[Blog] Deux semaines pour un bracelet

Par dans

Leo Blog Créa

Ça y est. Leo Margets est enfin en route pour Las Vegas, où les WSOP ont débuté depuis fin septembre. Comme elle, des milliers de voyageurs en provenance de l'espace Schengen - dont une bonne tripotée de joueurs de poker - ont dû attendre le 8 novembre pour franchir les frontières états-uniennes. Deux semaines plus tard, c'est en Championne du Monde que la Barcelonaise rentrera au bercail. Jour après jour, elle vous raconte son incroyable Vegas 2021.

Lundi 8 novembre

Je fais actuellement escale à l'aéroport de Newark, dans le New Jersey. Je n'avais que 90 minutes pour prendre mon second vol, et j'ai eu un peu peur de louper la connexion pour Las Vegas. Mais je suis arrivée rapidement à la porte d'embarquement, prête à m'envoler pour Sin City. Près de deux ans après les derniers WSOP, j'ai encore du mal à croire que je vais rejouer au Rio. Je meurs d'envie d'arriver à destination. Hier soir, j'ai mal dormi. Je craignais d'oublier en Europe quelque chose d'essentiel qui aurait pu gâcher mon séjour. Après avoir tout vérifié et revérifié, j'étais parée. Le réveil a sonné, et comme j'avais tout préparé il me restait trente minutes à tuer avant de quitter la maison. J'ai juste pris un déca : je voulais dormir un peu durant le premier vol (Barcelone / Newark), long d'un peu plus de neuf heures. Joie : j'ai réussi à fermer les yeux six heures. C'est le passage du deuxième plateau repas qui m'a réveillée, il avait l'air tellement mauvais que je n'y ai pas touché. Je me suis souvenue que je profitais toujours de mes voyages transatlantiques pour jeûner, c'était encore l'occasion de le faire.

Mardi 9 novembre

No jet lag can stop me ! Je me suis mal débrouillée avec le trajet Newark-Las Vegas. Je suis arrivée de nuit et derrière, je n'ai pas réussi à trouver le sommeil. Par chance, l'adrénaline de jouer tout de suite le Main Event a laissé mes sens en alerte.

Vendredi 12 novembre

Je suis au Day 3 du Main Event ! J'aurais voulu décrire davantage mes sentiments sur le moment, mais j'étais véritablement sur un nuage. Et quand je retrouve ma chambre après une journée marathon, je déconnecte en regardant une vidéo sur Youtube, pas en écrivant. Si tout se passe bien, ce soir nous atteindrons les places payées. J'ai une bonne routine. Chaque matin, j'analyse avec Miguel Teus (un autre joueur) et mon cousin Alvar les thinking process de quelques mains que j'ai jouées, pour rester focus à 100%.

Dimanche 14 novembre

J'ai été éliminée aux environs de la 400e place, pendant le dernier niveau du Day 4... Dommage. Mais je sais comment peut se passer un tournoi de poker, et je suis contente de mon jeu. Au lendemain de mon deep run, j'ai fait ITM sur un autre tournoi, et aujourd'hui je viens de passer franchir le Day 1 du Fifty Stack. Jouer, dormir... et faire une place payée. Ce n'est pas trop mal comme routine, mais je suis venue à Vegas avec d'autres ambitions. Voyons voir maintenant ce que feront mes compatriotes David Cabrera et Ramon Collilas : ils sont on fire sur le Main Event...

Margets2

Lundi 15 novembre

Mon compagnon Alberto m'a envoyé une vidéo de mes chats Pitu y Bau dormant avec lui, ce qui m'a mis de super bonne humeur. Jusqu'à ce que je me souvienne que je n'ai plus d'eau chaude dans ma chambre depuis deux jours... C'est fou à quel point on est mal reçu au Rio : ils m'ont proposé de changer de chambre, pour une nouvelle avec de l'eau chaude mais que l'on m'a décrite comme "un peu bruyante". J'ai refusé. Bon allez, arrêtons d'y penser, ça ne sert à rien. En théorie, un plombier devrait venir régler le problème aujourd'hui.

Mardi 16 novembre

Mon compatriote Óscar Púa et moi jouons le Crazy Eights. Nous sommes proches des places payées. Le dinner break coïncide avec celui du Main Event : c'est génial car on peut aller manger avec David Cabrera, qui est toujours en course à 50 left. Il me paraît ultra focus. Nous sommes une nouvelle fois retournés au Parsley, un fast-food healthy, devenu notre restaurant préféré pour les pauses-dîner.

Jeudi 18 novembre

Mon premier jour off ! Je me suis un peu forcée pour le prendre, car je sais que ça me fera du bien. Parfois on commence à tirer sur la corde sans s'en rendre compte, on passe en mode pilote automatique, et c'est fatal lorsque l'on joue au poker. Aujourd'hui c'est la récréation : il faut en profiter. Depuis le début des WSOP, j'ai joué un total de 6 tournois, j'ai atteint l'argent dans 4 d'entre eux, mais je vais pas en rester là. En attendant la suite, j'ai rendez-vous à 17 heures avec Óscar, David et Manuel Labandeira (un joueur également) pour aller manger mais mon plan est de ne pas y passer trop de temps car le lendemain je joue le Day 1A du Closer, le tournoi à 1 500 $ qui conclut les WSOP. Le but en démarrant sur le premier Day 1 est d'avoir un jour de libre le lendemain lors du Day 1B, car il y a un barbecue prévu chez David et une soirée dans la foulée... Et j'ai bien envie de faire la fiesta avec Púa comme dans nos jeunes années !

Vendredi 19 novembre

Je viens de sauter du Closer. Mince ! Il ne me reste plus qu'un tournoi à jouer, le 5K 6-max de lundi... J'aurai bien fait le Day 1B de ce Closer, mais je me suis déjà engagé auprès de Púa pour être présente au barbecue demain, et il n'est pas question que je me désiste pour un tournoi. Mais tiens, tandis que j'écris ceci, un texto de Púa. "Leo, j'ai réservé un vol pour Houston demain. Je sais que si nous sortons faire la fête, je vais être à fond et je n'arriverai pas à aller me coucher tôt, alors je préfère m'en aller plutôt que ça ne dégénère. Il y a beaucoup de poker prévu ces prochains mois et je veux être en forme. Donne-moi de tes nouvelles à la fin de la journée pour me dire où tu en es."

Leo Margets

Samedi 20 novembre

La vérité est que sans Púa, le plan de ce samedi me plaît un peu moins... alors je m'inscris sur le Day 1B du Closer. Soudain, je me souviens qu'en 2018, j'avais eu de la réussite à la fin des WSOP, en terminant seconde d'un tournoi. On dirait que je gère bien les sprints de fin. Alors fonçons ! Adri vient aussi de crush le Super Highroller 250K. Quel monstre ! Et cela le lendemain de la victoire de Romain dans le 10K Turbo Bounty. Vraiment, le Team Winamax est une équipe de choc. Allez, je bois un café et j'y vais. J'ai envie d'arriver un peu en late reg car les journées deviennent très dures, on joue 14 heures chaque jour ou presque. Donc en commençant un peu plus tard, je termine la journée en meilleure forme.

Dimanche 21 novembre

10h : J'avais programmé le réveil une demi-heure plus tard, mais je me lève. Hier, j'ai vraiment vécu une journée de folie... Il ne reste que 66 joueurs sur plus de 2 000 au départ de ce Closer, et j'ai un tapis très profond avec 1,3 millions de jetons. Environ 60 blindes, je suis dans le Top 10 au départ du Day 2. Je ressens des trucs dingues, je joue très bien, et je kiffe. 66 joueurs, c'est un monde, mais je suis au taquet !

17h30 : Table finale. Table finale. TABLE FINAAAALE ! Mais il faut que je garde le contrôle de mes émotions. Et je m'en sors bien, main par main, spot par spot, en réfléchissant beaucoup, parce que quand je me précipite, ça se passe mal. Réfléchir et analyser, ça ne dépend que de moi. Et je dois être déterminée pour que mon plan se déroule à la perfection. À Barcelone, Alberto risque d'halluciner au réveil. On était encore 30 joueurs en course quand il s'est endormi ! Là tout de suite, on part pour une heure de pause, je vais la passer avec Steph' [Matheu]. Évidemment, nous allons au Parsley.

Leo win

23h : Je n'ai pas les mots pour décrire ce que je ressens. On sait à quel point le poker est parfois cruel, mais aussi jouissif. Cette fois, j'ai expérimenté le bon côté de la variance... J'ai réussi à revenir dans un heads-up au cours duquel j'étais tombée à 2,7 millions de jetons contre 45,3 millions chez mon adversaire, et j'ai finalement gagné mon premier bracelet WSOP. Un p..... de bracelet WSOP !

Je me sens tellement chanceuse d'avoir pu vivre cela. Nous sommes nombreux à nous battre pour décrocher un bracelet, et certains travaillent comme des bêtes pour arriver à leurs fins. Moi, j'ai passé deux ans de pandémie à me préparer comme une forcenée pour être prête le jour-J. C'est ça le poker : être super préparé pour que, lorsque vous vivez un good run, vous puissiez en tirer le maximum. And I fucking did it!!!
 


Le soutien que j'ai reçu a été incroyable. J'ai été émue de ressentir autant de bonne énergie de la part de tout le monde autour de moi, autant physiquement que virtuellement. J'avais l'impression qu'ils voulaient ce bracelet autant que moi ! Merci à tout le Team W, qui était en feu dans le tchat de l'équipe, particulièrement à Borja qui était dans le rail de la finale depuis le début, qui croyait en moi et qui célébrait chacune des mains de cette remontada complètement folle. Et merci à Stéph' : il arrive à faire en sorte que je tire le meilleur de moi-même et c'est pour ça, je pense, que j'ai gagné. Merci Álex, car tu as été un soutien inconditionnel durant toutes les Series. Et c'était vraiment incroyable de pouvoir réveiller Alberto en lui disant que j'avais gagné !

Merci beaucoup à vous d'avoir partagé mon bonheur, car vous savez ce que gagner un bracelet signifie.

Au revoir le Rio... Quelle incroyable façon de te faire mes adieux ! On se retrouve dans six mois au Bally's-Paris pour les WSOP 2022. Leeets fucking goooo!!!

Les pages à suivre

t in f wtv wtv wtv wtv


Leo Margets

Révélée par un mémorable deep-run sur le Main Event des WSOP, la Barcelonaise est l’une des figures emblématiques du poker Ibérique.

Suivez Leo Margets sur FacebookSuivez Leo Margets sur TwitterSuivez Leo Margets sur Instagram