KitBul

EPT, WPT, WSOP : pas un circuit majeur n’a résisté à l’appétit de victoire du Belge du Team Winamax, qui n’est pas pour autant rassasié.

Suivez KitBul sur FacebookSuivez KitBul sur TwitterSuivez KitBul sur Instagram

[Blog] Le poker, c'est la vie !

Par dans Life Style il y a 2 mois.

Blog Davidi Kitai

Life is a game: play it! Vous avez peut-être déjà entendu cette philosophie de vie assez radicale. J’y adhère... en partie. Ne pas prendre la vie avec trop de sérieux offre beaucoup d’avantages, mais le risque de ne faire que jouer est, dans le meilleur des cas, de perdre son naturel ou son authenticité, et dans le pire des cas, de se transformer en manipulateur.

Nous autres joueurs de poker avons la chance d’avoir comme métier un “jeu”, soit une opportunité incroyable de pouvoir, théoriquement, nous amuser toute notre vie. C’est pour cela qu’il faut absolument séparer son métier (même si c’est un jeu) de toutes les autres sphères de notre vie. On ne peut pas constamment bluffer nos parents sur les notes qu’on a eues à l’école, ou réfléchir aux probabilités que notre femme nous trompe quand elle nous dit qu’elle va voir une copine. Il est primordial de pouvoir se reposer sur certaines valeurs : faire confiance à notre entourage, aider les autres sans rien attendre en retour, réfléchir avec notre cœur ou prendre des décisions de manière intuitive. Tout cela nous amène souvent à d’excellents résultats dans la vie.

Être joueur de poker nécessite un esprit très rationnel. On raisonne beaucoup en termes d’espérance de “gains” (dans tous les sens du terme) et de rendement. Les probabilités, c’est notre base de réflexion : nous sommes constamment en train de les calculer dans notre tête pour chacun des choix de notre vie. On le compare ensuite avec le risque estimé pour prendre notre décision. Ce processus de réflexion est très efficace, même s’il peut parfois nous torturer l’esprit.

J’ai donc dressé une liste de qualités dont font preuve les joueurs de poker, et qui s’avèrent utiles dans la vie courante, en les appuyant... Lire la suite

[Blog] Mes superhero calls

Par dans GénéralAnalyse de mains il y a 4 mois.

Davidi Kitai Blog Hero Call
« On bluffe pas Kitbul ! » Vous m’avez déjà entendu lâcher cette phrase au détour d’une scène de Dans la Tête d’un Pro. Et c’est vrai qu’au fil des années, le hero call est devenu ma marque de fabrique, mon « coup spécial ». Est-ce qu’il existe une meilleure sensation au poker que de gagner un gros pot en payant un bluff avec une main très faible ? Pour ce nouveau blog, je me suis chauffé à faire la rétrospective des hero calls les plus importants de ma carrière. Si vous avez suivi les streamings et coverages de mes grosses TF, vous remarquerez peut-être que certains d’entre eux manquent à l’appel. C’est parce que je me suis limité à ne garder qu’un seul coup majeur pour chaque tournoi. Voici donc, dans l’ordre chronologique, mes superhero calls

2008 : Heads-up pour mon premier bracelet
WSOP Pot-Limit Hold’em 2 000 $ (605 entrées)

Davidi Kitai Blog Hero Calls22 juin 2008. C’est ma première table finale aux World Series of Poker, et avec Chris Bell cela fait déjà deux heures que nous jouons en heads-up. Les blindes augmentent, les tapis se resserrent : j’ai moins de 20 blindes. Le déroulement exact du tout premier gros hero call de ma carrière s’est perdu dans les limbes de l’histoire… Ce qui est certain, c’est que ma main n’était vraiment pas terrible : K6, une hauteur avec laquelle je paie la moitié de mon stack sur la rivière d’un board 7A78A.

Si je me rappelle bien, j’ai défendu ma BB, puis le flop a été checké. Ensuite, j’ai décidé de miser sur le turn - d’un point de vue technique, je ne trouve pas ça génial avec le recul. Sur la rivière, j’ai tank très longtemps avant de payer. Mon call me semble toujours OK aujourd’hui, car beaucoup de tirages ont manqué la rivière. Mais il n’en reste pas moins très difficile, à cause du profil de mon... Lire la suite

[Blog] S'adapter, une nécessité

Par dans Général il y a 7 mois.

Blog Davidi Kitai
Darwin écrivait que « les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements ». Quelques siècles plus tôt, Socrate disait que ce qui fait l’homme, c’est sa faculté d’adaptation.

L’espèce humaine a affronté de nombreux chamboulements au cours de son histoire. Nous avons dû constamment nous adapter aux variations de notre environnement afin de survivre. La capacité à changer, à faire évoluer notre appareil psychique, c’est toute l’histoire de l’humanité !

C’est encore le cas aujourd’hui. La société continue d’évoluer : nous sommes forcés de nous adapter, encore et toujours, a des choses que nous ne pouvons pas ou peu contrôler. Prenez la crise du Covid – exemple au hasard ! – qui bouscule nos vies sans que l’on n’ait rien demandé. Mais je pourrais aussi bien évoquer, plus banalement, le fait de s’adapter à notre entourage, à un environnement en mouvement, ou tout simplement au temps qui passe.

La capacité à s’adapter : c’est peut-être une des qualités les plus importantes pour vivre sereinement en société, que ce soit sur le plan professionnel, social ou privé. En faire preuve, c’est se donner la chance d’aborder l’inconnu de manière positive et volontaire. Devant le changement, certains parviendront à mieux faire face que d’autres. Ils sauront adapter leur approche aux circonstances, ils chercheront à comprendre et évaluer un point de vue différent du leur, ils tenteront de trouver des solutions pour affronter les bouleversements. D’autres, à l’inverse, opteront pour la fuite, s’apitoieront sur leur sort, rejetteront la faute sur les autres, et finiront par subir les nouvelles conditions. Mais c’est humain, après tout : pour la... Lire la suite

[Blog] Mon courrier des lecteurs

Par dans GénéralLife Style il y a 11 mois.

Davidi Kitai
Vous êtes nombreux à me contacter sur les réseaux sociaux. Je m’efforce de répondre à la majorité de vos questions, mais je manque parfois de temps (et parfois j’oublie !). Certaines de vos questions reviennent assez fréquemment. Plutôt que de faire un copié-collé, je me suis dit que je pourrais me servir du blog pour adresser une réponse groupée. Comme ça, la prochaine fois que l’une de ces questions reviendra, je n’aurai qu’à partager cet article. Qui sait, cela pourra peut-être aider aussi ceux qui n’avaient pas encore osé m’envoyer un message mais se posaient les mêmes questions !

Avant de commencer, un petit avertissement : tout ce qui suit ne constitue que mon opinion personnelle, basée sur mon expérience et mon ressenti. Ne prenez pas mes conseils pour des vérités absolues ! D’ailleurs, si un jour vous m’avez envoyé une question et que je l’ai laissée en « vu », c’est peut-être simplement que je ne pensais pas être la personne la plus qualifiée pour apporter une réponse…

Je débute dans le poker, comment faire pour progresser ?

Voilà l’exemple typique de question qui me fait galérer ! Que répondre ? Quand j’ai commencé à jouer au poker – c’était il y a une éternité  – il y avait très peu d’outils ou de documentation facilement accessibles et permettant de travailler son jeu. Je pense que vous êtes nombreux à le savoir : je suis un joueur « old school », un autodidacte du poker. J’ai appris à force de jouer, jouer et encore jouer, à force de commettre des erreurs, à force de m’efforcer de les détecter et de ne plus les reproduire. Mais en 2020, il serait impensable de ne pas utiliser les outils qui se sont multipliés au fil des années, tant ils peuvent faciliter notre progression. D’ailleurs, mon coéquipier... Lire la suite

[Blog] Ma liberté d'expressions

Par dans GénéralLife Style il y a plus d'un an.

BlogDavidi

Ceux qui me connaissent savent que j’ai toujours kiffé les petites expressions. Je les ai rarement inventées, mais naturellement quand j’entends une expression qui me fait marrer, je la pique à son auteur, parfois sans même m’en rendre compte.

Dans ma jeunesse avec mes amis belges, nous avions tendance à communiquer énormément par le biais de petites phrases cultes ou autres punchlines. Alors quand je voyais d’autres personnes en dehors de mon cercle d’amis, on me prenait parfois pour un fou : les gens ne comprenaient pas trop ce que je racontais... Dans le milieu du poker, beaucoup ont en revanche adopté ces expressions, et aujourd’hui j'observe de nombreux fans les réutiliser, pour mon plus grand plaisir. 

Pour ce blog, j’ai donc décidé de faire une liste de mes expressions favorites. D'ailleurs, j'organise un sondage sur les réseaux sociaux de Winamax (Twitter, Facebook, Instagram) pour connaître les plus populaires ! Cela m’aidera à créer un « stream deck », que j’utiliserai lors de mes sessions de streaming. Je pense aussi à lancer une collection de hoodies avec vos expressions préférées...

Allez Salut ! 

À la base, on se disait « au revoir » comme ça avec mes potes. 

C’est tellement approprié de l’utiliser dans mon métier. Le but principal en poker de tournoi est de rester le dernier survivant en lice, donc cela passe par beaucoup d’éliminations. Et quoi de plus élégant qu’un « Allez salut ! » quand on bust un joueur ? Vous avez dû m’entendre le dire souvent, que ce soit lors des épisodes de Dans la Tête d’un Pro ou lors de mes sessions sur le Winamax Stream Gang.

Prononciation : il faut insister sur le « u » (Allez Saluuuuuuut !).

Utilisation au poker : une expression parfaite quand... Lire la suite

[Blog] Macao Royale

Par dans Life StyleCash Game Live il y a plus d'un an.

Davidi Kitai Blog Team Winamax Macao Royale
Je me réveille, je suis à Macao, tour du Wynn Palace, 42e étage. J'entrouvre les stores, cent mètres plus bas la capitale asiatique du jeu s'étale devant moi. Il fait beau, même si comme d'habitude l'archipel est enveloppé de brume. Aujourd’hui : day off, car demain je joue le Main Event à 10 000 $ de l'Asian Pacific Poker Tour et j'ai envie d'arriver en forme. Mon programme du jour ? Rien ! Enfin, pas de poker en tout cas. Cela fait déjà plusieurs fois que le calendrier des tournois m'emmène à Macao, et à chaque fois c'est un vrai choc, toujours renouvelé.

On compare souvent Macao à Las Vegas. C'est vrai qu'il y a de loin quelques ressemblances évidentes, notamment esthétiques, mais tous les connaisseurs vous le diront : les deux n'ont rien à voir. Ici la fièvre du jeu est encore plus intense, les divertissements "adultes" qui font la notoriété de Vegas se font plus discrets, les bars, clubs et salles de spectacles sont peu nombreux et moins fréquentés : on vient à Macao pour jouer, et pas grand-chose d'autre. Les floors des casinos sont cinq fois plus étendus que ceux de Vegas, et à chaque table on gamble avec sérieux et application, de façon monomaniaque, religieusement pourrait-on dire. Cela en est presque flippant ! Mais les vieux quartiers de la ville, ses églises et bâtiments coloniaux, son dédale de ruelles où planent encore l'influence portugaise du XVIe siècle donnent à Macao ce supplément d'âme qui manque souvent à Las Vegas, parc d'attractions en carton-pâte ayant subitement poussé dans le désert au milieu du siècle dernier.

Je vais déjeuner avec Jimmy Guerrero, qui est ici chez lui ou presque. Il connaît les cash-games de Macao et leur faune comme sa poche. Entre deux raviolis, il me parle d’une partie de No-Limit... Lire la suite

[Blog] 2019, une année en trompe-l'oeil

Par dans Général il y a plus d'un an.

Davidi Kitai Blog Facebook

Comme la tradition l’exige et avec un petit peu de retard, voici mon compte-rendu de l’année écoulée et mes projets pour l’année à venir !

2019 fut exceptionnelle pour moi d’un point de vue personnel, mais mon année poker a été plus compliquée : c’est ma troisième année perdante depuis que j’ai débuté les tournois live en 2007. Rien de catastrophique non plus, jugez plutôt :

Résultats de mes tournois live

Total de mes buy-ins : 459 887 €
Total de mes gains : 333 436 €
Résultat net = - 126 451 €
ROI (retour sur investissement) : - 27% 

Même si cette perte peut paraître élevée, elle est à relativiser : en effet, l’échantillon de tournois joués en une année n’est pas suffisant pour pouvoir en faire un constat définitif. 

J’ai joué 76 tournois, en incluant les re-entries, pour un total de 17 ITM (22%), ce qui représente mon record en terme de places payées sur une année. Même si cette statistique prouve une certaine régularité dans mon jeu, elle n’est pas particulièrement positive car je n’ai concrétisé aucun de ces ITM avec une victoire ou un classement proche d’une victoire : je n'ai jamais fait mieux que 8e, un rang atteint à trois reprises. Certes, j’ai manqué le coche lors de mes deux deepruns sur les Highrollers à 25 000 $ des Bahamas, d’abord au PCA (8e pour 112 040 $) et ensuite au partypoker MILLIONS (11e pour 90 000 $). La faute à des confrontations inévitables qui auraient pu faire toute la différence sur le bilan financier de mon année...

Davidi
En dehors de la variance, ces statistiques peuvent aussi refléter un des problèmes rencontrés dans mon jeu cette année : d'être trop prudent à l’approche des places payées, et me se retrouver short stack trop souvent. Cela diminue... Lire la suite

[Blog] Poker face

Par dans Tournois Live il y a plus de 2 ans.

Blog Davidi Kitai

Avec un titre pareil, je vous vois venir, alors coupons court tout de suite : la poker face, ce n’est pas seulement une chanson bien connue de Lady Gaga. C’est aussi (et surtout en ce qui nous concerne) quelque chose d’important pour tout joueur de poker live. Je ne vous l’apprends pas, elle désigne le comportement d’un joueur à table quand il joue une main. Une poker face optimale est lorsqu’on arrive à garder un visage impassible, qui ne donne aucun indice à l'adversaire.

Cet exercice est difficile. Savoir rester de marbre dans une situation de stress ou d’excitation n’est pas donné à tout le monde. Heureusement, c’est un élément qui peut aussi être travaillé, devant son miroir par exemple ou lors de parties entre amis.

À la table de poker, il est essentiel de pouvoir maîtriser nos émotions, de laisser transparaitre un minimum d’informations ou, du moins, ne laisser transparaitre que l’image que l’on veut donner. Il est primordial d’avoir une attitude constante tout au long du tournoi, en misant toujours de la même façon et en gardant une poker face cohérente. L’objectif principal est d’éviter de se faire exploiter par n’importe quel observateur de la table, qui pourra se baser sur des déductions simples pour nous lire parfaitement.

Voilà pour le concept général. Voyons maintenant les différents types de poker faces que l’on peut rencontrer sur le circuit professionnel. Je les ai classées en quatre grandes catégories, chacune dotée de ses propres forces et faiblesses.

Poker face "œil du tigre"

Phil Ivey

Exemples : Phil Ivey, Alex Foxen, Mike McDonald, Fedor Holz, Ole Schemion…

On fixe notre regard imposant droit dans les yeux de notre adversaire tout au long de la main. Le but recherché est de... Lire la suite

[Blog] Au bout de mon rêve

Par dans Tournois Live il y a plus de 2 ans.

Blog Davidi Kitai

La première fois que j’ai joué le Main Event des World Series of Poker, alias le plus beau et le plus gros tournoi de poker au monde, c’était en 2006. À l’époque, je m’étais qualifié online pour quelques centaines de dollars. Rien qu’à l’idée de jouer ce tournoi mythique, j’avais vraiment ressenti une sensation exceptionnelle. L’atmosphère y était électrique et, très vite, je m’étais senti dans mon élément. J’avais monté une tonne de jetons au Day 1, éliminant presque tous les joueurs de ma table, hormis l’ami Guignol, qui avait passé la journée avec le tapis de départ.

La suite fut moins rose : au Day 2, malgré cet énorme tapis, je n’avais pas tenu longtemps à cause d’une paire de Dames complètement surjouée, face à un adversaire avec encore plus de jetons que moi qui détenait une paire de Rois. C’est la première leçon que j’ai retenue : pouvoir (et devoir) abandonner des grosses mains.

A Kitbul with a dream

Année après année je relativisais un peu plus mon élimination. C'était une occasion pour moi de me remettre en question, d’apprendre de mes erreurs pour revenir plus fort la fois suivante avec, bien sûr comme objectif final, de le gagner un jour. D’ailleurs, pour être honnête, cela représente plus un rêve qu’un objectif. Avec plus de 8 000 joueurs et la variance inhérente au poker, il est presque impossible de gagner ce tournoi sur un échantillon aussi court que celui que représente une vie humaine.

En 2007, j’avais... Lire la suite

[Blog] Dessine-moi un joueur

Par dans Général il y a plus de 2 ans.

Davidi Kitai
Qu’est-ce qui fait un bon joueur de poker ? Plein de choses, mais aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler de quelques qualités ô combien primordiales mais trop souvent sous-estimées…

L’acceptation

« L’art d’apprendre à accepter ce que nous ne pouvons changer. » - Marc Aurèle

C’est un avantage considérable dans la vie de tous les jours que de pouvoir lâcher prise, d’être capable d’affronter nos pensées et émotions négatives sans y réagir de manière contre-productive. Accepter les évènements, c’est voir diminuer ses niveaux d’aigreur, d’anxiété et de culpabilité. Accepter les évènements, cela permet aussi de mieux se connaître, et d’éviter de se juger trop sévèrement.

L’acceptation équivaut précisément à nous adapter à toutes les sortes de changements divers et variés qui peuvent à tout moment faire irruption dans notre vie, en modifiant notre manière de les percevoir pour y faire face plus efficacement.

Au poker, je vois deux sortes d’acceptations :

D’abord l’acceptation des facteurs qu’on ne peut pas maîtriser, autrement dit la variance. La plupart des pros savent bien qu’il est contre-productif de se focaliser sur la malchance, et sont donc capables de réagir positivement à la suite d’un bad beat : le tilt qui peut ensuivre est généralement moins marqué que chez un joueur moins expérimenté. Cela étant, après toute une série de mauvais coups, bien rares sont les joueurs parvenant à maintenant leur « A-game » : on est toujours un peu affecté, même inconsciemment.

Puis il y a l’acceptation de ses propres erreurs. Beaucoup plus compliqué à gérer ! Lorsque l’on est seul responsable de nos actions, on est aussi seul face à ses démons et ses erreurs. Il est malgré tout impératif de passer par cette phase... Lire la suite