[Blog] Plus prêt que jamais

Par dans

En janvier 2017, je fêterai mes trois ans au sein du Team Winamax. Trois ans à jouer une bonne partie des plus gros tournois internationaux, avec un objectif principal : remporter un titre majeur. Un Main Event ou Highroller du circuit EPT, un Main Event WPT, ou un bracelet WSOP.

Je suis encore à la poursuite de cet objectif. C'est clairement ce qui me motive le plus à moyen terme, ce qui me donne envie d'être le meilleur à chaque fois que je joue, que ce soit en live ou online. La plupart de mes choix de vie vont dans ce sens, et doivent m’aider à être totalement prêt et confiant lorsque je serai en position d'atteindre ce but. Étant donné la variance inhérente au live, les occasions sont rares et il faut tout faire pour être mieux préparé que ses adversaires le Jour J.

Plus affûté qu'en 2014

Lorsque j'ai formulé ce désir pour la première fois, lors du séminaire annuel du Team, j'étais loin d'être prêt. Malgré ma victoire sur un tournoi annexe à Deauville dès mon arrivée dans le Team, j'avais alors encore beaucoup trop de lacunes au niveau de la compréhension de mes émotions et de mon comportement en live. Côté technique, je travaillais peu mon jeu et j'étais encore en phase d’adaptation du online au live. Enfin, en tant que régulier du ".fr", je n'étais pas non plus habitué à affronter régulièrement les meilleurs joueurs étrangers.

Sur ce dernier point, ce n’est que depuis quelques mois que je commence à réellement me sentir à l'aise et au niveau des réguliers étrangers. Les informations et l'expérience acquises à force de discussions au sein du Team aident beaucoup, ainsi que les échanges avec certains Français qui jouent depuis des années contre les top regs mondiaux du ".com". Sachant que ces mêmes joueurs fréquentent assidument le circuit live, toute info sur eux est précieuse.

De manière générale, je me sens clairement mieux préparé qu'il y a trois ans pour atteindre cet objectif. Techniquement, mon jeu est en place : je n'ai jamais autant travaillé qu'en ce moment. Discussions Skype, examens d’anciennes sessions, analyses de vidéos ou tout simplement échanges verbaux : je mets toutes les chances de mon côté.

Un gros travail mental

Mentalement, le travail que l'on fait depuis deux ans avec Pier Gautier et Stéphane Matheu m’aide énormément, notamment à remettre en question certaines de mes idées reçues.

Un point qui m’a particulièrement marqué dernièrement et sur lequel j’ai beaucoup réfléchi est l’estime de soi, c’est à dire la manière dont on se perçoit soi-même par rapport à un système de valeurs. Le fait d'avoir une estime de soi positive est un avantage certain au poker, comme dans de nombreux domaines. L'image que l'on se fait de soi conditionne notre confiance, notre auto-analyse et bien évidemment nos comportements. Pour un joueur de poker, avoir une estime de soi négative peut engendrer une perte de confiance rapide en son jeu, une mauvaise évaluation de ses compétences et de son niveau ou encore une dévalorisation face à des joueurs que l'on considère meilleurs.

Une donnée aux implications multiples et qui mériterait bien plus que quelques lignes. Peut-être même un article de blog à part entière. Une chose est sûre, garder cet élément en tête m’a aidé à bien gérer certaines situations lors de mes derniers tournois, à commencer par l'EPT Malte où j'ai terminé 18e sur le Main Event. Surtout, j'étais très satisfait de mon jeu et de mon attitude tout au long du festival.

L'adaptation : une notion-clé

Le dernier point sur lequel je pense avoir avancé est le fait de mieux appréhender les fields et la structure si particulière de ces tournois majeurs. Probablement la barrière technique la plus importante pour atteindre mon objectif. La structure, très lente, oblige à être patient et concentré pendant plusieurs jours, chose que je n'étais pas forcément capable de faire avec régularité il y a encore quelques mois.

Qui plus est, les fields sont très hétéroclites. Les meilleurs joueurs de la planète y retrouvent des récréatifs fortunés, une poignée de top joueurs online et de nombreux qualifiés via satellites. Il faut donc être capable de déterminer rapidement le profil de chaque joueur à sa table, et surtout les plans de jeu qu’il peut adopter. Il est ensuite primordial de mettre en place différentes "contre-stratégies" et s'adapter du mieux possible. Une réalité que j'ai eue beaucoup de mal à comprendre et à mettre en place pendant mes deux premières années sur le circuit, avec de beaux craquages à la clé ! L'expérience emmagasinée et les différentes erreurs que j'ai pu faire m'ont permis d'être un peu plus précis dans mes analyses et mes adaptations.

La route est encore longue mais je sais que je suis sur le bon chemin et que j'ai toutes les armes à ma disposition pour réussir. À moi de les utiliser au mieux !

Prochaine chance d'atteindre cet objectif début décembre sur les étapes WPT et EPT à Prague. En attendant, on se retrouve au Cercle Clichy-Montmartre pour les WSOP-Circuit - pour lesquels vous pouvez encore vous qualifiez sur Wina - où je jouerai le Highroller, et le Main Event, et bien sûr, sur les tables de Winamax !


Volatile38

Le vainqueur de la troisième Top Shark Academy possède l’un des plus beaux palmarès de Winamax.

Suivez Volatile38 sur FacebookSuivez Volatile38 sur TwitterSuivez Volatile38 sur Instagram