[Blog] Cherchez l'erreur

Par dans

Je viens de sauter d’un Side Event à 2 000 dollars du PCA aux Bahamas, un tournoi de plus sans résultat parmi une liste qui commence à s’allonger depuis le long festival de Prague en décembre.

Si cela me pose un problème, c’est que je sais qu’aujourd’hui j’étais très loin de jouer mon A-Game, j’ai pris beaucoup de mauvaises décisions. Cet enchaînement d’erreurs m’a coûté presque tout mon tournoi. Sur toutes les autres épreuves disputées depuis mon arrivée aux Bahamas, dont le Main Event du PCA, j’étais très satisfait de mon jeu. On ne peut pas en dire autant aujourd’hui. Dès mon premier mauvais call, j’ai senti monter en moi un certain agacement et de l’énervement, contre moi-même et probablement contre les cartes aussi. Ce genre de réaction est pourtant très inhabituel chez moi.

Si j’étais joueur de tennis professionnel, je dirais que j’ai "balancé" mon match aujourd’hui. Dès la première mauvaise décision, je sentais intérieurement que j’aurais du mal à jouer mon meilleur poker et que la journée allait être courte. Pourquoi n’ai-je pas réussi à corriger le tir ? À moi de chercher l’erreur sur cette journée. À chaud, je dirais que j’ai pris mes décisions à la légère, n’étant sans doute pas assez motivé, ni excité par les enjeux du tournoi.

Cela me paraît important d’identifier rapidement ce qui ne va pas et de corriger mes erreurs. Le poker est clairement un jeu d’erreurs, et c’est celui qui en fait le moins qui s’en sort le mieux, en excluant la variance bien entendu. Aujourd’hui mon mental m’a fait défaut, et je m’en veux car que je considère que je ne devrais pas être aussi contre-performant avec mon expérience, ne serait-ce que sur une journée.

"Le succès ne consiste pas à ne jamais faire d'erreur mais à ne jamais faire la même erreur deux fois." - Georges Bernard Shaw

C’est en relisant quelques-uns des blogs du Team que je suis tombé sur cette citation. Lorsque vous reproduisez la même erreur ou le même mauvais schéma mental, il est capital d’en identifier les raisons pour ne pas stopper sa progression.

Est-ce que l’enchaînement de tournois sans place payée depuis décembre a impacté mon mental et mes décisions aujourd’hui ? Au niveau inconscient, c’est probable.

Est-ce que ma préparation du jour était différente des autres jours ? Contrairement à hier où j’ai fait du yoga et des longueurs dans la piscine, je n’ai pas eu le temps de faire du sport, ni d’exercice de méditation aujourd’hui. Cela explique sans doute pourquoi j’ai eu du mal à accepter mes erreurs et que j’ai senti un peu de tilt monter en moi.

Ainsi, un changement dans ma routine a eu un impact significatif sur ma performance du jour. Ce qui est marrant, c’est que le terme routine me fait immanquablement penser à celle adoptée par Rafael Nadal avant chaque point qu’il dispute. Ce fameux enchaînement de gestes qui lui valent de nombreuses railleries un peu partout. Cette routine, ridicule ou pas, lui permet de se reconcentrer sur le moment présent et d’oublier les points précédents. Peut-être est-ce un outil qu’il est possible de développer pour le poker. Je me souviens avoir travaillé sur quelque chose de similaire par le passé avec un coach mental.

Les tics de Nadal n'ont jamais cessé de nous amuser

Je m'en rends compte maintenant, coucher tous ces éléments par écrit m'aide à évacuer la frustration de ma mauvaise journée, et je suis presque content que ce "dérèglement" de mon mental soit intervenu aujourd’hui. Il reste encore de nombreux tournois d’ici la fin du festival, et cette prise de recul était importante.

Tout n’est pourtant pas si noir. Même si le poker ne me sourit pas encore sur ce séjour, la météo aux Bahamas est exceptionnellement clémente en ce mois de janvier. Parcourir autant de kilomètres prend alors tout son sens, et on se sent presque en vacances ici !

[NDLR : Sylvain est finalement parvenu à se remobiliser, sauvant son festival caribbéen avec une belle quatrième place sur un Side Event Turbo 6-Max à 10 000 dollars pour 64 940 dollars de gains.]

Paradise Island vu de l'hôtel Cove

Quand à mon année 2015, même si je n’ai pas jugé nécessaire d’en faire le bilan sur le blog, ce fut un très bon millésime sur le circuit Live. Si 2014 était l’année de la transition, 2015 était l’année de l’impact ! Je suis très satisfait de ce que j’ai pu accomplir (plusieurs gros résultats et une victoire sur le Super High-Roller de Barcelone dont je suis particulièrement fier), mais je me tourne déjà vers les mois qui arrivent avec les objectifs suivants pour 2016 :

 Remporter un nouveau titre majeur sur le circuit.
 Dépasser le million de dollars de profit.
 Intégrer le Top 10 du classement GPI.

Pour cela, il faudra continuer à être performant tout au long de l’année et jouer chaque tournoi comme s’il s’agissait d’un Super High-Roller. Voilà qui annonce encore beaucoup de travail en perpective.


Loosli

En 2013, Sylvain est rentré dans l’histoire du poker tricolore en accrochant la 4e place du Main Event des championnats du monde. Le début d'un parcours d'exception au sein du Team Winamax.

Suivez Loosli sur FacebookSuivez Loosli sur Twitter