A la reconquête du A-game

Par dans

Depuis le retour de l'été, j'ai l'impression de retrouver mon jeu, progressivement. Je commence même à avoir l'impression, de temps en temps, de bien jouer. Cette rentrée est pour moi une période pleine d'espoir et de promesses : après avoir lutté pendant un an et demi, j'entrevois la lumière qui brille au bout du tunnel...


C'est vraiment ça la vie du joueur de poker : enchaîner les périodes où tout va mal et celles où tout va bien. Déprimer quand le bad run se prolonge, et se remettre à rêver à la première éclaircie. Et j'en ai besoin de rêver, alors j'attends pas !

Pendant une partie de l'année dernière, je sentais que mon bad run était comme un poids que je n'arrivais pas à lâcher, et qui m'empêchait d'utiliser toute ma lucidité à la table. Depuis un mois je sens que ce poids s'estompe, et que progressivement je retrouve mon jeu. Je sens que je vais pouvoir repartir de l'avant ; je retrouve l'envie de gagner. J'ai digéré psychologiquement mon bad run qui a duré un an et demi...

C'est probablement surtout une question de temps. Plus le bad run est long, plus la digestion est difficile. Bizarrement, je me souviens de mes débuts où il m'est arrivé de perdre ma bankroll entière en 1 ou 2 jours. Je me réveillais le lendemain et je repartais. J'avais tilté, ok, mais je n'avais pas pris assez de coups en 2 jours pour être ko. Au bout d'un an, par contre, c'est plus dur de se relever à chaque fois....



Je pense que le fait de passer de bonnes vacances cet été, à profiter du soleil sans penser ni parler poker, n'y est pas pour rien. Et ma période omaha qui a duré quelques mois m'a aussi permis de prendre du recul sur mon jeu. En tout cas c'est plein d'enthousiasme que je repars à l'attaque, des tournois live avec la team, et du cash game sur winamax. Je me sens plus fort que jamais. C'est dans la crise qu'on se remet le plus en question, qu'on va chercher à corriger jusqu'aux plus petits défauts. J'ai l'impression d'avoir beaucoup progressé, pas seulement techniquement mais plutôt sur la gestion de mes émotions et sur l'écoute de moi-même.


C'est fondamental au poker de savoir sentir si on reste lucide, motivé, et s'il n'est pas temps de partir de la table. A mesure que le niveau global des joueurs augmente, ça devient même la qualité numéro 1 à maîtriser. Or ça a toujours été mon défaut numéro 1... il était temps de progresser là dessus.


Indépendamment des gains ou des pertes, ce mois ci j'ai joué quelques parties en cash game sur winamax pendant lesquelles je me suis senti jouer mon A game. Et ça faisait longtemps que je n'avais pas eu d'aussi bonnes sensations. Le fait de prendre trop de coups dans la gueule pendant trop longtemps, même avec toute l'expérience du monde ça fait sortir n'importe quel joueur de son état physiologique optimal pour jouer son meilleur poker... je pense que c'est physique, tout simplement.

Disons qu'être fort techniquement, c'est connaître les maths et les solutions à apporter aux différentes situations qui se présentent. Mais avant ça il faut déjà évaluer la situation le plus précisément possible. Et pour sentir au mieux une situation, c'est avant tout l'état psychologique/physique/émotionnel qui fait la différence. Surtout pour un joueur comme moi qui aime laisser parler son instinct lors de décisions difficiles.


Pour jouer mon A-game, mon meilleur poker, j'ai besoin de rechercher avant tout cet état d'équilibre. Pendant quelques sessions ce mois-ci, et ça n'était pas arrivé depuis trop longtemps, j'ai eu cette impression de voir tous les détails, mais sans rationaliser chacun d'entre eux, juste laisser le cerveau faire le traitement de l'ensemble. Visualiser alors directement les ranges de mains et parfois avoir des flashs sur les mains adverses. En fait juste savoir, sentir ce qu'il faut faire. Sans avoir l'impression de réfléchir. Et mon objectif pour progresser c'est de réussir à être dans cet état optimal le plus souvent possible...


Hier j'ai perdu 50k. Journée atroce, qui se finit par l'envie de tuer quelqu'un... Les bad beats qui s'enchaînent, les coin flips drawing dead. Je vais devoir le digérer. Jouer plus petit et moins longtemps pendant quelques jours pour être sûr de ne pas risquer de commencer à tilter. Et surtout pour ne pas prendre le risque de perdre ma lucidité. Déjà aujourd'hui je me suis senti mal jouer dès le départ, et j'ai arrêté assez vite. -8k. Ca aurait pu être pire, quand je pars en tilt je ne fais pas les choses à moitié...


Je suis encore bien gagnant ce mois ci, donc pas de panique, mais je me surveille de près car c'est toujours dans ce genre de scénario que je suis parti dans mes plus gros tilts. Un bon rush suivi d'une grosse journée de perte. Je ne sais pas trop pourquoi, mais avant de me comprendre en profondeur, je vais essayer de ne pas refaire mes erreurs...



PS Je viens de recevoir aujourd'hui mon nouveau pc avec son écran 30". A lot more poker to come imo... :D