[Blog] Je te le dis sans faille

Par dans

C'est curieux le poker. Il y a cinq ans je jouais sur des tables à cinq centimes, quatre ans plus tard j'étais tranquillement dans mon canapé à faire mes sessions en ligne, et je me retrouve maintenant projeté dans la sphère des tournois les plus chers du monde. Faire partie du Team Winamax m'offre la possibilité de tenter ma chance face aux meilleurs joueurs du circuit pro. Cela suppose l'excellence et nous avons, j'en suis sûr, les moyens de devenir la meilleure équipe au monde. Pour cela, nous avons bien entendu Sylvain Loosli, Alexandre Luneau et Davidi Kitai, qui sont les trois moteurs du groupe. Ils font déjà partie des tout meilleurs. De mon côté, le principal enjeu aujourd'hui est de réussir la transition vers les tournois live high stakes, comme l'ont fait avec brio Davidi puis Sylvain.

Thème de réflexion : équilibrer ses ranges, ou apprendre à se défendre

Je n'avais jamais eu l'occasion de jouer de manière régulière les tournois high stakes live. Mon intégration au sein du Team me permet aujourd'hui de jouer, sur un même festival EPT, le Main Event et quelques High Rollers. Sur ces tournois, il y a bien entendu quelques joueurs récréatifs, mais surtout un grand nombre de professionnels, et il n'est pas rare de tomber sur une "table de la mort", sans aucun joueur faible. Lors de l'EPT Dublin, ma table sur le High Roller à 10 000 euros était composée de David Vanplew, Jason Mercier, Sam Greenwood, Andre Akkari, Christoph Vogelsang et Davidi. Soit 38 millions de dollars de gains en tournois live à eux six !

J'ai, depuis toujours, développé un jeu très offensif, construit pour attaquer les plus faibles joueurs. Même sur les plus gros buy-ins des sites français, les stratégies exploitantes fonctionnent mieux tant mes adversaires ont, en règle générale, des failles dans leur jeu. Mais que faire dès lors que vous devez faire face à des joueurs qui connaissent parfaitement la théorie, et ne commettent quasiment jamais d'erreurs ? Il est impératif d'apprendre à se défendre. Je ne le dirais jamais assez, faire son autocritique est vital. Comme beaucoup de joueurs online pratiquant un jeu offensif, j'ai développé un style très exploitant, et donc très exploitable, qui peut facilement se retourner contre moi. Je n'avais jamais réellement ressenti la nécessité de penser mes ranges de manière construite et complexe. Tout se faisait à l'intuition et au feeling. Ça ne suffit évidemment plus.

1) Identifier ses failles

Bien entendu, je ne décrirai pas ici les déséquilibres récurrents caractéristiques de mon jeu, dans le souci évident de protéger un certain edge. Je vais néanmoins vous livrer une liste non exhaustive des failles les plus courantes chez les joueurs de tournois, et vous montrer qu'il est très facile de les exploiter.

Préflop 

 Fréquence d'ouverture trop élevée, notamment en position UTG, aux hijack, cutoff, bouton et en small blind. Souvent, ces joueurs vont également placer trop de 4-Bet préflop pour se défendre face aux 3-Bets. Vous devriez songer à envoyer des 3-Bets et des 5-Bets avec beaucoup de mains, et à 3-Bet à tapis un large panel de mains lorsque vous avez moins de 25 blindes.

 Fréquence de 3-Bet trop élevée, notamment au bouton et en small blind. Vous devriez réduire vos fréquences d’ouverture pour contrer l'agression, essayer de piéger des grosses mains dans les pots surrelancés et placer des 4-Bets avec un large éventail de mains.

 Fold to steal (pourcentage de fois qu’un joueur se couche après une tentative de vol de blinde) trop élevé. Beaucoup de joueurs overfold de manière dramatique en petite et grosse blinde. Autrement dit, ils se couchent trop souvent dans les moments où ils sont exploitables. Si vous êtes de petite blinde contre un joueur qui vole beaucoup et devant une grosse blinde passive, vous devriez penser à élargir votre range de défense en SB, presque comme si le joueur de BB était absent. De même, n'oubliez pas que vos chances sont de 4,5 contre 1 avant le flop depuis la grosse blinde, face une relance minimale. Il est important d’en tirer les conséquences et ne pas trop overfold.

Postflop 

 Fréquence de continuation bet trop élevée. Le floating (suivre au flop sans tirage ni paire, pour tenter de voler le coup plus tard en cas de check adverse) contre les joueurs qui n’envoient pas souvent une deuxième salve au turn est une bonne piste. Choisir de relancer du minimum ces continuation bets devient également une arme très intéressante.

Je n'en dirais pas plus pour ne pas vous faciliter trop la tâche mais vous l'avez bien compris, corriger des failles flagrantes face à de très bons joueurs est indispensable, car ils puniront systématiquement les déséquilibres trop visibles de votre jeu. 

2) Corriger ses failles

C'est sans doute la partie la plus difficile. J'ai personnellement des déséquilibres qu'il m'est bien difficile de gommer. Étant d'un tempérament impatient, j'ai naturellement tendance à ouvrir ou surrelancer de manière un peu trop libérale. Pour mieux me tempérer, j'ai donc établi une sorte de contrôle de sécurité lorsque je suis à une table difficile. Je joue un jeu proche du GTO (pour Game Theory Optimal ou Théorie Optimale des Jeux en français, concept visant à déterminer la meilleure action à effectuer à tout moment) jusqu'à discerner des éléments physiques ou dans le style de jeu qui me permettront de mettre en place une nouvelle stratégie plus efficace. 

Le grand avantage de cette technique est qu'elle vous empêche de faire des grosses erreurs tant que vous n'êtes pas à l'aise à votre nouvelle table, et vous laisse le temps d’établir de solides profils des joueurs autour de vous. Si aucune faille ne se présente, cela vous permet, dans le pire des cas, de vous défendre même face aux meilleurs. En résumé, j'essaie d'adopter une stratégie quasi inexploitable et de m’y tenir jusqu'à ce qu'un read ou une situation particulière me permette d'en déterminer une meilleure. Vous serez d'ailleurs étonné de voir à quel point les ranges d'ouverture avant le flop sont serrées sur les High Rollers !

Voici un exemple d'ajustement que j'ai effectué pour être moins déséquilibré dans mes ranges de 3-Bet. Sur l'Afterwork – par exemple – mon raisonnement pour surrelancer avec une main légère est : "Dame-9 suités est une main qui se joue bien même si mon adversaire paie, et j'ai un read précis sur sa façon de jouer après le flop.'

Face à un top joueur, mon raisonnement sera un peu plus détaillé :

 Fréquence d'ouverture : si je surrelance cette main dans ce spot, cela crée-t-il un déséquilibre trop important dans ma range ? Si la réponse est oui, je passe. J'ai par exemple vu un joueur français régulier 3-Bet avec Dame-9 assortis contre ma relance UTG (table full ring), alors qu'il avait juste payé avec deux Valets dans le même spot. S’il surrelance une combinaison et pas l'autre, cela veut dire que sa range de 3-Bet est massivement déséquilibrée et que vous pourrez l'exploiter facilement. Ici, si vous décidez de 3-Bet pour valoriser des mains telles que As-Roi ou deux Dames, vous ne pouvez pas prendre la liberté de 3-Bet une main aussi faible que Dame-9 suités. À vous de faire le travail théorique pour déterminer quel ratio entre value et bluff vous voulez avoir selon les configurations.

 La pertinence de mes blockers. Déterminer quelles mains sont les bonnes pour 3-Bet light ou pas est un travail d'orfèvre. Selon les positions et les profondeurs, se servir des bons blockers peut être crucial. En effet, les mains qui ne sont pas des paires représentent bien plus de combinaisons que les paires au poker. Sachant que les adversaires se servent souvent d'As pour 4-Bet à tapis, la pertinence des blockers joue un rôle majeur pour construire vos ranges de 3-Bet, 4-Bet et 5-Bet light. Dans un spot où votre adversaire est susceptible de toujours continuer avec As-Valet/paire de 7 et plus, avoir une main comme As-8 dépareillés bloquera trois combos de As-As, trois combos de 8-8, et 12 combos de As-Valet, As-Dame, As-Roi, soit 18 combinaisons de mains contre lesquelles vos 3-Bet light ne fonctionneront pas. Faites maintenant le calcul avec une main comme Dame-9 assortis. La différence est flagrante.

Voilà donc quelques pistes que je suis en train d'explorer pour devenir un joueur plus compétitif et complet. Mais l'heure est maintenant au Winamax Poker Tour, et ce ne sera probablement pas l'endroit idéal pour équilibrer ses ranges ! Je vous donne donc rendez-vous dans les prochains jours à Paris, pour le High Roller et le Main Event, tournois autour desquels vous me prendrez certainement en flagrant délit de 3-Bet light avec Dame-9 ! À très bientôt.


LeVietF0u

Il a remporté les plus gros tournois W et fait souvent parler de lui en live : il est l’un des grands espoirs de la jeune génération.

Suivez LeVietF0u sur FacebookSuivez LeVietF0u sur Twitter