Ragnarok235

Il n’a fait qu’une bouchée de ses adversaires : notre nouveau Top Shark est prêt à plonger dans le grand bain du circuit mondial.

Suivez Ragnarok235 sur FacebookSuivez Ragnarok235 sur Twitter

[Blog] Sortir de sa zone

Par dans Life Style il y a 25 jours.

Adrien Delmas Blog

« Il meurt lentement celui qui devient esclave de l’habitude, refaisant tous les jours les mêmes chemins, celui qui ne change jamais de repère, ne se risque jamais à changer la couleur de ses vêtements ou qui ne parle jamais à un inconnu, celui qui évite la passion, celui qui ne change pas de cap, celui qui ne prend pas de risques pour réaliser ses rêves, celui qui, pas une seule fois dans sa vie n’a fui les conseils sensés. Il meurt lentement celui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas celui, qui n’écoute pas de musique, celui qui ne sait pas rire de lui-même. » Pablo Neruda

Sortir de sa zone de confort. Écrire même ce blog en est la définition première. Pour reprendre les mots du sage Michel Abecassis, c’est une mise en abyme. Mi-avril, lors du séminaire du Team, arrive la question fatidique : qui fait le prochain blog ? Pour info, il fallait le livrer moins d’une semaine plus tard. Dans mes sujets déjà prêts, je vois alors se dégager celui-ci : « sortir de sa zone de confort ». Je ne pouvais donc que me proposer ! Brièvement évoqué lors de mon premier blog sur la Nouvelle-Zélande, ce thème me semble être d’intérêt général et compte particulièrement pour moi.

Qu’est-ce que c’est ?

Ce qu’on appelle traditionnellement la « zone de confort », c’est cet ensemble d’activités, d’habitudes, de routines ou de comportements qui vous sont familiers et duquel il peut être effrayant de sortir, par peur des jugements extérieurs ou de l’échec.

Les raisons à cela sont facilement identifiables : on s’y sent bien, en sécurité. On exécute toujours les mêmes routines, les mêmes habitudes, sans forcément penser à ce que l’on pourrait faire de mieux, de plus productif, ou qui pourrait nous procurer un plus grand bien être. Elle... Lire la suite

[Blog] Finish him !!

Par dans Général il y a 1 mois.

Adrien_Delmas
Un de mes bons amis dans le poker a un jour prononcé ces mots :

« Au poker, quand tu arrives en heads-up, il faut gagner, car l’histoire ne se souvient que des vainqueurs. »

Cette phrase n’a pas tout de suite résonné dans ma tête, mais elle fît sens quelques mois plus tard, lorsque j’ai réalisé mes premiers deep runs en ligne. Je vois trop souvent des joueurs se relâcher une fois arrivés en tête-à-tête, comme ci le travail était terminé, comme ci le tournoi était déjà fini. Alors que pas du tout ! Quand vous n’êtes plus que deux, c’est l’œil du tigre qu’il vous faut... comme si vous sortiez d’un entretien avec Pascal Dupraz !

La première place est un Graal, et ceci pour des milliers de raisons propres à chacun. Lors de grands évènements, que ce soit en ligne (Winamax Series) ou « en dur » (EPT, WSOP, etc) : qui reçoit les trophées ? Qui prend le plus d’argent ? Qui se retrouve dans les news ? Qui jouit de la plupart des compliments ? Qui fait des interviews ? Le vainqueur, le vainqueur, et encore le vainqueur.

En matière d’argent aussi, la différence entre la première et la seconde place est énorme. De manière générale, le vainqueur prendra toujours entre 30 et 40% plus que le runner-up. Un écart qui se creuse un peu plus sur les tournois en mode Knockout progressif : là, on parle d'une différence allant du simple au double ! Forcément : le vainqueur d'un KO remporte en plus la valeur du bounty qui planait au-dessus de son avatar et gonflait petit à petit depuis le coup d’envoi du tournoi.

Vous l’avez compris : gagner fait autant la différence au niveau de votre palmarès que de votre compte en banque.

- Dis-donc, c’est bien beau ça Jamy, mais comment fait-on pour gagner un heads-up, et comment est-ce qu’on travaille... Lire la suite

[Blog] Welcome aboard

Par dans Général il y a 2 mois.

Blog Adrien Facebook

Mesdames et messieurs, bienvenue à bord de mon premier blog au sein du Team Winamax, placé sous le signe du voyage. Si vous ne m’avez pas beaucoup vu en ce début d’année autour des tables ou sur les réseaux sociaux, c’est normal. Je suis parti faire un voyage de trois semaines prévu depuis plusieurs mois dans un pays de rêve : la Nouvelle-Zélande. L’occasion de vous offrir ce long article, entre guide touristique et ressentis personnels, pour vous détailler ma façon d’appréhender les voyages et les liens que j’y trouve avec le poker.

L'appel du kiwi

Pont

En octobre dernier, César, un très bon ami, m’annonce qu’il va prendre une année sabbatique pour aller travailler/voyager au pays des Kiwis (surnom usuellement donné aux Néo-Zélandais). Moi-même grand amateur de kiwis, je propose de le rejoindre pour quelques temps, afin de pouvoir visiter ce pays dont on m’a tant vanté les magnifiques paysages. On se met d’accord sur ces modalités : road trip de trois semaines en mode sac à dos, camping sauvage et randonnée pour découvrir la beauté naturelle de la NZ. Le plan est de passer deux semaines sur l’île du sud, et une au nord, en évitant au maximum les grandes villes.

Pour l’occasion on achète une vieille Nissan Prairie aménagée pour les road trips, « sobrement » prénommée Djézon (c’est Jason mais dans le nord de la France, promis ce n’est pas moi qui aie choisi).

Voiture

Djézon dans son habitat naturel

Seulement six jours après le dénouement de la Top Shark Academy, je me retrouve à l’aéroport de Gatwick pour l’un des voyages les plus longs du monde : 25 heures de vol dont 6 heures d’escale. Plus de 18 000km de trajet, ça ne se fait pas comme ça. Come on, here we go !

L’île du sud

AvionLire la suite