[Blog] Mes devoirs de vacances

Par dans

Romain Lewis Blog

Cela faisait quelques années que j'avais échappé à ce système de notation que j'aimais tant... ou pas. Sauf que maintenant, je suis mon propre prof', et c'est assez kiffant !

J'écris ce blog aujourd'hui pour répondre à une question que je me posais continuellement il y a quelques années. Comment faire pour se poser de réels objectifs, même sur le court terme, dans une discipline où la variance est si omniprésente ?

Je vous écris à quelques jours de mon départ pour mes troisièmes WSOP, synonyme de ma troisième année avec le W rouge sur le cœur. Je suis super heureux d’avoir réussi à trouver ma voie (et ma voix, au moment d’enregistrer mes épisodes de Dans la Tête d’un Pro, mais ça c’est autre chose). J’adore ce que je fais au quotidien, le jeu me passionne davantage tous les jours mais l’un de mes travaux les plus difficiles reste de rationaliser ce que je fais jour après jour. Comment savoir si mon travail est bon ou complètement inutile ? Comment savoir combien d’heures je dois consacrer à chaque compartiment de mon jeu que je souhaite améliorer ? Comment me battre avec mon ennemi juré la procrastination, tout en profitant du confort que m’offre ce style de vie ? Jusqu’à quel point faut-il souffrir pour réussir ?

À ces quelques questions que je me pose fréquemment, la réponse réside principalement dans la création d’objectifs ultra précis et très personnels. Pour la deuxième fois de l’année je vais vous partager mes objectifs et je préfère vous prévenir, ils seront beaucoup plus complets. Car après les Winamax Series, place cette fois au live, et aux World Series of Poker ! Via cet article, je compte vous faire rentrer plus en détails dans ma méthode de travail, en grande partie parce que j’aurais moi-même aimé pouvoir bénéficier de tels exemples il y a quelques années.

J’ai souvent posé la question à des joueurs et les réponses se ressemblaient beaucoup. "Je n’ai pas d’objectifs en terme financier car c’est trop basé sur le court terme, mais j’ai comme ambition de faire pas mal de sport pour être en forme, de manger assez équilibré et de jouer un maximum de tournois." Alors oui, c’est déjà un bon départ mais ça n’est pas suffisant à mon goût. Cela reste trop vague pour complètement captiver notre motivation interne.

Devenir son propre prof’

Romain Lewis

Je me suis toujours demandé pourquoi j’étais si stressé au lycée lors de contrôles pour des matières qui ne m’intéressaient pas. Aujourd’hui, je comprends que c’était simplement à cause des notes et de l’importance qui leur était accordée : le poids de notre moyenne générale et de notre classement final qui allaient décider si telle ou telle école allait accepter ou non notre candidature. On nous rabâche depuis le plus jeune âge que les notes définiront notre avenir. Forcément, chacun veut un bon avenir donc on veut tous des bonnes notes ! Sur le papier, c’est assez simple.

M’est donc venue l’idée d’essayer de retranscrire ça dans le domaine du poker. Comment noter ma performance au poker ? Qui sera là pour vérifier ? Comment puis-je être mon propre professeur ? Comment ne pas être trop orienté par les résultats ? À partir de toutes ces questions, j’ai concocté ma propre sauce. Pour vous faire comprendre comment je fonctionne, voici quelques-uns de mes objectifs pour mon Vegas de l’an dernier, suivi du résultat que j’avais calculé un peu plus tard. Tout cela est assez personnel, et je ne l’avais partagé qu’avec une poignée de personne jusque-là. D’ailleurs, je n’avais pas consulté ces notes depuis dix mois !

J’ai donc eu l’idée de noter chaque objectif, avec 50% des points attribués pour mes performances à table et 50% sur tout ce qui est "extra poker". Malgré mon super été cartes en main, vous verrez que j’aurais pu faire bien mieux (en tout cas sur le papier). Cette technique me permet de ressentir l’importance de chaque détail.

J’ai commencé par écrire un paragraphe introductif (entre cinq et dix lignes) sur l’importance qu’avaient ces Championnats du Monde pour moi. Par la suite j’ai noté une dizaine d’objectifs non-poker et les points que j’accordais à chacun, déterminant donc leur importance.

Voici plusieurs exemples :

Sport 3 fois par semaine, noté sur 24 points, à raison de 2 points par session, pour 4 semaines.
Je n’avais pas envie d’en faire plus, d’abord pour ne pas risquer de me fatiguer et ensuite car je n’avais pas besoin de plus. Mon objectif est de me sentir bien dans ma peau, pas de battre le record du plus grand nombre de pompes en vingt minutes.
Résultat final : 8/24.
On va dire que faire une grosse perf’ dès la première semaine n’aide pas pour la régularité des séances sportives. J’ai essayé de me rattraper avec des parties de tennis de table endiablées (mais non-notées !)

Guillaume Diaz - Romain Lewis

Préparer une pause, sur 8pts.
Cela semble être l’objectif le plus simple du monde à réaliser du monde, non ? Il figure dans cette liste pour une raison bien précise. L’année d’avant, j’avais comme idée de me prévoir un break de quelques jours durant le séjour, mais le rythme infernal de Vegas m’a emporté et je n’ai jamais pris plus d’un jour à la fois. Résultat des courses : je me suis retrouvé complètement rincé lors des dernières semaines. J’ai donc voulu accorder une réelle importance (autant que quatre séances de sport) au simple fait de planifier cette pause, et donc d’être certain de m’échapper quelques jours. Je m’y suis tenu et en suis revenu frais et reposé. D’ailleurs, j’étais sûrement le joueur le moins déçu de tout le Rio quand j’ai sauté du Main Event. J’avais encore énormément faim de cartes ! L’effet procuré par quatre jours en dehors des tables au milieu d’un tel marathon est incroyable. Et pendant ce temps, je n’ai jamais lu autant de coverages en si peu de temps !.
Résultat final : 8/8.

Étude des tells.
Je veux enregistrer 15 ou 20 exemples d’un certain tell avant de le "valider". Si le tell a l’air de fonctionner moins de 60% du temps, je l’oublie. Je note 0,5pt par tell enregistré, pour un total 30 points. J’ai donc accordé pas mal d’importance à cet aspect du jeu, plus qu’à tout mon rythme sportif pendant la période. Cela me semble toujours logique aujourd’hui.
Résultat final : 15/30.
Je suis assez content de mon score, cela fait un tell noté toutes les 36 heures. Je peux mieux faire mais la concentration demandée pour remplir cet objectif est plus importante que je pensais.

Warm-ups, cooldowns.
Avant chaque tournoi, j’ai envie d’écrire un court paragraphe sur mes micro objectifs du jour, pourquoi ce tournoi est important, ce que j’ai retenu de mes expériences précédentes, etc. Le warm-up, c’est ça. Le cooldown, c’est l’inverse, tout se passe en fin de journée, une fois rentré. L’exercice est tout aussi, voir plus important, dans l’idée de ne pas rester sur une déception. Je voulais au moins 10 warm up et 20 cooldowns, soit une note sur 30 également.
Résultat final : 20/30.
Pas si mal. Cette année, je vais le noter sur plus de points car je me suis rendu compte que'écrire ce que je ressens m'apporte énormément.

Relaxation.
L’idée ici est de me ressourcer, me recentrer sur moi-même, soit avec l’aide de l’application respi-relax (exercices de respiration de cinq minutes) soit en solo (écouter les bruits autour, prendre du recul, respirer, etc.). Je note 0,5 pt par exercice, pour une note totale de 10.
Résultat final : 10/10.

Voilà quelques-uns des objectifs non poker que je me suis fixés. Je ne vais pas les noter tous ici car sinon ce blog serait beaucoup trop long, mais je pense que vous avez compris l’idée. J’ai vraiment l’impression que cela m’a aidé à rationaliser mon travail dans tous les domaines.

Et en pratique ?

Romain Lewis TF

Ensuite, une fois aux tables, comment différencier un objectif d’un rêve ? J’ai dressé une liste d’objectifs ainsi qu’une liste de bonus (et malus) qui m’ajoutaient (ou m’enlevaient) un certain nombre de points.

Objectifs principaux :

Atteindre les places payées d’au moins 25% des tournois auxquels je participe, noté sur 20 points (cela permet de donner une importance égale aux plus petits buy ins).
Résultat final : 20/20.

 4 ITM WSOP, noté sur 10 points.
Résultat final : 10/10.

 Une table finale WSOP, noté sur 40.
Résultat final : 40/40.

5 ITM sur des tournois à 1 000 $ ou moins (je détenais plus d’action sur ces tournois donc je voulais en jouer davantage pour augmenter mon ROI). Cet objectif est un peu tombé à l’eau après ma grosse perf d’entrée.
Résultat final : 5/15.

Atteindre le Top 5% sur 20% de mes tournois, noté sur 40. Le but ici est de valoriser les places les plus frustrantes, généralement peu récompensés financièrement.
Résultat final : 40/40.

J’avais beaucoup d’objectifs précis sur le Main Event, mais j’ai malheureusement bust assez tôt lors du Day 2, en ne respectant pas tout à fait mes objectifs du warm-up du jour. S’en vont une bonne quarantaine de points.

J’ai évidemment run good durant cet été et rempli pas mal de points sur mes objectifs poker, grâce notamment à l’obtention de trois bonus : table finale WSOP (+50 points) ; ITM sur plus d’un tiers de mes tournois (+50 points) ; réaliser un Vegas gagnant (+25 points). À côté de ça, j’ai quand même perdu 40 points pour le rythme trop faible de mes séances de sport (une par semaine au lieu des deux minimum prévues).

À la fin de l’été, j’en suis arrivé à une note totale sur 440. Tout ce qui était supérieur à 300 était pour moi un très bon score. Finalement, avec quelques nouveaux objectifs ajoutés en cours de route pour la deuxième partie de mon été, dont quelques-uns que je ne pouvais décemment pas envisager en début d’été (comme être numéro 1 du classement WSOP Player of the Year, hors États-Unis) je suis arrivé à un score de 295/440. Soit environ 67% ou 13,5/20 pour vraiment repartir au lycée. Après un Vegas aussi bon financièrement, je suis encore plus satisfait et motivé grâce à cette notation. Cela me donne des pistes d’amélioration et m’invite surtout à ne pas me reposer sur mes lauriers.

Romain - Volatile - Tapis

J’étais évidemment très content de mon été mais je sais où je peux et dois m’améliorer si je veux rejoindre les tout meilleurs joueurs. J’estime devoir pousser jusqu’à un score d’au moins 85% pour vraiment atteindre mon potentiel. C’est un système que j’ai inventé il y a un peu plus d’un an et je m’en sers pour chaque événement majeur. Il est même possible de noter sa routine "Day to Day" à la maison, en travaillant sur différents objectifs. Certes, tout cela est très scolaire mais n’oubliez pas qu’à la base, j’ai créé ce système pour moi et seulement moi ! Il est particulièrement adapté à ma manière de fonctionner. À l’école, je souhaitais réussir plus pour mes parents que pour moi. Quand la motivation est intrinsèque, c’est beaucoup plus facile. À vous maintenant de monter votre propre sauce, je voulais juste montrer ici qu’il existe une infinité de manières de se créer des pistes d’amélioration, et ce dans n’importe quel domaine. Même celui qui est dominé par la chance.

Je suis sur le point de terminer ma longue liste d’objectifs pour les 45 prochains jours. Une chose est sûre, la motivation est la même, voir plus grande qu’il y a douze mois. J’espère que ce blog vous aura plu et que j’aurais motivé quelques-uns à tester leur propre tambouille, afin de se motiver mais surtout rationaliser un peu le travail que l’on peut faire autour de ce jeu.

Je vous fais une énorme bise les amis, good luck sur les tables des Mini WSOP pour tenter de décrocher ces fameux bracelets online. Je vais essayer d’en rapporter un vrai cette fois…

Let’s gooooo!

rLewis


rLewis

Après une année 2018 exceptionnelle marquée par trois podiums WSOP, le jeune Bordelais n'a qu'un objectif : s'installer parmi les meilleurs joueurs du monde !

Suivez rLewis sur FacebookSuivez rLewis sur TwitterSuivez rLewis sur Instagram