Guillaume Diaz

Le vainqueur de la troisième Top Shark Academy possède l’un des plus beaux palmarès de Winamax.

Suivez Guillaume Diaz sur Twitter

[Blog] Petit à petit...

Par dans Life Style il y a 1 mois.

Guillaume Diaz Blog

How to achieve your most ambitious goals ou, en français, Comment atteindre vos objectifs les plus ambitieux. Voici le titre, prometteur, du Tedx Talks que je souhaite partager avec vous via ce blog.

Pour les deux du fond qui ne suivent pas, les Tedx Talks sont des conférences organisées un peu partout dans le monde par une association à but non lucratif – Ted, donc –, ayant pour objectif, comme le dit leur slogan, de "diffuser des idées qui valent la peine d’être diffusées" - Ideas worth spreading. En d’autre termes, les conférences TEDx donnent la parole à un panel très large d’acteurs sur des sujets aussi vastes que la politique, les problèmes sociétaux, l’économie et même parfois le poker. Je vous invite d’ailleurs à aller jeter un œil aux excellents Talks donnés par deux anciens du Team Winamax, Alex Luneau et ManuB.

La conférence dont je vais vous parler n’a, a priori, pas de lien direct avec le poker mais, comme très souvent lorsque je regarde ce genre de contenus, elle m’a fait réfléchir sur la manière dont je peux améliorer ma routine quotidienne. Le but final est toujours le même : maximiser les chances d’atteindre les objectifs que je me suis fixés, au poker mais aussi dans ma vie personnelle.

Stephen Duneier, l’auteur de cette conférence, nous y explique comment, alors qu’il était au lycée, il a modifié sa méthode d’apprentissage et de travail pour transformer l’élève moyen qu’il était en un des meilleurs éléments d’une des universités les plus reconnues des États-Unis. Il enchaîne ensuite sur ce que ces changements lui ont permis d’accomplir durant sa vie. Et c’est assez fou ! Surtout, il donne les clés pour appliquer cette méthode dans tous les domaines imaginables.

Duneier attaque sa... Lire la suite

[Blog] Year in Progress

Par dans Tournois LiveTournois Online il y a 4 mois.

Blog Guillaume Diaz

Depuis que j’ai la chance de faire partie du Team et de vivre au rythme du circuit live, la période qui suit les WSOP est toujours synonyme de vacances. C’est le seul moment de l’année où la frénésie du circuit s’arrête durant quelques semaines et où, personnellement, je déconnecte totalement du poker le temps d’une grosse dizaine de jours.

Cette année n’a pas fait exception. À part deux ou trois sessions dominicales online et quelques heures passées sur le transat à regarder les Triton Super High Roller Series, je n’ai absolument pas pensé au poker, et ça fait du bien ! J’ai donc profité de ces vacances pour retourner dans mes montagnes natales, à Grenoble, pour voir famille et amis : piscine, pétanque, vélo de descente, golf, foot et surtout pas mal d’apéros !

Mais les vacances, si reposantes soient-elles, doivent se terminer un jour. Ce matin du 8 août, en voyant, sur mon fil Twitter, le compte @Year_Progress indiquer que nous venons d’atteindre 60% de l’année 2018, je me suis dit qu’il est grand temps de me remettre au travail. Mon côté procrastinateur m’incite à me fixer des deadlines courtes pour être le plus performant possible. Cela m’oblige à un travail soutenu et constant car, si les objectifs sont assez ambitieux, il est impossible de les réaliser sans un acharnement quotidien.

Guillaume Diaz Venetian

Pour donner le meilleur de moi-même chaque jour, mes objectifs doivent également avoir une importance forte à mes yeux. Mon erreur dans le passé fut de ne pas me refixer des objectifs assez élevés en cours d’année. Ce fut notamment le cas l’année dernière : en juillet, je pointais à 85 000 € de bénéfice depuis le début de l’année et j’ai conservé l’objectif de 100 000 € que je m’étais fixé en janvier, au lieu de partir... Lire la suite

[Blog] Tous les signaux sont au vert

Par dans Tournois Live il y a 5 mois.

Salut à tous !

Je profite d'une de mes rares journées "off", en plein milieu de mon périple annuel dans la frénésie des WSOP, pour tirer un premier bilan de mon été dans ce nouveau blog, tout en en profitant pour remettre à plat mes objectifs. C'est déjà mon cinquième voyage dans cette folle ville, pour autant de championnats du monde, et je sens que tous les éléments sont réunis pour passer un été parfait, voire même pour enfin décrocher le bracelet tant convoité.

À commencer par l'immense villa à l'écart de l'agitation du Strip que je partage avec une bonne partie du Team et quelques joueurs bien connus du circuit, dont Sonny Franco ou encore le poteau Victor Choupeaux. L'ambiance est studieuse, mais détendue. Notre quotidien est rythmé par des petits dejs' copieux devant la Coupe du Monde (avec souvent un Pierre Calamusa qui transpire pour ses potentielles pertes en paris sportifs), des matches de ping-pong, de billard, de basket ou de toute autre activité propice à parier (encore une fois souvent contre Pierre), et des fins de journées animées par des discussions techniques endiablées.

La dynamique de groupe est très positive depuis le début de l'été, avec de nombreux deep-runs et tables finales, dont évidemment la superbe deuxième place de Romain sur l'Event 13 pour 193 000 $. On se tire tous vers le haut, dans les bons comme les mauvais moments, et cette atmosphère d'entraide est particulièrement plaisante et motivante.

Séminaire
Tout est allé très vite depuis notre fameux séminaire à Sophia Antipolis, à la fin d'avril. La chance de nous être rapprochés des "petits" nouveaux que sont les monstres Mustapha, Adrián, João et Léo nous a mis dans un nouvel état d'esprit axé sur le positif et le partage. Avoir de... Lire la suite

[Blog] La plus belle des victoires

Par dans Tournois Live il y a 7 mois.

Guillaume Diaz Blog

« Au poker, les deep runs permettent de survivre : ce sont les victoires qui nous font vivre. »

Glissés par Benjo dans l’excellent récit de ma victoire monégasque sur l’EPT National, ces quelques mots résument à merveille la vie d’un joueur de poker de tournoi live et traduisent parfaitement la valeur d’une victoire dans ce métier.

Car oui, les deep runs nous permettent de « simplement » survivre, aussi bien financièrement que mentalement. Ce sont rarement les deep runs inachevés qui permettent de créer l’écart financier et de monter rapidement de limites. À part un Top 3 ou une table finale d’un tournoi majeur. C’est également très rare qu’une 7e ou une 12e place nous procure une sensation de bonheur et de joie immense ou nous permette d’accumuler beaucoup de confiance en peu de temps. Les victoires, les trophées et la sensation d’avoir battu un field entier procurent tout cela à la fois !

Comme le dit mon pote et coéquipier Romain, c’est exactement pour ces moments-là que l’on joue au poker. Pour vibrer durant un tête-à-tête final et pour ce moment où l’on explose de joie en voyant la dernière carte s’abattre. Je dirais même que c’est pour ces moments-là que l’on aime tant la compétition, et que l’on apprécie pleinement la chance que l’on a de faire un métier qui exacerbe cette facette de notre personnalité.

Le poker de tournoi n’a que très peu d’égal dans ce sens. Le meilleur joueur du monde dans notre discipline gagnera beaucoup moins de trophées dans une année que le meilleur joueur de tennis, de golf ou d’échecs. Adrián Mateos l’a prouvé en 2017 : son année fut incroyable et a fait de lui le numéro 1 mondial au classement GPI durant de nombreuses semaines, alors qu’il n’a gagné... Lire la suite

[Blog] Un Volatile à Paris

Par dans Tournois LiveWinamax Poker Tour il y a 9 mois.

Guillaume Diaz Blog Facebook

Comme chaque année, le début du mois de mars sonne l’heure de la Grande Finale du Winamax Poker Tour au Cercle Clichy Montmartre. Se retrouvent à Paris plus d’une centaine de joueurs qualifiés sur les étapes freeroll live organisées partout en France, de nombreux habitués du cercle, des WIP et des réguliers du circuit, tous là pour participer à cette grande fête du poker. Cette diversité de profil donne à ce tournoi une ambiance particulière, beaucoup plus chaleureuse et détendue que sur les tournois que l’on a l’habitude de jouer tout au long de l’année.

C’est dans cette bonne humeur ambiante que j’ai pris part au tournoi, débutant lors du Day 1C, juste après le traditionnel petit-déjeuner en compagnie de journalistes et de quelques WIP. Vous l’avez compris, dans ce blog, j’ai choisi de vous raconter mon Winamax Poker Tour 2018, de partager avec vous quelques moments de ma semaine qui font de cette épreuve un tournoi à part. Attention, ce résumé est garanti 100% sans hand histories !

Un début de tournoi idéal

Guillaume Diaz Finale WiPT 1

Commençons par le début du Main Event. Après un réveil à 8h45 des plus difficiles vendredi pour me rendre à ce fameux petit déjeuner, je retourne à l’appartement que nous avons loué près du cercle avec Romain (Lewis), histoire de faire une petite sieste avant de commencer le Day 1C. C’est aussi la particularité de cette Finale que de commencer si tôt les journées, afin de jouer quatre Day 1 différents en deux jours. Mon cerveau n’ayant pas du tout l’habitude de fonctionner à cette heure-ci, je pense que le fait de ne pas aller jouer directement ne peut être que bénéfique. Un petit somme de deux heures et c’est reparti direction le CCM.

Hasard du tirage, je récupère la place de ma toute... Lire la suite

[Blog] Mon année en chiffres

Par dans GénéralTournois Live il y a plus d'un an.

¡Hola amigos!

Je profite de mes dernières heures à Prague, où nous sommes allés faire un tour avec tout le Team pour participer au PS Championship, afin d’écrire mon ultime blog de l’année 2017, synonyme, comme chaque mois de décembre, de bilan de l’année écoulée.

Mais cette fois-ci, au lieu du traditionnel bilan « comptable » et de l’analyse de la réussite ou non de mes objectifs fixés en début d’année, j’ai décidé de vous présenter cela un peu différemment. Inspiré par l’excellent blog qu’avait fait Gaëlle pour résumer son année 2014 en GIF, mais étant beaucoup moins créatif qu’elle, je vais vous résumer mon année 2017 en dix chiffres clés. Je vous rassure, il ne sera pas uniquement question de ROI (retour sur investissement) ou de résultats nets, même s’il est impossible de résumer ces douze derniers mois sans en parler du tout. Je souhaite surtout partager ici quelques chiffres qui illustrent au mieux ce que peut être la vie d’un joueur de poker pro.

Alors c’est parti pour le bilan de cette année riche en émotions et en souvenirs. Histoire d’être un peu organisé, faisons cela par ordre croissant : 

0 : Commençons un chiffre tout sauf réjouissant puisqu’il désigne le nombre de titres que j’ai remportés en live en 2017. Pire, le dernier trophée que j’ai soulevé remonte à janvier 2014, avec une victoire sur un tournoi annexe de l’EPT Deauville, pour mon premier festival avec le W sur la poitrine. Certes, ce chiffre n’a rien d’alarmant en soit, puisque je joue uniquement des tournois entre 200 et 8 000 joueurs, à quelques exceptions près. Mais tout de même, j'ai oublié la délicieuse sensation de terminer un tournoi live avec tous les jetons, d’avoir l’excitation d'aller au bout d'une table finale et... Lire la suite

[Blog] Le poker pour la vie ?

Par dans il y a plus d'un an.

Guillaume Diaz
Depuis le jour où j’ai pris la décision d’arrêter mes études afin de me consacrer pleinement au poker (c’était il y a six ans, déjà !), une question m’a très souvent été posée de la part de mon entourage – OK, soyons honnêtes, elle vient le plus souvent de ma mère :

« Mais jusque quand tu comptes faire ça ? Pas toute ta vie, tout de même ! »

Tout joueur dont le poker est le métier a déjà eu à se poser cette question. Et beaucoup de ceux que j’ai croisés au cours de ces six ans ont un avis similaire : la carrière de joueur de poker n’est qu’une étape dans la vie. Un moyen de gagner de l’argent rapidement… afin de  pouvoir faire autre chose après. Sauf qu’évidemment, tout le monde ne pense pas comme cela.

Beaucoup sont animés par la passion. La passion de gagner des compétitions. La passion de trouver la meilleure solution à un problème donné, puisque, après tout, une partie de poker n’est qu’une suite de problèmes à résoudre. Ou, tout simplement, la passion du jeu en lui-même. Peu importe sa nature : c’est elle qui pousse nombre de joueurs à continuer, à travailler chaque jour pour être le meilleur, même après vingt ans de pratique quotidienne, et même après avoir atteint tous les objectifs financiers/compétitifs qu’ils s’étaient fixés.

Personnellement, la réponse a changé de nombreuses fois durant ma « carrière ». Juste après avoir arrêté le cours, je me souviens avoir lâché à mes parents, rempli de naïveté et d’ambition : « Je vais jouer quatre ou cinq ans, gagner assez d’argent pour acheter une maison et investir dans un projet, puis j’arrêterai. » Hé bien, a priori il va falloir patienter un peu ! A ce moment-là, je voyais le poker comme un jeu qui me passionnait en plus, cerise sur le gâteau, d’avoir le... Lire la suite

[Blog] Voyage initiatique

Par dans Général il y a plus d'un an.

Guillaume Diaz Voyage Initiatique

Au moment de partager le dernier blog hilarant de Gaëlle Baumann - courez le lire si pas encore fait ! -, Stéphane a choisi un proverbe souvent attribué à tort à Montaigne [issue en fait du Dictionnaire universel de Furetière, voilà pour le cours de littérature, NDLR] et auquel j’adhère complètement : « Les voyages forment la jeunesse. » Je crois en l’idée que découvrir des cultures différentes, parler et échanger avec des personnes qui ont un vécu différent du nôtre est un des meilleurs moyens de se développer intellectuellement. Tout en permettant d’améliorer la compréhension et la tolérance envers l’autre en général.

Mes premiers souvenirs de voyage remontent à mes 5 ans, quand mes grands-parents maternels m’embarquaient pour un road trip entre la Suisse, l’Allemagne et l’Autriche à bord de leur caravane. Depuis, j’ai toujours rêvé de pouvoir parcourir le monde, de découvrir des paysages autres que mes montagnes natales, avec l’envie de ressentir le plus souvent possible ce sentiment de liberté totale propre au voyage.

L’évidence pour moi était donc de trouver un travail qui me permette de voyager au maximum. Vous l’avez compris, c’est une des raisons, parmi tant d’autres, qui m’a donné envie de devenir joueur de poker. C’est d’ailleurs durant un voyage en particulier, que j’ai imaginé pour la première fois vivre un jour du poker. Clairement un des un des événements qui a eu un impact majeur sur le début de ma carrière. Séquence nostalgie…

Vegas Calling

Le Bac en poche depuis peu et alors que je n’ai pas encore 18 ans, je pars rejoindre pendant trois semaines ma sœur et son mari à Vancouver, où ils sont expatriés depuis près d’un an. C’est la première fois que je vais sur le continent américain très heureux à... Lire la suite

[Blog] Si tu veux la paix, prépare la guerre

Par dans Tournois Live il y a plus d'un an.

guillaume 1
Après ma sortie prématurée du Main Event des WSOP lors du Day 1, je profite de mes derniers jours à Las Vegas pour (enfin) visiter Sin City avec ma copine. J’aurai attendu quatre ans avant de survoler le Grand Canyon ou de voir un spectacle du Cirque du Soleil (que je vous recommande chaudement d’ailleurs).

Le rythme était assez intense durant ce dernier mois et demi : lorsque je finissais un tournoi, je tâchais de me reposer pour le tournoi suivant. Mieux valait éviter d’accumuler la fatigue pour ne pas risquer le burnout au bout de quinze jours. J’en profite également pour dresser un bilan du cru 2017 de mes championnats du monde. Rien de mieux que le sentiment du devoir accompli pour partir en vacances l’esprit tranquille. 

Prendre du recul

Si le bilan comptable est indispensable, il est tout aussi intéressant de se poser les bonnes questions. Quels sont les points positifs et négatifs de ma préparation ? Qu’ai-je fait de mieux que les années précédentes ? Que puis-je perfectionner pour l’année prochaine ?

guillaume 2
D'un point de vue comptable, c’est un été très positif. Je réalise mon meilleur séjour depuis ma première venue en 2014 : 17 tournois pour quatre places payées et une table finale. En tout, 41 000 $ de buy-in pour 95 000 $ de gains bruts, ou 54 000 $ de gains nets pour un retour sur investissement de 132 %.

Je n’ai certes pas atteint mon objectif principal de remporter un bracelet mais je suis bien entendu ravi de ces résultats. D’autant plus que c’était la première année ou mon programme comptait moins de vingt tournois joués. Ce qui nous amène à la deuxième partie du bilan : je vais tâcher d’analyser les éléments de ma préparation et de ma routine qui ont pu avoir une influence positive sur... Lire la suite

[Blog] Réjouissantes turbulences

Par dans Tournois LiveTournois Online il y a plus d'un an.

Guillaume Diaz
C’est le moins qu’on puisse dire : pour moi, le mois qui vient de s’achever fut sacrément intense et agité ! Entre mon premier séjour à Macao, une victoire Winamax Series remportée à bord du vol retour, et une petite quinzaine passée dans le sud de la France pour l’enchaînement séminaire/WSOP Cannes/PSC Monte Carlo, je n’ai pas vu le temps passer !

Je profite donc d’une petite pause de quelques jours dans notre nouvelle collocation à Londres - je viens de m’y installer avec plusieurs potes du poker - pour faire le point sur ce début d’année avant de repartir sur la route, pour le SISMIX et surtout pour le traditionnel pèlerinage de plus d’un mois à Las Vegas pour les Championnats du Monde.

Du côté du live, c’est bien en avril que l’année a réellement commencé pour moi. Je n’avais joué qu’une dizaine de tournois au cours des trois mois précédents : j’en ai joué le double depuis ! Sur cette vingtaine d’épreuves jouées en avril, j’atteins les places payées quatre fois « seulement ». Malgré de belles places à Macao et Monaco sur des tournois à petit buy-in, mon résultat net sur l’année est pour l’instant négatif de 45 000€. La majorité des pertes vient des Highrollers à 25 000$ et 10 000$ joués là-bas, et comme ces tournois représentent mon objectif majeur pour 2017, il va me falloir inverser la tendance rapidement – même si il n’y a clairement rien d’alarmant à ce stade : je n’en ai encore joué que très peu.

Pour ce qui est de mon objectif chiffré, je suis sur la bonne voie pour atteindre le seuil de 400 000€ de buy-ins que je me suis fixé pour 2017 : j’en suis déjà à près de 100K€ d’entrées, avec au moins autant à venir à Vegas cet été ! Evidemment, les Highrollers cités plus haut y sont pour beaucoup : ce fut... Lire la suite