[Blog] Mes prédictions pour 2021

Par dans

Aladin Blog 3
À part si vous vivez dans une grotte ou que vous élevez des chèvres dans le Larzac sans Internet ni électricité depuis un an, vous n'êtes pas sans savoir que l'année 2020 a été marquée par un phénomène certes pas inédit dans l'histoire de l'humanité (on peut citer la peste noire au XIVe siècle ou encore la grippe espagnole au début du XXe), mais assez nouveau dans l'histoire récente. Disons du moins depuis que notre jeu de cartes préféré a acquis ses récentes lettre de noblesse, peu après le début du XXIe siècle : j'ai nommé ce satané coronavirus, rebaptisé entre temps Covid-19.

Pour ma part, bien que la situation fit en sorte que je ne pusse me rendre sur les terres du poker en briques et mortier, je fus dans un sens épargné directement car le virus était quasiment inexistant au Cambodge, où j'étais parti pour trois mois avant de rejoindre le traditionnel séminaire du Team Winamax... entre temps avorté. Je me suis donc retrouvé entre guillemets "bloqué" en terre khmer. En effet, le pays a pris des mesures drastiques dès le début en fermant les frontières et en testant systématiquement les arrivants, réduits au compte-gouttes. De plus, en tant que pays frappé par le paludisme, il détenait des stocks de chloroquine qui est un anti-paludéen notoire et bon marché et a donc pu soigner les cas isolés de contamination. Bilan : zéro mort, à peine 300 cas dans tout le pays, pas de masques et pas de confinement.

Mais le tableau était peut-être un peu trop naïf et la réalité nous a rattrapé au galop récemment.

Étonnée par la bonne copie rendue par le pays de l'Asie du sud-est dans la gestion de crise, une délégation officielle hongroise s'est déplacée il y a deux semaines pour observer un pays sans coronavirus. Résultat des courses : ils ont réussi à contaminer le premier ministre cambodgien par l'intermédiaire d'un de leurs ministres, entraînant un début de propagation du virus. Les autorités ont donc commencé à prendre quelques mesures s'apparentant à un confinement : fermeture des établissements nocturnes, boîtes de nuit, bars ou karaokés.

Merci du fond du cœur les Hongrois !

Bref, avec tout ce remue-ménage au Cambodge mais aussi dans le monde entier, et même si les rumeurs d'un vaccin pointent le bout de leur nez, bien malin celui qui prédira à quoi va ressembler l'année poker 2021. C'est tout de même l'exercice que je vais tenter avec ce blog en me prenant pour Nostradamus. Le tout en mode divertissement bien entendu, et sans prétention aucune.

Janvier-février-mars : poker online et challenges

Aladin Blog 2Rien de nouveau sous le soleil, le live n'a pas repris et les joueurs de poker n'ont d'autres choix que de cliquer sur leur souris pour s'adonner à leur passe-temps favori. La France retourne en confinement après Noël et les Winamax Series de janvier sont les plus importantes de l'histoire, battant les records de l'édition de septembre.

Du côté du Team Winamax, João Vieira deeprun 100% des tournois à plus de 250 € comme d'habitude, Ivan Deyra fait la table finale du 250 € Championship PLO et la voix de Kool Shen insultant la mère de cinq joueurs qui lui ont infligé un badbeat retentit dans toute la région parisienne. Au final, le Team remporte trois bouteilles de champ'. Des victoires signées Adrien Delmas, Romain Lewis et Guillaume Diaz.

Côté Challenge HU4Rollz, Daniel Negreanu décide d'abandonner contre Doug Polk après 12 500 mains car il perd déjà plus d'un million de dollars, et les négociations pour un challenge entre Polk et Doyle Brunson vont bon train. Il est question d'un affrontement en NLHE, auquel s'ajouteraient le Razz et le Deuce to Seven Single Draw. Mais malgré les efforts répétés de Doug Polk pour être le plus putaclic possible sur Twitter, les deux joueurs n'arrivent pas à se mettre d'accord et le challenge n'a pas lieu.

En parlant de grandes gueules, Luke Schwartz revient à la charge envers Phil Galfond et lui rappelle qu'il lui a promis de l'affonter en Mixed Games, tout en l'accusant de tous les maux de la planète. Car au final, il commence à avoir peur de le défier réellement après avoir vu Galfond remporter tous ses challenges contre VeniVidi, Chance Kornuth et Bill Perkins.

Avril-mai-juin : vaccin et réouvertures

Avec le début du printemps, de la campagne de vaccination et des autorités qui savent maintenant gérer la situation, on commence à entrevoir le bout du tunnel. La troisième vague s'essoufle et les voyants repassent petit à petit au vert. Les urgences et réanimations se désengorgent, les confinements sont levés un peu partout et les publics sont admis de plus en plus nombreux dans les stades, les salles de concert et les conférences.

Côté poker, les clubs de jeux parisiens ont rouverts et fonctionnent à plein régime. On parle du retour des événements live sans que cela se matérialise vraiment, à part à Rozvadov où des tournois ont lieu quotidiennement, sans toutefois encore attirer les foules. 

Juillet-août-septembre : WSOP, PSPC et SISMIX

Comme l'année dernière, la question est sur toutes les lèvres : les WSOP auront-ils lieu à Las Vegas ? Après moult rebondissements, les World Series ont bien lieu au Rio mais le 6-Max est de rigueur sur tous les tournois pour un peu plus de distanciation sociale. L'affluence est correcte mais pas non plus mirobolante, et ce n'est pas cette année que le record du nombre d'entrées sur le Main Event tombera.

À partir de là, cela fait jurisprudence et le coronavirus sonne le glas du 10-handed. Nous ne verrons plus que du 8-handed maximum sur n'importe quel tournoi du circuit international. Cette crise sanitaire aura au moins eu un impact positif ! Le masque reste toutefois obligatoire en tout temps et, fait cocasse de cette édition, un joueur brésilien est disqualifié pour avoir joué plus d'une heure sans porter le sien.

Vu le succès du festival bouclé sans aucune complication à déplorer, on enchaîne avec l'EPT Barcelone fin août et le PSPC à 25 000 $ l'entrée, qui avait dû être reporté l'année dernière. Dans ce tournoi, Davidi Kitai tire son épingle du jeu et est le dernier représentant du Team Winamax, échouant à seulement quelques encablures de la table finale tant convoitée. C'est d'ailleurs un Français qui remporte l'épreuve, confirmant l'augmentation du niveau des tricolores observée lors des mois précédents.

En septembre, c'est le retour du SISMIX qui nous avait tant manqué, à Lloret Del Mar. Vu qu'il est traditionnellement joué en 6-max, il le reste naturellement pour préserver la distanciation sociale. Je vois dans ma boule de cristal deux représentants du Team encore présents à 20 left du Main Event en la personne de Pierre Calamusa et Mustapha Kanit, mais je n'arrive pas à voir s'ils atteignent la table finale. Les pool parties et soirées en boîte de nuit sont un peu moins folles que d'habitude, les joueurs étant toujours un peu réticents à cotôyer des inconnus de trop près, mais le festival se déroule là encore sans encombres, et tout revient vraiment à la normale.

La rentrée sonne également le retour du Winamax Poker Tour qui vous plaît tant et pour lequel les qualifications sont lancées online en vue de la grande finale en live.

Octobre-novembre-décembre : EPT record, Noël en famille

Aladarrrrr Blog
À partir de là, l'épidémie n'est plus qu'un mauvais souvenir : il reste quelques cas par-ci par-là mais nous n'en entendons quasiment plus parler. L'année se termine en apothéose avec l'EPT Prague, qui bat le record du nombre d'inscrits dans un Main Event EPT en réunissant plus de 2 000 joueurs uniques. Il faut dire que le live avait manqué à beaucoup de monde et que nombre de joueurs se sont qualifiés online, professionnels et amateurs ne voulant rater pour rien au monde ce tournoi mythique qui restera dans les annales. On notera la présence du Team Winamax dans son intégralité, avec huit joueurs qualifiés pour le Day 2. Malheureusement, c'est l'hécatombe avant la bulle et seulement deux d'entre eux entrent dans les places payées.

Un grand banquet est organisé par le coach Stéphane Matheu en guise de repas de Noël dans un des restaurant les plus chics de la capitale tchèque. Puis les membres du Team retournent dans leur famille après une petite virée au centre-ville et son célèbre marché de Noël... Ils se tournent maintenant vers une année 2022 aussi excitante qu'imprévisible, prêts à relever de nouveaux défis poker !


Aladarrrrr

Premier joueur à remporter deux fois la Top Shark Academy, il a rempilé au sein du Team et compte bien profiter de 2020 pour tout casser sur le circuit !

Suivez Aladarrrrr sur FacebookSuivez Aladarrrrr sur TwitterSuivez Aladarrrrr sur Instagram