[Blog] Auto-sabotage ?

Par dans

LeoFB

Vous jouez au poker depuis quelques années, en ligne et en live. Vous avez compilé une dose raisonnable de perfs, même si vous ne jouez pas trop souvent. Vous vous pensez tout sauf nul, mais vous sentez aussi qu'il y a encore des moments où vous devenez fou et jouez des coups de manière impulsive, sans trop réfléchir. C'est comme si votre cerveau était déconnecté et que vous étiez le spectateur d'un accident de train. Vous jouez des mains dont vous devriez vous écarter ou vous payez des mises quand il ne faut pas. Mais vous le savez, vous en êtes conscient. Cependant, inexplicablement, vous continuez à le faire. Comme si vous vous sabotiez… Ça vous dit quelque chose ?

Vous vous êtes preparés pour jouer plus de mains, pour les analyser après chaque session, pour bosser avec Pio Solver au moins deux fois par semaine. Vous vous êtes promis que vous alliez quitter votre mode de vie sédentaire. Vous tentez de faire du sport au moins quatre fois par semaine, avec un programme qui doit être accompagné par un régime alimentaire équilibré et une baisse de votre consommation d'alcool. Vous allez également arrêter les vendredis soirs trop arrosés... Alors ?

Les deux scènes décrites reflètent votre quotidien, mais pour une raison quelconque et surtout inconue, vous n’arrivez pas à prendre les bonnes décisions. En réalité, vous faites le contraire de ce que vous voulez. Autrement dit : vous vous auto-sabotez ! Mais est-ce vraiment ce qui vous arrive ?

Votre esprit est la scène du crime

Leo2
Il y a pas mal d’articles et de blogs sur le terme de l'auto-sabotage. Disons qu'il est très à la mode. Mais à vrai dire, il n’existe pas ! Il y a ce moment où vous hésitez avant d'allumer ou non une clope, avant de choisir entre une poêlée de légumes ou une pizza, ou bien si vous faites une petite session de Pio Solver plutôt que de mater des stories sur Instagram... Votre cerveau prend la décision consciemment, c’est naturel. Il ne s’agit pas d’auto-sabotage : c'est un acte basé sur la façon dont vous vous représentez ce moment-là. "Ce n'est pas vrai," me diriez-vous. Je sais que cela peut paraître étrange, mais je vais vous expliquer très rapidement le fonctionnement de votre esprit.

Tout d'abord, Il faut savoir que même si le fonctionnement du cerveau semble complexe, il repose en réalité sur un seul objectif : survivre. À partir de là, les deux mécanismes qui stimulent notre cerveau de manière générale sont : l'approche du plaisir et l'éloignement de la douleur.

Pour se rapprocher du plaisir, le cerveau utilise un système de récompense. Par exemple, si vous sortez d'une sale journée, votre cerveau vous fera partir à la recherche d'une sorte de prix, pour que vous vous sentiez mieux. Selon vos représentations mentales, un prix signifiera une chose ou une autre. Pour quelqu'un, la récompense sera peut-être d'aller faire du shopping, mais pour un autre, ce sera de lire durant deux heures tranquillement, de manger un petit gâteau...

Parallèlement, cette machine que nous tous avons dans nos têtes essaie continuellement et en permanence de nous éloigner de toute sensation douloureuse ou négative. Si manger des légumes ou étudier vous mets de mauvaise humeur, votre cerveau aura tendance à éviter ce genre d'actions. Il essayera d’éluder cette punition.

Leo4
En fait, même si ce n'est pas une situation de vie ou de mort, votre cerveau comprend que quelque chose qui produit un sentiment angoissant n'est pas bon pour vous, pour votre survie. Votre cerveau n’est pas capable de différencier une menace réelle ou imaginaire, c’est vous qui décidez à cet égard.

Travailler dans le bon sens

Heureusement, vous avez le choix. La clé n'est pas d'essayer de combattre votre cerveau, puisqu'à long terme vous serez drawing dead, mais d'identifier vos représentations mentales afin d’avoir une vision pragmatique des défis. Si vous sentez qu'aller à la salle de sport est un calvaire, si s'entrainer sur Pio Solver est une torture, si une vie sans picoler ou grignoter n’est pas une vrai vie pour vous, n'essayez pas de vous battre pour des objectifs qui ne correspondent pas à votre façon de voir la vie en ce moment, et commencez à travailler sur vos croyances. C’est cela, la marche à suivre.

Personnellement, je pense que la raison pour laquelle je m'entraîne et mange bien, et tout ça en y prenant du plaisir, c’est parce que pour moi ce sont des activités agréables. Je ne me sens pas obligée de manipuler mes représentations mentales pour mener ce style de vie. C’est pour ça que je ne me sens pas supérieure à quiquonque quand je commande des sardines accompagnées de salade, ou quand je fais des petites séances de sport de bon matin. Le faire est loin d'être un sacrifice, c'est un grand plaisir. Je ne me prends pas la tête à ce sujet !

Leo

Cela dit, quand il s’agit d’étudier mon jeu, c'est autre chose. Là, j'ai toujours tergiversé davantage. Quand, pendant deux semaines, je me focalise sur cet aspect, je me sens bien mais épuisée, car atteindre mon objectif me coûte beaucoup d'énergie. Toutefois, depuis un petit moment je crois comprendre comment fonctionne notre cerveau et ses stimulis, donc parfois, je sais qu'il faut faire un effort. Mais je ne veux pas vous mentir. Analyser des parties et continuer à me former sur les Solvers ne me fait pas rêver. En tout cas, je suis certaine qu’avoir pris conscience de ces processus mentaux m'a aidé.

Je sais que tout cela donne l’impression d'un matraquage sur ces sujets, que je ne change jamais de disque et que je parle toujours des neurosciences. Mais je crois vraiment à leur importance ! À tel point que cela m'étonne que ce ne soit pas une matière enseignée au lycée. Je suis convaincue que si nous comprenions le fonctionnement de notre cerveau et ce qui le motive, nous serions des adultes qui prendraient de meilleures décisions.

Maintenant que vous savez que lorsque vous n'atteignez pas un objectif, ce n'est pas à cause d'un petit-salaud-saboteur qui vit en vous mais bien parce que vous n'avez pas la bonne stratégie mentale, la prochaine étape est d'en changer. Si ça vous dit, je peux partager avec vous quelques suggestions dans mon prochain blog.

La bise à tous ! Passez un bon Noël et, surtout, rendez-vous aux tables à partir du 5 janvier pour le coup d’envoi des Winamax Series !

Leo Margets

Les pages à suivre

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


Leo Margets

Révélée par un mémorable deep-run sur le Main Event des WSOP, la Barcelonaise est l’une des figures emblématiques du poker Ibérique.

Suivez Leo Margets sur FacebookSuivez Leo Margets sur TwitterSuivez Leo Margets sur Instagram