La credit card roulette, pas mon meilleur jeu

Par dans Général il y a plus de 9 ans.

La Credit-Card RouletteJ’ai découvert ce jeu pendant l’été 2007 avant de rejoindre le team winamax. J’avais adoré l’idée en lisant le blog de Johnny Lodden : After dinner and a few bottles of wine and champagne it was time to find out who would pay. It works like this: Everyone puts their credit card in a bucket. Removing one card after the other, whoever owns the remaining card gets to pay.” L’idée est de tirer au sort celui qui paie le dîner, mais ce qui fait vraiment le charme de cette “credit card roulette” c’est surtout l’élimination progressive qui crée le suspense et entraîne effusions de joie pour certains, stress quand on arrive dans les 3-4 derniers, et la cagoule quand on »gagne ».

Bref j’aimais beaucoup le principe, donc bien sûr je l’ai proposé à la team dès le premier resto, et le jeu a tout de suite été adopté.

Aujourd’hui pourtant le jeu semble perdre de son intérêt : le suspense disparaît. Je perds avec une parfaite régularité ; ce jeu me coûte une tonne... C’en est arrivé au point où je me fais chambrer dès le début du repas. Untel recommande à son voisin de choisir un bon vin : “tu peux y aller, Johny est là”. Si des joueurs doivent retourner au tournoi après le dinner break et n’ont pas le temps de rester au tirage, ils me remercient à l’avance en partant. A San Remo Moumouth a rebaptisé le jeu “chronique d’une mort annoncée” avant de commencer le tirage du dîner. Nous étions 8. Quelques minutes plus tard je payais l’addition.

Comme à Amsterdam, comme à Namur, comme à Prague. Comme à Deauville (non ce n’est pas une prévision pour l’EPT de janvier : Brice Cournut nous a emmené Ludo et moi faire un tour en... Lire la suite

Le Team sur les ondes

Par dans Général il y a plus de 9 ans.

Cette semaine, votre serviteur était invité en compagnie d'Antony Lellouche derrière le micro de la fameuse émission de radio du ClubPoker. Deux heures de discussion croisée sous les feu des questions brulantes lancées par Voj et François-Philippe, les deux flamboyants animateurs de l'émission.

L'émission est disponible en écoute en cliquant ici. Vous pourrez nous écouter, entre autres, évoquer nos métiers respectifs (journaliste, joueur pro), faire le bilan de la très chargée année 2008, dresser le tableau des perspectives pour 2009, et bien d'autres choses. Le tout dans la bonne humeur et la décontraction, bien sur.

Ils furent nombreux, les membres du Team Winamax a faire une apparition sur les ondes de ClubPoker Radio, depuis la création de l'émission à la rentrée 2007 (à la suite d'une inspiration géniale de... Manub, eh oui ! - Manuel fut l'animateur principal du show durant toute la première saison). Certains y sont même revenus avec plaisir, tel Arnaud Mattern, record-man avec trois apparitions et demie (vous comprendrez pourquoi en écoutant l'émission avec Almira !

Pour découvrir, ou redécouvrir les émissions consacrées au Team, suivez les liens ci-dessous... Fous rires, récits hauts en couleur, moments graves parfois, réponses sérieuses à des questions stupides (et inversement) : depuis plus d'un an, la quasi-totalité du Team s'est prêtée au jeu pour se livrer en direct et sans filet !

Antony Lellouche et Benjo (16/12/08)
Davidi Kitai, Arnaud Mattern et le Team Manager Yuestud (21/10/08)
Manuel Bevand en compagnie de Brice Cournut (23/09/08)
Nicolas Levi en compagnie de Nicolas Ragot et Colin Moshman (13/05/08)
Ludovic Lacay, Anthony Roux et Arnaud Mattern (26/03/08)
Michel... Lire la suite

EPT Prague: why iz poker? (part I)

Par dans Général il y a plus de 9 ans.

Je suis le premier à a apprécier un bon compte-rendu de tournoi, à condition que ce dernier ne s’éternise pas sur des détails inutiles. Sans plus attendre, voici donc la folle histoire de cet EPT de Prague, main par main…

J’avais à cœur de réussir enfin une petite performance sur ce circuit où pour l’instant, après quatre tentatives dont trois sous les couleurs de Winamax, j’étais toujours rentré bredouile. Bien sûr, il y avait aussi la pression de l’énorme performance d’Arnaud Mattern lors de l’édition précédente. Ça allait être difficile de faire mieux, et pourtant chez les W on rêvait en secret de garder le titre à la maison…

Jour 1B

Le niveau de jeu à l’EPT est plutôt élevé : rien à voir avec les WSOP et son cortège de serrures made in USA, ou le Partouche Poker tour et son déluge de qualifiés quasi-débutants. On prie toujours pour une table facile au départ… Quelle ne fût pas ma déception quand, à ma gauche, je trouvais Antony Lellouche, suivi très bientôt par Juha Helppi. Un véritable cauchemar ! Heureusement, le reste de la table s’avérait assez faible, et rapidement j’échange quelques regards amusés avec Anto sur les plays étranges qui surgissaient à ma droite.

Première main d’intérêt en 25/50: j’overlimpe au cutoff derrière deux limpeurs avec 85s, le bouton, un qualifié internet, fait 250. Tout le monde call ainsi qu’Antony au BB. Flop 44T, tout le monde checke jusqu’au bouton qui mise 600 dans 1000. Ça folde jusqu’à moi et je décide de le check/raiser à 1400 : un bluff bancal, je tente de représenter le 4 (ce qui est à peu près crédible) mais ça va être difficile de lui faire lâcher la grosse main qu’il... Lire la suite

Gros plan sur un héros

Par dans Général il y a plus de 9 ans.

Nicolas Ferrier est directeur de l'école primaire de l'Isle-sur-la-Sorgue, dans le Vaucluse. Il y est ausi instituteur. Cela suffirait à en faire un héros du quotidien. Mais voilà que depuis le 14 décembre, sous le pseudo de Nickofer, il est aussi un héros national: il a remporté la finale du France Poker Tour, à San Remo, prenant le meilleur sur les 275 finalistes -dont le Team W. presque au complet-...et sur les 40 000 joueurs engagés depuis trois mois dans ce gigantesque championnat de France amateur parrainé par Winamax.

Tout cela pour vous dire que je suis fier d'être à ses côtés sur cette photo prémonitoire, prise avant le départ du Day2 au casino de San Remo. Car n'oublions pas un détail important: Nicolas fut l'un des premiers inscrits sur WAM-poker, le forum que nous avons créé il y a deux ans avec Patrick Bruel, et sa victoire au FPT est une preuve supplémentaire que WAM est bien le N°1 français du poker amateur !

France Poker Tour à San Rémo : vol à l'italienne...

Par dans Tournois Live il y a plus de 9 ans.

Arnaud Mattern

12 décembre 2008, après un restaurant bien arrosé en compagnie de plusieurs membres de la Team et quelques amis (Johny001, Sir Cuts, Manub, Paco et Régis, Brice Cournut, Benjo, Julien Brecard, Davidi et moi-même), une partie d’ entre nous décide d’ aller faire la fête en boite de nuit. Direction le dupleix, une des plus belles boites praguoises. La soirée se poursuivra jusqu’ a 6h30 du matin, il est désormais l’ heure de partir : notre vol est à 8h et des poussières, le France poker tour débute cet après midi… Direction l’aéroport. Itinéraire : Prague/Vienne/Nice/ taxi direction San rémo…

La fine équipe de fêtards arrive quelques minutes après le début du tournoi : c’ est parti !!!

Grosse ambiance, de nombreux wameurs ont fait le déplacement, toute l’équipe du France poker tour est sur les charbons ardents, les « coverage artists » sont sur le pied de guerre avec leurs laptops (Bravo à Lucille, Marion et Benjo, qui ont fait un travail remarquable soit dit en passant), Junior a sa caméra en main, et nous les cartes et les chips :)

Petit pari en marge du tournoi : La Team Winamax a décidé de rajouter encore un peu de piment à cette prestigieuse finale en mettant en place un last longer réparti sur tous les membres de l’équipe jouant le tournoi… Chaque level d’écart sera comptabilisé, et le joueur allant le plus loin raflera tout le pactole !!!

Des hauts et des bas, je finis le jour 1 dans le trio de tête des chipleaders. Attention : Davidi Kitai, l’homme au bracelet d’or, est toujours en course, et reviendra également en jour 2…

Je prendrai un énorme coinflip par la suite avec AKo contre 88 pour 3 fois la moyenne, hélas le 8 au... Lire la suite

Bienvenue au club de poker d'Angoulème !

Par dans Général il y a plus de 9 ans.

Angoulème Poker Club

Un des bienfaits du France Poker Tour est de rencontrer des joueurs.

Tout type de joueur.

Et de rencontrer des amateurs, des passionnés, des gens qui bénévolement font vivre le poker en province au travers de leur club.

Et c’est sur l’étape de Tours que je rencontre l’un des piliers du club d’Angoulème …

La belle affaire me direz- vous !

Pour ceux qui auraient pris la manie de s’endormir pendant leur cours de géo, Angoulème, célèbre pour son festival de BD, Kirikou et autres dessins animés ou son circuit de course de vieilles bagnoles, ville aux remparts située entre Poitiers et Bordeaux ( là, même ceux qui ont dormi à tous leurs cours de géo devraient s’y retrouver …) est l’endroit où j’habite quand je ne travaille pas… vous voyez mieux où je veux en venir ?

Je savais qu’il y avait un club de poker à Saintes mais à Angoulème … Ce club a vu naissance il y a un an maintenant et c’est avec curiosité que je leur promets de passer au rendez vous far du club : la partie du vendredi soir 20h30

Et la magie commence !

Je n’ai jamais été très portée sur les freeroll, même à mes tous débuts au poker. Le sentiment d’avoir besoin d’une pression, que le poker n’a de sens que s’il est étroitement lié à l’argent. Un peu comme dans une séance d’analyse, il faut trouver la bonne mesure, la bonne somme à payer, celle qui vous fera un peu mal mais pas trop quand même …

Et bien au poker, je pense qu’on a tous un tarif qui nous permet de bien jouer et de développer au maximum nos talents, nos astuces, notre excitation et notre concentration.

Mais de voir autant de passionnés batailler pour un classement, pour des points, pour... Lire la suite

Le coup charnière...

Par dans Tournois Live il y a plus de 9 ans.

Parfois, le destin vous envoie des signes.

Main event des WSOP 2008, jour 2. Revenu avec 32000 jetons, je tombe rapidement à 12000 suite à quelques coups mal négociés. Je découvre AJo au bouton en 300/600, ça folde jusqu'à moi, je relance à 1600... Le joueur de petite blinde, un sexagénaire américain, plus tight tu meures, me sur-relance à 4000. J'ai envie de vomir... Mon main event va-t-il s'arrêter là? Je peux encore passer, théoriquement c'est un fold, mais quelque chose me dit que si je passe cette main je ne reviendrai jamais en course. Il ne me reste qu'un espoir: transformer mon AJ en bluff en essayant de faire passer AQ (ce joueur est-il capable de sur-relancer our info?) ou jouer un flip contre TT- ... Je prends mon courage à deux mains, j'envoie tout au milieu. Mon adversaire se paralyse un instant (qui me paraît une éternité) et finit, à l'agonie, par jeter sa main en annonçant "ace jack"...

Huit heures plus ard, j'ai toujours ces 12000 dans mon stack. Mais avec deux piles de 100K pour les accompagner...

EPT Prague, DAY1

Après avoir mal débuté mon tournoi et perdu KK contre QQ, me voici tombé à moins de 3000 jetons en 100/200. Je suis de big blind, et ça folde jusqu'à la small blind qui prend un jeton de 500 et le jette à côté de son jeton de 100 pour relancer à 600. Je regarde mon minable J8o et décide de ne pas tenter le diable, je fait le geste pour folder mais le croupr m'arrête: en ne lançant qu'un seul jeton, mon adversaire a fait une fausse relance et est condamné à call. Flop gratuit... AJ7. Et mon adversaire checke? Il sait que je n'ai certainement pas un as et il checke... Ca sent très fortement le slowplay de top pair. Je check derrière. Turn J! Il checke encore, je mise... Lire la suite

Et c’est Paris l’espoir ...

Par dans Général il y a plus de 9 ans.

Il y a à peine une semaine, Paris accueillait le plus grand tournoi d’Europe de poker. Plus de 1200 joueurs participaient à cette étape grandiose du France Poker Tour, organisée au sein du mythique Stade de France et j’ai été très fière d’y participer. Paris, ma ville… et nous tous joueurs, organisateurs, journalistes, spectateurs écrivions un petit chapitre de notre histoire.

Quand je joue au poker, j’ai toujours ces vers de Baudelaire qui me reviennent: «  Il est l'heure de s'enivrer! Pour n'être pas les esclaves martyrisés du Temps, enivrez-vous; enivrez-vous sans cesse! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. »

Les tournois de poker m’enivrent, me font rêver et comme un enfant j’éprouve une joie indescriptible à chaque coup gagné. Et je soupçonne tous les membres de notre équipe de passer par les mêmes états d’âme, ils étaient presque tous là!

Et souvent, on nous pose la même question « Comment trouvez-vous la motivation de jouer les petits tournois ou les tournois gratuits quand vous avez participé aux plus grandes compétitions du monde ? » Question qui peut paraître innocente et quelque part naïve au premier abord mais dont la réponse peut révéler les raisons très profondes de notre passion pour le poker.

L’argent seul pourrait-il vraiment définir notre quête ? Ou l’essence même du jeu ne se cacherait-elle plutôt pas parmi ces verbes : comprendre, calculer, bluffer, prendre des risques, encaisser, se relever, aller au bout de soi-même, jubiler et finalement triompher ?

Certes la présence du facteur financier est importante au poker car il sert à discipliner et à responsabiliser le joueur, mais pour moi il ne pourra jamais être une fin en... Lire la suite

EPT Varsovie : Compte-rendu -FrenchKiss-

Par dans Tournois Live il y a plus de 9 ans.

Varsovie, un jour avant le day1 A. J’arrive à l’aéroport, et je demande au taxi de m’emmener à l’hôtel ou se déroule le tournoi : Au moins, je serai sur place.

Le lendemain, bonne surprise : je suis assis à une table peuplée de joueurs inconnus (certains sont polonais, ce qui est bon signe, les chances que ce soit de véritables fines lames sont rares si je ne connais pas leurs noms). 2e bonne nouvelle : la ravissante et néanmoins joueuse de poker Kara Scott est à ma gauche directe ;)

La partie peut commencer, « shuffle up and deal ! »…

La table est relativement docile, je fais monter mon stack de 10 000 à 32 000 rapidement grâce à de nombreux coups joués contre des adversaires timides. Après ça, l’ image de maniaque me collant fermement à la peau, je n’ hésite pas à sur relancer un joueur agressif suivi d’ un payeur avec mon AK dépareillés, le premier relanceur envoie tapis, l’ autre passe, je paye dans la foulée, je joue contre QQ, et je perds le précieux coinflip qui m’ aurait fait monter à 42k (chip leader) alors que la moyenne était encore de 13K… Pas très grave, on va recommencer à essayer d’accumuler des jetons.

Je floppe par la suite un brelan de 2, et élimine malheureusement ma charmante voisine de gauche Kara Scott (j’aurai préféré éliminer un gros polonais à la place :D )

Il ne se passe pas grand-chose après ça, et je finis la journée à 27 000, un peu décevant par rapport à ce coinflip perdu, et aussi par rapport au niveau de la table qui était, à mon avis, en dessous du niveau des tables typiques d’ un EPT, mais je suis tout de même au dessus de la moyenne pour me consoler.

Le 2e jour sera une autre... Lire la suite

Elysium

Par dans Général il y a plus de 9 ans.

Il n'y a que deux tables dans le Kool Klub à Budapest.
Côte à côte, au fond de la boite, dans un coin sombre. La première est légèrement surélevée et séparée par un petit cordon rouge. Trente ans plus tôt je pense que j'y aurais vu des agents du KGB, deviné des dealers, salué des militaires, méprisé des milliardaires, souris à des prostituées, ou ignoré des cadres du parti communiste.
Ce soir j'y distingue des entrepreneurs locaux, prenant des shots de vodkas pendant que les plus belles filles du monde, trop jeunes pour avoir manifesté contre l'étau russe en 89, rient aux éclats assises sur leurs genoux.

Moi je suis à coté, à la deuxième table, celle des hommes de main et gardes du corps je suppose. Davidi s'est occupé de tout, il connaît quelqu'un là-bas. On trinque à ce qui pourrait être l'anniversaire de ma dernière place payée, les "un an" de l'EPT Dublin.

Pour fêter ça dame chance a eu un cadeau bienvenu, un day deux, une cinquantième place entraînant automatiquement petite enveloppe, rapides félicitations, grand soulagement, et bonne raison de faire la fête avec mes amis.

Davidi, Anthony, Julien, et Vinz lèvent tous leur verre de vodka-quelque chose à ma santé.
"Cheers, Santé, Kampaï, Li Jaïm.."
J'ajoute un "Na zdrowie" sachant très bien que c'est du polonais, ça sonne local.
Je souris pour une fois, je souris à la chance, question de politesse. Je sais de toute façon que notre relation restera compliquée, elle est trop volage, inconstante, sans cesse un nouveau boy-friend. Elle peut vous briser quand elle vous abandonne, qu'elle vous oublie un peu trop longtemps. J'ai tenu bon, un an à tout faire pour attirer son attention, grâce à ma famille, à mes amis, à mon sponsor, à ma... Lire la suite