[Blog] Piratons nos cerveaux !

Par dans

FBK-Margets

Vu le succès de mon dernier blog consacré à l'auto-sabotage, j’aimerais continuer à disserter sur un sujet que je trouve passionnant : les stratégies mentales. Mais cette fois, je vais changer un peu d'optique en vous donnant quelques conseils pour mieux les appliquer.  

Il y a deux ans aux WSOP, grâce à une discussion avec le coach du Team Winamax Stéphane Matheu, je me suis rendue compte que j’étais coincée dans une boucle mentale assez dangereuse. À partir de ce moment, j'ai bien compris que je perdais de vue mes objectifs, et que la seule personne qui pouvait changer cette dynamique, c’était moi-même, grâce à un processus d'introspection.  

J’ai commencé à m’intéresser à la programmation neuro-linguistique (PNL), et aujourd'hui je suis certaine que c’est une pratique qui peut nous aider à améliorer notre comportement. Cependant, il faut être méfiant, puisque beaucoup de "gourous" s’estiment calés dans ce domaine mais se servent de messages simplistes pour attirer l’attention, dans le seul but de rameuter des abonnés et d'accumuler les "likes"...

Je vous présente ci-dessous quelques outils pour essayer de prendre les bonnes décisions. Ils ne sont pas infaillibles, mais personnellement ils m'ont aidé. C’est parti ! 

1/ Changer l’approche des représentations mentales 

Leo Blog
Quand on risque de craquer (fumer une clope, passer toute la journée sur le canapé en matant des séries...), on doit visualiser ces images de manière floue, littéralement. Je suis consciente que ça peut paraître “chelou”, mais avec le temps, ça fonctionne. Le fait de manipuler les caractéristiques de ces actions, qui torpillent nos objectifs, les transforme en une vision abstraite. Au final cela donne l’impression que l’action devient peu visible et qu’elle s’éloigne de nous. C'est une façon très efficace de manipuler subtilement notre cerveau.  

2/ Varier les perspectives du quotidien

Pour moi, c'est héréditaire ! Depuis ma plus tendre enfance, on m'a répété que j’étais chanceuse car je vivais des situations intéressantes et drôles, et je suis d'accord avec ça. Mais au fil des années, j’ai remarqué que ce n’était pas dû au fait d’avoir “runné” mieux que les autres, mais que cela relevait de mon interprétation de la réalité. Car le seul facteur qui décide si une journée a été mauvaise ou bonne, c’est bien vous ! La réponse à la sempiternelle question du début de semaine “Comment ça va ?" "Et bien, comme un lundi”, n’est pas figée : elle dépend de votre attitude. Ainsi, quand j'ai une attitude négative du genre “ce n’est pas ma journée”, j’essaie de me corriger. Dans ce but, je tente donc de me focaliser sur le côté positif (ça se travaille). Au final, il s'agit de mettre les choses en perspective et de ne pas se laisser emporter par le négativisme.

3/ Visualiser l’objectif et l’amplifier

Leo Blog
Tout comme j’essaie d'éloigner les actions peu productives, je me pose des questions quand je dois prendre une décision, comme traîner sur Instagram ou jouer online, par exemple : dans ce cas, je me demande quel est le but du grind et pourquoi il faut faire du volume en tournois online. Ainsi, je peux associer cela à des sensations positives, comme faire du sport. Avec cette image, je cherche à ajouter aux sessions de grind le côté challenge qui émane pour moi de l’activité sportive. 

4/ Penser à l’instant d’après 

Un classique inratable ! Le fait d’imaginer le bonheur résultant de la réussite est tellement bénéfique pour notre état d'esprit... C’est presque une sensation de plaisir physique. Quand on se projette sur une situation future de bien-être, notre cerveau nous pousse dans cette direction.  

Conclusion : s'entraîner, encore et encore !

La théorie, c'est bien joli. Mais si vous pensez que la lecture de ce blog va vous permettre de faire grimper votre bankroll en cliquant simplement sur votre souris, ou qu'elle va vous éviter la tentation de manger des gâteaux en plein milieu de la journée, vous vous trompez. Désolé, mais la vie réelle est un peu plus complexe... Oui, vous allez continuer à craquer de temps en temps. Mais il est nécessaire de s’entraîner mentalement : me concernant, je recrée des spots où il est compliqué pour moi de dire non, et je médite sur les stratégies mentales à mettre en place. La finalité est de préparer notre cerveau pour qu'il réagisse comme on le souhaite à l'avenir !

Leo Blog

Leo Margets


Leo Margets

Révélée par un mémorable deep-run sur le Main Event des WSOP, la Barcelonaise est l’une des figures emblématiques du poker Ibérique.

Suivez Leo Margets sur FacebookSuivez Leo Margets sur TwitterSuivez Leo Margets sur Instagram