FPT Montpellier, Budapest, Vacances!

Par dans Général il y a plus de 10 ans.

Grind

Le rythme a été infernal pour moi ces derniers temps. Après avoir joué des milliers de mains sur Winamax en moyenne limite, et ce afin travailler un peu mes automatisme, je suis allé jouer les grosses parties Londoniennes. Et la je dois dire que j'ai runné good sur ces cash games en dur! Je réalise même mon meilleur mois cette année sur le plan financier. Ça tombe a pic, car question tournoi, c'est le bide complet depuis les WSOP a Las Vegas!

Les médias sont venus nombreux pour couvrir le FPT

France Poker Tour

J'abordais donc le FPT de Montpellier en pleine confiance et bien décidé a donner du fil a retordre aux centaines d'amateurs venu pour l'événement. Celui ci fut un franc succès, déroulé dans une super ambiance, avec des joueurs sérieux mais qui ne se prennent pas au sérieux. Certains pros devraient en prendre de la graine!

Autre curiosité sympa, ma table comporte 5 filles! On leur a dit que je venais ou quoi? :) Ceci dit des la deuxième main, j'ai paire de trois sur un board K63, T, K mais mon full est battu par la paire de TT de mon adversaire! Battu par une fille on dirait... Heureusement j'évite de sauter sur ce coup... sinon j'aurais été le premier dehors! Ça aurait fait un peu tache quand même sur plus de 300 participants!

Après ce coup j'ai joué serré avec mon tapis restant, volant quelques blindes et me maintenant grosso modo au tapis de départ. Finalement je saute aux alentours de la 200e place, alors que ma première grosse main, JJ, tombe sur AQs de mon adversaire qui touche une couleur. Un coin flip des plus classiques! Lot de consolation, je sors après Julien Brécard (Yuestud le manager de la team) qui du coup me doit le restaurant! On est refait!

Monsieur paye les steaks, mais boit gratuit. nh sir!

Du coup un peu sur ma faim j'ai participé a des sit-n-go... Lire la suite

LES JOURS SANS ...

Par dans Général il y a plus de 10 ans.

Alexia Portal à l'EPT de BudapestOn ne sait pas vraiment pourquoi mais il y a des jours où l’on marche à côté de son ombre, on sent comme un écho quand on parle et surtout on prend de mauvaises décisions en jouant au poker …

Non, Budapest ne restera pas dans mes tournois favoris de cette année. Il faut dire aussi que contrairement à la majorité des membres de cette honorable équipe, je ne suis que peu portée sur les blondes hongroises … allez savoir pourquoi … Mais revenons au poker, me direz vous !

La veille du tournoi, je dîne avec Davidi et je lui raconte que je préfère jouer de bons et grands joueurs qui, peut être se font une idée fausse de moi et que je pense pouvoir induire en erreur plus facilement, que des joueurs plus amateurs … voir des fish en Hummer …

Début du tournoi, deux joueurs absents à table, des hongrois en veux tu en voilà … et moi. Mon voisin de gauche monte rapidement des jetons. Il faut avouer qu’il retourne en 2 heures AA, KK, QQ, fait deux couleurs au K et à l’A et décapite les autres avec 4 brelan floppé … du direct, de l’efficace quoi !

Et moi ? Je paye des bluffs avec hauteur A ! Et ça marche. Je les vois, les malins qui pensent que jamais je vais les payer …

Et puis arrive KK enfin une main que je raise 500 aux blinds 50/100. Le coup, vous l'avez sûrement lu. Disons que sur un board assez idéal pour moi 2/6/Q, je peux espérer posséder la main gagnante. Je bet, il raise, je call.

Par contre, quand l'As sort à la turn … je dois revoir l’idée que je me fais de sa main parce qu’il démontre de la force là encore et que s’il ne possède qu’une Q, quel est son kicker ? Un As ? donc double paire ! Un K ? j’en possède deux, ça me parait peu probable. Un J ou un... Lire la suite

Quand le FPT nous fait autant vibrer que l'EPT ou les WSOP

Par dans Tournois Live il y a plus de 10 ans.

Jean-Claude van Damme et Eric Koskas

J'avais déjà pris un énorme plaisir lors du FPT à Marseille; dans ma ville, au sein de l'emblématique stade vélodrome, avec Antony Lellouche et tous les participants, j'ai pu réaliser a quel point ma passion du poker était partagée. J'avoue même avoir été complètement bluffé par l'engouement et par l'organisation colossale; je n'aurais jamais cru ressentir ces sensations dans un tournoi qui se déroulait a une centaines de mètres de la maison.

D'habitude je fais mon sac à la dernière minute et fonce a l'aéroport pour sauter dans un avion qui me conduira le plus souvent à un autre avion (l'aéroport de Marseille ne desservant pas tous les hauts lieux du poker mondial) et j'appelle ma femme a 10 000km de là pour prendre des nouvelles de ma fille qui me manque déjà terriblement ayant voyagé pendant ce qui me paraissait être une éternité....

Mais le plus fou c'est qu'en allant à pied au vélodrome, je n'aurais jamais pensé vivre ces moments forts qui caractérisent la vie d'un joueur de poker de haut niveau avec la pression, la concentration, les joies, les souffrances. Quel bonheur ce fut de jouer ce tournoi a Marseille avec cette "bonne tension" dés le premier coup de cartes malgré le manque d'enjeu comparé a un EPT ou autre événement international

Lorsque j'ai perdu JJ contre A9 a Marseille j ai ressenti la même sensation d'amertume que lors de mes innombrables éliminations d un gros tournoi et puis après on a rigolé en faisant des HU et SIT AND GO entre éliminés sans enjeu et toujours aussi prenant

Je me suis dit c'est parce que j'étais a Marseille, chez moi , que tout le monde m'aime bien et me soutient tout au long de l'année , et... Lire la suite

On the road again...

Par dans Général il y a plus de 10 ans.

L’ EPT Londres est terminé, je plie mes bagages après avoir encaissé un petit cash in (toujours plus petit que ce à quoi on s’ attend, c’ est la norme chez les joueurs de poker j’ imagine) heureusement, je suis resté les 10 jours chez mon pote Julien, le Team manager du team, et on a passé des moments vraiment très cools.

Lors de ma petite traversée du désert à Las Vegas (très imagé, je sais…20 events auxquels j’ ai participés sans faire de résultats notoires), lors de la fête pour la célébration du bracelet de Davidi, c’ est un Antony Lellouche certes bourré, mais plein de bon sens, qui me dit « c’ est ça le poker Arnaud, on se mange des coups et des claques sans arrêts, et il faut en redemander, il faut aimer ça, et continuer »).

Me rappelant ses propos, je décide de ne même pas défaire mes valises, je pars pour Los Angeles pour quelques jours, (pas de tournoi) je jouerai une session de cash-game au Commerce casino (gigantesque d’ ailleurs), et après une session gagnante, je quitte le casino et retourne me coucher, ayant une journée chargée le lendemain.

J’ai déjà pris ma décision : je vais jouer l’ open de Marrakech. Pas question de baisser les bras.

Quelques jours plus tard, j’ arrive sur place. L’hôtel où je suis sensé rester n’ a pas ma réservation.Changement de plan, taxi, je resterai dans un autre hôtel que celui ou se déroule le tournoi. Pas d’ internet dans la chambre. Le séjour démarre moyen …

Idée : je vais me faire faire un massage dans un SPA en centre ville avant d’ aller faire le tournoi, histoire d’ attaquer dans de bonnes conditions. Après un massage d’ une heure, et de l’huile de massage au camphre qui m’ atterrira dans... Lire la suite

Le feu au stade de La Beaujoire

Par dans Général il y a plus de 10 ans.

410 joueurs et plus de 150 en liste d'attente: les chiffres de ce week-end au FPT de Nantes parlent d'eux-même. Ajoutez une organisation impeccable -comme toujours- , un arbitrage enthousiaste de Guillaume Gleize et un accueil des plus chaleureux de la part de tous les passionnés présents, et vous comprendrez que Johny et moi n'avons pas regretté notre passage dans le stade mythique de La Beaujoire. Même si nous n'avons ni l'un ni l'autre passé le cap de la première journée de tournoi...

Un grand bravo aux 11 qualifiés que nous retrouverons avec plaisir pour la finale de San Remo...Les 11 qualifiés du FPT Nantes

Shine A Light

Par dans Général il y a plus de 10 ans.


Ludovic Lacay et sa 205

Toulouse, Cannes, retour à Toulouse, passage à Paris. Puis Barcelone via Toulouse, retour et nouveau départ, Londres cette fois-ci, directement dans une impasse. Machines arrière direction Paris, via Toulouse, terminus Paris, pour le moment.

La batterie de mon ipod aussi vide que mes poches, ma barbe plus longue que mes dents, la file d'attente pour prendre un taxi à l'arrivée de l'EuroStar a des airs d'énième bataille, comme si partout où je devais aller nous étions trois cents pour un seul gagnant.

Peu importe je suis rodé, juste un peu de patience et je serais exaucé.


Un halo de lumière m'entourera, les projecteurs ou la main de Dieu ? Vous voyez. Toujours est-il que les yeux seront braqués sur une personne, moi. Attendre et espérer, c'est toujours une question de patience.

"L'élu" certains m'appelleront, "un génie" pour d'autres, la masse des aigris ou des plus connaisseurs se contentera du traditionnel "chanceux". Les faits seront là, trois cents braves qui n'ont rien à envier a des Spartiates n'auront su me résister, un à un victimes de coups violents, disparaissant face au rouleau compresseur de ma valise.

Ce sera enfin mon tour de monter dans le taxi. Taxi qui me rapprochera un peu plus des prochaines échéances. France Poker Tour à Toulouse, Tournoi de Heads Up à Barcelone, EPT Budapest, EPT Varsovie...

Des noms fusent : Easyjet, AB Skipper, Baccara, Vodka, Four Seasons, Air France, Frog, Blue Label, Europcar, Bon Plaisir, Vueling, Catwalk, Barceloneta, XO, Charles de Gaulle, Entrecote, Colosseum, Sambuca, British Airways, Razmataz, Terminal B, Hilton, E-Klub, Correspondance, Absinthe, 7, Check out.

Il était temps de recharger les batteries, d'un changement radical, de soleil peut-être, d'alcool... Lire la suite

Dijon Story

Par dans Tournois Live il y a plus de 10 ans.

Voici un petit compte-rendu de mon tournoi au FPT Dijon. Non, il n’y aura pas de blagues « moutarde » dans cet article.

J’arrive le matin même en TGV avec le sémillant YueStud et sa compagne Axelle. Après avoir posé nos affaires à l’hôtel (un très charmant **** en plein centre de Dijon, Winamax nous a gâtés sur ce coup là !) nous nous dirigeons prestement vers le palais des congrès où tout est prêt pour nous accueillir. Première impression : l’organisation est impressionnante de professionnalisme. Floors en costards, matériel de qualité, ponctualité irréprochable, service de sécurité et d’accueil… Bref la grande classe, un tournoi qui n’a que peu à envier aux grosses machines du circuit. Seul manque évident : les croupiers. Mais quelque part, on retrouve le plaisir de dealer soi-même comme en home game, de mélanger à force « riffle shuffles » ! A noter aussi que les organisateurs ont eu la brillante idée d’engager la charmante Marion au coverage, quitte à donner le torticolis aux participants.

Une horde de joueurs un peu tendus (mais enthousiastes) s’installent aux tables. Petite annonce au micro des organisateurs, j’enchaîne sur le « shuffle up and deal » rituel et c’est parti !

Nous ne sommes que sept à ma première table où j’ai le plaisir de retrouver Axelle. Ca commence fort ! Première main, j’ai J9s au bouton, je raise à 15, le BB veut sur-relancer à 25 mais ne met que le jeton sans annoncer. Je lui explique que sa relance est bonne mais qu’il doit faire attention à l’annoncer quand il ne met qu’un seul jeton, etc… Bref je fais le « prof », jusqu’au moment ou je réalise que dans mon emportement j’ai moi-même raisé à 15 en blinds... Lire la suite

Poisson de nuit

Par dans Général il y a plus de 10 ans.

Poisson de nuit

Deux croissants, café noir et jus d'orange pressé.

11 Octobre à 10h, une petite boulangerie française à quinze minutes de marche de la maison. Le temps est magnifique, je ne regrette pas de m'être levé. Ça n'a pas été compliqué vu que je ne me suis tout simplement pas couché.
Dans 3h je serai à bord du vol 8883 direction Marrakech. C'est toujours la même histoire, je ne dors pas les veilles des départs. Pas d'insomnie ou d'appréhension, seulement je suis constamment décalé, alors quand il faut se lever le matin bah ... j'opte pour la nuit blanche.

Alanis aurait pu rajouter un verset dans sa chanson:
"He's going to a place where sun shines everyday but he lives at night.
Isn't it ironic?"


J'ai l'impression d'être un fumeur qui essaye d'arrêter. Plusieurs fois je me suis dis "allez on stop les conneries, on reprend un rythme normal!"
Pas tenu plus d'une semaine. La nuit est une addiction. Tout parait plus simple quand la ville dort, les soucis appartiennent à la journée. A 4h du mat je suis seul avec mes pensées et mes rêves, il n'y a pas d'interferences, je me sens plus serein que jamais. Je prend des bonnes résolutions, j'envisage un futur heureux, tout cela sera bien évidement oublié au reveil mais dans l'heure qui suit, la vie est belle (à condition de ne pas sortir d'une très mauvaise session, faut pas déconner non plus.).

Le problème c'est que tout ceci n'est pas très sain. On a tous besoin de la lumière du jour, et vivre en décalé avec la société apporte son lot de contraintes (les banques ferment aussi tôt en Angleterre qu'en France). Et bien sur c'est handicapant pour les tournois, le sommeil étant très important pour rester concentré de longues heures, ne pas avoir dormi l'avant... Lire la suite

Mano a mano à Barcelone

Par dans Tournois Live il y a plus de 10 ans.

Fight !

Le Team Winamax a envoyé deux de ses experts du poker en tête à tête à Barcelone, pour le World Heads-Up Poker Championship. C'est avec plaisir que j'ai retrouvé le Gran Casino en compagnie de Johny et Cuts : notre dernière visite dans ce lieu que nous connaissons tous bien ne date que d'un mois !

Le tournoi, au prix d'entrée de 2,500 euros a démarré cet après-midi. Ludovic Lacay dispute son premier match à quelques mètres de moi au moment où j'écris ces lignes. Guillaume de la Gorce, quant à lui, fera son entrée demain, pour la seconde partie du premier tour.

Rendez-vous à cette adresse pour suivre l'événement en direct tout au long de la semaine !

Coup de Sirocco à Marrakech

Par dans Tournois Live il y a plus de 10 ans.

Samedi 18 octobre. Je suis arrivé a Marrakech il y a une petite semaine, en compagnie de Benjo (en vacances), Ludo et Antho (Tall). Le programme prévu était simple : cash-game, piscine and party. Roger Hairabedian,le "maaaaîîître" des lieux nous a accueilli comme il se doit, en nous offrant nos frais d'hôtel - que dis-je- de palace !

La piscine je l'ai pas trop vue. Ludo, lui, a dû la boire...

Une fois de plus, je vous passerai nos atrocités d'oiseaux de nuit, qui finalement ne changent jamais.

J'avais donc l'objectif de me faire un peu de cash en partie d'argent, puis peut-être de faire le main event (4700  €).

Bien qu'arrivé en pleine confiance, je n'ai réussi à gagner que 3 coups en 2 séances. Mais je dois vous avouer aussi que j'ai joué de retour de fête,ce qui n'est pas dans mes habitudes. Ceci expliquant cela, mes souvenirs sont un peu flous, je ne me rappelle que peu de mains... Bref, il fallait se ressaisir, je ne veux pas que le voyage me coûte 100.000 Euros avec mes conneries. Je décide donc de tenter une 3ème fois ma chance. Rien à faire, encore une défaite.

Panne sèche apparemment. Mon jeu n'est peut être pas adapté à cette partie (blindes 50-100 PLO et NLH), qui est moins chère que celles que je joue habituellement et où, surtout, les tapis ne sont pas assez profonds puisque les joueurs se cavent en moyenne à 30 BB!

Je finis perdant en cash-game, il ne me reste qu'une seul chance de sauver l'honneur: les tournois!

Je me lance donc à l'assaut du 20000 dirhams NLH (à peu prés 2000€). 100 joueurs sont au départ.

En 1h30,c'est-à- dire dans les 3 premiers niveaux, je touche successivement:

-Quinte avec QK, sur 9-10-J rainbow, contre 2 paires

-Couleur max au flop... Lire la suite