[Blog] Les affaires ont (bien) repris

Par dans

Blog VietF0u

Ma saison 2017-2018 n'avait pas vraiment démarré sous le signe de la confiance. Les arrivées de Romain, Ivan, Adrián et Muss’ l’an passé et celle, toute récente, de notre nouveau Top Shark Adrien, ont mis la barre très haut en terme de niveau. Après mon break forcé loin des tables d’août à novembre, j'étais légitimement inquiet quant à mon niveau technique. Surtout, pour la première fois depuis ma période à Málaga, j'ai ressenti beaucoup d'anxiété et d'appréhension. Cette saison allait se jouer sur un laps de temps et un nombre de tournois réduits : non pas un marathon, mais bel et bien un sprint. Alors forcément, au début on doute. La variance aura une importance majeure, encore plus que d’habitude. Mais ce léger doute a vite laissé sa place à une grande excitation.

J'ai eu la chance de connaitre un super run entre novembre 2017 et aujourd'hui. Voilà ce que ça donne :

WSOP-Circuit Paris
Heads-up Challenge
- 1 000 € : élimination au deuxième tour, pas d’ITM (GG Ivan !).
High Roller - 2 500 € : 9e, 13 000 €
Main Event - 1 500 € : 28e, 4 600 €

PSC Prague
Main Event - 5 300 € : 15e, 38 400 €

WSOP-Circuit Marrakech
High Roller - 1 800 € : 7e, 11 327 €
Main Event - 1 300 € : deux bullets, pas d’ITM

Quant au online, je suis positif d'environ 10 000 € sur la période.

Il est toujours difficile de faire la part entre le run et la façon dont on a joué. Il est néanmoins essentiel pour tout joueur de poker de faire ce travail de la manière la plus objective qui soit. Ce blog est donc l'occasion parfaite de dresser un état des lieux pour tenter de comprendre ce que j'ai bien exécuté et quels ont été mes points faibles.

Un gros travail de fond

Huet - VietF0u

J'ai passé énormément de temps à travailler mon jeu, bien aidé il est vrai par la peur de ne plus être au niveau après mon break de plusieurs mois. Ajoutez à cela l'incroyable émulation engendrée par les arrivées des nouvelles recrues, et je me suis retrouvé à littéralement manger, dormir et respirer poker en novembre et décembre derniers. Je me suis notamment appuyé sur plusieurs contenus de qualité, dont voici une liste non exhaustive.

J'ai regardé toutes les sessions Top of the Pok de Sylvain (Loosli) et Ivan (Deyra). Ce sont deux joueurs qui ont une approche du jeu très structurée et qui ont beaucoup bossé sur la construction de leurs ranges dans énormément de situations récurrente. N’hésitez pas à les copier. Pour rester corporate, les sessions live de Romain (Lewis) sont aussi des must see. Ce gamin a du génie en lui.

Les vidéos de Oxota sur le site Run It Once sont de vraies mines d'informations, tout comme les réflexions de Sauce123 sur le jeu en tournoi. Attention, comme tout contenu exclusivement théorique la vision de ces vidéos requiert une attention extrême. Je recommande de se munir d’un papier et d’un stylo et essayez de résoudre les problèmes posés au fur et à mesure de leurs démonstrations.

L'équipe de Poker Académie est également devenue très forte. Je vous conseille en priorité les vidéos de Bibiatchhhh et Benj.

Pour les vidéos relevant d'un style plus exploitant les épisodes de Dans la Tête d’un Pro avec Davidi sont de véritables trésors, à commencer par ceux de son méga deeprun l'an dernier sur le 6-max Championship. C'est assez fascinant de constater les différences avec les vidéos d'Alex (Luneau) dans une configuration de table similaire, à savoir avec deux amateurs à une table de 6-max et une grosse profondeur de tapis. Je pense notamment à un coup d'Alex avec As-Roi dont l’As de carreau, sur un board hauteur As avec trois carreaux au turn, contre une joueuse faible, qui illustre parfaitement que les lignes exploitantes sont une arme INDISPENSABLE. Jamais Davidi n'aurait fait doubler son adversaire dans ce coup-là.

Enfin j'essaie aussi de m'inspirer du jeu de Benjamin Pollak à travers les différents replays disponibles. Et il y en a beaucoup, puisque depuis un an le mec fait finale de tous ses tournois !

Regarder des vidéos, c’est bien beau, mais encore faut-il mettre ensuite en pratique ce travail de fond. Sur ces derniers mois j’ai, semble-t-il, réussi à le faire, ce qui est évidemment un gros point positif. Dans ma carrière, j'ai toujours eu tendance à la jouer trop gamble de manière générale, à vouloir prendre trop de risques. Avec ce travail, j’ai pu énormément améliorer mon jeu shortstack. Mieux structurer mon jeu préflop m'a permis d'être très solide durant toutes les phases des tournois que j’ai joués dans cette situation, tant online que live.

Deux fins de tournoi qui font débat

VietF0u WSOPC

Parce que tout ne peut malheureusement pas être parfait, il y a aussi quelques points négatifs à noter. Je me suis notamment posé beaucoup de questions sur deux mains que j’ai jouées lors de mes deepruns sur les High Rollers à Paris et Marrakech.

La première se passe au CCM (130 000 € à la gagne), alors que nous ne sommes plus que neuf. J’ai une trentaine de blindes devant moi, je reçois une paire 10 au cut-off et j'ouvre à 2,2 fois le montant de la grosse blinde. Davidi paie au bouton et un joueur régulier de cash game identifié comme assez serré complète de BB.

Flop : 6-6-2 avec un flush draw. Je place un c-bet pour un tiers du pot et seule la BB paie.
Turn : 6. Je mise les trois quarts du pot et reçoit un nouveau call.
River : 5. Je décide de faire tapis en thin value. Mon adversaire paie encore et montre As-6.

Deux choses à analyser ici. D'un point de vue théorique, le shove est correct car il me permet de bluffer mes tirages manqués. De plus, j'ai un avantage de range énorme puisque je représente toutes les overpaires que la big blind ne peut pas avoir. Cependant, avec le recul, je regrette ce move pour plusieurs raisons. La première est que, au-delà de l’espérance de gain pure sur ce coup, l'ICM était également un énorme facteur à prendre en compte dans ce spot. Cela aurait dû m'inciter à jouer de manière plus conservatrice et ne pas forcément opter pour un sizing aussi gros. Aujourd’hui, je pense vraiment que mon adversaire aurait hero fold tous ses bluff catchers (entre paire de 2 et paire de 9) sur ce sizing.

La deuxième main se passe 12 left sur le HR des WSOP-C de Marrakech. Je suis énorme avec 90 blindes, soit l’équivalent de trois tapis moyens. Un riche amateur de Dakar qui joue très large relance trois fois le montant de la grosse blinde UTG (il a environ 50 blindes). Je paie UTG+1 avec une paire de 6 et la BB défend.

Flop : 457. Mon adversaire c-bet pour 5 blindes et je relance a 14 blindes. La BB se couche et mon adversaire paie.
Turn : 5. Tout le monde check.
River : 9. Mon adversaire insta check et je fais tapis en bluff. Je me fais payer par deux Valets dont le Valet de trèfle.

Encore une fois, je pense que c'est une erreur dans la gestion globale de mon tournoi. Passer de 80 à 100 blindes ne m'apporte pas grand-chose alors qu’à l’inverse, perdre ce coup me fait chuter dans le ventre mou du classement.

Essayer de mettre en place des stratégies globales plus réfléchies sur mes tournois, et bien comprendre que la façon dont je joue chaque main doit être forcément liée à cette stratégie est le chantier qu'il me reste à travailler. Parfois, prendre une décision qui ne maximise pas son EV en jetons mais permet de limiter la variance ou de ne pas perdre une tonne est la meilleure solution.

C'est donc avec une grande excitation que je vous donne rendez-vous dans très bientôt pour la Finale du Winamax Poker Tour au Cercle Clichy Montmartre. Cette saison s'annonce palpitante et j'espère réellement que j'arriverai à décrocher un titre sur un tournoi majeur.

À plus et bonne chance aux tables !


LeVietF0u

Il a remporté les plus gros tournois W et fait souvent parler de lui en live : il est l’un des grands espoirs de la jeune génération.

Suivez LeVietF0u sur FacebookSuivez LeVietF0u sur Twitter