurs la raison pour laquelle intégrer une « équipe » permet à un joueur d’extraire le meilleur de lui-même. La préparation, le travail technique et mental sont les clés de la réussite à côté desquelles il ne faut pas passer : un simple coaching technique ne suffit pas forcément.

Mon premier objectif est donc de continuer à travailler ma condition physique et mentale. J’ai accepté de ne pas vivre la même « jeunesse » que beaucoup de personnes de mon âge. J’apprends à voir le bon côté des choses et à vivre mes propres expériences. Pour l’instant, "rien de rien, non, je ne regrette rien".

Devenir le meilleur du monde ?

Au risque de vous décevoir : mon objectif n’est pas d’être le meilleur joueur de poker de tous les temps, tout simplement car il faudrait que j'y consacre ma vie entière. Dans une récente interview, Fedor Holz rappelle que c’est sa principale motivation. Pour cela, il n’a pas pris de vacances et travaillé huit heures par jour, pendant deux ou trois ans.

J’ai besoin de passer du temps avec les gens que j’aime. Si je m’enferme trop dans un domaine, je risque de craquer ou de perdre tout le plaisir que j’en retire. Je souhaite devenir le meilleur, mais avant tout rester moi-même. Je reste conscient que dans cinq ou dix ans, je vais peut-être me lasser ou me passionner pour un autre sujet.

RomainBulleSISMIX
J’envisage mon avenir comme une carrière professionnelle sportive : rester au top quelques années et en ressortir avec un bagage financier qui balance le sacrifice de mes diplômes. Quand j’aurais la trentaine, mes objectifs seront peut-être différents, et j’aspire à avoir une vie plus posée, avec moins de temps à consacrer au poker.

Même si devenir le meilleur joueur du monde me paraît mission impossible, je conserve des objectifs ambitieux. Je me suis fixé des challenges avec les membres du Team Winamax : actuellement sixième du classement GPI France, j’ai l’intention de détrôner Sylvain Loosli en première place d’ici 2018, ainsi que de gagner la course GPI France d’ici la fin de l’année. Je suis actuellement dans les meilleures dispositions pour y arriver, entre mon arrivée récente dans le Team et le bon rythme quotidien instauré avec mes colocataires.

Un sport d’élus ? De chanceux ?

Un conseil primordial que je peux vous donner : il faut savoir s’entourer. On a trop souvent tendance à se comparer aux autres quand on parle de nos résultats. Peu de personnes sont pourtant réellement affectées par notre réussite (ou manque de réussite).

Vous jouez pour vous, pas pour les autres, ni pour prouver quoi que ce soit à quiconque. Aujourd’hui, je pense au moins à cinq personnes (et j'en oublie beaucoup) qui m’entourent et qui sont indispensables à mes progrès et à mon équilibre.

RomainFun
Rien n’est inné dans le poker : croyez en vous, et également en les autres. Au lieu de vous réfugier derrière des excuses de malchance, réfléchissez à ce que vos proches peuvent vous apporter. Vous serez alors déjà sur la bonne voie pour accomplir tous vos objectifs, dans le poker et en dehors.

Je vous donne rendez-vous très vite pour un nouveau billet. En attendant, la bonne bise, et je vous retrouverai sur les tables de Winamax dès la fin des WSOP.


rLewis

Le plus jeune joueur du Team enchaîne les résultats live et online. Et il ne compte pas en rester là !

Suivez rLewis sur FacebookSuivez rLewis sur Twitter