[Blog] Coup de boost

Par dans

[Blog] Coup de boost

Que ce soit dans le poker, le sport ou dans tout autre domaine où le dépassement de soi est important, il est parfois difficile de conserver intacte sa motivation, jour après jour, année après année. Je dois avouer que c'est un problème auquel j'ai été confrontée à maintes reprises durant mes huit années en tant que joueuse professionnelle.

Avec du recul, il m'est aujourd'hui facile d'identifier les pics et les baisses de motivation que j'ai dû affronter. Après une fin d'année 2011 difficile où le grind en cash game online a été délicat, j'intègre le Team Winamax en 2012. Le regain de motivation est immédiat, et c'est gonflée à bloc que je débute mes tournois en arborant tout fièrement mon logo au W rouge. La variance a été plus que clémente avec moi cette même année puisque j'ai enchainé les places payées, avant de réaliser ma meilleure perf à ce jour, cette à la fois magnifique et douloureuse dixième place du Main Event des WSOP.

Cette arrivée fracassante m'a mise sur un petit nuage : je me suis laissée porter par mes résultats tout au long de l'année qui a suivi. Les mois passent et les places payées se font de moins en moins nombreuses. Le constat est sans appel : je signe en 2013 ma pire année de joueuse professionnelle. Au départ, je n'ai pas tiré la sonnette d'alarme, mais il a rapidement fallu que je me rende à l'évidence. De l'excès de confiance et un manque de travail sont clairement à l'origine de ce manque de résultats : il est temps de se reprendre en main.

Gaelle Barcelone
Je commence l'année 2014 sur les chapeaux de roue avec une deuxième place sur le Winamax Poker Tour. Je suis reboostée mais n'ai pas toujours la tête au poker. Ou plutôt, le poker n'est plus ma seule préoccupation. Je vais avoir un bébé mais essaie cependant de continuer à jouer un maximum. De nombreuses questions me taraudent. Est-ce que je serai capable de concilier vie personnelle et professionnelle ? Comment gérer tous ces déplacements avec un bébé ? Est-ce que je trouverai le temps pour travailler mon jeu, progresser ou vais-je me retrouver rapidement dépassée par les évènements ?

2015, ma fille est née. Je m'arrange pour ne rater qu'un seul et unique festival : Las Vegas et ses WSOP. Je me suis même permis de bust du Main Event de l'EPT Monte Carlo en mai enceinte jusqu'au cou, celui là même qu'un certain Adrián Mateos Diaz a remporté. J'ai repris le circuit à l'EPT Barcelone en août avec un bébé de trois mois dans mes valises. Pas littéralement, n'alertez pas de suite les services sociaux ! Les deux années qui ont suivi furent sportives... Gérer l'emploi du temps, voyager partout avec un bébé, c'est déjà assez compliqué, mais ajoutez à cela une bonne dose de stress, du sommeil en moins, la revente et l'achat d'un bien immobilier ainsi qu'un déménagement dans un autre pays. Je dois bien vous avouer que ce n'était pas la période la plus calme et sereine de ma vie.

Lorsque je regarde en arrière, je me rends compte que ces trois dernières années ont filé à une vitesse hallucinante. Tout a été tellement speed que je n'ai pas vu le temps passer. Et j'ai l'impression de n'avoir eu le temps de rien. Aujourd'hui, ma fille va avoir trois ans et ira en septembre prochain à l'école. C'est en quelque sorte une petite délivrance pour moi. Le fait de savoir que je vais retrouver le temps me donne une énergie et une motivation énormes. Je vais retrouver le temps de jouer en ligne, mais surtout de travailler mon jeu plus en profondeur, chose qui m'était vraiment difficile ces derniers temps.

Gaelle Harper
Si je vous raconte tout ça, c'est pour mettre l'accent sur un problème récurrent chez les joueurs de poker, professionnels comme amateurs : lorsque l'on n'a pas de résultat, la motivation peut vaciller. Et c'est évidemment un cercle vicieux. La baisse de motivation implique un manque de travail, d'enthousiasme, d'ambition, un état d'esprit pessimiste et des pensées négatives qui ne peuvent qu'avoir pour seule conséquence des résultats médiocres.

Paradoxalement, il faudrait avoir la réaction inverse : le manque de résultat chez les joueurs au mental le plus solide les motive d'autant plus, les pousse à se remettre en question, considérer ce qui ne va pas, ce qu'ils peuvent changer pour être encore meilleurs et moins sujets à la variance. La motivation est évidemment l'une des clés de la réussite. Une personne motivée a plus d'énergie, de persévérance et de volonté de faire tout ce qui est en son possible pour parvenir à réaliser son objectif.

Alors comment booster sa motivation ? Le poker est un de ces domaines où le travail ne porte pas forcément ses fruits directement, contrairement à d'autres où les résultats parlent d'eux-mêmes, où la progression est plus évidente car bien plus concrète. C'est pourquoi je pense qu'il est important de se fixer des objectifs précis. La préparation neuro-linguistique (PNL) aide à définir ses objectifs grâce à la stratégie SMART. Il s'agit de déterminer des objectifs Spécifiques, Mesurables, Acceptables, Réalistes et Temporels. Ils permettent de rendre la motivation plus concrète en clarifiant le résultat escompté et la façon d'y parvenir.

Gaelle WiPT
Il est important que les objectifs que vous souhaitez définir répondent à tous ces critères pour éviter de se sentir débordé et découragé par un objectif trop lointain. Il faut qu'ils soient spécifiques, c’est-à-dire sans ambiguïté, clair et précis. Un objectif trop vague ne sera pas motivant. Un objectif doit également être mesurable, il faut être capable de mesurer son état d'avancement, de le quantifier. Ensuite, un objectif doit être à la fois acceptable et réaliste, qu'il constitue un défi, un challenge ambitieux, qu'il soit motivant, tout en restant réalisable et atteignable. Enfin, l'objectif doit être temporel, car sans échéance, il est impossible de connaître l'avancement vers l'objectif et de savoir quand celui-ci doit être atteint. Il est possible de diviser son objectif en plusieurs objectifs plus petits, de sorte à jalonner la progression. Dans mon cas par exemple, mes objectifs répondant à ces critères pour 2018 sont de gagner un tournoi du circuit (side events compris) et d'atteindre une table finale sur un Main Event (WSOP, EPT...). En ligne, l'un de mes objectifs est de gagner un Winamax Series et d'atteindre au moins 2 tables finales (sur les 2 prochains WS).

Une autre stratégie de PNL consiste à utiliser la visualisation pour nous aider à atteindre nos objectifs. Il s'agit de créer grâce à notre imagination des images mentales de résultats futurs en se projetant précisément la situation. Ainsi, notre esprit est consciemment et inconsciemment concentré sur cet objectif spécifique. Plus la visualisation est précise et détaillée, plus elle sera efficace. Il est aussi important de s'entourer et d'échanger avec des personnes ayant des objectifs similaires. La motivation autour de soi créée l'émulation. Il est toujours plus facile de se mettre au travail lorsqu'on est plusieurs... Et de ce côté là, on peut dire que je suis gâtée en ayant la chance d'évoluer au sein du Team Winamax ! Allez, au boulot maintenant car, comme le disait Vidal Sassoon : « le seul endroit où le succès précède le travail, c'est dans le dictionnaire. »


O RLY

Une des premières vraies terreurs au féminin de la nouvelle génération. Un talent fou de choc et de charme !

Suivez O RLY sur FacebookSuivez O RLY sur Twitter