[Blog] Bis repetita

Par dans Tournois Live hier

Davidi Kitai WPO 2016

Comme je le fais depuis plusieurs années, et parce que mieux vaut tard que jamais, voici l’heure de dresser le bilan de mon année 2016. Pour m’inspirer, j’ai voulu retrouver le bilan que j’avais fait l’année passée, et j'y ai trouvé énormément de similitudes dans mes résultats.

Il y a un an, je résumais ainsi les douze mois qui venaient de s'écouler : « Mon année 2015 c’est 16 places payées, 6 tables finales, 1 victoire et 913 000 dollars de gains. Je termine 8e du classement Global Poker Index, en 28e position sur le Player of the Year, et second du classement Livepoker. »

À titre de comparaison, mon année 2016 c’est 17 places payées, 7 tables finales, aucune victoire et 921 000 dollars de gains. Je termine 24e au GPI, 45e au Player of the Year et… second du classement Livepoker.

Le volume est plus ou moins similaire, les gains bruts sont proches, mais le rendement n’est pas le même. Mon total de buy-ins fut plus élevé en 2016 parce que j’ai joué trois tournois Super Highroller : le One Drop des WSOP à 111 111 dollars et les deux SHR des EPT Barcelone et Prague, à 50 000 dollars chacun. Je n’ai malheureusement fait aucune place payée sur ces trois événements, passant tout de même très proche sur le One Drop (à neuf places de l’argent) et à Barcelone (deux places seulement). C’est certain que si j’avais fait ne serait-ce qu’un petit peu mieux sur un de ces tournois, le bilan aurait été bien plus positif.

2016 reste une année gagnante pour moi, et malgré quelques déceptions, je ne peux qu’être satisfait de ce que j’ai accompli l'an passé. Néanmoins, cela me semble important de revisiter plus en détail les résultats de cette année, pour voir si j’ai tiré les leçons de 2015 et trouver les points sur lesquels je dois encore... Lire la suite

[Blog] Les mois d'avant

Par dans Général il y a 8 jours.

2015. Montréal, Canada

J'ai une vie « rangée ». Je suis marié, je travaille comme cadre dans une institution financière, j'ai un salaire correct, de bonnes conditions et j'ai même pu m'acheter la voiture de mes rêves, une Mercedes Classe C240 4Matic (quatre roues motrices, c'est un must pour se sortir de la neige). Mais le poker prend de plus en plus de place. J'y passe la plupart de mon temps libre. Vu que je travaille à plein temps, cela ne me laisse plus beaucoup de temps à consacrer à autre chose, ce qui a le don d'exaspérer ma femme. L'ultimatum finit par tomber : « C'est le poker ou moi ! » Ce fut donc un choix cornélien.

Allais-je jouer en cash-game ou en tournoi ?

Septembre 2015

L'hiver commence à approcher, autant vous dire que je commence à paniquer... Attends, t'es marrant toi, tu sais ce que c'est de se taper six mois de Pôle Nord à moins 20 degrés ? C'est décidé : je me casse avant l'hiver, je n'ai pas envie de finir cryogénisé. Je rédige ma lettre de démission et je prends sur le champ un aller simple Montréal-Lyon. Je retourne chez maman ! J'ai quelques économies, histoire de tenir quelques mois. Je veux en profiter pour voyager un peu et essayer de faire marcher le poker pour de bon. Au pire, j'aurais pris une année sabbatique, je peux toujours retourner bosser derrière. Je vends tous mes meubles et je confie la voiture à mon pote Yassine. Après tout, je ne risque rien, il est très prudent sur la route. En plus, il m'a déjà donné une voiture dans le passé, et m'a rendu d'innombrables services, ça me fait plaisir de lui renvoyer l'ascenseur…

Un peu plus tard, il me fera parvenir les deux photos ci-dessous, sans explication…

Voiture

RIP Merco Benz Benz Benz, aurait dit Kool Shen. Bah tant pis, c'est... Lire la suite

[Blog] Dreaming Las Vegas

Par dans GénéralLife Style il y a 14 jours.

Durant les dix-huit derniers mois, l'excitation des premiers moments en tant que joueur sponsorisé, couplée à une réussite sur le circuit live, m'ont largement contenté, tant moralement que financièrement. Il y a un an, j’écrivais l'article Méthodologie du grind online, dans lequel j'exposais mon approche du jeu sur Internet. Et comme je l’ai dit dans un article précédent, mes deux seules obsessions sont 1/ la quête d'un titre majeur et 2/ le maintien de mon train de vie. Avec la disparition du circuit EPT et son relatif déclin sous sa nouvelle appellation – le PokerStars Championship Bahamas a enregistré des affluences plutôt faibles – ainsi qu'un contrat revu à la hausse cette année qui me permettra de jouer de plus nombreux Events, les World Series of Poker sont devenus mon objectif principal. J'ai déjà les yeux tournés vers Vegas.

pierre_calamusa_wsop_2016

Mes deux étés dans le Nevada ont été catastrophiques, avec une seule petite place payée sur une épreuve Turbo à 1 000 dollars, malgré trente tournois joués et 40 000 dollars de buy-ins dépensés. J'ai donc profité de mon hiver pour commencer ma longue préparation pour les World Series, tout d’abord en analysant les raisons de mes échecs précédents, avant de dresser un premier bilan et évaluer mes forces et faiblesses dans cette quête de bracelet. Ne restait plus qu’à mettre en place les solutions envisagées, pour arriver aussi compétitif que possible en juin.

Les raisons d'un échec

J'ai connu un fort succès sur le circuit EPT avec cinq places payées en douze participations, dont un Day 4 et une table finale. Surtout, j'ai souvent réussi à monter des tapis confortables sur ces tournois, avec une impression de force et un sentiment de maîtrise que je n'ai jamais connu aux WSOP... Lire la suite

[Blog] Tanker, c'est tricher ?

Par dans Tournois Live il y a 22 jours.

gaelle_baumann_wpo_2016

À dix places de l'argent sur le Main Event du PSC Bahamas, je me retrouve avec douze blindes. Un tapis pas franchement confortable quand la moyenne est plus de trois fois supérieure. Je n’ai alors qu'un seul objectif, entrer dans les places payées. Évidemment, les joueurs mieux fournis en jetons le savent et en profitent pour se montrer plus agressifs. Leur stratégie est simple : ne pas laisser respirer les plus petits tapis, dont je fais partie.

En parlant avec différents joueurs de la stratégie à adopter dans ces moments-là, tous me répondent : "Tank !", ou "Stall !". Deux mots dont la portée stratégique pourrait se traduire ainsi : "Puisque la taille de ton tapis et l'arrivée de l'ITM ne te permettent pas de jouer le moindre coup, fais en sorte qu'il y ait le moins possible de mains jouées, en gagnant du temps pour perdre moins de jetons et t'assurer une place dans l'argent." Mais ça, je n'y arrive pas.

Un problème éthique

J'ai bien conscience de vivre dans un monde de Bisounours, mais je n'ai jamais réussi à patienter trente secondes avant le flop avec 8-3 dépareillés en main. Car c'est bien de cela dont on parle : prendre plusieurs dizaines de secondes préflop avant de jeter une merguez, dans le seul but de gagner du temps. Après avoir reçu tous ces messages insistants sur l'importance de tank, j'ai néanmoins essayé aux Bahamas. Résultat ? J'ai tenu quatre secondes avec Roi-Deux !

gaelle_baumann_bahamas_2017

Crédit photo : Neil Stoddart

Mon point de vue est qu'il n'est pas éthique de gagner du temps lorsqu'on connaît déjà sa décision. Les seules fois où il est légitime de patienter alors qu'on sait ce qu'on va faire, c'est quand on veut faire faire une erreur à notre adversaire, en prenant par exemple une... Lire la suite

[Blog] Pour une saine approche de la variance

Par dans Général il y a 29 jours.

Alexandre Luneau
Parlons de la variance dans le poker ! J’imagine que la plupart d’entre vous ont au moins une petit idée du concept. Néanmoins, très peu de joueurs en ont une vision parfaitement claire. Une piqûre de rappel est toujours bonne, notre cerveau n’étant pas forcément "câblé" pour appréhender certaines réalités statistiques.

La variance, qu’est-ce que c’est ?

Définition de façon purement mathématique, la variance est une mesure utilisée pour mesurer la quantité de dispersion des éléments d'un échantillon de données.

Observons par exemple ces deux échantillons :

Echantillon 1 : 2, 1, 2, 4, 2, 3, 1, 1
Echantillon 2 : 1, 4, 1, 5, 0, 3, 1, 1

Moyenne de l’échantillon 1 : 2
Moyenne de l’échantillon 2 : 2

Ces deux groupes sont constitués de huit éléments chacun. Ils ont la même moyenne (2), mais comme vous pouvez intuitivement le constater, ils sont assez différents. Cette différence réside dans la distribution des éléments. La variance (ou la déviation standard) mesure la dispersion de chaque élément individuellement, par rapport à la moyenne de l’échantillon.

Ainsi, la déviation standard est de 1,07 pour l’échantillon 1, et de 1,77 pour l’échantillon 2. A noter : la déviation standard est tout simplement la racine carrée de la variance.

La variance au poker

Au poker, lorsque vous jouez en cash-game, vous pouvez à chaque main gagner, ou perdre des blindes (BB). Par exemple, un échantillon de 10 mains jouées en Heads-Up à une table de No-Limit Hold’em pourra ressembler à cela :

+ 10$
+ 60$
+ 5$
- 140$
+ 5$
+ 320$
- 10$
+ 1 000$
- 5$
+ 60$

Ici, la moyenne est de 130,5$, et la déviation standard de 326$ !

A première vue, la déviation standard au poker est donc énorme. C’est... Lire la suite

[Blog] Dents de requin et dents de scie

Par dans Général il y a 1 mois.

Que cette année fut riche en expériences ! Au moment de gagner cette fameuse Top Shark Academy en janvier 2016, j’étais loin de m’imaginer tout ce que j’allais vivre. Ça me parait tellement loin maintenant !

Florian Decamps

De voyages en rencontres

D'abord, cette victoire m’a permis de voyager un peu partout dans le monde. De Dublin à Vegas, en passant par Barcelone et Prague, sans oublier Paris et Marrakech. En temps normal, jamais je n’aurais pu jouer d'aussi beaux tournois. Qui plus est, que ce soit lors d’événements aussi prestigieux que le Main Event des WSOP à Las Vegas, la finale EPT à Monte Carlo, ou encore le SISMIX de Marrakech et le WPO Dublin, chaque voyage a eu son lot de surprises.

J’ai eu la chance de parler avec des gens que je n’avais jamais côtoyé auparavant, notamment au sein du Team où de vrais liens se sont créés. Je pense également aux nombreuses personnes rencontrées au fil des étapes. Cela m’a permis de beaucoup progresser, à la fois techniquement, grâce aux multiples échanges entre nous, mentalement, et sur tout l’aspect préparation en amont de ces très longs tournois.

Je pense par exemple au Main Event des World Series, sur lequel j’ai eu la chance d’arriver jusqu'à la bulle, ce qui représente environ dix heures de poker par jour, trois jours durant. On m’avait prévenu que le tournoi était lent, qu’il y avait le temps de voir venir, mais je ne m’imaginais absolument pas à quel point. C’est une des rares épreuves où l’on peut arriver jusqu’aux places payées sans avoir à jouer le moindre coup à tapis préflop ! Malheureusement pour moi, le coup à tapis préflop en question est arrivé au pire des moments, à la quasi-bulle, m’empêchant de rentrer dans l’argent sur le plus beau tournoi du monde.... Lire la suite

[Blog] Une bien belle année 2016

Par dans Général il y a 1 mois.

Avant toute chose, je tiens à profiter de ce nouveau billet de blog pour vous souhaiter une bonne année 2017 et vous adresser tous mes meilleurs voeux de réussite dans tous les domaines ! En ce qui me concerne, je suis très motivé pour attaquer cette nouvelle année, avec des objectifs et des priorités quelque peu redéfinis par rapport à l’an dernier.

Crédit photo : Caroline Darcourt

2016 : année positive

J'ai continué sur ma lancée de 2015, en jouant un volume de jeu en live assez élevé, avec toujours pour but principal de remporter un titre majeur sur le circuit. Pour la première fois, j'ai enchaîné le PCA aux Bahamas et les Aussie Millions et je suis également parti explorer une nouvelle destination poker, en disputant le Seminole Hard Rock Hollywood Poker à Miami (photo ci-dessus). J'y ai d'ailleurs obtenu mon meilleur résultat de l'année en me classant deuxième du Highroller à 25 000 dollars, pour environ 480 000 dollars de gains. Avec un tout petit peu plus de réussite, j'aurais donc pu atteindre mon objectif assez tôt dans l'année.

Après un autre succès, bien moindre mais toujours bon à prendre sur le Super Highroller du SISMIX à Marrakech, j'attendais donc les WSOP avec impatience, pour profiter de ma confiance à son plus haut. Malheureusement, le "run" n'a pas suivi et j'ai une fois de plus connu un Vegas décevant niveau résultats, mais très satisfaisant niveau moral et motivation, que j'ai su garder intacts jusqu'au bout. Vous pouvez d'ailleurs en voir un aperçu sur l'Event 6-Max à 5 000 dollars grâce aux caméras de Dans la Tête d'un Pro.

J'avais donc à coeur de décrocher une grosse perf' avec la reprise du circuit EPT, dans une ville où je me sens vraiment bien : Barcelone. Ce fut... Lire la suite

[Blog] Retour sur une année compliquée

Par dans Général il y a 1 mois.

Voici venue l’heure où chacun fait son bilan, et formule ses bonnes résolutions pour la nouvelle année. Pas de raison que j'échappe à l'exercice ! Avant de passer à 2017, penchons-nous donc une dernière fois sur 2016, mes objectifs initiaux formulés en début d’année, et leur réussite (ou non !). Tout en gardant à l’esprit que, dans un domaine soumis à beaucoup de variance comme le poker, l’accomplissement de ces objectifs n’est en soi pas aussi important que les moyens qui ont été mis en place pour y parvenir, et leur difficulté.

Une moitié de bonne année online

Une semi bonne nouvelle, déjà : en ligne, mon objectif sur l’année 2016 était d’atteindre 60 000€ de bénéfice en MTT sur Winamax. Validé ! Je termine à 65 926€ de gains net (précisément !) au terme de 825 tournois joués. Je termine l’année dans le vert, donc, mais ce n’est qu’une moitié de bonne nouvelle pour moi car dès le mois de mai, j’étais déjà à près de 70 000€ après avoir remporté le Main Event pour 25 000€ en direct du SISMIX de Marrakech ! Durant la seconde moitié de l’année, j’ai beaucoup joué en live, ce qui a impacté mon volume online (325MTT seulement entre juin et décembre) mais soyons honnêtes : ma motivation à jouer en ligne a un peu décliné en fin d’année. J’étais concentré sur des points spécifiques à travailler en live et sur moi-même… Et j’ai aussi pris un peu de vacances de temps à autre ! Aussi, je crois que le fait d’avoir atteint cet objectif « trop » tôt dans l’année, et de ne pas m’être remobilisé assez vite avec un autre objectif précis et motivant, explique mon faible volume en fin d’année. Pour résumer : j’ai encore du travail du côté de mes capacités à me fixer des objectifs suffisamment ambitieux, afin de pouvoir donner le... Lire la suite

Blog du Team : le Top 10 2016

Par dans Général il y a 1 mois.

Avec 48 articles, l'année 2016 fut un cru prolifique pour le blog du Team. Entre cartes postales du circuit, analyses stratégiques poussées, récits de jeunesse, billets d'humeur ou débats brûlants, nos pros ont voyagé, se sont remis en question, ont joué mais n'ont pas oublié de se divertir, et vous ont fait vivre de l'intérieur leurs aventures. Découvrez ci-dessous notre sélection des meilleurs articles de l'année.

Alexonmoon : pédagogie de haut vol

Le 10 novembre 2016 fut assurément l'une des dates les plus marquantes de l'année sur les tables de Winamax, avec l'arrivée tant attendue d'une dizaine de nouveaux formats de jeu en cash-game et en tournoi : Stud, Deuce to Seven, Omaha high-Low, Dealer Choice, HORSE... Grand spécialiste Français des formats, Alexandre Luneau ne s'est pas privé de nous détailler toutes les bonnes raisons de s'essayer à ces nouveaux jeux : "jouer à de nouvelles variantes va vous faire réfléchir à de nouveaux concepts, vous ouvrir d’autres portes dans votre compréhension du poker", explique Alex. Avant cela, le technicien le plus abouti de l'équipe nous a régalé avec des articles pointus et aux révélations souvent surprenantes, comme ces "quatre mythes déconstruits" en juin : saviez vous qu'il n'était pas absolument obligatoire de jouer sérré lorsque l'on était short-stack ?

A lire aussi :
Des pistes pour progresser
Captain Obvious
Retour sur un duel plus compliqué que prévu

Florian Decamps nous dévoile les coulisses du Team

Chaque année, le vainqueur du concours Top Shark occupe une place particulière au sein du Team Winamax : son arrivée dans l'équipe n'est pas le résultat d'un recrutement, mais bien d'un véritable parcours du combattant de trois mois avec de multiples étapes à... Lire la suite

[Blog] Complot, vous avez dit complot ?

Par dans Général il y a 2 mois.

Internet et les médias sociaux offrent aujourd'hui une plus grande place et de meilleurs outils à tous les sympathisants des diverses théories du complot - et il y en a. Le milieu du poker n’est pas épargné avec bon nombre des joueurs n’hésitant pas à accuser les sites de poker d’être truqués, d’utiliser un algorithme précis destiné à les faire perdre. Des accusations vieilles comme le jeu online.

Même s'il vaut mieux en rire, et ignorer la plupart du temps ces allégations rarement pertinentes et peu subtiles, je ressens néanmoins le besoin de m'exprimer à ce sujet et d’offrir une réponse d’ordre général. Le tout, en sachant pertinemment que j'aurai du mal à convaincre qui que ce soit avec des arguments rationnels, tant ces "attaques" dépassent parfois l’entendement.

Il faut admettre qu'accepter ses propres erreurs n’est évident pour personne. Lorsqu'on perd, il est plus facile de rejeter la faute sur un facteur qu’on ne contrôle pas, plutôt que de remettre en question son propre jeu. Les conspirationnistes ont une vision binaire simpliste selon laquelle "le hasard n’existe pas." Si le facteur chance ne peut être blâmé, le seul coupable possible est donc l’organisme qui contrôle le site.

Sur le papier, il est évident qu’un site de poker pourrait tricher s’il le désirait. Il y a une dizaine d’années, des preuves confirmant la présence de superusers (comptes frauduleux pouvant notamment voir les cartes des autres joueurs) sur certains sites ont éclaté, tandis que plusieurs plates-formes de poker ont fermé avant même de rembourser leurs joueurs. Qu'en est-il aujourd'hui ?

Un secteur très réglementé

En France, le poker est désormais régi par l’ARJEL et soumi à de strictes réglementations. Afin de... Lire la suite