2015, me voilà !

Par dans

Comme l’an dernier, je profite de mon retour de Deauville pour dresser un bilan de l’année écoulée et établir par la même occasion mes objectifs pour 2015, avant d’attaquer plusieurs semaines sur le circuit qui s’annoncent intenses.

Un bon cru

J'ai disputé 34 tournois en live pour environ 82 000€ de droits d’entrée et  121 000€ de gains, soit un bénéfice de 39 000€ et un ROI de 47%. J'ai effectué 9 places payées, avec notamment une victoire dans un tournoi à 600$ au Venitian devant 169 joueurs.

Il est dangereux de tirer des conclusions sur les seuls chiffres d'un échantillon de 34 tournois : il faut donc essayer d'analyser ce qui se cache derrière ces chiffres.

Tout d'abord, je réalise une année positive avec un ROI très satisfaisant. J'ai un taux de places payées plutôt élevé, preuve d'une certaine régularité, avec en prime une victoire. Même si cette victoire a eu lieu sur un tournoi au prix d’entrée moyen, c'est toujours bon à prendre. Il n'est pas si fréquent d'aller jusqu’au bout d'un tournoi live !

J'ai par ailleurs effectué 3 places payées d'affilée sur des étapes de l’EPT, ce qui contraste fortement avec les années précédentes où je n’avais accompli aucune performance sur ce circuit. En revanche, je n’ai pas réalisé l'objectif que je m'étais fixé, à savoir remporter un titre majeur. Si l'année 2014 a donc été globalement bonne, je ne peux néanmoins m'en satisfaire. Il est important de bien disséquer les douze mois écoulés afin de me donner les moyens de remplir cet objectif en 2015.

J'ai le sentiment d'avoir mis du temps à trouver le bon rythme en live. Notamment au cours des tournois du circuit européen où il est difficile de s'adapter aux structures lentes, surtout lorsque vous avez l'habitude de multi-tabler en ligne. Je m'étais beaucoup interrogé début 2014 sur les changements à apporter à ma façon d'aborder les tournois live.

Mon taux de places payées m'incite à penser que je m'habitue de mieux en mieux à ce rythme. Je m'adapte beaucoup plus facilement aux profils des tables et également aux différentes phases des tournois, pratiquant un jeu solide la plupart du temps et sans me sentir pressé par le temps. On pourrait croire qu'au vu du nombre de places payées, ce jeu solide pourrait être un handicap pour viser la victoire. Mais je ne pense pas que cela soit le cas. J'ai souvent atteint les places payées avec un tapis supérieur à la moyenne, et il ne manquait pas grand-chose pour espérer mieux dans certains tournois, comme à l'EPT San Remo (17e, 556 entrants) ou au Monster Stack à Vegas (46e, 7862 entrants) dont vous pouvez retrouver mon compte-rendu sur le forum Wam-Poker. Le plus important est d'être cohérent avec son jeu, tout en sachant sélectionner les spots aux bons moments. D’ailleurs, l'une des questions que je me pose actuellement, et a fortiori l'un des axes de travail pour 2015, est comment optimiser mon style de jeu. Je vais y revenir en abordant mes objectifs pour cette année.

Je me sens également plus serein aux tables : le travail mental effectué avec Pier Gauthier depuis l'an dernier m'a beaucoup apporté. Le fait de me considérer en phase de progression permanente et de définir clairement mes objectifs m'aide à avoir des plans de jeu précis et à assumer mes erreurs.

Un autre élément de satisfaction est mon classement Global Poker Index, classement que je regardais très peu auparavant vu que j'étais très loin. Je suis désormais 15e du classement national et 550e au niveau mondial. Ce n'est pas extraordinaire, certes, mais c'est cependant bien mieux que les années précédentes.

Au niveau du online, j'ai disputé environ 4000 tournois dont le prix d’entrée moyen était de 30€, pour un bénéfice de 5 000€ et un ROI moyen de 40%.

L'an dernier, l'un de mes objectifs était de remettre les choses à plat au niveau du online, car je sentais que je n'y étais plus vraiment. Même si les résultats ne sont pas faramineux, je suis bien plus optimiste à présent. Mon ROI moyen est tout à fait correct, mais surtout, je sens surtout que je suis désormais beaucoup plus à l'aise. Cela s’est ressenti en fin d'année, car après un challenge en MTT avec Volatile où je suis passé à travers, j’ai remporté le Grand Prix de novembre. Le fait de moins multi-tabler, de m'appliquer dans le profiling des joueurs et de prendre un peu plus de temps pour chaque décision, a porté ses fruits. L'autre objectif majeur de 2015 sera de persévérer dans cette voie.

Gagner un titre !

L'objectif de cette année est clairement de gagner un titre majeur (EPT, WSOP ou WPT). J’insiste en employant le mot "clairement" car je me rends compte qu'à chaque début d'année, c'est le même objectif qui revient. Les années précédentes, j'aurais probablement eu tendance à assurer quelque peu à l'approche d'une table finale. Je sais par exemple qu'au matin du Day 4 lors de l'EPT Vienne, j'avais en partie envie d'aller le plus loin possible, pour acquérir de l'expérience, ce qui m'a sans doute empêché de prendre les meilleurs spots possibles. Cette année, je n'aurai pas ce type d'états d'âme !

Le seul problème avec ce type d'objectif, c'est que si je ne le remplis pas, l'année semblera décevante. En réalité, tout cela n'est pas contradictoire. Bien sûr que si j’atteins deux tables finales EPT, je serai satisfait de mon année, même si l'objectif ne sera pas rempli. L'essentiel est de se donner les moyens d'y parvenir, et si je n'y arrive pas cette année, ce sera l'année suivante, et si je n'y arrive jamais, j'espère simplement que j'aurais fait le maximum au moment de faire le bilan de ma carrière de joueur.

Concernant les moyens d’arriver à mes fins, il s'agit bien entendu de s'appuyer sur l'année écoulée. Comme je l’ai expliqué, j'ai désormais le sentiment d'avoir trouvé mon style de jeu en fonction des adversaires et des différentes phases d'un tournoi. La base de mon jeu est solide, mais je m'interroge sur la pertinence d'augmenter par moments la prise de risque. Il est toujours délicat de trouver le juste équilibre entre prise de risques et patience. J'ai d’ailleurs expérimenté certaines choses en fin d'année, avec des résultats mi-figue mi-raisin. L'idée est de continuer à tester cela, notamment en augmentant le temps de jeu en live grâce aux tournois annexes des gros festivals par exemple.

Contrairement à l'an dernier, je suis bien plus optimiste quant à l'edge que je peux avoir sur les tables du circuit européen. Il s'agit désormais d'optimiser au maximum cet edge et de vraiment avoir différentes cordes à mon arc pour m’adapter au mieux aux adversaires que je vais rencontrer.

Accessoirement, j'aimerais finir dans le Top 5 français et le Top 100 mondial du classement GPI. Je ne suis pas puéril et omnibulé par ce classement, mais ce dernier peut fournir une source de motivation supplémentaire.

Au niveau du online, l'objectif sera de finir entre 30 000 et 50 000€ de gains en tournois. Tout dépendra bien entendu du volume et du rapport de temps de jeu entre le live et le online. Il est toujours un peu délicat de repasser au online après une longue phase de live.

Je dois rester dans le même rythme et me focaliser sur les tournois à 100€ et plus tels que l'XTASE ou le Highroller. L'idée est d'essayer d'améliorer au maximum l'intensité de mes sessions en me forçant à réfléchir à chaque coup.

Enfin, au niveau des aspects physiques et mentaux sur lesquels je m'étais également fixé des objectifs l'an dernier, je vais continuer mon travail avec mon coach mental Pier Gauthier. Je suis désormais beaucoup plus à l'aise avec cet exercice et en perçois beaucoup mieux l'utilité par rapport au moment où j’ai commencé à échanger avec lui. J’ai d’ailleurs constaté que je me retrouvais quelques fois avec certains joueurs en me disant : « tiens, celui-ci commet une erreur mentale ». Comme on pourrait parler d'erreur technique pour un coup de poker. J'ai aussi réussi à réguler mon sommeil, notamment avant les tournois, à surveiller un peu mieux mon alimentation, mais tout n'a pas été parfait, loin de là, et il y a eu des périodes de rechute. Physiquement comme psychologiquement, l'erreur serait donc se s'appuyer sur les acquis alors qu'il reste beaucoup de choses à améliorer.

Je crois bien que c'est en 2014 que j'ai pris le plus de plaisir sur le circuit, avec les épopées à San Remo et au Monster Stack de Vegas. Je vais faire en sorte de respecter mon plan de travail pour 2015 afin que cette année soit encore meilleure. On se retrouve très vite sur le circuit à l’occasion du Winamax Poker tour !