[Blog] Ces temps de réflexion

Par dans

Pour ceux d’entre vous qui suivent l’actualité des grands circuits de tournois internationaux comme l’European Poker Tour ou le World Poker Tour, vous avez peut-être remarqué que leurs organisateurs expérimentent ces temps-ci sur la mise en place d’une nouveauté de taille : la « shot-clock ».

Une shot-clock, qu’est-ce que c’est ? C’est grosso modo la généralisation du concept de « time » à l’intégralité des coups disputés dans un tournoi, avec un chronomètre imposé à tous les joueurs pour se décider sur chacun des tours de jeu (préflop, flop, turn, rivière), et avec une poignée de jokers utilisables à tout moment, lorsqu’ils jugent que leur décision est un poil plus compliquée. 

Ainsi, sur le Tournoi des Champions du World Poker Tour qui s’est tenu en Floride la semaine dernière, les joueurs avaient trente secondes, pas une de plus, pour se décider sur chaque tour d’enchères, plus cinq réserves de trente secondes supplémentaires. En table finale, les compteurs sont remis à zéro avec quatre réserves données à chaque finaliste. (Cliquez ici pour le règlement complet de la shot-clock en anglais)

Vous l’avez compris : le but de ce système, inspiré de l’horloge aux échecs, est de fluidifier le rythme des tournois, mais aussi d’empêcher les joueurs de faire exprès de réfléchir cinq bonnes minutes au moment de la bulle. Au passage, cela pourrait permettre de rendre les retransmissions TV et webcasts plus attractifs et divertissants, tout en améliorant le confort des participants et l’équité de la partie.

Le débat sur le temps de décision et l’instauration d’une règle en réaction aux joueurs plus lents que la moyenne dure depuis plusieurs années déjà : le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’est toujours pas réglé, malgré l’insistance de ses défenseurs, Daniel Negreanu et Mike Sexton en tête.

Car les détracteurs de cette « shot-clock », et ils sont nombreux, ont aussi des arguments à faire valoir (je ne parlerai pas de l’aspect technique de la mise en place d’un tel système, qui est un débat à part entière) : premièrement, on peut considérer que cette règle va avantager les joueurs professionnels et notamment les joueurs online. En effet, un joueur qui a de l’expérience et donc des automatismes va plus facilement s’adapter qu’un joueur novice au fait de devoir jouer rapidement. De même qu’un joueur qui a l’habitude de jouer douze tables online et de prendre de nombreuses décisions dans un laps de temps très court sera en général plus rapide qu’un joueur de cercle dans sa prise de décision.

Ensuite, concernant le jeu à la bulle, on peut imaginer qu’un joueur qui aurait réfléchi trois minutes sur chaque main pour jouer la montre va systématiquement utiliser les trente secondes qui lui sont imparties, et que cela ne réglera donc pas spécialement le problème qu’on cherche à résoudre. D’autant plus qu’aujourd’hui, lorsqu’un joueur prend trop de temps, le croupier ou les autres joueurs ont la possibilité d’appeler le « floor » (un superviseur) et celui-ci peut obliger le joueur à jouer plus vite. Si la shot-clock se généralise, on peut supposer que le « floor » ne puisse absolument rien dire devant un joueur patientant trente secondes à chaque coup puisqu’il ne fera rien qui ne soit pas interdit par les règles.

Enfin (et j’ai été assez étonné de ne pas voir cet argument dans la plupart des débats sur le sujet), le fait d’accorder le même temps aux joueurs pour chaque décision tout au long du tournoi est pour moi une absurdité : pensez-vous qu’en moyenne les joueurs prennent le même temps pour une décision préflop de deux blindes que pour une décision river dans un pot de 100BB ?! Pensez-vous qu’il faut le même temps pour prendre une décision en début de tournoi qui engage 1/100ème de notre tapis et une autre en finale à cinq joueurs restants pour un pot qui représente 90% des jetons ?

Evidemment, on ne peut pas moduler au cas par cas le temps dont un joueur disposera pour prendre sa décision. Mais l’on pourrait par exemple accorder trente secondes pour les décisions pré-flop/flop et une minute pour les décisions turn/river. On pourrait aussi envisager d’allonger cette durée après la bulle ou en table finale.
 

Un dernier point sur lequel je voulais insister et qui pour moi est très important, Davidi sera probablement d’accord : si l’on considère que la plupart des tells physiques chez les joueurs apparaissent majoritairement au bout de quelques minutes, est ce que le fait de mettre cette « shot clock » avec si peu de jokers ne va pas réduire la possibilité d’exploiter des tells physiques et de fait dénaturer ce qui fait le sel du poker en live ?

J’aurais pu aussi parler du fait que dans un tournoi live, certains joueurs ne connaissent pas précisément le montant des tapis autour de la table sur chaque main, ou ne rangent pas forcément leurs tapis de la meilleure manière possible : vous allez donc vous retrouver dans une situation où vos trente secondes ne suffiront même pas à compter la hauteur du stack du joueur qui vient d’annoncer « all-in ».

Comme vous pouvez vous en douter à la lecture de billet, je ne fais pas partie des joueurs qui souhaitent l’instauration de cette règle telle qu’elle a été testée sur le Tournoi des Champions du WPT… En revanche, je suis totalement favorable à un système qui limiterait les effets de « stall » à la bulle et qui obligerait les joueurs à prendre leurs décisions un peu plus rapidement. 

Le débat est loin d’être fini !

Guillaume et le reste du Team Winamax sont à Monte Carlo pour le plus gros tournoi européen de la saison. Suivez notre reportage sur place !


Guillaume Diaz

Le vainqueur de la troisième Top Shark Academy possède l’un des plus beaux palmarès de Winamax.

Suivez Guillaume Diaz sur Twitter