Winamax

[Blog] Le regard des autres : et alors ?

Par dans

julien sitbon crea
Qui ne s’est jamais dit : "Les mecs ne bluffent jamais ce spot et moi je call encore et encore." "Je suis trop haut dans ma range pour fold." "Si je hero call, on va voir ma main, tout le monde va me prendre pour une calling station." "Put** je suis trop co*, pourquoi je ne m‘écoute pas, je savais qu’il avait full !"

Bienvenue dans votre cerveau, et surtout dans celui de vos adversaires. Notre égo nous perd et nous perdra encore longtemps. Retour sur ce qui m'a amené à vous partager mes pensées.

14 septembre 2023. Main Event des Championnats de France de poker à Aix-en-Provence. Nous sommes au milieu du Day 2. Je suis à table avec Mehdi, deux trois bons regs français dont un Marseillais (je tairais son identité, mais je peux vous dire qu'il a le meilleur prénom du monde), et un reg américain qui joue particulièrement bien.

La peur d'être jugé

julien sitbon blog
Notre ami marseillais se retrouve à la river dans un coup contre cet Américain sur un flop 10-3-6-As-9. Après avoir misé au flop, check/call le turn et check river, il se retrouve à tank pas loin de dix minutes lorsque son adversaire le met à tapis. Personne ne réclame la clock tant le pot est conséquent. On sent qu’il est persuadé que son adversaire bluffe. Quelques tells peuvent d’ailleurs nous aider à aller dans son sens, mais il est délicat de se prononcer. Après mûre réflexion, il finit par passer en m’affirmant avoir une paire de 5. Quelque peu surpris, je me souviens lui avoir dit Ah ouais, t’es chaud !”. Finalement, l’Américain avait Dame-Valet, soit hauteur Dame. Un beau bluff ! Il avait donc raison. Cinq minutes plus tard, il perdra ses 35 dernières blindes avec As-Roi suité contre une paire de Rois.

Peu de temps après, au moment du dinner break, on se retrouve tous les trois avec Mehdi et il nous dit : "Si vous n’aviez pas été à table, j’aurais call. Mais je n’avais pas envie de me tromper devant vous." On apprend donc qu’il n’a absolument pas pris en compte l’aspect technique au moment de prendre sa décision. Il ne s'est servi d'aucun tell et a finalement agit selon le regard de l’autre. Dans ce cas, le simple fait que des joueurs qu’il estime bons, importants à ses yeux, soient présents à table et puissent le juger, lui a complètement fait changer sa décision.

S'écouter à l'instant T

Vous pensez que je ne fais pas d’erreurs ? Que je ne fais pas de mauvais hero call ? Que je ne bluffe pas un spot dans lequel mon adversaire a les "nuts" ? Eh bien si ! Pour autant, je continue de m’écouter et de faire ce qui me semble être le mieux.

ept blog julien
Le jour où j’aurai le plaisir de passer devant les caméras de Dans la Tête d’un Pro, vous ferez peut-être partie de ceux qui diront : "Mais c’est nul ce qu’il fait !" "Mais non, il ne va pas payer ça quand même !" "Ah ouais, je le pensais meilleur". Même si j’ai conscience que je risque de faire des erreurs, la clé est de m’écouter et de choisir la solution la plus optimale à l’instant T. Cette solution étant : prendre la meilleure décision possible après avoir pris en compte et analysé l’entièreté des paramètres à disposition, tout en restant conscient qu’il existe des paramètres que je ne maîtrise pas.

Moralité : il faut toujours rester concentré sur le moment présent et sur la décision qui nous paraît la plus juste, sans se préoccuper du qu’en dira-t-on. De toute manière, quel que soit le choix que vous ferez, vous ne pourrez éviter le jugement d’autrui. Le poker est un jeu d’erreurs. Nous sommes tous des êtres humains. Il faut donc accepter de se tromper, et comprendre qu’il n’y a pas mort d’homme.

Je ne prétends pas que c’est facile. C’est un travail que l’on doit faire sur le moment, lorsqu’on est à table. Pour ma part, je préfère suivre mon instinct et me tromper plutôt que d’être influencé par ce que certains joueurs réguliers pourraient penser. Ceux qui jugent sont souvent ceux qui n’osent pas, qui préfèrent montrer aux gens qu’ils connaissent le jeu, plutôt que d’être véritablement bons et différents. Je terminerai en reprenant cette phrase de Davidi qui m’a profondément marqué au début de ma carrière : "Si vous n’êtes pas sûr, mieux vaut un mauvais fold qu’un mauvais call."

La prochaine fois que vous vous trouverez dans une situation similaire, j’espère que vous penserez à moi, et que vous serez content de prendre VOTRE propre décision.


ifyourgood

Numéro 1 français, vainqueur WSOP, champion expérimenté et respecté : l'ambition du Parisien n'a d'égal que son talent.

Suivez ifyourgood sur Instagram