[Blog] Aventures en Australie

Par dans Life Style il y a 5 mois.

Diaz-Blog
G’Day Mate ! Cette manière de dire « Salut » typiquement australienne m’avait beaucoup manqué ! Oui, cela faisait huit ans que je n’étais pas retourné en Australie (comme je vous l'avais expliqué dans mon dernier blog) et ce fut un énorme plaisir d’y repartir à nouveau pour tenter ma chance aux Aussie Millions.

J'ai loué un appartement avec une vue magnifique sur le centre de Melbourne, avec ma copine Miriam et plusieurs joueurs français qu’une bonne partie d’entre vous connaissent sûrement : Arthur Conan, Corentin Ropert, Maxime Parys, Duco ten Haven et le plus beau des Champions du monde, Jérémy Saderne. Un champion en cachant un autre, Ivan Deyra était également de la partie, tout comme Sylvain Loosli et quelques autres Français réguliers du circuit.

Toutes les conditions étaient réunies pour claquer une grosse perf' au pays des kangourous : une bonne ambiance, des top joueurs avec qui échanger au quotidien et des tournois magnifiques tous les jours, dont le Main Event à 10 600 AU$ (environ 6 500 €), qui est probablement le deuxième plus beau tournoi de l’année après THE Main Event, celui des WSOP.

Diaz2

On oublie vite le poker...

Malheureusement, mes résultats n'ont pas été à la hauteur, avec aucune place payée en 11 tournois joués, dont 2 quasi-bulles très frustrantes sur le 2 500 AU$ (≈ 1 500 €) et le dernier tournoi du séjour, le 6-Max 5 000 AU$ (≈ 3 000 €), où Sylvain Loosli terminera 4e et Arthur Conan 6e.

Je suis reparti d’Australie évidemment déçu de ce séjour niveau poker. Cependant, rien d’alarmant vu le faible échantillon d'épreuves jouées, et cela m’a permis de découvrir cette incroyable série de tournois. En dehors des tables, découvrir Melbourne avec ma girlfiend Miriam fut évidemment une superbe... Lire la suite

[Blog] Grande Finale WiPT : on va s'éclater !

Par dans Tournois Live il y a 5 mois.

FBK

La Grande Finale du premier Winamax Poker Tour Espagne se tiendra à Madrid du 19 au 29 mars. C'est un événement qui me touche particulièrement... Le Casino Gran Madrid de Torrelodones est très important pour moi : c'est là que j'ai commencé à jouer au poker, dès 18 ans. Et c'est là que j'ai remporté en 2012 le tout premier tournoi live auquel j'ai participé : le Circuito Nacional de Poker. Trois mois plus tard, c'est encore à Torrelodones que j'ai gagné l’Estrellas Poker Tour. On peut donc dire que ma carrière a décollé ici. Je me souviens encore parfaitement du moment : immédiatement après l'Estrellas, je décidais de partir à Deauville pour jouer mon premier EPT.
 

Adrian Mateos 2012
Octobre 2012 : Adrian joue son premier tournoi live à côté de chez lui. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il n'a pas foiré son entrée...

Au delà des titres, rappelons que c'est à Madrid que je suis né. Forcément, je suis ravi que la marque que je représente organise chez moi ce qui me semble être son festival le plus important de l'année en Espagne, dans un endroit aussi symbolique pour moi.

Au cours des derniers jours passés à Prague en décembre pour l'EPT, j'ai eu l'occasion de rencontrer Matthieu Duran. Pour ceux qui ne le connaissent pas, Matthieu est en charge de tous les évènements live de Winamax depuis 2011. Il est le papa de festivals tels que le WiPT et le SISMIX.. Nous avons eu une brève conversation durant laquelle il m’a lâché quelques infos sur le calendrier de la Grande Finale du Winamax Poker Tour. Et à vrai dire, plus il m'en parlait, plus ça m’intéressait...

Adrian Mateos et Matthieu Duran
Adrián lance le Day 2 du Main Event Sismix 2018, aux côtés Matthieu Duran. À peine 36 heures plus tard, c'est Matthieu qui prendra le micro pour saluer la... Lire la suite

[Blog] 2019, une année en trompe-l'oeil

Par dans Général il y a 5 mois.

Davidi Kitai Blog Facebook

Comme la tradition l’exige et avec un petit peu de retard, voici mon compte-rendu de l’année écoulée et mes projets pour l’année à venir !

2019 fut exceptionnelle pour moi d’un point de vue personnel, mais mon année poker a été plus compliquée : c’est ma troisième année perdante depuis que j’ai débuté les tournois live en 2007. Rien de catastrophique non plus, jugez plutôt :

Résultats de mes tournois live

Total de mes buy-ins : 459 887 €
Total de mes gains : 333 436 €
Résultat net = - 126 451 €
ROI (retour sur investissement) : - 27% 

Même si cette perte peut paraître élevée, elle est à relativiser : en effet, l’échantillon de tournois joués en une année n’est pas suffisant pour pouvoir en faire un constat définitif. 

J’ai joué 76 tournois, en incluant les re-entries, pour un total de 17 ITM (22%), ce qui représente mon record en terme de places payées sur une année. Même si cette statistique prouve une certaine régularité dans mon jeu, elle n’est pas particulièrement positive car je n’ai concrétisé aucun de ces ITM avec une victoire ou un classement proche d’une victoire : je n'ai jamais fait mieux que 8e, un rang atteint à trois reprises. Certes, j’ai manqué le coche lors de mes deux deepruns sur les Highrollers à 25 000 $ des Bahamas, d’abord au PCA (8e pour 112 040 $) et ensuite au partypoker MILLIONS (11e pour 90 000 $). La faute à des confrontations inévitables qui auraient pu faire toute la différence sur le bilan financier de mon année...

Davidi
En dehors de la variance, ces statistiques peuvent aussi refléter un des problèmes rencontrés dans mon jeu cette année : d'être trop prudent à l’approche des places payées, et me se retrouver short stack trop souvent. Cela diminue... Lire la suite

[Blog] Un EPT Prague fou, fou, fou !

Par dans Tournois Live il y a 5 mois.

Pierre Calamusa Blog

Comme chaque année, l’EPT Prague était marqué d'une pierre blanche sur mon calendrier. Il marquait le début de mon travail avec mon entraîneur personnel Déryc Mousset. Un changement important dans ma préparation. Je suis arrivé la veille du festival afin de mettre en place avec lui la routine la plus efficace possible.

Très vite, nous nous sommes mis d'accord sur un rythme totalement différent de celui que j'adoptais avant. Le principal changement était l'heure du réveil : 6h du matin, contre environ 11h30 les années précédentes. Le but était assez simple : petit déjeuner ultra copieux au Hilton, puis repos de 7h à 9h, échauffement et séance de cardio ou musculation de 9h à 10h puis une petite sieste. Je n'ai late reg aucun tournoi, me présentant à chaque fois au shuffle up and deal. Dès le premier tournoi, j'ai senti que ce rythme était optimal. Il m’a aidé à maintenir constance et concentration. À ce moment-là je ne savais pas encore à quel point j'allais en avoir besoin...

Le Roi des Day 1

Une 31e place sur le premier 1 100 € freezeout a commencé par me mettre en jambes, avant d'attaquer l'EPT National à 1 100 €, et y viser les 300 000 € à la gagne. J'en profite pour établir un record en finissant le Day 1 avec 900 000 jetons soit l’équivalent de… trente tapis de départ. Tout cela pour finir de nouveau à une honorable 31e place, pour 8 700 €. L’EPT National Highroller à 2 200 € ne donne rien, et je me retrouve assez vite engagé sur le Main Event à 5 300 €. Et là… je saute sur la première main du tournoi, ne respectant pas une règle pourtant basique au poker, stipulant de "ne jamais tenter de bluffer un milliardaire". Je me sens pourtant encore bien dans ma tête et plein d'énergie. Re-entry s’il vous... Lire la suite

[Blog] Éloge de l'échec

Par dans Général il y a 5 mois.

Blog Aladin Reskallah

Le début d'année 2020 a été pour moi synonyme d'une bonne nouvelle : la prolongation de mon contrat avec Winamax. C'est l'aboutissement de beaucoup de sacrifices, de travail et d'abnégation. J'ai donc sauté sur cette occasion pour dresser un petit bilan et mettre en lumière plusieurs facteurs qui m'ont permis de progresser au fil du temps et de devenir un meilleur joueur de poker. Cette liste est non exhaustive mais j’espère que vous pourrez en retirer de précieux conseils. Vous êtes prêts ? C'est parti.

Jouer dans de bonnes conditions

Poker Dodo

Lorsque j'ai commencé à jouer en cash game live à Montréal je me rendais au cercle de jeux directement après ma journée de travail, dans un état de fatigue assez avancé. Évidemment, je faisais des sessions trop longues et je m'assurais de rentrer très tard, parfois même presque aux aurores. Tout cela dans l’unique but d'être bien crevé au travail le lendemain et pouvoir retourner jouer encore plus fatigué dans la foulée.

À mes débuts sur Internet, j'ai bien insisté sur le fait de ne pas acheter de deuxième écran et de jouer sur un tout petit PC portable. Surtout, j’ai mis un point d’honneur à ne pas acheter de souris, pour cliquer avec le pad et m’assurer un maximum de missclicks. Je jouais même parfois allongé sur mon lit avec une souris sans fil, dans la position la moins ergonomique possible. Cerise sur le gâteau, je lançais des tournois tard le soir, toujours fatigué et toujours couché, pour me donner l'opportunité de m’endormir et de me faire déblinder en étant sit-out.

Avoir une gestion de bankroll irréprochable

Travolta

En live, c’est toute une science. J’allais d’abord jouer à des limites trop chères et avec seulement une cave ou deux en poche. Comme cela, je pouvais... Lire la suite

[Blog] La cabane dans les bois

Par dans Life Style il y a 5 mois.

Adrien Delmas Blog

Bonjour à tous et bonne année 2020, en espérant que tout se passe bien pour vous en cette nouvelle décennie. Une fois n’est pas coutume, partons sur un blog un peu plus léger que d’habitude, pour parler objectifs, contrat Winamax (rempilera ? rempilera pas ?), et de cabane dans les bois !

Après l’EPT Prague, je suis rentré dans le Périgord passer les fêtes en famille. L’occasion était évidemment parfaite pour passer du temps avec des personnes que j’apprécie, autour d’une MONTAGNE de mets plus succulents les uns que les autres. J’en ai profité pour me reposer un peu, même si, avec beaucoup de gens à voir, mon emploi du temps était bien chargé. C’est ce qui se passe quand on n’a pas souvent l’opportunité de rentrer au pays !

Un premier de l’an plein d’enseignements

J’ai passé le nouvel an en très bonne compagnie, avec un groupe composé principalement d’artistes. Nous avons échangé sur des sujets étonnamment proches du poker, surtout concernant les difficultés rencontrés dans leur boulot, pas si éloignées des miennes. Pour simplifier, les similitudes sont nombreuses, notamment au niveau du style de vie : on travaille principalement chez soi, de nuit, ce qui implique une obligation d'autonomie, bien gérer sa motivation, ses priorités, etc.

Adrien Delmas PCA

Un sujet m’a particulièrement interpellé, dans lequel je me retrouve un peu ces temps-ci : le moment où tu acquiers énormément de connaissance dans ton domaine, mais que tu ne sais pas si tu dois les appliquer à la lettre ou te concentrer sur ton style personnel. Ce dessinateur de mangas me parlait de ses projets et m’expliquait ses difficultés à retrouver sa "patte". Il se conformait à ce qu’on attendait de lui, à ce qui est "correct" et "théorique". Les... Lire la suite

[Blog] Le temps n'attend personne

Par dans Général il y a 6 mois.

João Vieira Blog

Un nouveau jour. Une nouvelle semaine. Un nouveau mois. Une nouvelle année. Une nouvelle décennie.

2019 est derrière nous. Place à 2020 ! Le temps file. J’ai maintenant 30 ans. Nous avons vécu vingt années entières depuis la crainte du bug de l’an 2000. Cette époque est tellement loin qu’elle me semble appartenir à une autre vie.

J’ai vécu une année 2019 exceptionnelle… et le reste de la décennie fut tout aussi chouette. Plein de belles choses me sont arrivées. Beaucoup de choses moins réjouissantes, aussi, mais à chaque fois cela fut l’occasion d’apprendre. Profiter au maximum des bons moments, et être capable de sortir grandi des mauvaises périodes : je dirais que c’est la leçon la plus importante que j’ai apprise au cours des dix dernières années.

Il y a 10 ans… je découvrais à peine cette chose appelée "poker". Je rêvais en me disant que ce jeu pourrait se transformer en job, et qu’un jour, peut-être, je jouerais pour de belles sommes, pourquoi pas aux World Series of Poker. 10 ans plus tard je peux toucher mes rêves du doigt. Le bracelet de Champion du Monde repose devant mes yeux tandis que j’écris ces lignes. Tous mes objectifs initiaux ont été réalisés.

Il y a 10 ans j’observais Ivey et Negreanu avec une ferveur quasi-religieuse sur un obscur site de streaming. De nos jours je les affronte régulièrement. Il y a quelques mois je me même suis retrouvé sur une épreuve de 8-game à 25 000 $ avec l’un assis à ma gauche... et l’autre à ma droite.

Joao Vieira
Il y a 10 ans le rail criait "Vamooooo Akkari!!" lors des finales du Brésilien, et c’était aussi mon cri lorsque je me retrouvais à tapis. Une décennie plus tard, Andre est un ami proche, et je suis reconnaissant de pouvoir apprendre de lui jour après... Lire la suite

[Blog] La Máquina est relancée

Par dans Tournois Live il y a 6 mois.

Blog Adrian
Bonjour à tous ! Comment allez-vous ? Comment se passe cette fin d'année pour vous ? La mienne se déroule plutôt bien, comme vous le savez probablement, et c'est précisément le sujet que je veux aborder dans mon dernier blog de 2019 !

L'ultime grand festival de l'année, l'European Poker Tour de Prague, vient de se terminer pour moi, et je repars avec un goût sucré dans la bouche : non seulement parce que les résultats ont été au rendez-vous, mais aussi parce qu'au cours des deux derniers mois, j'ai réussi à renverser une situation compliquée pour moi, inconfortable pour n’importe quel joueur mais particulièrement pour quelqu'un d'aussi compétitif que moi.

Comme vous l'avez vu, j'ai réussi deux excellentes perfs’ aux Bahamas en novembre, en remportant le Super Highroller à 25 000 $ et le Main Event Caribbean Poker Party. À d’autres moments de ma vie, ces résultats auraient été suffisamment conséquents pour que je sois très heureux et satisfait, mais lorsqu’ils sont survenus, ils constituaient deux succès particulièrement importants pour moi.

Adri4
Je l'ai déjà dit dans une autre interview, et je ne voulais pas manquer l'occasion de le répéter ici également ; je ne vais pas cacher la réalité ou essayer de prétendre que c'est quelque chose qui ne m'affecte pas, au-delà de la réalité économique que tout le monde peut comprendre et imaginer : en 2019, les choses ne se passaient pas comme je le souhaitais. Les résultats n’arrivaient pas et c'était quelque chose qui commençait à affecter mon humeur. Heureusement, j’ai obtenu de bons résultats en ligne en parallèle, et j'ai encaissé plusieurs gains importants qui ont maintenu mon humeur à un niveau "normal". Mais quand vous vous rendez sur des festivals, que vous voyagez à... Lire la suite

[Blog] Auto-sabotage ?

Par dans Life Style il y a 6 mois.

LeoFB

Vous jouez au poker depuis quelques années, en ligne et en live. Vous avez compilé une dose raisonnable de perfs, même si vous ne jouez pas trop souvent. Vous vous pensez tout sauf nul, mais vous sentez aussi qu'il y a encore des moments où vous devenez fou et jouez des coups de manière impulsive, sans trop réfléchir. C'est comme si votre cerveau était déconnecté et que vous étiez le spectateur d'un accident de train. Vous jouez des mains dont vous devriez vous écarter ou vous payez des mises quand il ne faut pas. Mais vous le savez, vous en êtes conscient. Cependant, inexplicablement, vous continuez à le faire. Comme si vous vous sabotiez… Ça vous dit quelque chose ?

Vous vous êtes preparés pour jouer plus de mains, pour les analyser après chaque session, pour bosser avec Pio Solver au moins deux fois par semaine. Vous vous êtes promis que vous alliez quitter votre mode de vie sédentaire. Vous tentez de faire du sport au moins quatre fois par semaine, avec un programme qui doit être accompagné par un régime alimentaire équilibré et une baisse de votre consommation d'alcool. Vous allez également arrêter les vendredis soirs trop arrosés... Alors ?

Les deux scènes décrites reflètent votre quotidien, mais pour une raison quelconque et surtout inconue, vous n’arrivez pas à prendre les bonnes décisions. En réalité, vous faites le contraire de ce que vous voulez. Autrement dit : vous vous auto-sabotez ! Mais est-ce vraiment ce qui vous arrive ?

Votre esprit est la scène du crime

Leo2
Il y a pas mal d’articles et de blogs sur le terme de l'auto-sabotage. Disons qu'il est très à la mode. Mais à vrai dire, il n’existe pas ! Il y a ce moment où vous hésitez avant d'allumer ou non une clope, avant de choisir entre une poêlée de... Lire la suite

[Blog] La gratitude

Par dans Life Style il y a 6 mois.

La gratitude

Plusieurs fois dans ma vie, j'ai ressenti une frustration pesante, le sentiment de ne pas pouvoir profiter à fond du moment présent. Pourtant, sur le papier, ma situation avait toutes les raisons de me rendre heureux. Je suis sûr que cette sensation, vous l'avez tous déjà ressentie à un moment ou un autre. Alors, comment l'expliquer ? Notre esprit se retrouve préoccupé, comme si la peur et l'inquiétude prenaient le dessus. Nos pensées, notre petite voix intérieure et nos émotions nous empêchent de profiter à 100% du moment présent, alors que c'est justement la clé du bonheur. Rappelez-vous votre enfance, à gambader dans les prés sans se soucier de rien, à jouer au foot des heures et des heures, en kiffant, sans jamais se soucier du temps qui passe... 

Ça fait maintenant un petit moment que je m'intéresse au développement personnel et au bien-être. Un terme qui revient souvent dans mes lectures m'interpelle : la gratitude. Elle augmenterait notre bonheur de 25%, rendrait certaines entreprises plus productives, baisserait la tension arterielle, améliorerait les relations conjugales, développerait l'estime de soi, aiderait à soigner les maladies cardiaques, sauverait la faim dans le monde, transformerait le plomb en or et permettrait de gagner tous ses flips, entre autres. Bon, j'exagère un peu, mais que veut dire tout ce tintouin ? C'est quoi, au juste, la gratitude ? Et comment l'introduire dans mon quotidien ?

Le terme gratitude vient du latin piera gralamusa, qui signifie finir chipleader à chaque fin de Day 1 avant d'aller bouffer dans un étoilé. Enfin presque, il vient du latin gratitudinem, qui exprime la grâce, la reconnaissance. Non, je ne ferai pas de vilain jeu de mot avec la dernière syllabe, c'est promis.

Lloret de MarLire la suite