[Blog] 2017, année perdante mais...

Par dans Général il y a 4 mois.

Blog Davidi Kitai

Chaque année j’écris un blog pour dresser le bilan des douze mois écoulés. Je dissèque mes résultats et en tire les conclusions pour l’année à venir. Avant d'attaquer celui de cette année, retour rapide en chiffres sur les bilans des années précédentes :

2016 : "17 places payées, 7 tables finales, aucune victoire et 921 000 $ de gains. Je termine 24e au classement Global Poker Index (GPI), en 45e position sur le Player of the Year (POY) et second du classement Livepoker."

2015 : "16 places payées, 6 tables finales, 1 victoire et 913 000 $ de gains. Je termine 8e du GPI, 28e au POY et second du classement Livepoker."

L’an passé, je m’étonnais de cette étrange similitude dans mes résultats entre ces deux années. Je constatais également ma régularité sur les Main Events et les Highrollers, ainsi que des résultats décevants sur les tournois Turbo et un faible volume sur les Super Highrollers.

Venons-en maintenant à ce qui nous intéresse aujourd’hui : mon année 2017, c’est 13 places payées, 4 tables finales, aucune victoire et 429 997 $ de gains. Je termine 170e au GPI, 183e au POY et 15e au classement Livepoker.

Autant le reconnaitre tout de suite : ces résultats ne sont pas satisfaisants. On peut même parler d’une mauvaise année. Car si le total des gains peut paraître plus qu’honorable, il s’agit pour moi d’une année perdante : mes gains ne couvrent pas le total de mes buy-in. Je fréquente le circuit des tournois internationaux depuis onze ans et c’est ma deuxième année perdante (la première, c’était en 2010).

Mais même avec un bilan chiffré négatif, beaucoup de choses positives peuvent être retenues, et des leçons doivent en être tirées.

Une année riche d’un point de vue... Lire la suite

[Blog] Bitcoin : les cryptos décryptées

Par dans Général il y a 5 mois.

Une des choses que je préfère dans le métier de joueur de poker, c'est de voguer de rencontres en rencontres au gré du hasard. Malgré la multitude d'horizons ou de langues qui pourraient vous séparer de vos comparses à table, vous partagerez toujours les bases d'un langage commun : vos cartes et vos jetons. Même s'il peut m'arriver d'échanger ainsi durant des heures, voire des journées, uniquement par le biais de check/raise et autres 3-bets, ma curiosité naturelle m'incite toujours à vouloir communiquer autrement. J'ai réalisé avec le temps que s'intéresser un minimum à mes adversaires n'était pas uniquement bénéfique pour le jeu, mais aussi une source d'épanouissement personnel. Laissez-moi vous raconter un court mais prolifique échange que j'ai un jour eu avec un joueur Espagnol, lors d'un tournoi des World Series of Poker. Une discussion passionnante qui m'a offert une sacrée opportunité que je n'ai malheureusement pas saisie à l'époque.

Retour en juillet 2017 : après un bon départ dans le 1 111 $ Little One-Drop, j'ai alors très à coeur de suivre les pas de volatile38, finaliste de ce même tournoi l'an passé. Je reconnais un joueur Espagnol régulier du circuit qui s'installe directement à ma gauche et lui souris de toutes mes dents. "Ola, amigo ! Que tal ?" ose-je. "Muy bien, y tu ?", répond-il avec la même bonne humeur. "Bien, bien, gracias.", conclus-je. Voilà en général l'intégralité d'une conversation-type, non pas à cause d'un manque d'envie d'en apprendre plus, mais tout simplement parce que ma maîtrise de la grammaire et du vocabulaire espagnols est, disons-le, limitée.

Une orbite passe, et le voilà qui relance la conversation dans un anglais timide : "Au fait, tu connais le Bitcoin ? T'as investi un... Lire la suite

[Blog] Mon année en chiffres

Par dans GénéralTournois Live il y a 5 mois.

¡Hola amigos!

Je profite de mes dernières heures à Prague, où nous sommes allés faire un tour avec tout le Team pour participer au PS Championship, afin d’écrire mon ultime blog de l’année 2017, synonyme, comme chaque mois de décembre, de bilan de l’année écoulée.

Mais cette fois-ci, au lieu du traditionnel bilan « comptable » et de l’analyse de la réussite ou non de mes objectifs fixés en début d’année, j’ai décidé de vous présenter cela un peu différemment. Inspiré par l’excellent blog qu’avait fait Gaëlle pour résumer son année 2014 en GIF, mais étant beaucoup moins créatif qu’elle, je vais vous résumer mon année 2017 en dix chiffres clés. Je vous rassure, il ne sera pas uniquement question de ROI (retour sur investissement) ou de résultats nets, même s’il est impossible de résumer ces douze derniers mois sans en parler du tout. Je souhaite surtout partager ici quelques chiffres qui illustrent au mieux ce que peut être la vie d’un joueur de poker pro.

Alors c’est parti pour le bilan de cette année riche en émotions et en souvenirs. Histoire d’être un peu organisé, faisons cela par ordre croissant : 

0 : Commençons un chiffre tout sauf réjouissant puisqu’il désigne le nombre de titres que j’ai remportés en live en 2017. Pire, le dernier trophée que j’ai soulevé remonte à janvier 2014, avec une victoire sur un tournoi annexe de l’EPT Deauville, pour mon premier festival avec le W sur la poitrine. Certes, ce chiffre n’a rien d’alarmant en soit, puisque je joue uniquement des tournois entre 200 et 8 000 joueurs, à quelques exceptions près. Mais tout de même, j'ai oublié la délicieuse sensation de terminer un tournoi live avec tous les jetons, d’avoir l’excitation d'aller au bout d'une table finale et... Lire la suite

[Blog] Les affaires reprennent

Par dans Général il y a 5 mois.

Pierre Calamusa
Il a fallu se retrousser les manches et se remettre au travail. Après tout, les nouvelles n’étaient pas si mauvaises. La préparation physique draconienne à laquelle je m’étais soumis et ma retraite forcée des tables en début de saison laissaient augurer de bonnes choses.

Forcément raccourcie, ma saison se jouera donc sur huit mois seulement : je vais pouvoir jouer plus cher que les années précédentes. Prêt, je le suis, en tout cas physiquement. Ma préparation de ce côté a été intense. Techniquement ? C’est moins sûr. Car trois mois éloigné des tables, c’est une véritable éternité à l’heure où le poker évolue sans cesse et à toute vitesse.

Du coup, il me fallait rattraper le temps perdu. Première étape : s’échauffer avant le WSOP Circuit Paris. Après avoir passé quelques coups de fil, histoire de me renseigner sur les parties de cash-game juteuses du moment, je jette mon dévolu sur Estoril. Autrement dit la banlieue chic de Lisbonne.

La game dont on me vante les mérites semble être de taille idéale : ni trop petite, ni trop grosse. Une 2€/4€ qui, dans les faits, ressemble plutôt à une 5€/10€, tant la taille des relances préflop est énorme. Inutile de booker un vol retour : je ne reviendrai que lorsque je serai prêt.

Première partie : Lisbonne

24 heures plus tard, me voilà assis à table. De nouveau dans le grand bain. On ne m’a pas menti : la partie est très belle. Je m’en rends compte très vite : elle tourne principalement autour d’une dame d’un certain âge que nous surnommerons ici Mamie Gâteau.

Mamie Gâteau est tout simplement la pire joueuse qu’il m’ait jamais été donné d’affronter. Mamie Gâteau a tout d’abord un leak enorme, enfin un leak beaucoup plus gros que ses autres leaks : elle pense jouer contre... Lire la suite

[Blog] Thats me, that's poker !

Par dans Général il y a 5 mois.

Salut tout le monde !

Je suis ravi de commencer une nouvelle aventure avec Winamax et de devenir l’ambassadeur d'un jeu que j’aime tant. Grâce à ma passion, j’ai tout simplement le plus beau job du monde ! Je me sens vraiment chanceux car je n’ai reçu que de belles choses du poker : amour, amitiés, respect et soutien. Sans ce jeu de cartes et sa communauté, je ne serais pas l’homme que je suis aujourd’hui : un peu bizarre, un peu crazy, mais that’s meThat’s poker.

Grâce au poker, j’ai eu la possibilité de rencontrer énormément de gens qui sont devenus des amis dans le monde entier. J’ai l’impression d’être chez moi partout, et tous les lieux que j’ai la chance de visiter me manquent dès que je dois les quitter. Il y a aussi des endroits où j’ai besoin de me rendre au moins une fois par an : par exemple, je ne pourrai jamais me lasser d'une promenade et d'une pizza margherita sur le port de Naples. Cliché, je sais, mais c'est comme ça que je suis.

OneDrop
Voilà pourquoi je suis autant reconnaissant envers le poker. Il m’a offert trop de cadeaux en me permettant de faire le tour du monde et en me confrontant avec des cultures si différentes de la mienne. C’est en se confrontant qu’on grandit : chaque nouvelle rencontre nous apprend quelque chose et nous permet également d’enseigner en retour. Notre société nous fait croire que la priorité, c’est d’avoir le plus de choses possibles, mais je pense que c’est seulement quand on arrive à donner aux autres que l’on se sent vraiment heureux.

J’ai toujours eu le besoin de communiquer avec les gens, de partager mon expérience et mon point de vue. Je me rappelle encore la frustration que je ressentais à la table, entouré de mes amis professionnels américains, lorsque je ne parlais... Lire la suite

[Blog] Une nouvelle étape

Par dans Tournois Live il y a 5 mois.

Une nouvelle étape dans ma carrière de joueur de poker professionnel a récemment débuté. Cela fait déjà quelques années que je me consacre à plein-temps au poker, pourtant je crois que ce n’est que maintenant que je peux vraiment me considérer comme un professionnel à part entière.

Cela faisait plusieurs mois que mon intégration au sein du Team Pro Winamax était discutée en coulisses : l’annonce officielle a été faite le samedi 14 octobre. J’aborde ce nouveau défi avec une grande joie. Représenter une société prestigieuse comme Winamax est quelque chose que je n'ai encore jamais fait, mais je suis convaincu que je saurai me donner à 110%, comme je le fais toujours, pour qu'ensemble nous parvenions à de grandes réussites. Jusqu’à présent, mes impressions sont plus que bonnes.

Mon premier geste en tant que joueur Winamax fut de voyager à Paris pour apposer ma signature au bas du contrat. J'ai eu l'occasion de vérifier en personne la solidité de ma nouvelle « maison » : Winamax avait organisé un freeroll auquel ont participé un tas de joueurs, beaucoup plus que ce que je ne m’imaginais. Car quand je dis « un tas », je veux dire des milliers de personnes, ce qui m'a vraiment impressionné. J’ai aussi été frappé par la salle où l'événement se tenait : elle était gigantesque et tout était vraiment très bien organisé. De plus, j'ai senti que le public français s'identifiait beaucoup à la marque : c’est quelque chose qui m’a véritablement épaté, en plus de me donner un indice sur ce que mon nouveau sponsor pouvait réussir au cours des prochains mois.

WiPT
À Paris, j’ai rencontré une bonne partie du staff Winamax et mes nouveaux coéquipiers. J’en connaissais déjà certains, croisés à plusieurs reprises lors de tournois précédents, comme... Lire la suite

[Blog] La clé sous le paillasson

Par dans Tournois LiveAnalyse de mains il y a 6 mois.

Ivan Deyra Vegas 2017

Salut tout le monde ! Un petit bilan de ma première expérience Dans la Tête d'un Pro, ça pourrait être stylé non ? Allez, c'est parti.

Avant tout, je voudrais adresser un grand bravo et merci à toute l'équipe de DLTDP : leur super travail nous fait tous rêver. C'est une chance pour nous joueurs de pouvoir revoir un tournoi à tête reposée, de le revivre à fond et d'analyser nos leaks, les tells, etc. Lorsque j'ai refait le match devant mon écran, j’ai ainsi pu repérer un leak mental : le fait d’attacher trop d'importance à mon tournoi. Autrement dit : le fait de jouer avec la peur de bust, la peur de faire des erreurs, l'envie de trop bien faire.

En même temps, pour un tout premier tournage de ce type, en plein milieu des WSOP, sur une épreuve 6-max à 3 000$, qui n'aurait pas envie de trop bien faire ? J’ai toujours été perfectionniste et pour une première, je ne voulais faire aucune erreur. Sauf que pour progresser au poker, il faut accepter de faire des erreurs. À condition, bien sûr, de savoir se remettre en question a posteriori. Les meilleurs joueurs du monde ont en commun une chose : ils en mettent partout à table. Autrement dit : ils jouent sans peur, notamment en début de tournoi.

Mon problème à moi, c'est que j'ai tendance à opter pour les décisions les moins sensibles à la variance alors qu'il y a d'autres choix possibles, plus EV+ mais comportant, forcément, plus de variance. Le symptôme principal de ce leak est de voir tout le temps le haut de range adverse et de ne vouloir tout mettre au milieu qu'avec les nuts. À l’inverse, il faut faire attention à ne pas tomber dans la sur-confiance et de ne voir que le bas de range adverse. Comme souvent, le plus compliqué reste de trouver un juste milieu.

Lire la suite

[Blog] Comment j'ai gagné un concert privé

Par dans Life Style il y a 6 mois.

Gaëlle Blog Concert Facebook

S'il y a une chose que le poker en live peut nous apporter par rapport au jeu online, c'est le contact humain, la rencontre avec des personnes de tous horizons. C'est encore plus vrai lorsqu'on a la chance de faire partie du Team Winamax. Si je devais faire le bilan de mes six dernières années passées au sein de cette grande famille, au-delà des émotions indescriptibles que j'ai pu vivre grâce à ce jeu, je retiendrais en premier lieu toutes les rencontres incroyables que j'ai pu faire lors de mes déplacements : joueurs pros et amateurs réunis autour de la même passion, mais aussi des personnalités que j'admire, artistes, sportifs de haut niveau, hommes d'affaire brillants... Des personnages souvent hauts en couleur et dont je ne pensais pas croiser la route un jour.

Vous m'imaginez moi, fan de Téléphone, saluer un Jean-Louis Aubert tout sourire lors d'un dîner à Deauville, qui en me tendant la main m'annonce "Je suis fan, j'ai vu toutes vos vidéos !" J'en suis restée bouche bée. Ou encore expliquer la zone de push à Louis Bertignac au retour d'un dinner break le long de la plage. Je ne suis généralement pas très fan girl, mais simplement croiser Matt Damon ou Aaron Paul dans les couloirs du Rio, c'est quand même un petit kiff pour la cinéphile que je suis. Par contre j'avoue ne pas avoir compris l'attroupement autour d'une table à Barcelone jusqu'à ce qu'on m'explique qu'il s'agissait d'un certain Neymar... Eh oui vous l'aurez compris, le football, c'est pas mon dada.

Tous fous du MAD

Gaelle - Mike

Mike et Gaëlle lors du dernier SISMIX.

Parmi tout ce beau monde, j'ai pu côtoyer à plusieurs reprises Mike d'Inca, chanteur du groupe Sinsémilia, grand passionné de reggae autant que de poker, et... Lire la suite

[Blog] Le plus gros bluff de ma carrière

Par dans Général il y a 6 mois.

Blog Sylvain Loosli Facebook

Avec ce titre, je suis sûr d’avoir attiré votre curiosité. Je vous vois déjà en train d'imaginer un énorme bluff contre Fedor Holz lors du 111 111 € High-Roller for One Drop que je viens de disputer à Rozvadov. Désolé de vous décevoir, mais il ne sera ici pas vraiment question de poker. J'ai choisi une anecdote qui remonte à déjà près de dix ans ! Je me la suis rappelée suite à un entretien pour une interview pour Capital.

Nous sommes en 2008, et je suis alors étudiant en école de commerce en année de césure, c’est à dire en année de « coupure » pour effectuer un stage en entreprise. Je passe la première moitié de l'année en stage dans une startup londonienne qui développe des applications mobiles (au passage, mon tout premier déménagement à Londres), et je travaille sur la partie business development et marketing. Le stage ne se passe pas aussi bien que prévu car le dirigeant de l’entreprise est très spécial et "exploite" plus ou moins ses employés et stagiaires, tout en faisant preuve d’un comportement détestable. Cependant, le fait d’être dans une petite structure de moins de dix personnes offre l’avantage de recevoir plus de responsabilités.

Dès que j’ai du temps libre, je multi-table la NL50 / NL100 et cela se passe plutôt bien, même si j’aimerais pouvoir consacrer plus de temps au poker et monter une meilleure bankroll. C’est d'ailleurs pendant cette période que j'entrevois pour la première fois l’idée d’une carrière de joueur de poker.

Après quelques mois de stage au sein de l’entreprise, le boss doit partir rencontrer de potentiels investisseurs et partenaires lors d’une conférence à San Francisco. Il veut lancer une application mobile pour commander un taxi depuis son téléphone, une sorte de... Lire la suite

[Blog] Le poker pour la vie ?

Par dans il y a 6 mois.

Guillaume Diaz
Depuis le jour où j’ai pris la décision d’arrêter mes études afin de me consacrer pleinement au poker (c’était il y a six ans, déjà !), une question m’a très souvent été posée de la part de mon entourage – OK, soyons honnêtes, elle vient le plus souvent de ma mère :

« Mais jusque quand tu comptes faire ça ? Pas toute ta vie, tout de même ! »

Tout joueur dont le poker est le métier a déjà eu à se poser cette question. Et beaucoup de ceux que j’ai croisés au cours de ces six ans ont un avis similaire : la carrière de joueur de poker n’est qu’une étape dans la vie. Un moyen de gagner de l’argent rapidement… afin de  pouvoir faire autre chose après. Sauf qu’évidemment, tout le monde ne pense pas comme cela.

Beaucoup sont animés par la passion. La passion de gagner des compétitions. La passion de trouver la meilleure solution à un problème donné, puisque, après tout, une partie de poker n’est qu’une suite de problèmes à résoudre. Ou, tout simplement, la passion du jeu en lui-même. Peu importe sa nature : c’est elle qui pousse nombre de joueurs à continuer, à travailler chaque jour pour être le meilleur, même après vingt ans de pratique quotidienne, et même après avoir atteint tous les objectifs financiers/compétitifs qu’ils s’étaient fixés.

Personnellement, la réponse a changé de nombreuses fois durant ma « carrière ». Juste après avoir arrêté le cours, je me souviens avoir lâché à mes parents, rempli de naïveté et d’ambition : « Je vais jouer quatre ou cinq ans, gagner assez d’argent pour acheter une maison et investir dans un projet, puis j’arrêterai. » Hé bien, a priori il va falloir patienter un peu ! A ce moment-là, je voyais le poker comme un jeu qui me passionnait en plus, cerise sur le gâteau, d’avoir le... Lire la suite