[Blog] Champion, mon frère !

Par dans

Blog Ivan

Alors que je m'attaque à la rédaction de ce nouveau blog, je relis le précédent avec un léger sourire en coin. Un sourire de fierté et de satisfaction. Pourquoi ? Car je ressens cette envie, cette rage dans mes mots. Je l'avais annoncé : tous les moyens étaient déployés pour aller chercher ce bracelet. L'opportunité est apparue, devant moi, sur un de mes tous derniers tournois WSOP de l'été... Et boum ! Le bracelet est là, à mon poignet. Et dire qu'en plus les caméras de Dans la Tête d'un Pro étaient là pour me suivre, quelle folie !

Je ne vous en dirai pas plus à ce sujet, les images parleront d'elle-même. Mais toi, lecteur, tu ferais quoi si tu venais d'être champion du monde ? Une énorme soirée de mutanos ? C'est une réponse convenable. Dans l'immédiat, je récupère le bracelet et on file direct au restau avec le reste du Team et quelques potes. Il est 19h, ou 23h, je ne sais pas, j'ai perdu toute notion du temps. Ce sera "Le Partage", une adresse française qui est notre QG et une vraie croustillade. Tellement d'émotions m'envahissent en ce moment, c'est simple, je n'avais jamais ressenti rien de tel auparavant. J'ai 10 000 pensées qui jouent à saute-mouton dans mon cerveau.

Santé

Je ne peux pas dire que je ne m'y attendais pas : je sais depuis des années que j'étais capable d'aller en chercher un, de bracelet. Dans mes rêves mes plus fous, je soulève tout, comme dirait notre Kylian national, et surtout des bracelets WSOP. La réalité m'a déjà trop souvent rappelé dans le passé qu'on peut attendre une vie entière et n'en gagner aucun. Mais elle m'a aussi montré que c'était faisable, plusieurs fois. João en est un parfait exemple : le mec a galéré à Vegas des années durant et bam, un 5 000 $ 6-max dans la poche. La variance est tellement immense, ça donne le vertige, mais il vient de prouver qu'avec du travail, de la patience et surtout un mental de champion, tout est réalisable

Alors, je me suis dit, pourquoi pas moi ? D'ailleurs, justement, est-ce que maintenant-tout de suite, on ne serait pas en train d'arroser ma victoire au champagne ? Je pense à ma famille, à mes potos, eux qui m'ont suivi depuis le tout début, mes découvertes de ce jeu, pour lequel j'ai arrêté mes études. Il doit être 5h du matin en France, je les appelerai plus tard. Je ne vois que des sourires sur les visages des amis présents autour de moi. On me réclame un discours. Mais, c'est vraiment réel, tout ça ? Réveille-toi Ivan, c'est bon, je la connais l'histoire.

Soeur

Le repas est terminé et c'est l'heure de rentrer au bercail pour la plupart. Un tournoi le lendemain, et un 10 000 $ 6-max dans deux jours. Ah, un appel entrant : c'est la mif ! Je décroche pour découvrir mes darons au taquet derrière le petit écran et ma soeur qui est en pleurs. Qu'est ce que je les aime ! Comme le chantent Big Flo et Oli, "la réussite, c'est la fierté dans les yeux des gens qu'on aime". Ils auraient tout donné pour être à mes côtés, dans les gradins de la finale. C'était trop court pour l'anticiper, mais la prochaine fois, au Main Event, peut-être. En tout cas, c'est la folie, on a du mal à y croire. Et mon frangin aussi, en pleine patrouille en Guyane, m'a suivi sur son téléphone en gueulant à chaque main.

Je sens la pression de ces trois derniers jours de tournoi redescendre. Une bonne dose de fatigue mélangée à de l'adrénaline l'accompagne. En attendant, c'est ce bon vieux Harper qui me raccompagne à l'appart'. Et vous savez, les soirées avec Harper, à minuit elles ne font que commencer. On passe devant le Gold Coast, célèbre pour sa centaine de pistes de bowling, le spot est devant nous, on est commit. Heads-up arrosé de binouse, détour par les bornes d'arcade et puis le jour se lève et cette fois je rentre pour de bon. Une soirée au top, maintenant il s'agit d'arroser ce bracelet avec tous les Français sur place. Ça repart : je régale un gros carré VIP au XS, une des boîtes les plus célèbres de Vegas. À la base, claquer des billets en boîte, ce n'est pas trop mon délire. Mais si je ne fête pas ça, qu'est ce que je fête ? Je sais que ces souvenirs vont rester gravés dans ma mémoire à jamais, alors autant les rendre les meilleurs possibles et s'enjailler terrible, non ?

Et que c'est beau de voir quasiment tout le Team, tous les Français, l'équipe de DLTDP, réunis au même endroit pour célébrer avec moi. Même le coach est en forme olympique ce soir. En même temps, deux bracelets pour le Team en un été, c'est l'embellie. Et puis les soirées made in USA, c'est quand même un sacré délire. 

Accueil

Dring, le réveil sonne et il est douloureux. J'ai mon vol dans trois heures et ma valise à faire. Cheh ! Tous les souvenirs de la soirée ne sont pas clairs mais je sais que c'était le feu. Elle est passée tellement vite. Je suis quand même super excité de rentrer en France pour revoir mes proches. Pendant mon escale à Londres, je rallume les réseaux sociaux. Woah, c'est inhumain le nombre de messages, de commentaires, de notifications... Toutes ces personnes qui ont fait une nuit blanche pour me suivre jusqu'au bout, même s'ils bossaient le lendemain. Vous êtes des oufs et je vous kiffe. Je réalise de plus en plus et mes larmes sont à deux doigts de couler à plusieurs reprises.

Allez, en route pour Bordeaux, un pote doit venir me chercher. Et boum, encore une surprise : je ne vois pas un, mais bien tous mes meilleurs potes ! Banderolles et chants, c'est la folie. Comme à Chaban Delmas (d'ailleurs, c'est le grand-père d'Adrien, lui ?) à la grande époque. Trop heureux de me retrouver avec tous mes potes après autant de jours tout seul dans un appart' à l'autre bout du monde. Ils savent combien ce titre représente pour moi, que c'est ma consécration. Depuis des années je les préviens : la grosse perf' peut tomber à tout moment. Sauf qu'il y a eu trop de demi-finales et leur sentiment d'inachevé.

Bon, on est prêts à foutre le souk et tout l'monde est cor-da. Qui est in ? Une petite trentaine ? Que dis-je, tout le monde est chaud, et surtout la famille ! On se loue une salle pour 60 et ça part ! Ça débarque de partout et j'hallucine encore. Ce jeu est vraiment dingo : j'en suis là, du jour au lendemain, alors que j'ai juste joué aux cartes. On profite de la soirée pour se rappeler des vieux souvenirs. Et si je n'étais jamais tombé sur cette émission de télé, si j'avais continué mes études ou abandonné au premier downswing ? J'aurais pu bosser à MacDo ou n'importe où ailleurs. Bsartek, j'ai surtout de la chance d'avoir des parents formidables qui ont su me faire confiance. Vous vous imagineriez laisser votre fiston se lancer dans cette jungle sans un seul diplôme en poche, tout seul devant son écran ? Un jeu qui n'est même pas reconnu comme une vraie discipline par l'État et qui traîne cette fausse réputation de milieu de mafieux. Parce qu'à ce moment-là, j'étais Darcheville et mon avenir c'était le ballon : il aurait pu finir n'importe où.

Avec le Team

Aujourd'hui, à 25 ans, je peux dire que je suis Champion du Monde. Mais ce sont tous mes sacrifices, tous mes échecs, tous ceux qui me suivent, tout le Team et tout le chemin parcouru qui donnent une vraie saveur à cette victoire. Alors merci à vous. Et comme si ça ne suffisait pas, voilà que je viens de rentrer six gobelets d'affilée en finale ! Et oui, une soirée sans beer pong, ce n'est pas une vraie soirée. Gare à toi Dublin, j'arrive chaud d'action (NDLR : sauf que tu as perdu au premier tour, on peut pas être le champion partout !).

Ne m'en voulez pas, j'ai rangé mon humilité au placard le temps de rédiger ce blog. Sachez que le plus important à mes yeux reste de garder les pieds sur Terre et de ne pas changer. Au moment où j'écris ces dernières lignes, je réfléchis déjà à mes nouveaux objectifs. Vous me voyez venir ? Bien sûr qu'on va aller chercher un autre bracelet ! D'ailleurs, pour mettre plus de chances de mon côté, j'apprends les variantes, comme Volatar et Aladin. En plus, Romain me cherche avec sa place de numéro 1 du classement GPI France. Je vais devoir aller le titiller dans les mois qui viennent ! WSOP 2020, on arrive mon pote. Le challenge s'annonce épicé, et Dieu sait que c'est ma cuisine préférée. 

Histoire de terminer sur une bonne note, j'ai un message à vous faire passer : croyez en vos rêves, donnez-vous en les moyens et surpassez-vous ! Il n'en ressortira que du positif. Ce sentiment d'accomplissement est l'un des plus beaux qu'il puisse exister. Bises !


ValueMerguez

Après avoir tout gagné sur les tables de Winamax, il est rentré dans la cour des grands en 2019 en remportant son 1er bracelet WSOP.

Suivez ValueMerguez sur FacebookSuivez ValueMerguez sur TwitterSuivez ValueMerguez sur Instagram