[Blog] Bis repetita

Par dans

Davidi Kitai WPO 2016

Comme je le fais depuis plusieurs années, et parce que mieux vaut tard que jamais, voici l’heure de dresser le bilan de mon année 2016. Pour m’inspirer, j’ai voulu retrouver le bilan que j’avais fait l’année passée, et j'y ai trouvé énormément de similitudes dans mes résultats.

Il y a un an, je résumais ainsi les douze mois qui venaient de s'écouler : « Mon année 2015 c’est 16 places payées, 6 tables finales, 1 victoire et 913 000 dollars de gains. Je termine 8e du classement Global Poker Index, en 28e position sur le Player of the Year, et second du classement Livepoker. »

À titre de comparaison, mon année 2016 c’est 17 places payées, 7 tables finales, aucune victoire et 921 000 dollars de gains. Je termine 24e au GPI, 45e au Player of the Year et… second du classement Livepoker.

Le volume est plus ou moins similaire, les gains bruts sont proches, mais le rendement n’est pas le même. Mon total de buy-ins fut plus élevé en 2016 parce que j’ai joué trois tournois Super Highroller : le One Drop des WSOP à 111 111 dollars et les deux SHR des EPT Barcelone et Prague, à 50 000 dollars chacun. Je n’ai malheureusement fait aucune place payée sur ces trois événements, passant tout de même très proche sur le One Drop (à neuf places de l’argent) et à Barcelone (deux places seulement). C’est certain que si j’avais fait ne serait-ce qu’un petit peu mieux sur un de ces tournois, le bilan aurait été bien plus positif.

2016 reste une année gagnante pour moi, et malgré quelques déceptions, je ne peux qu’être satisfait de ce que j’ai accompli l'an passé. Néanmoins, cela me semble important de revisiter plus en détail les résultats de cette année, pour voir si j’ai tiré les leçons de 2015 et trouver les points sur lesquels je dois encore travailler.

Main Events EPT 

2015 : « Je n’ai fait aucun ITM sur les Main Event EPT. Je l’avoue, je n’ai pas joué de manière optimale. (…) Je compte bien me remettre en question afin de retrouver les sommets sur ces tournois qui restent magnifiques. »

La remise en question a payé : j’ai réalisé 4 ITM au cours de 6 Main Events EPT (PCA, Monte-Carlo, Barcelone et Malte). Même si je n’ai pas fait des résultats exceptionnels (aucune victoire ou table finale), je suis content de mon approche sur ces tournois, et du jeu développé en général. Cela reste les tournois les plus beaux en termes d’espérance de gains, il est donc important de les jouer sérieusement.

Davidi Kitai One Drop 2016

Highrollers EPT

2015 : « C’est là que les choses se sont le mieux passées pour moi. Certes, je n’ai pas atteint de finale (…), mais j’ai été très régulier avec 6 places payées en 7 HR joués. (…) Des choses peuvent encore être améliorées (…) en prenant des risques aux moments importants. Cela engendrerait moins de places payées dans l’avenir mais de plus grandes chances d’atteindre la table finale. »

En 2016, j’ai fait 6 places payées sur 10 tournois Highroller, avec 2 tables finales, à Dublin (5e) et à Malte (6e). Autant dire que je ne peux qu’être satisfait de cette nouvelle stratégie et de ma régularité sur ces tournois.

Les tournois Turbo

2015 : « À mon sens, ces tournois faussent les différents classements et font confondre le poker de tournoi avec les autres jeux de hasard. Pour 2016, je dois donc choisir entre deux options : 1/ Travailler mon jeu préflop et la stratégie optimale afin d’acquérir un petit avantage 2/ Arrêter de jouer les Turbo ! »

Sur ce domaine, je ne suis pas très fier de moi. J’ai continué d’en jouer un peu trop, sans faire le travail que je m’étais promis de faire. Qui plus est, la variance n’a pas vraiment été de mon côté, avec de nombreuses presque bulles « traumatisantes » 

En résumé

L’année 2016 a étrangement ressemblé à 2015. J’aurais aimé voir une amélioration distincte mais je ne peux pas me plaindre de refaire un « chiffre d’affaires » aux alentours du million.

Même si ce chiffre ne représente pas mes bénéfices, et malgré des frais élevés, cela reste une année positive, et c’est bien l’essentiel. Je fréquente le circuit depuis 2007, pour une seule année négative en 2010. Avec l’expérience accumulée, je me sens progresser d'année en année, et même si le niveau global augmente aussi, je suis encore compétitif. Pour le rester, je dois passer toujours plus de temps à travailler mon jeu, à la fois sur la théorie et le mental.

Tant que j’aurais l’impression de toujours avoir un edge, je resterai motivé à jouer un gros volume. Ce cycle Connaissance - Compétitivité - Motivation - Résultat est, selon moi, le seul cheminement valable pour un joueur de tournoi professionnel.

En dehors des résultats, j’ai vraiment apprécié voyager accompagné de ma petite Caro. C’est un gros changement par rapport à d’habitude et je dois dire que c’est un vrai plaisir de partager avec la personne que j’aime tous ces moments d’intensité, qui plus est dans des endroits idylliques.

Davidi Kitai SISMIX 2016

Et pour 2017 ?

Je ressens un énorme edge sur les tournois Main Events et Highrollers. Je suis dans ma zone de confort par rapport aux montants, la structure et au field en général. Cela doit rester ma priorité de rester compétitif sur ce genre de tournois. Mes places payées sur le Main et le Highroller du PSC Bahamas 2017 sont une preuve supplémentaire de ma régularité sur ces épreuves.

La dernière marche à gravir au niveau du poker de tournoi est celle des Super Highrollers. Une étape difficile, face à laquelle je dois me montrer patient et persévérant. Parfois il est nécessaire de faire un pas en arrière, de revenir à l’essentiel, pour pouvoir faire deux pas en avant lorsque le bon moment se présente.

Je compte ainsi consacrer toute mon énergie sur mes points forts, à savoir les Main Events et les Highrollers, en mettant un peu de côté les SHR pour l’instant. Lorsque j’aurai réalisé de nouvelles grosses performances, et si je me sens au top mentalement et techniquement (et si des stakers me suivent), je tenterai le coup sur les plus gros buy-ins.

Histoire de boucler la boucle, terminons ce blog par la même citation que l’an passé :

« L’ambition est le chemin du succès. La persévérance est le véhicule dans lequel vous y arriverez. » - Bill Bradley

Alleeezzzz saluuuuuut, COAD !


KitBul

EPT, WPT, WSOP : pas un circuit majeur n’a résisté à l’appétit de victoire du Belge du Team Winamax, qui n’est pas pour autant rassasié.

Suivez KitBul sur FacebookSuivez KitBul sur Twitter