Winamax

KitBul

EPT, WPT, WSOP : pas un circuit majeur n’a résisté à l’appétit de victoire du Belge du Team Winamax, qui n’est pas pour autant rassasié.

Suivez KitBul sur FacebookSuivez KitBul sur TwitterSuivez KitBul sur Instagram

[Blog] Allez saluuuut, 2023 !

Par dans GénéralTournois LiveLife Style il y a 1 mois.

crea kitai
Comme vous le savez peut-être, à chaque début d'année, j'ai l'habitude d'écrire un blog pour dresser le bilan des douze mois qui viennent de s'écouler. Je prends le temps de disséquer mes résultats afin d’en tirer les conclusions pour l’année à venir. Alors pour la review de 2023, c’est par ici que ça se passe !

Commençons par le live. Je suis parvenu à faire 14 places payées, dont 4 tables finales, le tout pour un gain total de 358 038 €. En prenant en compte le fait que j’ai participé à 65 tournois et dépensé un total de 331 960 € de buy-in, je me retrouve avec 22% d’ITM, 6% de TF, et un bénéfice net de 26 078 €, soit un ROI de 7,86%. Au classement GPI, je termine cette année à la 173e position, ce qui fait de moi le 3e meilleur joueur belge de l’année. Si les résultats n’ont pas l’air exceptionnels sur le papier, je suis tout de même super content de mon année. Je vous explique pourquoi.

La qualité, non la quantité

Certes, j’ai très mal débuté 2023, avec entre autres, un EPT Paris sans ITM. Mais en finissant l'année dans le vert, je perçois naturellement cela comme un succès. Les tournois que je privilégie sont les Main Events, car les fields sont plus gros. J’en ai notamment deep run une bonne partie, passant à plusieurs reprises non loin du gros score, celui capable de changer la tournure d'une année. Ayant réalisé que mon jeu très exploitant était plus adapté sur les Main Events, que j’adore jouer, j’en ai logiquement fait ma priorité.

dav
Si cela est plutôt rare, je n’ai malheureusement pas réussi à obtenir de perf' à six chiffres en 2023. Comment l’expliquer ? Car j'ai fait un volume de jeu moins conséquent, et bien moins coûteux. J’ai beaucoup progressé dans le choix de mes tournois. Je privilégie désormais la... Lire la suite

[Blog] Ma botte secrète en MTT

Par dans Tournois LiveTournois Online il y a 4 mois.

Blog Davidi Kitai - Mon arme secrète en MTT
J'ai envie d'aborder une notion trop souvent délaissée par les joueurs et les coachs. Un concept qui fait pourtant la force de pas mal de joueurs de live expérimentés, qui fait partie intégrante de la stratégie des joueurs tricky (« retors » en VF), et qui est bien entendu pris en compte par les meilleurs pros du circuit.

La plupart des joueurs de poker savent s'adapter à leurs adversaires... Exploiter les faiblesses de l'autre, ou à l'inverse éviter d'aller le chercher sur ses points forts : c'est la base. En revanche, plus rares sont les joueurs capables de tirer profit de leur image, telle qu'elle se reflète chez l'adversaire.

Ce concept, je l'appelle... (roulement de tambour, le public retient son souffle)...

L'exploitation de sa propre image

Partons du postulat suivant : la plupart des joueurs vont tenter d’exploiter vos faiblesses. Très rares sont ceux qui ne le feront pas, préférant jouer de la même façon tout le temps, peu importe l'adversaire en face (je décris ici un hypothétique joueur "pur GTO à 101 %"...). Ce postulat simple s'applique dans toutes les parties de poker, peu importe les tarifs auxquels vous jouez.

Si on a une idée de la stratégie de l'adversaire, alors on pourra la contrer en faisant l'inverse de ce qu'il attend que l'on fasse. Grosso modo, si votre adversaire se dit que vous allez trop bluffer, alors vous allez moins bluffer, et préférer faire des « value bets » avec un éventail de mains plus large. Et inversement si votre adversaire pense que vous ne bluffez pas assez.

Caroline Darcourt
Combien de fois ai-je croisé des joueurs trop serrés, des « nits » comme on les appelle, qui ne tiraient jamais profit de leur image « serrure » ? Pourtant, face à eux, les adversaires vont souvent « over fold »,... Lire la suite

[Blog] Éco trip

Par dans Général il y a 9 mois.

Davidi Kitai
Au lycée, j’étais un élève très moyen. Peu de matières m’intéressaient. Mes professeurs disaient que j’avais des capacités, mais que j’étais trop souvent dans la lune. À 18 ans, je devais choisir vers quelle voie j’allais me diriger. Je voulais faire des études, mais davantage pour le côté festif que dans une vraie optique d'avenir. J'ai finalement choisi d’étudier les Sciences Économiques à l’Université Libre de Bruxelles. Le choix typique des garçons qui ne savaient pas quoi faire ! (Pour les filles, l'équivalent était la psycho.) Nous étions plus de 600 élèves en première année, et je savais qu’à peine un quart d'entre eux allaient passer en seconde année. J’essayais de suivre les cours, souvent très théoriques, dans les grands auditoires de l’université. Mais j’avoue que cela ne m'intéressait pas et que je n’y comprenais pas grand-chose. Je me posais beaucoup de questions.

Il y avait aussi des cours pratiques, dans des petites classes. Un cours de Statistiques m’a intéressé plus que les autres. La jeune professeure [merci, Mme Catherine Dehon !] était vraiment pédagogue. Je prenais confiance : enfin, je comprenais quelque chose ! Au moment du blocus - en Belgique, c'est ainsi que s'appelle la période où l'on prépare les examens - j’étais un peu en panique, car il y avait beaucoup de théorie, avec des syllabus de 500 pages à étudier. Et ma mémoire n'était pas top. Je cherchais donc des résumés. En fait, je résumais les résumés, pour les synthétiser encore et encore : au final, je terminais avec une ou deux pages que j’étudiais à fond. Malheureusement, cela ne suffisait pas pour avoir de bonnes notes sur les parties théoriques. En Stats, par exemple, j’ai eu 9/10 en pratique et 1,5/10 en théorie, ce qui ne me permettait pas d’avoir le... Lire la suite

[Blog] Bad run : comment s'en sortir

Par dans Tournois Online il y a 11 mois.

Blog Davidi
J’étais bien optimiste après les résultats satisfaisants de l’année passée. Pourtant, 2023 ne débute pas sous les meilleurs auspices. Et ce, malgré une quatrième place au début du festival PCA aux Bahamas sur un tournoi à 2 000 $, pour 50 000 $ de gains. Car derrière, je n'ai pas atteint les places payées sur sept autres tournois plus chers : je termine finalement mon séjour perdant de 40 000 $. J'ai ensuite enchaîné à Paris avec l’EPT et le WiPT, où j’ai "blank" sur 10 tournois supplémentaires (re-entries inclus). 17 tournois sans ITM : cela pique un peu, mais ce n’est pas plus inquiétant que ça pour un joueur de MTT. Presque tous ont déjà connu cette situation, même si c’est plus courant en ligne qu’en live. Avec mon jeu plutôt « low variance », ça m’arrive un peu moins souvent que les autres, mais cela reste quelque chose de standard quand on a choisi ce métier de joueur pro. Et il existe aussi la variance positive : des périodes de rush où on run vraiment good, même si on le remarque moins quand on est du bon côté de la barrière.

Souvent, quand je perds, je me remets beaucoup en question, et je prends mes responsabilités sur des erreurs à corriger. Ici en l'occurrence, même si j'ai bien entendu fait quelques petites erreurs, la variance a été vraiment cruelle avec moi. J’ai perdu des coins flips super importants, j’ai pris des rivers assassines, et j’étais du mauvais côté des setups. Avec mon expérience, je sais faire face à cela. Même si cela me touche sur du court terme, je l’accepte rapidement sans que cela altère mon jeu sur les prochaines mains ou les tournois suivants.

Justement, je voulais écrire ce blog pour partager avec vous les ficelles pour apprendre à mieux gérer ces périodes noires.

La... Lire la suite

[Blog] 2022 : comme on avait dit

Par dans Général il y a plus d'un an.

FBK Blog Davidi

À chaque début d'année, j’écris un blog pour dresser le bilan des douze mois écoulés. Je dissèque mes résultats et en tire les conclusions pour l’année à venir. Alors c'est parti pour la review de 2022 !

En live, je compile 17 places payées, 6 tables finales, 1 victoire et 557 107 $ de gains. Je termine 106e au classement du Player of The Year mondial, 29e pour l'Europe et numéro 1 pour la Belgique.

Je suis très satisfait de ces résultats et surtout d'avoir été régulier. C’est une année gagnante, avec un très bon retour sur investissement, d'environ 40-50%. Certes, ce n’est que ma 7e meilleure année en termes de résultats, mais c'est bien au-dessus de mes attentes. D'autant que je sors de deux années compliquées en live. En 2020 je n'ai pas joué à cause du Covid, et en 2021 j'ai très peu joué... à cause du Covid (encore) et de la naissance de mon fils. La reprise était donc super importante. 

Pendant ces deux ans de répit, j’ai eu le temps de me poser les bonnes questions, de bosser mon jeu et de m’organiser pour combiner vie de famille et vie professionnelle. Les objectifs en 2022 étaient de retrouver de bonnes sensations, de prendre du plaisir et d’être discipliné dans la sélection de mes parties.

J'ai ainsi disputé des tournois qui me faisaient kiffer, et j’ai joué un peu moins cher que les années précédentes. J’ai évité au maximum les tournois Turbos sur un jour, mais j'ai en revanche joué davantage de tournois à buy-in moyens : dans le sud de la France, à Paris, à Namur, ou lors des Winamax Poker Open.

Regardons maintenant mes résultats en détails.

Main Events 

Davidi Blog 1
J’ai atteint deux places payées sur les Main Events du circuit EPT, à Prague et à Monaco, mais sans réelle... Lire la suite

[Blog] V.E.G.A.S.

Par dans Tournois Live il y a plus d'un an.

Davidi Kitai Blog Facebook

L'excitation était énorme avant d'aller jouer les WSOP. D'abord parce qu'entre le Covid en 2020 et la naissance de mon fils l'an passé, qui ne m'a permis que d'y aller huit jours, cela faisait très longtemps que je n'avais pas fait de vrai gros Vegas. Ensuite car j'y ai souvent eu des très bons résultats et le field me convient parfaitement. Ma motivation de gagner un nouveau bracelet reste donc intacte.

J'y suis d'abord parti dix jours tout seul. J'ai joué quelques beaux tournois, pour ensuite rentrer une semaine à la maison et y retourner un peu plus tard avec toute ma famille pendant 18 jours. Cela demande de l'organisation, et je le voyais un peu comme un test, car je compte faire ce voyage en famille chaque année jusqu'à ce que mes enfants atteignent leur majorité.

J'ai pu jouer les tournois que j'affectionne particulièrement, mais mon objectif principal restait une grosse perf sur le Main Event. C'est la chose qui manque à mon palmarès, et le gagner un jour a toujours été mon rêve ultime de joueur de poker. Je pense sincèrement que si je me donne à 100%, la grosse perf' va finir par tomber : j'y ai acquis énormément d'expérience au fil des ans, et mon style de jeu exploitant est particulièrement adapté sur ce tournoi. Allez, c'est parti pour un résumé de mon V.E.G.A.S. !

V - Victoire

Bon d'accord, je n’ai pas gagné de bracelet cette année. Mais c'est toujours jouissif de voir gagner des joueurs que je connais depuis longtemps et que j’apprécie, comme les Julien (Pérouse et Martini), ou encore de voir des jeunes joueurs français que je connais moins remporter un bracelet. Et oui, j'ai beau être Belge, je n’ai pas le seum pour autant (d'ailleurs je déteste ce mot). Je suis entouré de joueurs français toute l'année et je... Lire la suite

[Blog] Souvenirs de séminaire

Par dans GénéralLife Style il y a plus d'un an.

Blog Davidi Kitai Séminaire Facebook

Pour des raisons personnelles, j’ai dû manquer cette année le séminaire du Team Winamax, qui a eu lieu fin mars à Biarritz. Depuis que le Coach Stéphane Matheu a commencé à organiser cet événement il y a onze ans, c’était la toute première fois que je ne pouvais pas participer. Faute de pouvoir profiter de ces quelques jours tous ensemble, j’ai eu l’idée de recenser dans ce nouveau blog tous les bons moments que j’y ai vécus depuis 2011. J’ai ressenti beaucoup de nostalgie à me replonger dans les photos des éditions précédentes.

Pour ceux qui ne seraient pas familiers avec le concept, le séminaire consiste en une petite retraite de trois/quatre jours, organisée une fois par an, où se réunissent l’ensemble des joueurs du Team Winamax. Il y a une dizaine d’années, Steph’ a eu une vision qui sortait du lot à l’époque, qui était de considérer le poker comme un sport à part entière, et donc d’accentuer la professionnalisation des joueurs de l’équipe.

Team Winamax Séminaire VTT

Juste avant une sortie en VTT devenue légendaire

Rien n'est laissé au hasard, tous les sujets sont évoqués : l’alimentation, le sommeil nous ont été détaillés par des spécialistes de ces domaines, des synergologues nous ont parlé de tells, des coachs mentaux sont venus nous aider à nous fixer des objectifs et à les réaliser, etc.

Bien sûr, on échange aussi beaucoup avec les membres du Team sur tous les aspects du poker : technique, mental, stratégie... On progresse beaucoup en s’ouvrant les yeux sur d’autres visions du jeu, on se remet en question aussi. Tout cela permet de souder l’équipe, parfois via d’interminables parties de loups-garous jusqu’au bout de la nuit, souvent dans de grands fous rires improvisés. En clair, c’est en partie lors des séminaires que... Lire la suite

[Blog] Main Event : 15 ans de passion

Par dans Tournois Live il y a plus de 2 ans.

Créa Blog Davidi
Je reviens de Las Vegas. J'ai pu rejouer le Main Event des WSOP après deux longues années de pause forcée ! Ça m’a donné envie de vous partager quelques souvenirs de mes expériences sur ce tournoi unique au monde. Une compétition comme nulle autre pareille de par son prestige, sa structure, son prize-pool et le niveau de jeu. Gagner le Main Event, c’est le rêve de tous les joueurs de tournoi. Pour moi, c’est le but ultime de ma carrière de joueur pro. Cela fait maintenant quinze ans que je joue le Main Event... Je n’ai jamais raté une édition. Et je compte le jouer encore très, très longtemps !

2006 : la première fois

J’étais jeune, et même si cela faisait déjà trois ans que je pratiquais le poker, les tournois MTT étaient encore quelque chose de très neuf pour moi. Je n’avais que quelques mois d’expérience sur ce terrain de jeu. À cette époque, il n’y avait pas beaucoup d’outils disponibles pour travailler son jeu. Je m’en sortais avec les notions de base, et mes instincts : j’avais déjà compris deux ou trois choses qui me permettaient de faire de bonnes sessions en ligne. Par exemple, j’avais intégré que le jeu agressif était une stratégie gagnante, car la plupart des joueurs foldaient beaucoup trop.

Amazon RoomL’excitation de jouer le Main Event pour la première fois était indescriptible, tout comme celle de découvrir l’Amazon Room pleine à craquer. Une cocotte-minute remplie de joueurs chauds bouillants ! Avec plus de 8 000 inscrits, c’est d’ailleurs un record qui a été battu cette année-là : quinze ans plus tard, il tient toujours. Pourtant, malgré l’effervescence, j’étais très à l’aise. Un jeune en pleine confiance, conscient qu’il avait un « edge » sur la plupart des autres partants...

Et de fait, mon début de... Lire la suite

[Blog] Le poker, c'est la vie !

Par dans Life Style il y a plus de 2 ans.

Blog Davidi Kitai

Life is a game: play it! Vous avez peut-être déjà entendu cette philosophie de vie assez radicale. J’y adhère... en partie. Ne pas prendre la vie avec trop de sérieux offre beaucoup d’avantages, mais le risque de ne faire que jouer est, dans le meilleur des cas, de perdre son naturel ou son authenticité, et dans le pire des cas, de se transformer en manipulateur.

Nous autres joueurs de poker avons la chance d’avoir comme métier un “jeu”, soit une opportunité incroyable de pouvoir, théoriquement, nous amuser toute notre vie. C’est pour cela qu’il faut absolument séparer son métier (même si c’est un jeu) de toutes les autres sphères de notre vie. On ne peut pas constamment bluffer nos parents sur les notes qu’on a eues à l’école, ou réfléchir aux probabilités que notre femme nous trompe quand elle nous dit qu’elle va voir une copine. Il est primordial de pouvoir se reposer sur certaines valeurs : faire confiance à notre entourage, aider les autres sans rien attendre en retour, réfléchir avec notre cœur ou prendre des décisions de manière intuitive. Tout cela nous amène souvent à d’excellents résultats dans la vie.

Être joueur de poker nécessite un esprit très rationnel. On raisonne beaucoup en termes d’espérance de “gains” (dans tous les sens du terme) et de rendement. Les probabilités, c’est notre base de réflexion : nous sommes constamment en train de les calculer dans notre tête pour chacun des choix de notre vie. On le compare ensuite avec le risque estimé pour prendre notre décision. Ce processus de réflexion est très efficace, même s’il peut parfois nous torturer l’esprit.

J’ai donc dressé une liste de qualités dont font preuve les joueurs de poker, et qui s’avèrent utiles dans la vie courante, en les appuyant... Lire la suite

[Blog] Mes superhero calls

Par dans GénéralAnalyse de mains il y a plus de 2 ans.

Davidi Kitai Blog Hero Call
« On bluffe pas Kitbul ! » Vous m’avez déjà entendu lâcher cette phrase au détour d’une scène de Dans la Tête d’un Pro. Et c’est vrai qu’au fil des années, le hero call est devenu ma marque de fabrique, mon « coup spécial ». Est-ce qu’il existe une meilleure sensation au poker que de gagner un gros pot en payant un bluff avec une main très faible ? Pour ce nouveau blog, je me suis chauffé à faire la rétrospective des hero calls les plus importants de ma carrière. Si vous avez suivi les streamings et coverages de mes grosses TF, vous remarquerez peut-être que certains d’entre eux manquent à l’appel. C’est parce que je me suis limité à ne garder qu’un seul coup majeur pour chaque tournoi. Voici donc, dans l’ordre chronologique, mes superhero calls

2008 : Heads-up pour mon premier bracelet
WSOP Pot-Limit Hold’em 2 000 $ (605 entrées)

Davidi Kitai Blog Hero Calls22 juin 2008. C’est ma première table finale aux World Series of Poker, et avec Chris Bell cela fait déjà deux heures que nous jouons en heads-up. Les blindes augmentent, les tapis se resserrent : j’ai moins de 20 blindes. Le déroulement exact du tout premier gros hero call de ma carrière s’est perdu dans les limbes de l’histoire… Ce qui est certain, c’est que ma main n’était vraiment pas terrible : K6, une hauteur avec laquelle je paie la moitié de mon stack sur la rivière d’un board 7A78A.

Si je me rappelle bien, j’ai défendu ma BB, puis le flop a été checké. Ensuite, j’ai décidé de miser sur le turn - d’un point de vue technique, je ne trouve pas ça génial avec le recul. Sur la rivière, j’ai tank très longtemps avant de payer. Mon call me semble toujours OK aujourd’hui, car beaucoup de tirages ont manqué la rivière. Mais il n’en reste pas moins très difficile, à cause du profil de mon... Lire la suite