rLewis

Étoile montante de sa génération, le Bordelais a confirmé tous les espoirs placés en lui en 2021 en décrochant un premier bracelet WSOP !

Suivez rLewis sur FacebookSuivez rLewis sur TwitterSuivez rLewis sur Instagram

[Blog] Les fruits de ma passion

Par dans GénéralLife Style il y a 25 jours.

Passion fruit romain
Salut tout le monde ! Cela fait un petit moment que je ne vous ai pas écrit, ça fait plaisir de vous retrouver. Aujourd’hui, je vais partager avec vous une partie de mon dialogue interne, des choses sur lesquelles je réfléchis depuis quelque temps maintenant.

J'ai toujours eu l'impression d'avoir de la chance de pouvoir concilier mon travail et ma passion avec le poker. Mais je n'ai jamais vraiment cherché à creuser d'autres points de vue sur ce sujet. Cependant, quelques remarques entendues par-ci par-là me remettent toujours cette problématique en tête. Généralement, le dialogue débute avec une tirade comme celle-ci :

"Mélanger travail et passion ? Impossible pour moi. J’ai presque deux personnalités. L’une au travail, et l’autre au repos."

Voilà ainsi ce que m'a rétorqué une amie, après quelques minutes passées à lui raconter comment je mène ma vie depuis quelques années.

J’ai été surpris par sa remarque, car depuis une dizaine d'années, ma réalité est diamétralement opposée. Pour moi, rien de mieux que de travailler sans obligations, d’autant plus si ce travail est ma passion. Je ne vois pas le temps passer, je ne compte pas les heures que j'y consacre. J’avais toujours lié le "travail" à quelque chose de négatif dans ma tête, alors que le "jeu" à quelque chose de positif. Pour les joueurs pros, les deux notions sons liées... et ça me semble parfait ! Cependant, lorsque je raconte à ma mamie que je vais jouer non-stop pendant plusieurs semaines avant de prendre des vacances, je conçois qu’elle ne me prend pas autant au sérieux que lorsque mon frère lui explique qu’il travaille jusqu’à Noël, moment auquel il pourra prendre quelques jours avant de repartir bosser. "Bon, Romain… À quel moment comptes-tu te... Lire la suite

[Blog] To bluff of not to bluff ?

Par dans Tournois Live il y a 4 mois.

Blog Romain Créa
Voilà, nous y sommes. En un claquement de doigts et deux blogs, les deux mois les plus importants de mon année sont désormais de l'histoire ancienne. Le rêve de gagner le Main Event ou un deuxième bracelet WSOP devra attendre l’été prochain.

Au départ, j’avais envie de consacrer ce nouveau blog à un résumé de mes Championnats du Monde 2022. J’avais envie de vous raconter à nouveau mon Main Event - en une fois, pas en six - car j’ai encore vécu quatre jours très intenses sur le plus beau tournoi de la planète. Oui, il y avait encore de la matière pour écrire, car il y avait vraiment moyen d’aller chercher ces 10 millions de dollars. Je réserverai une version longue pour un meilleur deeprun : cette fois je vais vous la faire courte, en quelques petites phrases. 500 joueurs restants. Un gros coinflip. Deux Dames, avec lesquelles j'étais relativement content de payer un gros 4-bet all-in. 140 blindes au milieu. As-Roi en face. Un adversaire pris en sandwich qui fold As-Dame face up. Et un Roi au flop venant mettre fin à mes espoirs. Not this time, mais je reste très satisfait des 37 heures de poker passées sur ce tournoi. C'est mon troisième Day 4 sur le Main et j'ai atteint l'argent sur les trois derniers que j'ai disputés : c'est tout de même pas mal ! Je me sens davantage prêt à faire encore mieux sur la prochaine édition.

Mais on ne peut résumer mes WSOP 2022 au seul Main Event. Alors, j'ai aussi pensé vous parler de quelques coups-clés, lors de deepruns bien vibrants. Deux tournois à 3 000 $, puis le 10 000 $ 6-max m’ont en effet fourni des mains ultra-intéressantes. Mais bon, je voulais écrire sur quelque chose d’un peu plus original, d'autant plus que je commente déjà des dizaines de mains lors des épisodes de Dans... Lire la suite

[Blog] On the road again

Par dans il y a 6 mois.

Romain Lewis Blog

Dans moins de deux semaines, le 31 mai très exactement, démarrent les World Series of Poker 2022. La longue pause de la pandémie semble déjà loin, presque dans une autre vie. Depuis, tout s’enchaîne, très, très vite. Je vis de nouveau dans une valise depuis la reprise du live et l'adrénaline de la compétition a bel et bien repris le dessus. Ma semaine à Monaco n’était pas à la hauteur de celle de Prague, mais le Team a répondu plus que présent pour notre premier festival post-séminaire. En une semaine, Adrián et Bruno à eux seuls ont gagné pour plus de deux millions d'euros. Ça fait rêver. Mais ce qui fait encore plus rêver, c’est d’imaginer ce qui peut se passer sur les 45 jours lors des WSOP. Vous voyez ? Cette équipe me booste comme jamais ! La décision est prise : je prolonge mon séjour d’une semaine. Pour la première fois de ma vie, j’arriverai la veille du premier tournoi, et je ne partirai qu’après la fin. Je veux me donner des chances de participer aux plus gros tournois du début via une poignée de satellites et je rajoute l'Event #8 à 25 000 $ à mon programme. L’été sera chargé. Je m’en réjouis.

Une petite pression particulière s’installe lorsque je finis mon planning et constate la somme totale mise en jeu. Je sais que le montant est très important, mais il n’affecte pas la confiance que je ressens sur le sol américain. Les opportunités seront nombreuses et je n’ai jamais été aussi prêt. C’est à moi de gérer les efforts sur la durée. J’aime me laisser du temps entre les tournois et je n’ai aucun mal à louper ou sauter quelques tournois d’autres casinos pour me focaliser sur les WSOP. L’objectif global pour moi n’est pas le nombre de tournois, mais plutôt ma lucidité et ma clarté d'esprit lorsque je joue. J’avais... Lire la suite

[Blog] Un bracelet... et maintenant ?

Par dans Tournois Live il y a 9 mois.

Romain Lewis Blog

Entre le moment où j'ai découvert les WSOP sur YouTube et celui où j'ai décroché mon premier bracelet de Champion de Monde, une quinzaine d'années se sont écoulées. Quinze années passées en un clin d'œil et qui représentent en même temps plus de la moitié de ma vie. Tout ce temps à me passionner pour ce jeu de 52 cartes, à voyager à travers le monde en quête de mon prochain succès. Et vous le savez au moins aussi bien que moi : c'est difficile de gagner un tournoi. N'importe quel tournoi.

Jusqu’à ces World Series 2021, j'avais signé beaucoup de deep runs, mais seulement une poignée de "petites" victoires. Après sept ans sur le circuit - ce qui paraît à la fois long et court - je courrais toujours après un "vrai" titre, après ce sentiment de consécration. Bien sûr, je l'imaginais assez bien pour avoir vu gagner un certain nombre de mes amis, mais je me contentais de mes résultats, et je n’avais guère la sensation de défaite lorsque je ne gagnais pas. Au contraire, je restais positif et assez heureux. Trop peut-être. Perdre (bien) avant de jouer la dernière main d’un tournoi arrive plus de 99% du temps. La gagner et sauter dans les bras de mes amis, en ce mardi soir de mi-novembre à Las Vegas, était la première fois.

C’est presque dommage de ne pas célébrer davantage les deuxièmes et troisièmes places, car ce goût d’inachevé est palpable chez tout le monde. C'est aussi ce qui rend la victoire d’autant plus belle. Et alors, c’est l’euphorie. L’histoire est magnifique. Je prends conscience de tout le chemin parcouru, j’ai réalisé l’un de mes rêves de gosses. Now what?

Un titre et des questions

Le rendez-vous est pris avec notre Coach Stéphane Matheu quelques jours après ma finale. L’objectif est simple : se... Lire la suite

[Blog] Prêt comme jamais

Par dans Tournois Live il y a plus d'un an.

Blog Romain Lewis Facebook

Un mois entier sur les terres américaines. 61 000 $ de buy-in pour 61 000 $ de gains. 25 tournois, 8 places payées, de beaux deep runs, des potes en finale, des débats poker qui envahissent les journées, parfois les nuits, des coup de cartes qui peuvent nous marquer longtemps... Cette sensation indescriptible de quatre longues semaines de WSOP à Vegas est bien là, et le plus excitant ne fait que commencer ! Je vous ai déjà parlé en long, en large et en travers de ma dernière traversée du Main Event en 2019, et cette année je le sens, les voyants sont au vert pour un nouveau gros run sur le Big One. Mon envie de jouer est palpable, j'ai hâte ! Les jours s'enchaînent et même si cette fois je n’ai pas bougé de Vegas pour ne pas manquer trop de tournois, j’ai géré mon quotidien pour ne pas être épuisé avant cet événement capital.

Avant d'attaquer le Main en 2019, je ne comptais que trois petites places payées pour 6 000 $ de gains sur mes 60 000 ou 70 000 $ de buy-in. Beaucoup moins rassurant ! En fait, je pourrais même dire que je me prépare pour ce moment sans m'en rendre compte depuis peut-être plus de la moitié de ma vie. Cette fois-ci, je me sens vraiment prêt. Prêt à repartir avec des millions de dollars. Prêt pour être le seul joueur moitié Anglais, moitié Français à remporter le plus beau tournoi du monde. Prêt pour l’inconnu et les coups de massue. Prêt pour ressentir des émotions internes intenses. Prêt à les canaliser. I’m ready.

À nul autre pareil

Cependant, je n’ai pas toujours été prêt. Il est bien plus facile de s’en rendre compte après coup. Il y a deux ans, arrivé au Day 6, et même si je me sentais au top mentalement, je ressentais une fatigue peu visible à table de l'extérieur, mais qui résonnait dans... Lire la suite

[Blog] Vegas on my mind

Par dans Tournois Live il y a plus d'un an.

Lewis-Blog

Après un été assez festif, le moment est venu : le poker est de retour, et ça s’annonce grandiose ! Finis la bronzette à la plage, les Spritz, les mölkky, mariages et autres pétanques, finis les matches de l’Euro et les multiples apéros... La plus grande compétition de poker au monde revient et elle risque de marquer l’histoire : je veux bien sûr parler des WSOP. Pour moi, c’est clairement l'échéance qui me motive le plus à court terme. Dix heures de live par jour pendant plus d’un mois. Ma troisième maison. Welcome to Fabulous Las Vegas !

À moins que les gouvernements nous réservent quelques nouvelles surprises, normalement, ça va le faire. Et je ne manquerai ça pour rien au monde. Après avoir attendu une dizaine d’années entre ma découverte du poker et ma grande première aux WSOP en 2017, il s'est déjà écoulé 24 longs mois depuis les derniers Championnats au monde de poker auxquels j’ai participé. Vous pourriez me dire “Attends Romain, il y a eu tout de même beaucoup de festivals en ligne !", et vous auriez raison. Mais ce n’est pas la même chose, tout le monde le sait. On ne ressent pas cette sentation de légèreté en atterrissant sur le tarmac de l'aéroport McCarran, quand on arrive super-motivé et plein d'espoir. On ne s’installe pas dans une villa pendant 40 jours en plein milieu d’un désert réaménagé pour abriter tous les excès. On ne monte pas les marches du Rio, on ne passe pas des journées entières dans l’unique but de mieux jouer le tournoi du moment, de passer chaque Day, d'avancer un pas après l'autre. Sans penser à rien d'autre.

Romain Lewis
Mon objectif ? Vivre un automne plein de chants au Rio. Avec un peu de chance, cela sera possible. Alors qu'en ligne... Je veux vivre deux mois pleins d'émotions, de joies, de... Lire la suite

[Blog] Sous influences

Par dans Général il y a plus d'un an.

Romain Lewis Blog Team Winamax
On l’entend souvent : le poker est une école de la vie. Je souscris complètement à cette idée ! Pris à la légère, le poker est un passe-temps, un divertissement marrant. Mais il y en a pour qui ce jeu n’est pas du tout amusant. D’ailleurs, le simple fait de se demander pourquoi on n’aime pas le poker peut nous amener à évoluer sur le plan personnel. Attention : je ne dis pas que tout le monde devrait aimer le poker. Au contraire ! Nous ne sommes pas tous des compétiteurs, nous n’avons pas tous envie d’utiliser l’argent comme un outil, et nous n’apprécions pas tous de devoir cacher nos émotions et donner à la chance le pouvoir d’influer sur nos humeurs. L’instabilité – non seulement des émotions, mais aussi des gains et pertes – peut déranger. C’est logique ! Et c’est intéressant, je trouve, de se questionner là-dessus.

Oui, le poker est une école de la vie... mais si l’on choisit de s'y consacrer à fond, on se retrouve seul face à ses rêves. L’incertitude règne ! Souvent, il est bien difficile d’être certain que les choix que l’on fait sont les bons. Mon intérêt pour le jeu a grimpé en flèche dès lors que je me suis rendu compte qu’il me faisait progresser, qu’il me transformait en la personne que je voulais être. Les choses auxquelles je me confrontais intérieurement en jouant ont naturellement fait de moi quelqu’un de plus calme, plus patient, plus à l’écoute de moi-même, et moins influencé par les résultats, « result oriented » comme on dit en anglais (« J’ai gagné, c’est donc forcément que j’ai bien joué »). Bon, OK, il me reste encore pas mal de défauts que le poker n’a pas corrigés, ça serait trop facile sinon, mais j’aime me concentrer sur le positif ! D’ailleurs, je prétends être moins RO mais en y réfléchissant... Lire la suite

[Blog] Le temps de la réflexion

Par dans Life Style il y a plus d'un an.

Romain Lewis Blog

Pour écrire ce blog j’ai dû me forcer à fermer quelques pages Internet. Mon cœur bat assez fort, j’ai déjà usé un taux d’énergie très élevé ce matin. Ça fatigue de voir du monde. Des milliers de personnes même ! Non, rassurez-vous je n'ai pas enfreint les gestes barrières en participant à une énorme fête clandestine. J'ai simplement passé la matinée à regarder d'anciens concerts et festivals live de ces dernières années, histoire de me faire mon propre petit show privé. Résultat : ça fait deux heures que je chante à tue-tête dans mon petit appartement !

C’est ce contact, cet échange d’énergie, de passion et d’amour qui manque le plus à ma vie actuellement. Je réalise petit à petit que, depuis l’âge de quatre ans, je me suis régulièrement retrouvé dans une foule qui chante à l'unisson. Et aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours trouvé ça merveilleux. Ça me donne des frissons, ça remplit mon corps de légèreté et d’optimisme. Me voilà dans la période la plus longue dont je me souvienne sans rencontrer d'étrangers, passionnés par les mêmes petites choses de la vie : ce sentiment d’union, de passion commune et d’échange. Que ce soit dans un stade, autour d'une scène perdue au milieu de la forêt ou dans une gigantesque salle remplie de tables de poker, ce bourdonnement me manque.

Cependant, je veux croire que dans les mois et années à venir, ces moments seront d’autant plus spéciaux que l'on aura tous vécu sans, pendant une période bien plus longue que ce qu'on aurait imaginé. Je n’écris pas ces lignes pour me plaindre, bien au contraire. Je les écris pour me raconter une histoire en laquelle j’ai envie de croire. Une histoire envisageant un futur où on sera tous encore plus ancrés dans le présent, dans les... Lire la suite

[Blog] Live/online : mes différences à moi

Par dans Tournois LiveTournois Online il y a plus de 2 ans.

Visuel-Blog-Romain
Hello tout le monde, j’espère que vous allez bien ! 

L’heure de la rentrée sonne pour moi, la vraie rentrée ! Après un rare été loin du poker, c'est le moment de me replonger dans le vif du sujet : le jeu online.

Pendant de nombreuses années, tous mes axes de progression et de motivation étaient basés autour d’événements ou objectifs en live, tout simplement parce que c’est ce que je préférais et là où je pensais tirer le plus de bénéfices, à la fois en terme d'argent mais aussi pour mon équilibre. Mais ça ne veut pas dire que je n’aime pas le grind online, loin de là.

Le live nous manque tous, c’est certain. C'est durant ces rares moments que nous vivons le plus intensément, que l’on vit les deep runs les plus mémorables, où les décisions restent en mémoire. Chaque impact, chaque vibration, chaque main mémorable l’est davantage en vrai que sur le monde virtuel car nous le vivons entièrement, par tous nos sens. Je n’écris pas ce blog pour me remémorer le bon vieux temps lors des tournois live, je l’écris pour me rappeler à quel point le jeu online est un autre challenge, mais un challenge tout aussi interpellant et réel. En réalité, c’est le même jeu, sans être le même exercice. C’est difficile de le comparer à un autre domaine. Mais tout de même, voici les différences majeures pour moi entre le poker live et online.

La variance

Romain-Lewis-Blog
C'est un gros sujet. On pourrait parler de plein de variances différentes, et il est certain que les deux exercices (live et online) vont nous faire réagir à différents types d’éléments difficiles à accepter pour nos cerveaux. La variance online, il faut savoir la subir durant une session. Il est plutôt facile de ne pas balancer sa souris et son clavier lorsque l’on perd un... Lire la suite

[Blog] Un Vegas qui me colle à la peau (Part 6)

Par dans Tournois LiveAnalyse de mains il y a plus de 2 ans.

Romain Lewis Blog

Résumé de l'épisode précédent : alors que vient de sonner le dinner break du Day 5, il ne reste plus que 237 joueurs en course sur le Main Event des WSOP et le chipleader se nomme Romain Lewis ! Jusqu'où se poursuivra la belle histoire ? Réponse dans cette sixième et dernière partie fleuve.

Un retweet et je ferme tout. J’éteins la connexion avec le monde extérieur. Stéphane est là en avance pour me ramener à la villa. J’aperçois un petit sourire sur le coin de sa bouche. Ne vous attendez pas à une quelconque explosion de joie : ce sera la plus grosse expression d’excitation que nous vivrons ensemble durant ce dinner break. En grignotant un bout, le coach me raconte quelques anecdotes datant de sa carrière de tennisman. Il doit savoir que parler poker ne servirait pas à grand-chose. Je n’arrive pas à savoir s'il fait semblant d’être occupé sur son téléphone ou s’il l'est réellement mais on ne parlera pas beaucoup plus durant cette pause. C’est la grosse différence entre un coach et n’importe quel autre humain. Ici, à la place de Steph', en face d'un de mes amis ou connaissances, j’aurais eu beaucoup de mal à ne pas vouloir en savoir plus sur le déroulé du tournoi. Je prends une petite note mentale.

Ce genre de pause est ultra relaxant. Je fais quelques longueurs dans la piscine histoire de me rafraîchir et sortir quelques instants de cette chaleur infernale. Steph' me fait signe : il reste quinze minutes, c’est l’heure de repartir. Quelques mots d’ordre dans la voiture, peu ou prou les mêmes que d'habitude : patience, moment présent, rigueur et acceptation. Je réponds à ses encouragements avec un petit clin d’œil avant de refermer la porte. Le clin d’oeil de la confiance. J’ai une nouvelle pensée.... Lire la suite