Cuts, Manu, ACF, Deauville : le temps des adieux

Par dans Général il y a 10 jours.

Le début d’année

J’ai joué cette année trois tournois aux Bahamas à l’occasion du PCA, quatre tournois à l’EPT Deauville et deux tournois au Winamax Poker Tour à Paris. Sur ces neuf tournois, j'ai atteint à cinq reprises les places payées, participé à trois finales et remporté un titre.

Je n’ai jamais été un joueur réalisant beaucoup de places payées. D'une part parce que je suis assez irrégulier et assume volontairement mes erreurs, et d'autre part car ma stratégie de « jouer pour gagner » implique de grosses prises de risques lors des phases de bulle dans les tournois, dans le but de me mettre dans des conditions idéales pour aller chercher la victoire, étant donné que les structures de paiement avantagent beaucoup les premières places. 

Depuis un certain temps, je suis plus constant dans mes résultats. Et il y a des raisons à cela :

L’accumulation du facteur « confiance » engrangé ces dernières années.
L’expérience de plus de huit ans sur le circuit live.
L’image d'un joueur imprévisible.
Des objectifs fixés en termes de résultat et de classement et non plus en termes financier
Un « run good » qui ne me lâche plus !

Mon classement

Je suis actuellement premier du classement de Joueur de l’année EPT et troisième du classement Global Poker Index  (400 points me séparant de la première place occupée par l’Allemand Ole Schemion)

J’ai là une réelle opportunité de remporter ces deux classements. L’objectif est évidemment très difficile, mais il est réalisable ! Il faudra pour cela accomplir de belles performances lors des deux derniers festivals EPT de la saison (à Malte et à Monte-Carlo). Je compte donc y jouer les Main Event, le Super High-Roller à 25 000€... Lire la suite

Global Poker Masters : la Coupe du Monde de poker

Par dans Tournois Live il y a 13 jours.

Si vous suivez régulièrement l’actualité poker, vous avez sans doute dû entendre parler des Global Poker Masters, qui se dérouleront le 21 et 22 mars prochain en marge du festival EPT. Si ce n’est pas le cas, laissez-moi vous présenter le concept de cette nouvelle compétition qui s’annonce très excitante !

L’idée vient d’Alexandre Dreyfus, un entrepreneur français bien connu dans l’industrie pour avoir fait notamment partie des fondateurs de Winamax puis de Chilipoker. Il est aujourd’hui propriétaire de Hendon Mob, célèbre base de données des résultats de tournois live, et de Global Poker Index, qui s’est imposé  comme le classement de référence des meilleurs joueurs du circuit live. C’est en quelque sorte notre classement ATP à nous si l’on devait faire une comparaison avec le tennis.

L’idée de cette compétition est de réunir cinq des meilleurs joueurs des huit nations les plus performantes au classement GPI, et d’organiser l’équivalent d’une « Coupe du Monde » du poker (ou d’une coupe Davis au tennis). Les huit pays sélectionnés ont donc été les suivants : Etats-Unis, Royaume-Uni, Canada, Allemagne, Russie, Ukraine, Italie, et notre chère France.

J’aurai l’immense plaisir de défendre les couleurs de notre pays aux côtés de Patrick Bruel, Bertrand « ElkY » Grospellier, Erwann Pecheux et Paul-François Tedeschi ! Autant dire que nous avons une belle équipe, constituée d’icônes du poker français et de talents de la nouvelle génération, ce qui semble idéal pour promouvoir l’événement en France.

Une compétition crédible

L’évènement est tout nouveau, mais le concept ne l’est pas tout à fait. Plusieurs tentatives similaires ont vu le jour par le passé. On a ainsi eu le droit à la World Cup of... Lire la suite

Un premier rendez-vous idyllique

Par dans Tournois Live il y a 20 jours.

Une paire de chaussettes par-ci, un caleçon par-là, la valise est en train de se remplir et pendant  ce temps-là, je rêvasse… J’imagine tous les scénarios possibles pour ce premier voyage à Deauville et donc les premiers tournois joués sous les couleurs de Winamax. Je me sens bien, je suis prêt en fait, et j’ai vraiment hâte d’entendre le bruit des jetons sur les magnifiques tables bleues de l’EPT.

La valise est maintenant bouclée. Il est temps d’embrasser ma femme et de serrer très fort ma fille dans mes bras, puis de vite monter en voiture. D’ici cinq bonnes heures de route, j’entrerai dans la danse ! Pendant le trajet, je pense forcément à la semaine de tournois qui arrive, à la façon dont je vais gérer tout ça. Mais je n’ai pas le temps de trop gamberger, car le GPS m’annonce tout à coup qu’il ne reste que quelques mètres avant l’arrivée à mon hôtel situé en plein centre de Deauville. Je jette les valises dans ma chambre et hop, direction le casino. Au loin, les tables de roulette me font les yeux doux, mais je ne suis pas là pour flamber et je fonce donc m’inscrire à un beau tournoi turbo à 1100€ qui devrait vite me mettre dans le bain !

Le tournoi a déjà  débuté quand je prends connaissance de ma table : je vois que Laurent Polito, récent vainqueur du WPT National Paris et runner-up du Main Event des Winamax Series XI, est assis quelques sièges à ma gauche.  Je ne risque pas de m’ennuyer.  Et cela ne loupe pas : j’attends une poignée de mains et je vois Laurent s’embarquer dans un coup où il squeeze puis se fait cold 4-bet à tapis. « Ah mince madame, je suis désolé, je suis trop engagé, c’est donc payé ». Et le voilà qui abat 52 assortis. Le bougre joue contre As-Dame et touche deux paires au flop ! Cette... Lire la suite

2015, me voilà !

Par dans Tournois LiveTournois Online il y a 1 mois.

Comme l’an dernier, je profite de mon retour de Deauville pour dresser un bilan de l’année écoulée et établir par la même occasion mes objectifs pour 2015, avant d’attaquer plusieurs semaines sur le circuit qui s’annoncent intenses.

Un bon cru

J'ai disputé 34 tournois en live pour environ 82 000€ de droits d’entrée et  121 000€ de gains, soit un bénéfice de 39 000€ et un ROI de 47%. J'ai effectué 9 places payées, avec notamment une victoire dans un tournoi à 600$ au Venitian devant 169 joueurs.

Il est dangereux de tirer des conclusions sur les seuls chiffres d'un échantillon de 34 tournois : il faut donc essayer d'analyser ce qui se cache derrière ces chiffres.

Tout d'abord, je réalise une année positive avec un ROI très satisfaisant. J'ai un taux de places payées plutôt élevé, preuve d'une certaine régularité, avec en prime une victoire. Même si cette victoire a eu lieu sur un tournoi au prix d’entrée moyen, c'est toujours bon à prendre. Il n'est pas si fréquent d'aller jusqu’au bout d'un tournoi live !

J'ai par ailleurs effectué 3 places payées d'affilée sur des étapes de l’EPT, ce qui contraste fortement avec les années précédentes où je n’avais accompli aucune performance sur ce circuit. En revanche, je n’ai pas réalisé l'objectif que je m'étais fixé, à savoir remporter un titre majeur. Si l'année 2014 a donc été globalement bonne, je ne peux néanmoins m'en satisfaire. Il est important de bien disséquer les douze mois écoulés afin de me donner les moyens de remplir cet objectif en 2015.

J'ai le sentiment d'avoir mis du temps à trouver le bon rythme en live. Notamment au cours des tournois du circuit européen où il est difficile de s'adapter aux structures lentes, surtout lorsque vous avez l'habitude de... Lire la suite

No man's land

Par dans Tournois Live il y a 1 mois.

Thierry Derkx : c'est le nom du vainqueur du tournoi Ladies de l'EPT Deauville 2015 qui a enregistré 83 entrées dont celles de 22 hommes. Cherchez l'erreur... Si le temps où les seules femmes présentes dans une salle de poker étaient les serveuses est bien révolu, il n'est pas si lointain. La part des femmes sur les principaux tournois live dépasse rarement les 5% du field. La promotion du poker féminin me semble donc être un point important, bonne pour l'économie du poker en général, mais aussi pour l'image que peut véhiculer ce jeu. C'est précisément l'objectif des tournois Ladies : encourager les femmes à participer à des festivals de poker.

Je ne comprends pas les personnes qui critiquent ce type d'épreuves sous prétexte de discrimination. Faites un tournoi réservé aux hommes si vous le voulez, mais ne venez pas gâcher leur tournoi ! Les tournois Ladies attirent de plus en plus de joueuses. S'il y a de la demande, c'est tout simplement que ces épreuves plaisent et qu'elles représentent un moment agréable pour beaucoup de femmes que les démonstrations de testostérone à table peuvent rebuter. Et si vous êtes une femme et que ces tournois ne vous intéressent pas, ne les jouez pas. Mais n'allez pas vous battre pour bannir un événement que d'autres attendent impatiemment.

Pour être honnête, la première fois que j'ai joué un tournoi Ladies, je me souviens avoir trouvé un peu ridicule de proposer une épreuve spécialement réservée aux femmes. Je suis arrivée sur le circuit live avec très peu d'expérience en tournoi live, mais aguerrie grâce aux millions de mains jouées en cash game online. Avant d'évoluer dans ce milieu très masculin, je ne saisissais pas bien l'intérêt de ce genre de tournois. Puis je me suis remémorée mes premières... Lire la suite

Finale WiPT : les conseils de Volatile38

Par dans Tournois LiveWinamax Poker Tour il y a 1 mois.

Dans quelques jours débutera la finale du Winamax Poker Tour au cercle Clichy Montmartre. Le plus grand circuit live de France a réuni plusieurs milliers de personnes, qui ont bataillé au cours de 43 étapes qualificatives disputées à travers tout l'Hexagone, pour décrocher gratuitement une entrée pour cette grande finale où 100 000 euros sont promis au vainqueur.

Parmi les 1200 joueurs attendus, ce sont donc 150 qualifiés, s’ajoutant aux 150 joueurs ayant gagné leur place au sein de leur club respectif, qui participeront, pour certains, à leur premier gros tournoi live, avec la pression et l’adrénaline qui vont avec.

Afin de vous permettre d’arriver dans les meilleurs conditions dans un tournoi de cette envergure, je vais essayer d’identifier quelles ont pu être mes erreurs lors de mes premières expériences en live, ainsi que celles que j’ai pu observer sur d’autres joueurs peu expérimentés :

L’impact physique : un tournoi comme la finale du Winamax Poker Tour dure 5 jours, avec en moyenne 9 heures de jeu quotidiennes. Si vous avez fêté votre arrivée à Paris en finissant à 6 heures du matin au Moulin Rouge la veille du Day 1, il vous sera plus compliqué de prendre des bonnes décisions en fin de journée, voire même dès le début si vous n’avez pas du tout dormi !

La structure : si vous avez l’habitude de jouer en ligne ou en club, les structures sont généralement assez rapides, alors que durant cette épreuve, vous allez être confronté à une structure lente, avec des niveaux de 40 minutes le premier jour et d'une heure par la suite. Ne soyez pas frustré de jeter des mains pendant plusieurs tours, cela ne représente que quelques mains et vous avez largement le temps d’attendre les spots... Lire la suite

Voyages, voyages

Par dans Life Style il y a 1 mois.

On me demande souvent si je n’en ai pas marre de passer mon temps à voyager. Certes, au cours de ces derniers mois, j’ai eu l’impression de ne jamais me séparer de ma valise plus de quelques jours, enchaînant les avions (notamment deux allers-retours en Asie) et les trains. Mais la réponse est pourtant non. Je crois avoir la chance rare de ne pas connaître la routine (en tout cas, pas pour l’instant) et cette vie de hobo des temps modernes me plaît bien. Après tout, qui a les moyens de vivre de sa passion au fil des voyages ? Les exemples qui me viennent en tête sont les suivants : sportifs de haut niveau, rock stars, acteurs de cinéma et donc joueurs de poker professionnels !

D’où me vient ce côté nomade ? Je crois avoir attrapé cette maladie lors de mes années étudiantes. J’étais en école de commerce à l’époque, un peu las de la météo maussade et de l’ambiance morose de la banlieue parisienne. J’ai alors décidé de saisir l’opportunité qui m’était offerte d’effectuer un séjour Erasmus. J’avais hâte de quitter Evry, cette ville sans âme, même si notre grand campus était en quelque sorte une ville miniature dont nous n’avions pas besoin de sortir trop souvent.

Nous sommes donc en janvier 2008 au moment où je m’apprête à partir pour un semestre d’échange à Ljubljana… Pardon, où ça ? Oui, Ljubljana, la capitale de la Slovénie ! Pourquoi là-bas ? Je dois vous avouer que j’avais fait mon choix en me basant sur très peu de critères, faisant surtout confiance aux témoignages de quelques connaissances. J’avais surtout besoin de changer d’air. Et le cocktail Europe de l’Est / Erasmus me semblait plein de promesses (pour faire la fête évidemment, pas pour les études). Et puis, l’université où j’ai passé un semestre était assez réputée. J'y... Lire la suite

Un rêve devenu réalité

Par dans TOP SHARK il y a 1 mois.



[Note de la rédaction : Ce premier article que vous propose notre nouveau Top Shark Adrien Guyon a été réalisé à la veille de son premier tournoi en tant que membre du Team Winamax, l'EPT Deauville. Nul doute qu'Adrien reviendra, dès son prochain article, sur son formidable parcours dans l'épreuve (16e sur 592).]

Je ne sais pas vraiment comment poser mes mots sur cette feuille. Tout est arrivé si vite… Je crois même pouvoir dire qu’au moment où j’écris ces lignes, je ne réalise pas vraiment ce qui m’arrive. Il n’est pas toujours évident de mesurer l’importance des choses que l’on vient de réaliser.  Il y a quelques semaines encore, c’est moi-même qui lisais ce blog avec toujours autant de plaisir, et la part de rêve qui va avec.

Mais c’est officiel maintenant : je fais partie du Team Pro Winamax... Et je fus bel et bien forcé d’accepter la réalité de cet état de fait lorsque je me suis retrouvé en train de faire du yoga à dix heures du matin en compagnie de Davidi et des autres joueurs du Team réunis en Belgique pour le séminaire annuel de l’équipe. Dans ces moments, on ne peut que prendre conscience que non, on n’est pas en train de rêver et que seule la vraie vie peut nous offrir des moments aussi délicieusement absurdes.



L’aventure Top Shark a été si longue et si courte à la fois. J’ai participé aux qualifications car c’était mon seul vrai objectif de fin d’année, et j’ai fait ce qu’il fallait pour y parvenir. Mais au moment où j’ai intégré l’Academy, je savais aussi que le plus dur restait devant moi.

J’avais des objectifs bien précis. Je voulais passer chacune des semaines d’épreuves sans être nominé, et atteindre la finale parmi les trois derniers joueurs. Afin de me battre pour le magnifique... Lire la suite

Pardonnez mes péchés

Par dans Général il y a 2 mois.

« - Pardonnez-moi mon Père, car j’ai péché.

- Je vous écoute, Ludovic.

- Samedi dernier, au Winamax Poker Tour de Bordeaux, sur le  coup de 20 heures 40, j’ai serré la main des deux gagnants de l’étape et je leur ai dit “Bien joué les gars, on se voit à Paris !”. Mon Père, je leur ai menti.

Je leur ai menti deux fois en une seule phrase.

Je ne serai pas à Paris fin février pour la finale, ni même à Deauville ce week-end pour l’EPT. Je resterai chez moi, car je ne fais plus partie du Team Winamax.

- Mon fils, pourquoi mentir ?

- Cela fait plusieurs mois maintenant que ma motivation est en baisse, mon Père, et je n’étais pas sûr de prendre la bonne décision. Mais je joue au poker depuis déjà neuf ans, et voyage d’un tournoi à l’autre, d’un pays à l’autre depuis près de huit ans. Il est temps pour moi de tourner la page, de faire autre chose. J’ai une opportunité que je ne peux pas laisser passer, je sais les reconnaître. C’est effrayant et excitant, comme le poker au début, c’est ce que je veux faire.

WSOP 2008 : le premier bracelet de Davidi

Au sein du Team j’ai vécu des moments géniaux. Des victoires, au pluriel les victoires, car quand Davidi gagnait, on gagnait en équipe ; des déceptions, au pluriel, car quand Davidi perdait, on buvait en équipe ;  et bien entendu des rires, des voyages, des histoires. Ils vont me manquer, mon Père.

- Leur avez-vous dit ? Il est important de faire part de vos sentiments aux personnes que vous aimez. 

- J’ai commencé à le faire, timidement. C’est que, j’ai toujours été assez pudique en matière de sentiments. Je crois que je veux juste leur souhaiter de continuer longtemps à être tels qu’ils sont. Juste un peu meilleurs au poker,... Lire la suite

L'aventure continue

Par dans Tournois LiveTournois Online il y a 2 mois.

Dans la nuit de mardi à mercredi, le Poitevin Adrien Guyon a fait son entrée dans le Team Winamax après avoir remporté avec brio la quatrième édition de Top Shark. Le vainqueur de l'an passé, Guillaume Diaz, a lui vu son aventure au sein de l'équipe se poursuivre, son contrat ayant été renouvelé. Avant d'attaquer pleinement 2015 avec l'EPT Deauville, Volatile38 nous offre un rapide bilan de cette première année passée sous les couleurs du Team Winamax.

Mon année en tant que Top Shark touche à sa fin. Ce fut une année très enrichissante, que ce soit d'un point de vue humain ou poker.

Commençons par le principal élément de satisfaction : le poker online.

Dans mes objectifs de fin d'année, je m'étais fixé d'atteindre les 70 000 euros de gains sur 2014, alors que je pointais à 56 800 euros de profit à ce moment-là. Deux mois plus tard, j'ai terminé très loin de cet objectif, avec « seulement » 53 600 euros de bénéfice en MTT online sur l'année.

J'explique ces mauvais résultats par un volume de tournois joués trop faible. En effet, j'ai uniquement disputé 190 tournois sur ces deux derniers mois, principalement car j'ai beaucoup joué en live en fin d'année, et je n'ai donc pas eu le temps de faire autant de sessions online que d'habitude. Parallèlement, je ne suis pas parvenu à atteindre mon objectif concernant Sharkscope, puisque je termine 26e du classement annuel des profits sur Winamax alors que mon objectif était de finir dans le top 20.

Malgré cela, le bilan reste très positif : c'est tout simplement ma meilleure année online ! J'achève 2014 avec un ROI (retour sur investissement) de 52% et un taux de places payées de 14% en 1800 tournois. J'ai également l'impression d'être de plus en plus confiant dans mon jeu et... Lire la suite