[Blog] Cap sur les Series

Par dans

Gaëlle Baumann Winamax Series
Pandémie oblige, cela fait plus d'un an que je n'ai pas pu fréquenter la moindre table live. Je pense que c'est la même chose pour vous… à moins que vous ne viviez à l'étranger et que vous ayez pu tenter l’expérience (un poil déconcertante) du poker masqué et emmuré dans le plexiglas. Quoique : j'ai vu qu'en Australie on s'était remis à jouer de manière tout à fait classique, démasqués, à dix par table et sans les mains asséchées après s’être frotté pour la quinzième fois avec du gel hydroalcoolique. Tout ça grâce à une circulation du virus totalement éradiquée. Mais je m'égare déjà alors que je n'en suis qu'au premier paragraphe de ce blog !

Même si le poker est mon métier, je ne me plains pas de mon sort, loin de là. Il y a des professions pour qui les choses sont immensément plus compliquées... Et nous, joueurs de poker, on a surtout la chance d'avoir des tables en ligne qui ne se sont jamais arrêtées de tourner ! Ce qui fait qu'une échéance se retrouve scrutée encore plus qu’en temps normal : les Winamax Series. Qui plus est quand on voit que l'édition d'avril garantit 21 millions d'euros minimum de dotation : un record absolu depuis la première édition du festival en 2011 ! Bon, en même temps, j'ai l'impression qu'on écrit ça tous les quatre mois...

Lorsque le circuit live tourne à fond, les Series sont déjà un moment important de l'année : en ce moment, elles prennent une toute autre dimension. Cela devient clairement une étape aussi importante que peuvent l'être les World Series of Poker en temps ordinaire. J'entends par là que c'est l'échéance la plus importante du calendrier. Il faut donc se préparer en fonction. Je parle en tant que joueur pro, bien sûr. À niveau amateur, pas besoin de bouleverser ses habitudes : être en forme au moment de lancer les tables et se faire plaisir demeurent les clés essentielles pour passer un bon festival.

Lors de l'édition de janvier, je m'étais déjà conditionnée à faire les meilleures performances possibles et j'avais terminé positive de quelques milliers d'euros après avoir joué tous les soirs. Mon objectif de titre n'avait pas été atteint, mais on sait tous à quel point sortir positif des Winamax Series est déjà une sensation plaisante !

Pour la prochaine édition (rappel : on commence ce dimanche !), je souhaite à nouveau me mettre dans les meilleures conditions pour réussir, car j'ai bien conscience qu'il s'agit potentiellement des douze jours les plus importants de mon année professionnelle. Et si j'écris ce blog, c'est aussi pour m'aider dans ma démarche, graver mes objectifs dans le marbre, et être à 100% le Jour J.

Gaëlle Baumann Winamax Series
Afin de débuter de façon optimale, je vais prendre une semaine avant le début des Series pour mettre les cartes un peu de côté et prendre soin de moi. Durant ces quelques jours sans poker, je vais tout faire pour arriver en forme pour le marathon. Car une dizaine de jours (nuits !) consécutifs à jouer au poker, ce n'est pas rien. Surtout que j'ai délaissé le sport récemment... et je le ressens : parfois, j’ai moins la pêche sur les fins de session (vous me l'avez déjà fait remarquer pendant Top of the Pok !)

Je ne vais pas chercher mille excuses, mais avec les salles qui restent fermées il est assez dur de s'entretenir de façon régulière… même si j'ai la chance de vivre à la campagne et de pouvoir à tout moment gambader dans les champs, un brin de tournesol entre les dents (spoiler : non, je ne fais pas vraiment ça).

Durant la semaine précédant les Series, je ne prétends pas pouvoir redevenir fit, mais je vais m'oxygéner au maximum en faisant des footings et autres randonnées pour prendre du bon air et booster mes globules. Mon plan, ce sont des petites sorties de 3-4 heures sur une dizaine de kilomètres entre la Drôme et l'Ardèche. Avec, par-dessus, quelques après-midi dédiés à des escape games et autres jeux de société, afin de garder le cerveau affûté.

En ce moment, comme beaucoup de monde, je joue pas mal à Code Names. Le principe : un match 2 vs 2 (ou 3 vs 3) avec une grille de 25 mots disposés sur la table. Une équipe doit en faire deviner 9, une autre 8 et au milieu, il y a un mot interdit. Une personne seule fait deviner à (aux) l'autre(s) membre(s) de son équipe. L'objectif est de faire deviner tous ses mots en un minimum d'indices, tout en se gardant de donner des points à son adversaire... et surtout en évitant le mot interdit ! Par exemple, si je dois faire deviner les mots Jeton, Dame et Tournoi, je vais pouvoir dire « Poker » et mon partenaire devrait pouvoir trouver ces trois mots-là sur la grille... Mais si mon adversaire a le mot Roi ou que le mot interdit est Las Vegas, je prends des risques que mon coéquipier les sélectionne aussi ! Bref, il y a toute une stratégie. Code Names est un excellent jeu de soirée, parfait pour mettre l’ambiance entre amis.

Gaëlle Baumann Winamax Series
Une fois les Series débutées, l'objectif sera de ne jamais être fatiguée. Par le passé, cela m'est arrivé bien trop souvent. Il est tout simplement impossible d’accumuler les longues sessions avec des cernes dont la taille augmente tous les soirs et finit par atteindre la forme d'un cratère. Pour ça, je vais devoir passer par une phase de négociation afin de restreindre mon boulot de maman aux simples câlins et bisous. Car en commençant les sessions vers 20 heures et en finissant à 4 du mat', dur d'être là en permanence... (Au fait, qu’est-ce qu’on dit ? On dit "merci papa !")

Ensuite, je vais me définir un programme spécifique. Ma journée débutera par une review des sessions de la veille. Chaque soir, je vais noter les mains clés de ma session pour revenir dessus le matin suivant. Ensuite, m'oxygéner en allant courir un peu afin de ne pas passer dix jours enfermés. Bien manger pour ne pas avoir de coups de barre. Et enfin : la session proprement dite. Rien de révolutionnaire, loin de là. Mais il est toujours bien de se le rappeler régulièrement et de le poser par écrit.

À première vue, je vais buy-in entre 9 000 et 10 000 € sur l’ensemble des Series. Au-delà du fait de ressortir gagnante (un but que je souhaite évidemment atteindre), l'objectif principal est d'aller chercher un titre. Quel que soit le format, quel que soit le prix d'entrée. Je compte prendre un day off maximum durant les douze jours que compte le festival, afin de pouvoir envoyer le volume nécessaire à la réalisation de cet objectif.

D'ici là et alors qu'on scrute tous notre boite aux lettres pour recevoir notre petit cadeau et notre calendrier, on peut side bet sur le prizepool final du 4 Million Event et le nombre de re-entries que je vais y investir ! Allez, je me lance : 4 735 675 € et neuf. Vous l'avez compris, je suis impatiente et je compte les dodos comme un enfant avant Noël. Vivement, GL à tous - sauf si vous êtes à ma table:)

Winamax Series : du 4 au 15 avril
Winamax Series : le code bonus de dépôt


O RLY

Une des premières vraies terreurs au féminin de la nouvelle génération. Un talent fou de choc et de charme !

Suivez O RLY sur FacebookSuivez O RLY sur TwitterSuivez O RLY sur Instagram