[Blog] Live/online : mes différences à moi

Par dans

Visuel-Blog-Romain
Hello tout le monde, j’espère que vous allez bien ! 

L’heure de la rentrée sonne pour moi, la vraie rentrée ! Après un rare été loin du poker, c'est le moment de me replonger dans le vif du sujet : le jeu online.

Pendant de nombreuses années, tous mes axes de progression et de motivation étaient basés autour d’événements ou objectifs en live, tout simplement parce que c’est ce que je préférais et là où je pensais tirer le plus de bénéfices, à la fois en terme d'argent mais aussi pour mon équilibre. Mais ça ne veut pas dire que je n’aime pas le grind online, loin de là.

Le live nous manque tous, c’est certain. C'est durant ces rares moments que nous vivons le plus intensément, que l’on vit les deep runs les plus mémorables, où les décisions restent en mémoire. Chaque impact, chaque vibration, chaque main mémorable l’est davantage en vrai que sur le monde virtuel car nous le vivons entièrement, par tous nos sens. Je n’écris pas ce blog pour me remémorer le bon vieux temps lors des tournois live, je l’écris pour me rappeler à quel point le jeu online est un autre challenge, mais un challenge tout aussi interpellant et réel. En réalité, c’est le même jeu, sans être le même exercice. C’est difficile de le comparer à un autre domaine. Mais tout de même, voici les différences majeures pour moi entre le poker live et online.

La variance

Romain-Lewis-Blog
C'est un gros sujet. On pourrait parler de plein de variances différentes, et il est certain que les deux exercices (live et online) vont nous faire réagir à différents types d’éléments difficiles à accepter pour nos cerveaux. La variance online, il faut savoir la subir durant une session. Il est plutôt facile de ne pas balancer sa souris et son clavier lorsque l’on perd un coup, mais est-il facile de jouer son meilleur poker sur d’autres tables exactement au moment où on prend une horreur ? Certainement pas, et comme pour tout, il faut s'entraîner pour devenir meilleur. En plus de la variance en session, le jeu de tournoi appelle à une variance forte dans les résultats. C’est moins flagrant qu’en live, mais c’est tout à fait possible d’avoir plusieurs mois d’affilée perdants online, donc il faut vraiment avoir une motivation assez forte pour vouloir y revenir et continuer à se battre.

En live, la variance va beaucoup plus à l’encontre de la patience et d’autres émotions internes. Ce n’est pas facile d’accepter un sort malheureux après dix heures de poker. Après cent heures, encore moins. Généralement en une semaine de poker live, je vais jouer 60 heures dans la semaine. Il n’y a qu'à Vegas qu’on enchaîne plusieurs semaines de jeu, mais c’est donc plus facile d’estimer plusieurs mois ou années sans gros résultats. La patience a des limites différentes pour chacun mais le live a dû couper l'appétit du jeu pour plus d’un joueur, c’est certain. Ce qu’il faut en conclure, c’est que la variance existe sous maintes formes, que ça soit pour le live ou le online, et la façon dont vous allez y réagir sera sûrement différente de celle de votre voisin. Essayez de vous concentrer sur ce que vous maîtrisez tout en notant comment vous réagissez à ce que vous ne maîtrisez pas. En étant honnête et en notant l’évolution de vos réactions, vous progresserez.

Les périodes de travail

Lewis-Fan
Là, ça n'a rien à voir. Le rythme, l’encadrement, le sommeil, la préparation : rien n’est identique, et les deux environnements ont leurs bons et mauvais côtés. En live, on va être prêt pour environ 6 à 12 heures de poker dans la journée. On sait que ça débute généralement entre midi et 15h et qu’on terminera entre 21h et minuit, voire 2 heures du matin au plus tard. Le plus important dans notre journée est ce qui se passe aux tables et tout le reste (hormis une petite préparation ou quelques exercices durant les pauses) passe au second plan.

Pour une semaine online, le plus important est la continuité, le fait de se sentir dans un mood compétitif avec les autres et avec soi. Tu seras capable de finir un soir à minuit, l’autre à 4 heures du matin et c’est plus difficile de s’accorder sur un réel rythme. J’ai le droit d’être en pyjama dans ma chambre, de manger ce que je veux aux heures que je veux. Je dois donc essayer de tout gérer et ce n’est jamais facile de savoir pourquoi telle ou telle chose est importante.

Une semaine de travail au poker live va être davantage basée autour de ce moment précis, et parfois sur la progression mentale. Pour une semaine de online, on se base sur la globalité de la progression, à la fois mentale et technique. Une période de travail peut durer quelques jours ou plusieurs mois, à la fois live ou online mais ça sera plus intense et moins équilibré de s’enfermer sur son ordinateur durant plusieurs mois sans interruption. À vous de vous écouter et de trouver votre rythme.

L’esprit de compétition

Lewis-Mateos
Online, que ce soit avec soi-même ou avec les autres, il y a un réel esprit de compétition, d’endurance et de résilience. Il est possible de jouer tous les soirs les mêmes tournois et donc affronter plus ou moins les mêmes joueurs durant plusieurs heures, plusieurs fois dans la semaine ou dans le mois : la capacité de chacun à repérer au mieux les faiblesses et de prendre des informations utiles sur les adversaires dictera ses chances de s’en sortir. Pour le live, hormis les Highrollers (les tournois entre 20 & 100 entrées avec les joueurs ayant généralement déboursé 2-3 fois le prix du tournoi principal), il y a davantage un sentiment de vacances qu’un réel sentiment de grosse compétition. Les joueurs montrent parfois leurs émotions et leur déceptions (contrairement au monde virtuel) et certains pros s’évitent sur les tables pour jouer face aux inconnus, les conversations potentielles à table aidant à détendre l'atmosphère. Nous retrouvons vraiment cette ambiance de vraie compétition aux plus hautes limites et vers les trois ou quatre dernières tables des tournois, quand la tension est palpable.

Alors, à toi de te mettre dans une bulle de compétition à tout moment : on retrouve l’esprit de compétition chez les autres quand on le ressent chez soi. Un de mes tips : écrivez sur un papier ce que vous voulez accomplir dans la journée, quelques émotions que vous avez vécues et quelques points techniques que vous voulez commencer à implémenter dans votre jeu. Durant les prochains mois, mon principal objectif est d'augmenter mon niveau de compétition pour le développement de mon jeu et la bataille online. C'est le bon moment, après une pause nécessaire : j’ai les crocs, et même si c’est facile d’imaginer un futur plus plaisant, proche de la mer turquoise et de quelques longs palmiers, les prochaines semaines et mois pluvieux sonnent comme un test tout à fait captivant.

Si vous aussi vous entrez en mode compétition, alors on se verra aux tables de Winamax prochainement et notamment lors du Pokus. Si vous êtes plus en détente, profitez. C’est de la "patate" d’être en détente ! En tout cas l’important est d'être en bonne santé, surtout durant ces moments difficiles. Faites attention à vos proches et distribuez un maximum d’amour autour de vous, on en a tous besoin.

Ciao !


rLewis

Après une année 2018 exceptionnelle marquée par trois podiums WSOP, le jeune Bordelais n'a qu'un objectif : s'installer parmi les meilleurs joueurs du monde !

Suivez rLewis sur FacebookSuivez rLewis sur TwitterSuivez rLewis sur Instagram