[Blog] La cabane dans les bois

Par dans

Adrien Delmas Blog

Bonjour à tous et bonne année 2020, en espérant que tout se passe bien pour vous en cette nouvelle décennie. Une fois n’est pas coutume, partons sur un blog un peu plus léger que d’habitude, pour parler objectifs, contrat Winamax (rempilera ? rempilera pas ?), et de cabane dans les bois !

Après l’EPT Prague, je suis rentré dans le Périgord passer les fêtes en famille. L’occasion était évidemment parfaite pour passer du temps avec des personnes que j’apprécie, autour d’une MONTAGNE de mets plus succulents les uns que les autres. J’en ai profité pour me reposer un peu, même si, avec beaucoup de gens à voir, mon emploi du temps était bien chargé. C’est ce qui se passe quand on n’a pas souvent l’opportunité de rentrer au pays !

Un premier de l’an plein d’enseignements

J’ai passé le nouvel an en très bonne compagnie, avec un groupe composé principalement d’artistes. Nous avons échangé sur des sujets étonnamment proches du poker, surtout concernant les difficultés rencontrés dans leur boulot, pas si éloignées des miennes. Pour simplifier, les similitudes sont nombreuses, notamment au niveau du style de vie : on travaille principalement chez soi, de nuit, ce qui implique une obligation d'autonomie, bien gérer sa motivation, ses priorités, etc.

Adrien Delmas PCA

Un sujet m’a particulièrement interpellé, dans lequel je me retrouve un peu ces temps-ci : le moment où tu acquiers énormément de connaissance dans ton domaine, mais que tu ne sais pas si tu dois les appliquer à la lettre ou te concentrer sur ton style personnel. Ce dessinateur de mangas me parlait de ses projets et m’expliquait ses difficultés à retrouver sa "patte". Il se conformait à ce qu’on attendait de lui, à ce qui est "correct" et "théorique". Les retours de son éditeur étaient assez médiocres et lui-même n’était pas content de ce qu’il avait produit.

Il était en pleine phase de remise en question… et c’est là où j’ai fait le parallèle avec le poker : alors que mon interlocuteur semblait trop coller aux standards du dessin, qu’on lui a enseigné à l’école pendant plus de trois ans, moi, je collais trop à la GTO, apprise également pendant pas mal de temps. S’en est suivie une très longue discussion intéressante pour les deux parties, qui tend à souligner l’importance de la diversité dans notre environnement. On fait tous face à des difficultés mais on peut apprendre des autres et s’aider de leurs expériences pour avancer encore plus vite, même si elles semblent éloignées des nôtres.

L’homme du lac

Suite à ceci, en ce début d’année 2020, je suis allé passer trois nuits seul dans une cabane au bord d’un lac (photo ci-dessous), sans électricité, et avec comme seul chauffage un poêle à bois, en veillant à éteindre mon téléphone tout au long du séjour. Depuis quelques temps, j’avais pour idée de m’organiser une petite retraite solo afin de pouvoir me concentrer sur moi-même, penser aux choses importantes de la vie, mais aussi d’observer l’influence qu’ont les téléphones sur nos vies. Lors des derniers mois, je me suis rendu compte que j’y accordais de plus en plus d’importance, ce qui me déplaisait d’un point de vue productivité.

Cabane Lac

Cette vie de simplicité me plait énormément : être plus à l’écoute de ses sens, se balader en forêt, rester assis près du feu à lire : sah quel plaisir ! Pour les activités sur place, j’avais emmené des livres, ma tablette kindle (mon seul moyen de connaître l’heure) et mes cahiers de Japonais pour pouvoir bosser dessus. J’ai beaucoup dormi là-bas et j’ai pu ressentir physiquement que chaque jour passé me détendait un peu plus, et se déroulait selon un rythme calme et apaisé.

Un des trucs tout bête auxquels je n’étais plus habitué, notamment à cause du fait de travailler la nuit, c’est que dans une maison sans électricité, quand il fait nuit dehors il fait nuit dedans ! Cela peut paraitre idiot, mais à 17h30 j’étais dans le noir total, et avec des lampes de poche d’une faible intensité, difficile de créer un éclairage uniforme. De prime abord, cela a pas mal limité mes activités. Bon an mal an, j’ai quand même pu lire trois livres et m’adonner à des réflexions assez intéressantes sur le poker et/ou ma vie en général. Pour revenir aux smartphones, la première chose que j’ai faite en le rallumant fut de supprimer tous les réseaux sociaux (en gardant les services de messagerie). Je me suis rendu compte que je n’avais rien loupé durant ces quatre jours, donc maintenant je m’en tiendrai au strict minimum et ne m’en porterai que mieux !

Chacun cherche son pain

Le but de cette retraite était aussi de m’aider à définir mes priorités et objectifs pour cette nouvelle année. Les voici, mais sans trop rentrer dans les détails sinon ce blog n’en finirait pas !

Il y a trois choses sur lesquelles je veux me concentrer cette année. La première est évidente : c’est le poker. Mes objectifs sont assez simples et le principal sera de beaucoup plus jouer et me corriger. C’est à dire qu’au lieu d’apprendre de nouvelles choses, je vais me concentrer à corriger mes leaks (mes points faibles) en faisant des reviews systématiques de mes sessions. Ensuite, je vais devoir réviser ! J’ai énormément de fichiers très divers sur lesquels j’ai déjà travaillé mais je n’ai pas le réflexe de les relire souvent et je les oublie. Prendre l’habitude de consulter régulièrement ces fichiers et les modifier si besoin sera des plus bénéfiques pour moi. En termes financiers, je veux pouvoir dégager 100 000 € de profits net sur l’année, en prenant en compte les frais donc. Simple, concis, efficace.

Mes deux autres objectifs sont plus personnels et liés à des hobbies. Je pense avoir déjà mentionné que j’étais en plein apprentissage d’une nouvelle langue : le Japonais. J’aimerais donc obtenir mon examen N3 à la fin de cette année, qui correspond à un niveau de compréhension de la vie commune, sans rentrer dans trop de vocabulaire technique ou grammaire poussée. C’est plutôt très ambitieux et j’estime avoir environ 50% de chance de réussir. Néanmoins, comme à chaque fois avec les objectifs, l’important n’est pas son accomplissement mais les processus mis en place pour les réaliser. Par conséquent, du moins en janvier et février où j'aurais davantage de temps libre, je vais y consacrer une à deux heures par jour, ce qui n’affectera pas mes objectifs poker ni mon sommeil. À ce sujet, point petites annonces : si jamais vous avez passé le N3 ou que avez des conseils ou ressources à me proposer, vous savez où me trouver.

Boulanger

Enfin, j’ai envie d’apprendre à faire du pain. Alors qu’on le pense simple, il est l’un des aliments les plus somptueux et diversifiés au monde (il en existe des milliers de sortes différentes) : c’est fascinant ! En plus, j’ai accès via ma famille à un vrai four à bois, alors pourquoi pas. Vous allez me dire, faire du pain c’est facile, ce à quoi je n’ai rien à objecter. Mais faire du bon pain est selon moi un art à maîtriser, rien qu’en passant par le choix du levain, les différents types de farine, le façonnage, les grignes, etc. Pour l’instant, j’ai seulement lu le Traité de boulangerie au levain, un livre vraiment super, et la pratique commence dès février. Car comme au poker, l’important c’est de faire, puis ajuster, faire, prendre des notes, ajuster, et ainsi construire son savoir. Là encore, si des boulangers me lisent, je prends volontiers tout conseil et/ou idée de recette !

Je pense que tout a été couvert pour ce premier blog de 2020. Comme à l’accoutumée, bonnes bises barbues. Ah oui, au fait, je ne vous ai pas dit ? Je suis reconduit au sein du Team Winamax pour un an, alors à très vite !


Ragnarok235

Tous ses pairs vous le diront : le vainqueur de la Top Shark Academy 2018 est l'un des talents les plus prometteurs de sa génération.

Suivez Ragnarok235 sur FacebookSuivez Ragnarok235 sur TwitterSuivez Ragnarok235 sur Instagram