[Blog] Bracelet online ? Bracelet quand même !

Par dans

Adrián Mateos Blog Facebook

Salut tout le monde, comment ça va ? Votre été s'est bien passé ? Vous avez pu partir en vacances ? J'espère que vous en avez profité pour vous déconnecter quelque temps et recharger les batteries avant la rentrée. Une reprise déjà bien actée pour moi puisque je vous écris ces lignes au beau milieu des Winamax Series, et juste après une nouvelle session en direct sur la chaîne Twitch espagnole de Winamax.

Comme depuis pas mal de temps - je vous avais d'ailleurs fait un blog FAQ à ce sujet - l'une des questions qui revient le plus lors de ces streams concerne ma présence ou non à Las Vegas lors des prochaines semaines pour les World Series of Poker. Aujourd'hui, j'en suis plus proche que jamais puisque quand cet article sera publié, je serai déjà au Mexique, pour y passer deux semaines en vu de mon entrée aux États-Unis - vous le savez sans doute, il n'est pas possible de voyager directement vers le pays de Joe Biden depuis l'espace Schengen. Alors maintenant que j'y suis presque, il est temps de passer au sujet qui brûle les lèvres de tout le monde : les bracelets !

Une récompense incomparable

Adrián Mateos WSOPE

Là où tout a commencé (ou presque).

Tout au long de l'année sur le circuit - une année normale en tout cas - ce ne sont pas les festivals prestigieux qui manquent, comme les étapes de l'European Poker Tour. Mais aucun ne peut rivaliser avec les WSOP. Là-bas, le vainqueur ne repart pas avec une énième coupe ou son nom gravé sur un gigantesque trophée mais une récompense comparable à une médaille olympique : un bracelet de Champion du Monde. Un trophée à nul autre pareil qui déchaîne les passions et dont les classements sont connus et suivis par l'ensemble de la planète poker. Pour l'heure, c'est toujours Phill Hellmuth qui en compte le plus (15) devant d'autres grandes figures de notre jeu comme Phil Ivey, Doyle Brunson et Johnny Chan (10 chacun). Mais une chose est sûre : ceux qui n'en ont pas en veulent un et ceux qui en ont déjà en veulent toujours plus ! Moi le premier : j'en ai trois et je ne compte pas m'arrêter là.

À cause du Covid, les WSOP n'ont pas pu avoir lieu en 2020 et ont été repoussées à l'automne cette année. Mais, après de multiples interrogations et remises en question, la direction du plus grand festival de poker au monde a décidé de maintenir ouvert le robinet à bracelets, même sans tournois en présentiel. Les World Series sont devenues 100% en ligne, entraînant avec elles un inévitable flot de polémiques. Faire gagner des bracelets sur des tournois online alors que les salles de poker étaient fermées dans le monde entier ? Je me souviens avoir été mitigé face à cette décision. D'un côté, remporter ces tournois reste difficile. Entre ceux qui peuvent jouer depuis chez eux et les bons joueurs qui n'hésitent pas à voyager vers les pays ou États américains concernés pour se joindre à la fête, les fields sont tout aussi énormes et relevés qu'en ligne, sinon plus. Mais il y en a tellement, répartis sur plusieurs rooms, que la marque WSOP en ressort à mon avis dégradée. Cela étant dit, une fois passée la nouveauté et accepté le fait que ces épreuves étaient des "Bracelet Events" comme les autres, je ne voulais rien d'autre que me mêler à la lutte !

Passé à deux marches du quatrième

Adrián Mateos WSOP

Le compteur reste bloqué à trois... pour l'instant.

Et de fait, je ne suis pas passé loin il y a peu de décrocher mon quatrième bracelet. Je me suis qualifié pour les demi-finales du tournoi de Heads-up à 10 000 $, la version online de celui que j'ai gagné en 2017, mais j'ai perdu contre Arthur Conan au terme d'un match accroché. Est-ce que j'aurais aimé gagner ? Évidemment. Est-ce que j'aurais considéré ce bracelet comme un trophée à part entière au sein de mon palmarès ? Sans aucun doute. Est-il aussi difficile et méritoire de remporter un tournoi de ce genre ? Bien sûr. Est-ce que j'aurais préféré l'emporter de nouveau en live, sous le toit du Rio ? Oui, sans hésitation.

Ne serait-ce que pour ajouter encore un peu plus de variété à mon palmarès, j'aurais aimé gagner ce tournoi. Mon premier bracelet, c'est à Paris que je suis allé le chercher, sur le Main Event des WSOP-Europe, avant de remporter les deux autres au Rio, à Las Vegas. Cette fois, cela aurait été mon tout premier bracelet online. Le plaisir est dans la diversité !

Une phrase qui s'applique d'ailleurs à merveille à Erik Seidel, vainqueur cet été de son neuvième bracelet WSOP - et de presque un million de dollars - sur un tournoi online, et pas n'importe lequel : un High Roller à 10 000 $. Un immense exploit de sa part, s'agissant d'un joueur de la "vieille école", dont la première table finale WSOP remonte à 1988 ! J'imagine qu'il a dû beaucoup travailler pour s'adapter à la dynamique particulière de ces tournois high stakes online, lui qui n'est plus tout jeune, adepte du live et d'un jeu exploitant. Alors, est-ce que cette victoire-là "vaut moins" que les autres ? Bien sûr que non ! Elle a même plus de valeur à mes yeux que tous ces bracelets "mineurs" de variantes ou de mixed games - encore plus ceux du XXe siècle - qui, statistiquement, comptent autant que les autres.

Mais ne nous emportons pas. Dans l'ensemble, j'ai tendance à accorder plus de valeur aux bracelets live. Rien ne remplacera la montée d'adrénaline et les sensations que l'on ressent lorsque l'on parvient enfin à se passer le bracelet au poignet. Pouvoir être accompagné de ses amis, de ses proches, ressentir la ferveur autour de la table finale à chaque coup gagné, c'est incomparable. Pour autant, aussi longtemps que l'on pourra en remporter, je continuerai de me battre pour ces bracelets online. J'espère pouvoir en compter un de plus sur mon CV lorsque vous lirez mon prochain blog. Mon tout dernier remporté au Rio avant que les WSOP ne déménagent ? C'est ce que disent les rumeurs, mais c'est une autre histoire.

Bonne chance à tous lors de ces dernières soirées de Winamax Series, à la prochaine y a por ellos!

Les pages à suivre

t in f wtv wtv wtv wtv


Amadi_17

À 25 ans seulement, la nouvelle recrue espagnole possède déjà trois bracelets de champion du monde et plus de 17 millions de dollars de gains.

Suivez Amadi_17 sur FacebookSuivez Amadi_17 sur TwitterSuivez Amadi_17 sur Instagram