[Blog] Fausse alerte, vraie panique

Par dans

Blog Adrián Mateos Facebook

¡Hola a todos! Comment ça va ? Votre été s'est bien passé ? Le mien a été fait d'un peu de tout : tournois à las Vegas, vacances en famille et entre amis, tournois à Barcelone et une autre petite semaine de vacances à Ibiza en compagnie de certains camarades du Team, avant une (plaisante) obligation professionnelle pas très loin de la maison. Je ne suis pas sûr de pouvoir encore vous en parler, alors gardons le suspense...

Retour au présent. Je me retrouve face à mon ordinateur pour vous écrire ces quelques lignes, quelques jours avant de reprendre l'avion direction Chypre, pour y jouer une série de tournois High Rollers qui me font très envie. Mais plutôt que de se projeter vers le futur, j'ai choisi de vous parler de quelque chose qui m'est arrivé cet été. Quelque chose de vraiment extra-ordinaire, pas directement lié au poker, mais qui, c'est certain, restera longtemps gravé dans ma mémoire (et celles de beaucoup d'autres). D'autant que je ne sais pas exactement l'écho que cet événement a eu en Europe. Vous l'avez donc compris, pour cette anecdote, nous retournons à Las Vegas.

Le moment où tout a basculé

Adrián Mateos WSOP

C'est la dernière ligne droite des WSOP. Mon Main Event s'est malheureusement achevé bien plus tôt que je ne l'aurais voulu, sur la deuxième place payée de ma carrière, mais rien d'autre qu'un min-cash. Espen Jorstad vient d'être sacré Champion du Monde, mais il reste encore quelques beaux tournois à disputer, à commencer par le "10K 6-max". Je suis en train de jouer le Day 1 au même endroit que se sont joués la majorité des Day 1 durant ces WSOP : dans la Paris Ballroom. Pour vous donner une idée si vous ne vous la représentez pas, c'est une salle gigantesque, divisée en plusieurs zones, dont la superficie pourrait bien correspondre à plusieurs terrains de foot. Je suis assis à ma table, sous l'œil attentif des caméras de Dans la Tête d'un Pro (spoiler!). Comme d'habitude, je regarde mon téléphone entre chaque main, parcourant les réseaux sociaux, WhatsApp... Quand soudain, un bruit sourd venu de l'autre côté de la pièce me fait lever les yeux. J'aperçois alors un flot de gens courant vers nous de façon désorganisée. WTF!

Dans ce genre de moment, il n'y a pas beaucoup de place à la réflexion. Ton instinct te dit d'agir de la même manière que tout le monde : tu te lèves, prends ton sac et cours dans la même direction que les autres. Je commence par sortir de la salle en suivant la foule devant moi, et continue jusqu'à débarquer dans la rue (qui n'est pas exactement à côté). Une fois dehors, de nuit, des signes de panique se produisent un peu partout. Qu'est-ce qui est en train de se passer ? Parce que j'avais le téléphone en main au moment où tout ça s'est produit, je peux rapidement ouvrir les réseaux sociaux et les chats WhatsApp. Visiblement, des rumeurs parlent d'un tireur dans la ville, d'où la panique ambiante. Joder!

Un tireur ? Quel tireur ?

À un moment donné, débarquent Romain [Lewis] et João [Vieira]. Eux ont dû laisser leur téléphone sur la table, ils me demandent donc le mien pour appeler ou du moins prendre contact avec leurs proches. Pendant ce temps, personne ne comprend rien. D'une seconde à l'autre, nous nous sommes retrouvés dans une situation de danger extrême : on entend des voitures de police, des ambulances et même un hélicoptère en train de survoler le Strip. C'est complètement fou ! Y a-t-il vraiment quelqu'un, tout près, en train de tirer sur des gens ? Ce qui est certain, c'est que s'il y un endroit où il peut se passer quelque chose comme ça, c'est bien ici, aux États-Unis.

Nous restons là, dans la rue, loin des casinos, sans savoir si l'on est en sécurité ou non, alors que des signes de panique nous parviennent de tous les côtés. Les minutes passent, et sur les réseaux sociaux commencent à naître tout un tas de théories. Dans ce genre de situations, il faut bien savoir faire la part des choses et garder la tête suffisamment froide pour savoir que croire et ne pas croire. Et puis, apparaît d'un coup dans ma timeline un tweet du Département de Police de Las Vegas, source à laquelle j'ai envie de me fier. Apparemment, il n'y avait aucune raison pour un tel chaos, et encore moins de tireur se déchaînant contre la population. Ce qui s'est visiblement passé, c'est qu'une personne mentalement instable a jeté une grosse pierre contre l'une des portes vitrées du MGM Grand, provoquant un fort bruit que certains ont interprété comme des tirs. L'effet boule de neige qui a suivi n'est rien d'autre que le produit de la psychose d'une société bien trop habituée à ce genre d'événements.

Beaucoup de bruit pour rien

WSOP Panique

Bon, on sait maintenant qu'il n'y avait pas lieu pour une telle panique. Pour autant, les choses ne sont pas revenues à la normale comme si de rien n'était. Ce raz de marée humain a eu bien des conséquences, même si je me concentrerai ici sur celles qui m'ont affectées de manière plus directe. En courant dans tous les sens, les gens ont renversé bon nombre de chaises et de tables dans les salles de tournois des WSOP. Certains l'ont même fait consciemment pour se réfugier derrière. Une situation surréaliste ! Forcément, les jetons ont volé et les stacks se sont mélangés les uns aux autres. Comme je l'ai mentionné plus tôt, les caméras de Dans la Tête d'un Pro étaient en train de me filmer. Et bien sûr, elles ont enregistré ce qui s'est passé : la foule affolée, ma sortie précipitée... Pour avoir vu ce passage, je peux vous dire qu'il avait plus sa place dans un film d'action ou un thriller qu'une émission de poker. Je doute qu'il soit gardé au montage de toute façon.

Au vu de cette situation si particulière, les WSOP ont choisi de mettre fin à la journée de tournoi, et d'essayer de reconstruire les stacks comme ils étaient avant que tout ça se produise, avec l'aide des joueurs et des caméras de sécurité. S'il faut chercher un point positif à tout ça, on peut se dire qu'heureusement que la salle était loin d'être pleine, auquel cas les dégâts auraient été bien plus importants.

Il se passe toujours des choses hors du commun à Las Vegas. J'y ai connu un tremblement de terre, des tempêtes de sable... mais je ne pensais jamais vivre quelque chose comme ça. Et je ne parle pas de l'éventualité d'une fusillade - car on sait malheureusement tous qu'il s'en passe quasi chaque jour aux États-Unis -, mais bien de la "non-fusillade" ! Ce qui me choque par-dessus tout, c'est qu'un bruit, aussi fort soit-il, à un endroit très localisé du Strip (un boulevard quand même long et bruyant) puisse déclencher une telle vague de panique. Ça, c'est complètement dingue !

Voilà pour ma petite réflexion sur le sujet. À la prochaine pour une nouvelle anecdote, j'espère un peu plus réjouissante. Et d'ici là, nos vemos en Bratislava!


Amadi_17

À 25 ans seulement, la nouvelle recrue espagnole possède déjà trois bracelets de champion du monde et plus de 17 millions de dollars de gains.

Suivez Amadi_17 sur FacebookSuivez Amadi_17 sur TwitterSuivez Amadi_17 sur Instagram