rLewis

Après une année 2018 exceptionnelle marqué par trois podiums WSOP, le jeune Bordelais n'a qu'un objectif : s'installer parmi les meilleurs joueurs du monde !

Suivez rLewis sur FacebookSuivez rLewis sur Twitter

[Blog] Mes devoirs de vacances

Par dans Tournois Live il y a 6 jours.

Romain Lewis Blog

Cela faisait quelques années que j'avais échappé à ce système de notation que j'aimais tant... ou pas. Sauf que maintenant, je suis mon propre prof', et c'est assez kiffant !

J'écris ce blog aujourd'hui pour répondre à une question que je me posais continuellement il y a quelques années. Comment faire pour se poser de réels objectifs, même sur le court terme, dans une discipline où la variance est si omniprésente ?

Je vous écris à quelques jours de mon départ pour mes troisièmes WSOP, synonyme de ma troisième année avec le W rouge sur le cœur. Je suis super heureux d’avoir réussi à trouver ma voie (et ma voix, au moment d’enregistrer mes épisodes de Dans la Tête d’un Pro, mais ça c’est autre chose). J’adore ce que je fais au quotidien, le jeu me passionne davantage tous les jours mais l’un de mes travaux les plus difficiles reste de rationaliser ce que je fais jour après jour. Comment savoir si mon travail est bon ou complètement inutile ? Comment savoir combien d’heures je dois consacrer à chaque compartiment de mon jeu que je souhaite améliorer ? Comment me battre avec mon ennemi juré la procrastination, tout en profitant du confort que m’offre ce style de vie ? Jusqu’à quel point faut-il souffrir pour réussir ?

À ces quelques questions que je me pose fréquemment, la réponse réside principalement dans la création d’objectifs ultra précis et très personnels. Pour la deuxième fois de l’année je vais vous partager mes objectifs et je préfère vous prévenir, ils seront beaucoup plus complets. Car après les Winamax Series, place cette fois au live, et aux World Series of Poker ! Via cet article, je compte vous faire rentrer plus en détails dans ma méthode de travail, en grande partie parce que j’aurais moi-même aimé... Lire la suite

[Blog] SVT ? Non, MTT !

Par dans Général il y a 2 mois.

Romain Lewis Blog

Vendredi 4 avril 2014

Chapitre 1 : les relations entre organisations et mode de vie. Les angiospermes sont des organismes vivants végétaux évoluant pour la plupart entre la terre et les airs. Leur classe regroupe toutes les plantes à fleurs produisant des fruits. Pour survivre, ils ont besoin de ressources qu’ils trouvent dans leur habitat, le sol (eau et ions) et l’air (CO2). Ils utilisent aussi l’énergie lumineuse pour la convertir en énergie chimique lors de la photosynthèse. Ils ne peuvent pas se déplacer pour se procurer leur nourriture, se mettre à l’abri…

Le temps ne m’a jamais semblé aussi long et pourtant, cela ne fait que 17 minutes et 30 secondes que j'ai attaqué ma première heure de cours de l’après-midi. Le pire avec cette première heure, c’est qu’elle est suivie d’une deuxième heure. Avec ce même prof. Celui qui ressort la même fiche depuis les temps immémoriaux, lorsqu'il a abandonné toute espoir en la curiosité d’un groupe d’adolescents au sujet de "la vie fixée des plantes". Il se venge généralement lors du rendu des copies quand les mots "exécrable" et "insuffisant" fleurissent en lettres capitales sur le haut de nos copies.

J’ai cessé d’essayer de comprendre pourquoi nous sommes sans cesse évalués, classés, comparés et punis dès le plus jeune âge. Je n’ai aucune motivation interne pour comprendre ce cours en dehors de l’évaluation finale. Je sais que je le réviserai la veille du contrôle, histoire de m’en sortir à peu près correctement - avec un peu de chance -, mais dans quelques mois tout sera oublié. D'ailleurs, j’espère que ce sera un QCM. J’aurai juste à discrètement jeter un coup d’œil sur les réponses de Noa ou Maël, les deux vraies machines à apprendre de la classe. J’admire... Lire la suite

[Blog] L'année du déclic

Par dans Tournois Live il y a 5 mois.

L'année qui vient de s'achever fut ma quatrième sur le circuit (la troisième en tant que professionnel), ainsi que celle dont je suis le plus fier de ma petite carrière. 120 tournois dans 14 destinations, 35 avions pris, des hauts, des bas, des moments magnifiques et d'autres plus durs, mais surtout une tonne d'émotions positives dont je me souviendrai toute ma vie. C'est l'heure du récap d'une année incroyable sur le plan personnel.

En début d'année, mes objectifs étaient clairs : jouer le plus possible en live et prendre le meilleur de mes coéquipiers en m'inspirant de leurs performances et de leurs forces mentales pour espérer remporter un titre. Je ne suis pas loin de cocher toutes les cases. 

Si je peux parler de déclic cette année, ce n'est pas sur le plan technique. Je n'ai pas découvert de move secret pour faire spew mes adversaires. Ce n'est pas non plus Davidi qui m'a refilé son secret pour interpréter des tells invisibles à l'oeil nu. En fait, j'ai simplement compris une leçon que m'ont transmis les nombreux top joueurs que j'ai pu croiser au fil de mes tournois. Comme l'a parfaitement expliqué João dans son dernier blog, la réussite au poker passe par une constante bataille contre soi-même.

J'ai bouleversé la réflexion, le temps et les efforts que je consacrais à ma manière d'aborder ce jeu. L'organisation de mes déplacements, de mes sessions, ou même mon régime alimentaire, tous ces éléments ont été mon déclic. Je n'ai pas joué pour jouer : j'ai joué pour progresser. Commettre une erreur ne constitue plus une honte, mais au contraire un point de départ intéressant pour travailler mon jeu. Je ne veux plus cacher les émotions qui intéragissent avec ma manière de jouer, j'essaie au contraire de les accepter et de... Lire la suite

[Blog] Les mains les plus folles de ma carrière (Partie 2)

Par dans Tournois Live il y a 7 mois.

Romain Lewis
Cela fait maintenant un bout de temps que je vous ai proposé la première partie de la retrospective des coup de poker les plus fous que j'ai joués. C'est rien de le dire : il s'est passé pas mal de choses depuis ! Lors de la rédaction du premier article, j’étais en pleine préparation de mes WSOP à Vegas : au moment de taper ces lignes, je m’apprête à entamer les WSOP-Europe à Rozvadov, en pleine campagne tchèque !

J’aurai pu écrire un blog entier rien que sur les coups que j'ai joués à Vegas cet été, mais je vais remonter un peu plus loin dans le temps et trouver quelques moments très marquants, pour essayer de décrire l’évolution dans ma réflexion : comment j’ai abordé le tournoi (ou la main) en question et ce que je peux en tirer. Dans ma première partie, je vous ai peut-être surpris avec quelques mains de ma période non-professionnelle. Entrons donc dans le monde des pros...

La partie la plus chère de ma vie

Le soleil tape fort en cette fin de mois d’août et ça fait un moment que je n’ai pas touché des cartes. Barcelone sonne souvent comme la reprise des hostilités pour les joueurs ayant disputé les WSOP à Vegas. Pour moi, c’est encore un peu plus que cela, une véritable rentrée des classes après un Euro extrêmement chargé. Nous sommes en 2016 : cela fait moins d’un an que je me considère comme joueur de poker professionnel et je dispute mon tout premier festival en terre catalane.

Huit mois auparavant, je jouais mon premier EPT à Prague et, grâce à un bon résultat sur un Side Event à 2 000 € (runner-up pour 80 000 €), j’ai joué mon premier High Roller à 10 000 € dans la foulée. Oui : c'était à peine une semaine après avoir pris la décision de passer pro ! Si vous vous dites que... Lire la suite

[Blog] L'été où tout a basculé

Par dans Tournois Live il y a 10 mois.

Romain Lewis

[Note de la rédaction : Oui, le blog précédent de Romain appelait une deuxième partie, mais elle attendra un peu. Pour l'heure, place aux WSOP 2018.]

Dans les semaines qui ont suivi mon magnifique été du côté de Vegas [860 000 $ de gains, neuf places payées dont trois podiums WSOP, NDLR] on me posait sans cesse la même question : « Ça y est Romain, tu es redescendu ? Ou tu es toujours sur ton petit nuage ? » J’avais beau comprendre le sens de la question, je ne savais jamais quoi répondre. Je me contentais souvent de hocher la tête avec un sourire gêné avant de répondre : « Pas tout à fait. Je suis bien là-haut ! »  Entre vivre sur ce petit nuage gonflé d’énergie positive, entouré de bonnes ondes et des personnes que j’aime et redescendre « sur terre », où la vie serait a priori plus difficile, mon choix est vite fait ! D’ailleurs, cela fait bien plus de deux mois que j’y suis sur ce nuage. Ma mamie a beau me rappeler que ça ne va pas durer toute ma vie, j’ai quand même bien envie que ça continue le plus longtemps possible. Après tout, si je m’imagine sur un nuage toute ma vie, personne ne pourra me faire redescendre !

Objectif, je réécris ton nom

Reprenons depuis le début, au mardi 5 juin. Si cette journée marquait le top départ officiel de mes WSOP, le travail avait déjà commencé bien avant. Après avoir mis beaucoup d’effort dans la préparation mentale, j’ai redéfini quelques mots qui étaient pour moi primordiaux. « Objectif » était le premier. Bizarrement, dans ma tête, un objectif non réalisé correspondait à une défaite. Un objectif devait donc toujours être largement réalisable, afin de ne pas me décevoir. Repenser ce mot en me fixant des objectifs plus difficilement atteignables fut un déclic. Personne... Lire la suite

[Blog] Les mains les plus folles de ma carrière (Partie 1)

Par dans Tournois Live il y a plus d'un an.

Romain Lewis Blog Facebook

Salut tout le monde! Je célèbre cette semaine ma première année complète sous les couleurs de Winamax et pour fêter ça, j'avais envie de vous raconter mes coups les plus rocambolesques. Entre le poker amateur, de club et professionnel, j’en ai vécu des coups marrants, des bad beats, des good beats aussi, des coups venus d’une autre planète ou d’autres qui ne devraient juste jamais exister. C’est aussi pour ça qu’on aime ce jeu : une fois qu’on a reçu nos deux petites cartes faces cachées, nul ne sait exactement ce qu’il va arriver !

Au moment d’écrire ce blog, je suis en train de préparer mon planning complet pour les WSOP. Au même moment, l’an dernier, j’écrivais justement mon premier blog sur la préparation mentale et physique pour Vegas. Cette année, la seule différence c’est que je vais rester un peu plus de temps. J’ai envie de jouer plus de tournois, de tester un peu plus mes limites mais aussi de vivre plus de moments intenses, aux tables et en dehors.

Et de moments intenses, il va justement être question dans les lignes qui suivent. Ne me jugez pas, sortez le pop-corn, mettez-vous à l’aise au fond de votre canap’, car ce qui suit n’est pas toujours très ordinaire. Dans cette première partie, je parle de la période où je n’étais pas encore professionnel. Il va y avoir du spectacle, let’s go !

Premiers frissons à Gujan

Romain Lewis

Remontons le temps. Nous sommes le samedi 23 septembre 2014 à Gujan-Mestras. Le soleil est tombé depuis l’éclatement de la bulle du Main Event du DSO, et je suis dans l’argent depuis quelques heures pour mon premier gros tournoi live. J’ai 19 ans depuis quelques mois et l’idée de jouer un tournoi de poker à 550 € me dépassait largement quatre mois... Lire la suite

[Blog] Un mauvais rêve ?

Par dans Tournois Live il y a plus d'un an.

Blog Romain Lewis Facebook

Ma « trêve » hivernale en tournoi live touche doucement à sa fin avec le lancement de la Grande Finale du Winamax Poker Tour, marquant en même temps le début d’une saison prometteuse et palpitante. Depuis mes débuts, j’ai toujours du mal à imaginer, à l’aube d’une nouvelle année, quelle sera ma situation douze mois plus tard. J’espère que 2018 parviendra à me surprendre. Car cela fait maintenant trois ans que le schéma se répète : je vais de bonne surprise en bonne surprise, et je ne m’en lasse pas !

Encore aujourd'hui, je me demande comment j’ai pu ne serait-ce qu’envisager pouvoir un jour participer à une émission de télé-réalité, rejoindre le Team Winamax ou encore gagner 100 000 € à une partie de cartes ! Dans la vie, je crois qu’on s’habitue trop facilement aux excellentes choses et qu’il est toujours bon de prendre quelques pas de recul pour apprécier pleinement ce qu’on est en train de vivre.

Vous l’avez compris, les choses sont allées beaucoup plus vite que je ne pouvais les imaginer, alors autant y aller franchement. J’allais partir sur un blog traditionnel pour vous présenter mes objectifs et ce que je comptais mettre en place pour les réaliser, mais à la place, j’ai choisi de m’évader dans un monde imaginaire. Imaginaire mais pas forcément rêvé, attention ! Car le rêve, vous le visualisez probablement déjà : une magnifique photo, prise au cours de l'été, dans une certaine ville du Nevada, avec une très belle équipe autour de moi, poings de guerriers en l’air et sourire aux lèvres, un drapeau français en arrière-plan et un bracelet doré au poignet. Non, je vais plutôt partir sur quelque chose de différent, une projection deux ans dans le futur qui, je l'espère, vous fera sourire. Car comme le dit une expression... Lire la suite

[Blog] Bitcoin : les cryptos décryptées

Par dans Général il y a plus d'un an.

Une des choses que je préfère dans le métier de joueur de poker, c'est de voguer de rencontres en rencontres au gré du hasard. Malgré la multitude d'horizons ou de langues qui pourraient vous séparer de vos comparses à table, vous partagerez toujours les bases d'un langage commun : vos cartes et vos jetons. Même s'il peut m'arriver d'échanger ainsi durant des heures, voire des journées, uniquement par le biais de check/raise et autres 3-bets, ma curiosité naturelle m'incite toujours à vouloir communiquer autrement. J'ai réalisé avec le temps que s'intéresser un minimum à mes adversaires n'était pas uniquement bénéfique pour le jeu, mais aussi une source d'épanouissement personnel. Laissez-moi vous raconter un court mais prolifique échange que j'ai un jour eu avec un joueur Espagnol, lors d'un tournoi des World Series of Poker. Une discussion passionnante qui m'a offert une sacrée opportunité que je n'ai malheureusement pas saisie à l'époque.

Retour en juillet 2017 : après un bon départ dans le 1 111 $ Little One-Drop, j'ai alors très à coeur de suivre les pas de volatile38, finaliste de ce même tournoi l'an passé. Je reconnais un joueur Espagnol régulier du circuit qui s'installe directement à ma gauche et lui souris de toutes mes dents. "Ola, amigo ! Que tal ?" ose-je. "Muy bien, y tu ?", répond-il avec la même bonne humeur. "Bien, bien, gracias.", conclus-je. Voilà en général l'intégralité d'une conversation-type, non pas à cause d'un manque d'envie d'en apprendre plus, mais tout simplement parce que ma maîtrise de la grammaire et du vocabulaire espagnols est, disons-le, limitée.

Une orbite passe, et le voilà qui relance la conversation dans un anglais timide : "Au fait, tu connais le Bitcoin ? T'as investi un... Lire la suite

[Blog] Oser être meilleur

Par dans Général il y a plus d'un an.

« N’aie pas peur de faire le lâche », m’a un jour balancé Davidi, alors que j'étais en train de réfléchir à une décision qui me paraissait standard. Sur le coup, ça m’avait fait marrer, sauf que quelques jours après, sa réflexion me faisait encore réfléchir. Pourquoi l’avis des autres est-il si important dans ce milieu ? Comment correctement évaluer son niveau réel, et comment progresser mentalement ? Autant de questionnements auxquels je vais tâcher d’apporter des réponses ici. Ce billet n’est pas à lire comme une leçon que je donne, mais plutôt comme un point de vue sur ces sujets qui me taraudent depuis plusieurs années. Bonne lecture !

Qui ne s’est jamais retrouvé dans la situation délicate où l'on a envie d’écouter ce que notre instinct nous dicte, mais où l'on finit par rendre sagement notre main au croupier, par peur de l’avis des autres, de se tromper, de sembler ridicule ou tout simplement de sortir de nos rails ? Cela m’est malheureusement souvent arrivé, et lorsque mon adversaire me claque un bluff, un drôle de sentiment interfère dans mes pensées. Ça chauffe, je me sens coupable de m’être planté alors que j’ai pourtant certainement déjà dû bosser sur la question et que je ne devrais pas me prendre la tête. Il va falloir m’y remettre et pourquoi pas me remémorer le fameux billet « Prends-en de la graine, fiston » de ValueMerguez afin de me remotiver. La progression au poker se fait sur le long-terme, et il faut avant tout accepter ses erreurs et reconnaître qu’on n’est pas forcément le meilleur.

Bonheur
Le poker doit être une des seules disciplines compétitives où l’on ne peut pas exactement situer le niveau objectif d’un joueur. Même si certains classements existent, comme le GPI (Global Poker Index), nos... Lire la suite

[Blog] Toujours plus...

Par dans Tournois Live il y a plus d'un an.

Romain1
Dans ce billet de blog, je vais vous raconter mon entrée (relativement récente) dans le cercle très fermé des tournois highrollers, là où les liasses de billets représentent plus souvent un pourboire qu’autre chose. Je vais tâcher de vous retranscrire mon état d’esprit lorsque je plonge au milieu des requins de ces tournois peu médiatisés.

Avant de faire partie du milieu du poker, j’aurais juré que jamais je ne miserais 10 000 €, 25 000 € ou même 100 000 € sur une partie de cartes. Le jeune Romain de 18 ans était bien plus sage et soucieux de ses sous. Ahhh, mes amis, les temps ont bel et bien changé !  Enfin, ne vous inquiétez pas : je ne me déplace pas encore en jet privé entre deux suites royales des plus beaux hôtels du monde.

Je me rappelle d’un échange avec mon grand-père anglais il y a huit ou neuf ans, alors que je disputais des parties gratuites sur Facebook avec mes potes :

Grandpa : « Je te fais confiance Romain, mais promets-moi de ne jamais mettre un pound sur un jeu de hasard ! »
Jeune Romain : « Bien évidemment Grandpa, je ne fais ça que pour m’amuser avec mes amis. De toute façon, je n’ai pas l’âge pour jouer et je ne vais quand même pas devenir un gambler (lol). »
Grandpa, pas franchement convaincu, mais souhaitant éviter la dispute : « Ok son, viens aider ta mamie à mettre la table, roast dinner is on its way ! »

Partie stoppée, dîner avalé et discussion oubliée… Mais quelques années plus tard, alors que je réfléchissais à franchir le pas et devenir un joueur pro, cette conversation m'est revenue en tête. Aujourd’hui Grandpa me regarde fièrement de là-haut, j'en suis certain. Comme moi, il a dû avoir un peu peur au début, puis il a dû essayer de comprendre et d’apprendre pour effacer cette peur.... Lire la suite