[Blog] La Máquina est relancée

Par dans

Blog Adrian
Bonjour à tous ! Comment allez-vous ? Comment se passe cette fin d'année pour vous ? La mienne se déroule plutôt bien, comme vous le savez probablement, et c'est précisément le sujet que je veux aborder dans mon dernier blog de 2019 !

L'ultime grand festival de l'année, l'European Poker Tour de Prague, vient de se terminer pour moi, et je repars avec un goût sucré dans la bouche : non seulement parce que les résultats ont été au rendez-vous, mais aussi parce qu'au cours des deux derniers mois, j'ai réussi à renverser une situation compliquée pour moi, inconfortable pour n’importe quel joueur mais particulièrement pour quelqu'un d'aussi compétitif que moi.

Comme vous l'avez vu, j'ai réussi deux excellentes perfs’ aux Bahamas en novembre, en remportant le Super Highroller à 25 000 $ et le Main Event Caribbean Poker Party. À d’autres moments de ma vie, ces résultats auraient été suffisamment conséquents pour que je sois très heureux et satisfait, mais lorsqu’ils sont survenus, ils constituaient deux succès particulièrement importants pour moi.

Adri4
Je l'ai déjà dit dans une autre interview, et je ne voulais pas manquer l'occasion de le répéter ici également ; je ne vais pas cacher la réalité ou essayer de prétendre que c'est quelque chose qui ne m'affecte pas, au-delà de la réalité économique que tout le monde peut comprendre et imaginer : en 2019, les choses ne se passaient pas comme je le souhaitais. Les résultats n’arrivaient pas et c'était quelque chose qui commençait à affecter mon humeur. Heureusement, j’ai obtenu de bons résultats en ligne en parallèle, et j'ai encaissé plusieurs gains importants qui ont maintenu mon humeur à un niveau "normal". Mais quand vous vous rendez sur des festivals, que vous voyagez à travers le monde et que vous jouez autant de tournois comme je le fais habituellement, vous voulez que les résultats suivent, et ce n’était pas le cas.

Qu'est-ce qui me manquait ? Est-ce que je faisais quelque chose de mal ? Est-ce que quelque chose m'échappait, quelque chose que je n'avais toujours pas remarqué ? La vérité est que je me suis posé ces questions, et que je n’ai pas trouvé d'explication, car mes routines, mes façons d'aborder les tournois et mon style de jeu étaient les mêmes que d’habitude, et même encore meilleurs. Lorsque je ne voyageais pas autour du monde, j'ai continué à étudier, à travailler sur mon jeu, à partager mes connaissances avec mon entourage le plus proche, ce qui m'a fait me sentir plus préparé que jamais. Mais les deepruns n’arrivaient toujours pas... Heureusement, aux Bahamas, cette tendance a changé.

Est-ce que parfois, il m’a manqué ce coup de pouce de dame chance ? Peut-être. Je ne dirai pas que la chance n'est pas un facteur à prendre en considération au poker, bien que ceux qui me connaissent savent que j'essaie toujours de me focaliser sur le long terme et d'éviter de me fixer des objectifs immédiats. Mais encore une fois, quand les choses ne vont pas comme on le veut, on essaye toujours de chercher des explications partout. Je ne fais pas exception, même si certains peuvent penser que ces choses ne m'affectent pas.

Adri-fanDe plus, j’évolue généralement dans un environnement si compétitif (comme je le suis moi-même) que la différence se fait sur de petits détails. Et peut-être que la chance était justement cette petite chose qui m’avait manqué durant toute l’année 2019. Par conséquent, la sensation ressentie aux Bahamas, lorsque j'ai remporté ces deux tournois, était vraiment satisfaisante…

En premier lieu, gagner le Highroller à 25 000 $ était un sentiment merveilleux, presque du soulagement je dirais, mais ce qui allait arriver quelques jours plus tard était encore plus fou. Gagner le Main Event était non seulement spécial du fait du nouveau million de dollars remporté (ce qui aide toujours, évidemment), mais aussi parce que j’avais pris la mesure de plus de 1000 joueurs, certains au profil professionnel et d'autres plus amateur. J’ai aussi ressenti des sensations que je n'avais pas vécues depuis ma victoire au Main Event de l’EPT Monte-Carlo, en 2015.

De plus, presque toute l’action a été filmée par les caméras de « Dans la tête d’un pro », donc cela fournira de la bonne matière pour la série, même si je peux déjà vous dire qu’il faudra attendre, car je dirais que ces épisodes ne seront pas prêts avant la seconde moitié de l'année. Je vais devoir me rendre à Paris pour enregistrer ma voix, il faudra les fignoler, etc, etc ... Allez, soyez patients !

Les Bahamas étaient maintenant derrière moi, et elles s’étaient avérées un excellent moyen de repasser dans le vert et de supprimer ce sentiment d'angoisse dont je ne pouvais plus me débarrasser. Puis je suis arrivé à Prague avec l'intention de continuer sur ma lancée... et le rush s’est poursuivi ! Premier tournoi, et une autre victoire dans la musette. C’était fou ! Imaginez, trois tournois consécutifs remportés avec une seule bullet dans chacun d’entre eux ! Savez-vous à quel point c'est difficile ?

Adrian4
Le Highroller à 10 000 € qui a ouvert le festival tchèque n'était pas très important en termes de field, car après tout, c'est l'un de ces tournois pour lesquels de nombreux joueurs ne sont pas encore arrivés en ville. Mais cela m'a aidé à confirmer que tout allait bien et m’a permis de remporter un autre prix à six chiffres. Le rush était bien là, il fallait essayer d'en profiter. Et il y avait encore un bon résultat à venir pour terminer l’année…

Dans le Super High Roller à 50 000 €, j’ai fait mon entrée au Jour 2 parce que la veille je jouais en ligne depuis ma chambre d’hôtel. Et comme au jour 1 seulement quelques niveaux avaient été joués, je pouvais toujours arriver au Jour 2 avec plus de 60 blindes, donc je ne me faisais pas trop de souci. Premier niveau de jeu, et je double déjà ! À partir de là, ce fut une journée presque parfaite qui m'a permis d’arriver en table finale avec le chiplead. Oui, chipleader !

J'y ai sécurisé un autre gain important, mais il y avait un duel à plus de 700 000 € pour savoir qui gagnerait. Je ne vais pas me plaindre à ce stade, après le rush que j'ai connu récemment, mais la vérité est que la table finale ne s’est pas très bien passée. Mon stack a chuté, principalement parce que Jean-Noël Thorel faisait doubler tous mes rivaux sauf moi, et bien sûr, quand vous voyez des joueurs aussi bons que Steve O'Dwyer, ElkY ou Stephen Chidwick vous passer devant au chipcount, leur donner cet avantage est pratiquement mortel.

Au final, j’ai pris la troisième place pour un gain de plus de 300 000 €, ce qui m’a permis de continuer à accumuler de l’argent, de garder ma motivation au top et de clore l'année 2019 avec un très bon goût dans la bouche. Concernant Stephen Chidwick, mieux vaut ne pas discuter. Il est sûrement le meilleur joueur du moment : c’est quelque chose que je n'affirme pas, mais pratiquement tous ceux qui jouent habituellement contre lui disent cela. C'es lui qui m'a éliminé du Super Highroller et qui a fini par gagner, je suppose à juste titre.

Adrian2
L'EPT Prague étant déjà terminé, il est maintenant temps de passer quelques jours à la maison, en famille, avec des amis et des proches que j'ai hâte de voir. Je vais pouvoir non seulement fêter Noël, mais aussi mes résultats récoltés ces dernières semaines !

Je profite de l'occasion pour vous remercier pour tous les mots d'encouragements et de félicitations que j'ai reçus ces dernières semaines, la plupart via les réseaux sociaux. Ce sont des choses qui aident pour continuer à se battre et se donner à 100%, et ça ne changera pas.

Salut à tous et, espérons-le, que 2020 commence comme s’est terminé 2019 !

Bonne fêtes !

Les pages à suivre

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


Amadi_17

À 25 ans seulement, la nouvelle recrue espagnole possède déjà trois bracelets de champion du monde et plus de 17 millions de dollars de gains.

Suivez Amadi_17 sur FacebookSuivez Amadi_17 sur TwitterSuivez Amadi_17 sur Instagram