Aladarrrrr

Premier joueur à remporter deux fois la Top Shark Academy, le Lyonnais est devenu une véritable machine à gagner sur les tables online !

Suivez Aladarrrrr sur FacebookSuivez Aladarrrrr sur TwitterSuivez Aladarrrrr sur Instagram

[Blog] L'amour du risque

Par dans Life Style il y a 5 mois.

Aladin Reskallah Blog

Alors que je flânais dans les méandres de Youtube il y a quelques jours et suivais les suggestions savamment proposées par l'algorithme, je suis tombé sur une vidéo à la vignette accrocheuse - et au titre un brin racoleur je vous l'accorde, mais telle est la dure loi de la recherche du clic et du pouce bleu : Millionnaire sans-abri. J'ai cliqué machinalement car intrigué et aussi car le millionnaire en question n'est autre qu'Oussama Ammar, dont on m'avait plusieurs fois parlé.

Certains le connaissent sans doute déjà mais pour les profanes, il s’agit d’un entrepreneur à succès, aujourd'hui reconnu pour avoir accompagné et aidé à se développer bon nombre de start-ups. Il se démarque par son éloquence teintée d'humour et d’anecdotes croustillantes ainsi que par son naturel badin et taquin.

Vis ma vie de SDF

D’anecdotes croustillantes, il fut justement bien question cette fois-ci quand il raconta comment il a voulu tester sa résistance au risque avant d'entreprendre et de mettre en jeu un capital conséquent acquis par sa débrouillardise. Nous n'étions alors qu'aux balbutiements d'Internet et lui mettait tout juste à l'épreuve son talent précoce pour le business. Le principe était aussi simple qu'inconfortable : se mettre purement et simplement dans la situation d'un sans-abri afin de savoir comment il allait réagir s'il se retrouvait littéralement à la rue. Il confia alors les clefs de son appartement à un ami qui partait une quinzaine de jours en vacances aux Maldives, en s'assurant de n'avoir aucun double dudit trousseau à disposition.

La vidéo en question pour les curieux

Tous les détails furent prévus : son portefeuille, téléphone et ses papiers devaient demeurer à l'intérieur de l'appartement ; sa... Lire la suite

[Blog] Le poker contre le reste du monde

Par dans Life Style il y a 7 mois.

Blog Aladin Reskallah

Dans le cultissime film Les Joueurs (Rounders en V.O.), Mike McDermott, le personnage incarné par Matt Damon, affirme que le Texas Hold'em No-Limit est la Cadillac des variantes de poker : le jeu le plus classe, le plus stylé mais aussi peut-être le plus tape à l'oeil. Si je me garderai bien de le contredire, peut-on extrapoler et avancer, de la même façon, que le poker est la Cadillac des jeux de cartes ?

Pour vous, j'ai décidé de faire monter plusieurs concurrents sur le ring et de les faire s'affronter afin de déterminer le grand vainqueur à qui je décernerai la ceinture. Je passerai au grill les jeux de cartes en compétition et leur attribuerai une note sur 10 pour les critères suivants : fun, variance et prestige/profitabilité. C'est parti, en garde... Allez !

Adversaire numéro 1 : le Rami

Gin RamiLe Rami, aussi appelé Gin Rami quand il se joue dans une variante particulière, fut inventé au début du XXe siècle et connut ses premières lettres de noblesse au pays de l'oncle Sam. Son nom, de l'anglais “gin rummy”, n'est pas sans rappeler le gin et le rhum, deux des alcools les plus populaires de l'époque. Ça c'est pour l'instant Wikipédia. En revanche, ce que je n'avais pas prévu en allant me renseigner sur la fameuse encyclopédie en ligne, c'était d'y croiser le nom de Stu Ungar.

Pour les deux du fond qui ne suivent pas, ce dernier est probablement l'un des esprits les plus brillants que le poker ait connu, resté dans la légende à la fois pour son talent inné cartes en main et sa tragique disparition bien trop jeune, au terme d'une vie particulièrement rock 'n' roll, faite d'autant de hauts que de bas. Un mythe de l'ouest qui raconte, entre autres fables, que le Kid (surnommé ainsi du fait de sa petite... Lire la suite

[Blog] Mes prédictions pour 2021

Par dans Général il y a 9 mois.

Aladin Blog 3
À part si vous vivez dans une grotte ou que vous élevez des chèvres dans le Larzac sans Internet ni électricité depuis un an, vous n'êtes pas sans savoir que l'année 2020 a été marquée par un phénomène certes pas inédit dans l'histoire de l'humanité (on peut citer la peste noire au XIVe siècle ou encore la grippe espagnole au début du XXe), mais assez nouveau dans l'histoire récente. Disons du moins depuis que notre jeu de cartes préféré a acquis ses récentes lettre de noblesse, peu après le début du XXIe siècle : j'ai nommé ce satané coronavirus, rebaptisé entre temps Covid-19.

Pour ma part, bien que la situation fit en sorte que je ne pusse me rendre sur les terres du poker en briques et mortier, je fus dans un sens épargné directement car le virus était quasiment inexistant au Cambodge, où j'étais parti pour trois mois avant de rejoindre le traditionnel séminaire du Team Winamax... entre temps avorté. Je me suis donc retrouvé entre guillemets "bloqué" en terre khmer. En effet, le pays a pris des mesures drastiques dès le début en fermant les frontières et en testant systématiquement les arrivants, réduits au compte-gouttes. De plus, en tant que pays frappé par le paludisme, il détenait des stocks de chloroquine qui est un anti-paludéen notoire et bon marché et a donc pu soigner les cas isolés de contamination. Bilan : zéro mort, à peine 300 cas dans tout le pays, pas de masques et pas de confinement.

Mais le tableau était peut-être un peu trop naïf et la réalité nous a rattrapé au galop récemment.

Étonnée par la bonne copie rendue par le pays de l'Asie du sud-est dans la gestion de crise, une délégation officielle hongroise s'est déplacée il y a deux semaines pour observer un pays sans coronavirus.... Lire la suite

[Blog] Road to Champions League

Par dans Tournois OnlineLife Style il y a plus d'un an.

CréaBlogAladin
Je vous écris en direct d’une petite mise au vert entre la jungle cambodgienne et les îles de Koh Rong, où j'entame mes préparatifs pour la rentrée et les Winamax Series qui approchent à grands pas. Il m’a donc semblé que c'était le bon moment pour vous livrer quelques petits "tips" sur la préparation et la façon de se mettre dans les meilleures conditions possibles pour performer pendant des périodes étendues.

Il s’agit bien évidemment de secrets de polichinelle : j'ai déjà rabâché tout cela maintes et maintes fois, et vous le savez si vous me suivez sur les réseaux sociaux. Mais le véritable enjeu, comme dans tous les domaines, consiste à véritablement passer à l’action.

Plus le temps passe et plus le niveau technique augmente, donc il faut évidemment se renouveler sans cesse pour rester compétitif sur ce plan-là, mais aussi sur tous les aspects qui entourent l’activité et permettent d’augmenter la performance. Même s’ils sont de plus en plus connus, ils sont encore appliqués de manière trop timorée, et c’est plutôt une bonne nouvelle pour vous qui lisez ce blog !

Le point clé est d’appliquer au poker toute la discipline et l’organisation qui entoure le sport de compétition et qui a été découverte et développée au fil du temps. Et ce même si, selon la définition apportée par le sociologue du sport Pierre Parlebas dans Eléments de sociologie du sport en 1987, le poker ne peut pas à proprement parler être considéré comme un sport à part entière, puisqu’il ne répond pas à l’un des 4 critères nécessaires pour entrer dans la définiton, à savoir la motricité, l’essence même de l’activité n’étant pas basée sur le mouvement physique. À titre indicatif et afin de citer les trois autres critères,... Lire la suite

[Blog] Les 3 joueurs qui m'inspirent

Par dans GénéralCorporate il y a plus d'un an.

Aladin Reskallah
Vous l'avez peut-être vu sur mon fil Twitter : pour ce blog, je vous ai demandé si un sujet vous brancherait particulièrement. J'ai reçu plusieurs suggestions intéressantes, et une a retenu mon attention plus que les autres. Ne faisons pas durer le suspense plus longtemps, et puis vous avez déjà lu le titre de ce blog, ce sera : "les 3 joueurs qui m'inspirent le plus".

Il est toujours beaucoup plus facile de critiquer et d'être jaloux de quelqu'un plutôt que d'apprendre de lui et reconnaître ce qu'il fait de mieux que nous. Je me suis personnellement rendu compte au fil du temps que ma fierté et mon égo avaient été un frein à ma progression pendant un bon moment. Je pensais que je pouvais tout apprendre seul et que je pouvais battre n'importe qui. Parce que bon, si quelqu'un gagne plus et a davantage de succès que nous, c'est forcément parce qu'il est plus chanceux, pas vrai ?

Pourtant, même les meilleurs joueurs s'inspirent des autres pour progresser. Ils n'ont pas peur d'admettre qu'un de leurs congénères est meilleur qu'eux sur un aspect de leur jeu, de leur mental ou de leur préparation. Durant l'année 2018, je me suis beaucoup inspiré de Bencb789, un joueur allemand qui m'a apporté beaucoup sur tous les plans : technique, mental et préparation. J'ai essayé de suivre tous ses conseils à la lettre. Je me suis peut-être dit qu'après tout, un joueur qui connait tant de succès devrait être capable de dispenser de bons conseils !

Toutefois, ce n'est pas de l'école allemande dont je voudrais vous parler ici, mais plutôt de l'école latine. Car au sein du Team Winamax, et depuis son ouverture à l'international, nous avons la chance de cotôyer de près plusieurs joueurs de classe mondiale, qui possèdent chacun leur... Lire la suite

[Blog] Éloge de l'échec

Par dans Général il y a plus d'un an.

Blog Aladin Reskallah

Le début d'année 2020 a été pour moi synonyme d'une bonne nouvelle : la prolongation de mon contrat avec Winamax. C'est l'aboutissement de beaucoup de sacrifices, de travail et d'abnégation. J'ai donc sauté sur cette occasion pour dresser un petit bilan et mettre en lumière plusieurs facteurs qui m'ont permis de progresser au fil du temps et de devenir un meilleur joueur de poker. Cette liste est non exhaustive mais j’espère que vous pourrez en retirer de précieux conseils. Vous êtes prêts ? C'est parti.

Jouer dans de bonnes conditions

Poker Dodo

Lorsque j'ai commencé à jouer en cash game live à Montréal je me rendais au cercle de jeux directement après ma journée de travail, dans un état de fatigue assez avancé. Évidemment, je faisais des sessions trop longues et je m'assurais de rentrer très tard, parfois même presque aux aurores. Tout cela dans l’unique but d'être bien crevé au travail le lendemain et pouvoir retourner jouer encore plus fatigué dans la foulée.

À mes débuts sur Internet, j'ai bien insisté sur le fait de ne pas acheter de deuxième écran et de jouer sur un tout petit PC portable. Surtout, j’ai mis un point d’honneur à ne pas acheter de souris, pour cliquer avec le pad et m’assurer un maximum de missclicks. Je jouais même parfois allongé sur mon lit avec une souris sans fil, dans la position la moins ergonomique possible. Cerise sur le gâteau, je lançais des tournois tard le soir, toujours fatigué et toujours couché, pour me donner l'opportunité de m’endormir et de me faire déblinder en étant sit-out.

Avoir une gestion de bankroll irréprochable

Travolta

En live, c’est toute une science. J’allais d’abord jouer à des limites trop chères et avec seulement une cave ou deux en poche. Comme cela, je pouvais... Lire la suite

[Blog] Bons baisers du Cambodge

Par dans Tournois LiveLife Style il y a plus d'un an.

Aladin Reskallah Blog

La vie peut parfois réserver de très belles surprises lorsque l'on saisit les opportunités qui s'offrent à nous. Si quelqu'un m'avait dit lors de mes jeunes années que je serai amené à vivre près du pôle nord pendant dix ans (bon ok j'exagère, c'était au Canada, mais vous avez déjà vécu un hiver à moins 30 degrés vous ?) je lui aurais probablement ri au nez. Si l'on m'avait dit ensuite qu'après cela j'habiterai au Cambodge, j'aurais trouvé cela tout aussi farfelu. Et pourtant... c'est bien notre jeu de cartes favori (non, pas la belote coinchée enfin, réfléchis, je parle du Texas Hold'em) qui m'a conduit dans le sud-est asiatique.

Flashback. Lorsque je décide de quitter mon travail à Montréal fin 2015/début 2016 pour me lancer dans l'aventure du poker professionnel, je réfléchis à emménager quelque part sur le globe qui me permettrait de quitter la neige, le vent et le froid polaire. Je couche sur papier une short-list de pays remplissant les critères du parfait joueur en ligne : bonne connexion internet, législation autorisant à jouer, coût de la vie raisonnable et, en bonus, température clémente avec plages à proximité.

Rapidement, une poignée de destinations sortent du lot : Brésil, Malte, Maroc, Thaïlande et... Cambodge. Je me rappelle d'ailleurs prendre contact avec un pote d'enfance du quartier pour lui demander des informations sur ce dernier pays. Ses parents avaient dû fuir le régime des khmers rouges de Pol Pot à la fin des années 70 et s'étaient réfugiés en banlieue lyonnaise. Encore aujourd’hui, je me souviens de ces parties pétanque endiablées avec un bouchon d'eau minérale en guise de cochonnet, au bas des tours de quatorze étages, en compagnie de son paternel et ses amis. Des... Lire la suite

[Blog] Le grand bouillon de culture

Par dans Général il y a plus de 2 ans.

Blog Aladin Reskallah
¡A por ellos!: génèse d’une expression et considérations d’ordre culturel

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous avez peut-être remarqué que cela fait déjà un moment que je ponctue mes messages avec l’expression ¡A por ellos!, paraphrasant ainsi Adrian Mateos, pour qui la méthode semble fonctionner à merveille.

Superstition ou coïncidence : aussitôt après l’adoption de ce mot-clé, j’ai deep-run à Monaco, avec un ITM dans le National HR et une frustrante mais encourageante 13e place sur le Main Event. La finale et les gros sous étaient à portée de main : ce résultat n’a fait qu’augmenter ma motivation, me permettant de réaliser que la grosse perf’ était quelque chose d’envisageable, de tangible, et non un rêve inaccessible.

Oui : trois petits mots répétés comme un mantra peuvent favoriser la motivation et la concentration, au même titre que d’autres routines qui aident à se mettre dans le bain de la compétition. Mais, voulant aller au-delà de ce qui était au départ une simple blague, j’ai voulu creuser un peu et en comprendre le sens. Grâce à Leo Margets, je me suis rendu compte que ces mots étaient ancrés dans la culture espagnole. ¡A por ellos! On peut traduire cela par « Let’s go get them! » en anglais, ou « Allons se les faire ! » en français.
 

L’expression fut popularisée (ou plutôt remise au goût du jour) durant les années 2000, lors des épopées espagnoles à l’Euro et la Coupe du Monde de football. Mais il faut savoir qu’elle est clivante : certains lui trouvent une connotation violente. On a pu par exemple l’entendre dans les manifestations qui ont émaillé l’histoire récente de l’Espagne. On peut donc dire qu’utiliser cette expression nous fait plonger au cœur du pays de... Lire la suite

[Blog] To be or not to be (a pro)

Par dans GénéralLife Style il y a plus de 2 ans.

Aladin Reskallah Blog

Depuis ma réintégration dans le team Winamax, je reçois beaucoup de sollicitations sur les réseaux sociaux de joueurs qui souhaiteraient devenir professionnels ou, pour commencer, devenir gagnants. Certaines demandes tiennent en une ou deux phrases - "Comment je fais pour gagner au poker ? Juste un conseil simple, que je peux appliquer maintenant tout de suite." - tandis que d’autres démarches sont plus élaborées mais ne témoignent pas d’une volonté de fournir les efforts nécessaires pour y parvenir.

Tout cela suscite chez moi pas mal de questions, dont une qui englobe toutes les autres : dois-je réellement, en mon âme et conscience, encourager des gens à essayer de devenir pro ? La réponse va bien plus loin qu'un simple "oui" ou "non". À l'heure où fleurissent les formations et coachings en tous genres, mais aussi où le niveau général n'a jamais été aussi élevé, est-il encore possible pour un néophyte passionné d'atteindre le Graal et de réussir à vivre de sa passion ? Est-il possible de suivre à la lettre les recommandations d'un mentor, existe-t-il une recette toute faite vers le succès, ou doit-on vivre sa propre expérience ?

Apprendre de ses erreurs

J'ai appris le poker à la dure. Mon cheminement s'est fait dans la douleur. Tout a pourtant débuté sur un run good : j’ai remporté le tout premier tournoi que j’ai joué, et j’ai monté assez vite plusieurs milliers de dollars en cash game. J’avais des étoiles dans les yeux et j’ai fait des plans sur la comète en un temps record. Un départ en fanfare que connut aussi mon meilleur pote Yassine, avec qui j'ai commencé à jouer. Après avoir déposé 200 $ sur Internet, il prit place sur une NL600, gagna un pot à 1 000 $ et retira tout immédiatement.... Lire la suite

[Blog] Alad'2, le retour

Par dans Général il y a plus de 2 ans.

Alad'2 Blog

Janvier 2018. Mon contrat Top Shark arrive à sa fin et j'apprends qu'il ne va pas être renouvelé. Je ne me faisais que peu d'illusions à ce sujet, puisque l’on m'avait bien spécifié dès le début que, avec l’ouverture sur le marché européen et la volonté de sponsoriser des joueurs espagnols, italiens et portugais, cela s’annonçait compliqué pour moi. Je gardais quand même au fond de moi un petit espoir. J'avais vraiment envie de continuer à faire partie de cette équipe, de parcourir le circuit et d'être au contact de tous ces excellents joueurs. D'autant qu'Adrián et Mustapha avaient fait leur entrée dans le Team quelques mois seulement avant mon départ, redonnant en même temps un nouveau coup de fouet à nos conversations techniques.

La déception était palpable. Les jours suivants, et même si je m’y attendais, le vide commença à installer : j’accusais un petit coup de moins bien. Moins de déplacements live, moins de soirées, terminées les sessions Twitch, envolées les sollicitations sur les réseaux sociaux… La sentence était tombée : j'allais me retrouver seul devant mon ordinateur à grind des tournois à 20 balles alors que, il n'y avait de cela pas si longtemps, je jouais le Main Event des WSOP et les festivals EPT.

Comme lorsque j'ai bust de La Maison du Bluff aux portes de la table finale - même si la déception d’alors était loin d’être aussi importante -, je décidai de ne pas me laisser abattre et de me servir de cet échec pour revenir encore plus fort et plus déterminé. D’où l’idée de mettre en place de nouvelles résolutions.

Aladin Reskallah

Résolution n°1 : une attitude irréprochable

Je repensais à cette année passée au sein du Team et j'essayais de trouver la constante chez tous les bons joueurs que cette... Lire la suite