[Blog] Petit à petit...

Par dans

Guillaume Diaz Blog

How to achieve your most ambitious goals ou, en français, Comment atteindre vos objectifs les plus ambitieux. Voici le titre, prometteur, du Tedx Talks que je souhaite partager avec vous via ce blog.

Pour les deux du fond qui ne suivent pas, les Tedx Talks sont des conférences organisées un peu partout dans le monde par une association à but non lucratif – Ted, donc –, ayant pour objectif, comme le dit leur slogan, de "diffuser des idées qui valent la peine d’être diffusées" - Ideas worth spreading. En d’autre termes, les conférences TEDx donnent la parole à un panel très large d’acteurs sur des sujets aussi vastes que la politique, les problèmes sociétaux, l’économie et même parfois le poker. Je vous invite d’ailleurs à aller jeter un œil aux excellents Talks donnés par deux anciens du Team Winamax, Alex Luneau et ManuB.

La conférence dont je vais vous parler n’a, a priori, pas de lien direct avec le poker mais, comme très souvent lorsque je regarde ce genre de contenus, elle m’a fait réfléchir sur la manière dont je peux améliorer ma routine quotidienne. Le but final est toujours le même : maximiser les chances d’atteindre les objectifs que je me suis fixés, au poker mais aussi dans ma vie personnelle.

Stephen Duneier, l’auteur de cette conférence, nous y explique comment, alors qu’il était au lycée, il a modifié sa méthode d’apprentissage et de travail pour transformer l’élève moyen qu’il était en un des meilleurs éléments d’une des universités les plus reconnues des États-Unis. Il enchaîne ensuite sur ce que ces changements lui ont permis d’accomplir durant sa vie. Et c’est assez fou ! Surtout, il donne les clés pour appliquer cette méthode dans tous les domaines imaginables.

Duneier attaque sa conférence avec une analogie simple, qui démontre de manière triviale la puissance de sa méthode : si vous êtes capable de dessiner un petit carré noir à côté d’un autre petit carré blanc, alors vous êtes capable de dessiner une œuvre entière, en reproduisant et en organisant des centaines puis des milliers de petits carrés. Avec du temps, de la créativité et de la détermination, vous êtes donc tout à fait capable de créer des œuvres de qualité et de devenir un artiste à part entière. Grosso modo, si vous répétez de nombreuses fois des tâches simplistes, et en y accordant suffisamment de temps, vous avez de grandes chances de pouvoir construire quelque chose de développé et de complexe.

Évidemment, si comme moi vous vous considérez mauvais en dessin, se dire "il faut que je dessine un tableau entier" ressemble à une tâche infiniment trop complexe. Il est donc très facile d’abandonner à la première difficulté. En revanche, découper cela en plusieurs petites actions et se dire à la place, "il faut que je dessine un petit carré, puis un autre, puis un autre…", parait tout de suite beaucoup plus accessible.

Lève-toi et marche

Guillaume Diaz WPO

En partant de ce principe, Duneier a commencé à repenser ses rêves et objectifs en de petites tâches à réaliser au quotidien qu’il a intégré à sa routine. Il donne deux exemples pour expliquer sa méthode, dont je souhaite fortement m’inspirer :

Le premier est lorsque Duneier décida qu’il devait perdre les dizaines de kilos qu’il avait en trop. Au lieu de partir de partir sur un programme classique composé de diète stricte et de nombreuses heures à la salle de sport, il a choisi de modifier sa routine quotidienne, en y ajoutant quelque chose qu’il apprécie et qui, en même temps va l’aider à perdre du poids. Dans son cas, ce fut la marche à pied. L’idée était que cette activité soit plaisante, peu contraignante, mais assez puissante à moyen terme pour lui permettre d’atteindre son objectif. Il s’est donc fixé comme but de faire 35 treks en montagne près de chez lui en un an, alors qu’il n’en avait pas fait un seul de sa vie jusque-là !

Ce chiffre parait énorme si l’on considère la tâche dans son ensemble mais, comme il le dit très bien : "Il s’agit juste de prendre une décision très simple. Plutôt que rester à ne rien faire sur son canapé ou de faire défiler sans but un fil d’actualité, on se lève et on prend ses affaires de sport. Ensuite, il s’agit de faire le premier pas dehors. Puis de prendre la simple décision de faire le premier pas sur le chemin qui se présente devant nous. Puis de prendre la simple décision d’en faire un autre, et ainsi de suite jusqu’à ce que vous soyez arrivé en haut de la montagne, avant d’avoir terminé 5, puis 10, puis 30 treks. L’important est juste de prendre ces décisions simples au quotidien."

À la fin de l’année, il avait fait plus de treks que prévu et avait sans peine perdu ses kilos. Certes, la tâche qu’il a accomplie parait immense et beaucoup pourraient penser qu’ils ne sont pas à la hauteur. Alors que, si l’on reprend sa méthode, Duneier n’a fait "que" remplacer des moments "inutiles" de sa journée en moment dédiés à son objectif. Il a simplement fait un marginal improvement, un ajustement marginal, dans son quotidien.

Le petit remplacement

Guillaume Diaz WPO #2

Le deuxième exemple est celui qui m’a le plus inspiré pour l'ajustement que j’ai fait dans mon propre quotidien récemment – j’y reviens juste après. Duneier explique qu’il a réussi à apprendre l’allemand en dix mois, en y consacrant seulement le temps de transport entre son domicile et son travail, soit 1h30 par jour. Alors qu’il passait tout ce temps à écouter de la musique, il décida un jour de l'utiliser à meilleur escient et acheta des cours d’allemand qu’il téléchargea sur son iPod. Se caractérisant lui-même comme indiscipliné, il savait qu’il finirait un jour ou l’autre par abandonner et déciderait d’écouter de la musique plutôt que ses cours. Il supprima donc toute la musique de son iPod, pour n’avoir d’autre choix que d’écouter et apprendre l’allemand. Sans vraiment d’efforts et après dix mois à écouter ses cours – en plus d’un stage linguistique de deux semaines –, il parlait la langue couramment. Ce, en modifiant simplement l’utilisation qu’il faisait d’un temps libre d’une heure et demie par jour.

De cet exemple, j’ai très vite tiré un parallèle avec la manière dont je répartis mon temps de travail. Personnellement, je n’ai pas de trajet quotidien pour aller au travail durant lequel je "gaspille" du temps et que je pourrais utiliser pour travailler mon jeu, mon mental ou améliorer mon espagnol. En revanche, je passe beaucoup de temps dans l’avion, à l’aéroport ou même dans le train pour me rendre à l’aéroport. 99% du temps, j’utilise ce temps pour regarder une série, jouer à Football Manager ou juste dormir pour que le vol passe plus vite. Le pourcent restant, c’est quand j’ai un Day 2 d’un Winamax Series à jouer dans l’avion – brag !

J’ai donc décidé d’utiliser ce temps libre uniquement pour travailler, que ce soit sur mon jeu, sur moi-même ou pour écrire le blog que vous êtes en train de lire. Même s’il n’est pas très confortable de travailler avec l’ordinateur posé sur les genoux dans le train ou sur une minuscule tablette dépliable, les conditions, notamment dans l’avion, sont parfaites pour être totalement dédié à la tâche choisie : pas de téléphone et très souvent pas d’Internet pour être éventuellement distrait.

Ayant comme point commun avec Duneier de ne pas être non plus très discipliné, j’ai beaucoup de mal à rester concentré sur une tâche si mon cerveau sait qu’il existe des distractions possibles à portée. En revanche, s'il n’y a pas de porte de sortie, pas de distractions à ma disposition, ma capacité de concentration et de travail en est décuplée. C’est une manière de "hacker" son cerveau afin de le mettre dans les meilleures situations possibles.

Pour utiliser ce temps au mieux, et être toujours en condition de travailler efficacement, je dois faire deux ajustements simples dans ma routine de voyage :

Prendre mes vols uniquement l’après-midi ou en début de soirée. Si je veux travailler efficacement, je ne peux pas prendre un vol le matin puisque cela veut dire que je dors trois ou quatre heures, cassant complètement ma routine habituelle et ne me donnant qu’une envie au moment de rentrer dans l’avion : dormir. Donc plus de vols avant midi.
Prévoir la veille mon travail pour le lendemain. Si je veux analyser une table finale télévisée par exemple, je l'enregistre la veille pour pouvoir la regarder dans l’avion.

Et… c’est tout ! Oui je sais, ça parait très peu, mais je pense sincèrement que ces petits ajustements suffiront, pour le moment en tout cas, à augmenter de manière significative le temps que je passe à travailler mon jeu. Évidemment, je compte bien faire, petit à petit, d’autres légères modifications dans mon quotidien.

Je vous invite non seulement à consulter cette conférence en entier, mais surtout à réfléchir petits changements que vous pourriez faire dans votre routine. Qui sait, vous pourriez atteindre ainsi vos objectifs les plus fous !

Personnellement, mes objectifs pour 2018 sont encore loin d’être atteints alors qu’il ne reste que deux mois. J’espère que ces ajustements vont me mettre dans les meilleures conditions pour les atteindre. Et ça tombe bien, j’ai beaucoup de vols prévus d’ici fin décembre !


Guillaume Diaz

Le vainqueur de la troisième Top Shark Academy possède l’un des plus beaux palmarès de Winamax.

Suivez Guillaume Diaz sur Twitter