[Blog] Mental & Variance

Par dans Général il y a 5 jours.

Sylvain Loosli
La variance est quelque chose que beaucoup de joueurs ont du mal à réellement apréhender. En ligne, nombre de joueurs peuvent aisément lancer 8, 16 ou même 24 tournois dans la même soirée et enchaîner les éliminations sans pour autant en être affecté : ils vont continuer à jouer normalement leur meilleur poker sur les tournois restants.

En live, les choses sont différentes : toute votre attention, votre concentration et votre énergie sont dévoués à un seul et unique tournoi, au buy-in généralement beaucoup plus élevé que votre buy-in moyen online. Souvent, vous avez parcouru pas mal de kilomètres pour vous rendre sur place et disputer le tournoi en question. Etre éliminé d'un tournoi live est donc par définition plus "coûteux", à la fois pour votre bankroll et votre mental.

Le poker live nécessite donc une approche et une préparation différente du poker sur Internet. Enchaîner 15 ou 20 tournois online sans ITM online, c'est certes une mauvaise série, mais ce sont des choses qui arrivent et vous pouvez généralement l’encaisser sans trop de soucis. Le même bad run en live prend une toute autre dimension. On joue rarement 15 tournois différents au cours d’un même festival live (hors Vegas) : une mauvaise série de ce type sera donc étalée sur une durée beaucoup plus longue qu'une soirée de grind online.

Le poker étant par nature un jeu où vous prenez des décisions basées sur des informations incomplètes, il n'est jamais évident a posteriori de savoir si vos mauvais résultats sont uniquement dûs à la variance, ou à autre chose (mauvaises décisions, tilt, manque de motivation et/ou de concentration, etc). C'est pourquoi il est important de faire des "reviews" de vos tournois, en revenant sur les mains clé... Lire la suite

[Blog] Comprendre, c'est grandir

Par dans Général il y a 12 jours.

Mustapha Kanit
Salut les gars, nous voilà pour mon deuxième blog ! Comme la plupart d'entre vous le savent, il y a trois semaines j’ai participé au séminaire annuel du Team Winamax. Ça a été l’occasion de faire du sport, de réviser un peu de théorie et de passer du temps tous ensemble. On pourrait penser que le séminaire n'est qu'une simple promenade à la campagne entre amis, mais pas du tout. Avoir la possibilité de se confronter avec des personnes intéressantes et connaître mieux ceux qui nous entourent peut être très enrichissant. Ces quatre jours furent intenses, et nous avons tous appris quelque chose. J’ai la chance de faire partie d’une équipe composée de personnes stimulantes, chacun avec son histoire : je suis vraiment fier d'avoir rejoint ce groupe si uni et de pouvoir grandir avec eux.

Pendant le séminaire, nous avons discuté de pas mal de choses, mais le sujet qui a le plus capté mon attention, c'est la résilience (pas celle des cours de physique, hein !) Suite à l’analyse que nous avons faite en séminaire, je veux profiter de ce blog pour vous parler de résilience : à mon sens, c'est une des qualités les plus importantes qu’un joueur de poker puisse avoir.
 

Vous le savez, la vie d’un joueur est pleine de situations plus ou moins stressantes : bad runs, voyages qui s'enchaînent sans repos, des problèmes viennent nous harceler même aux tables de jeu, etc. Personne n’a une vie parfaite, et des situations déplaisantes peuvent arriver à n’importe qui. Réussir à apprendre par ses erreurs, être capable de se relever après une chute, cela peut vraiment faire la différence, car lorsqu'on se relève, on se relève toujours plus fort et plus mûr.

Dans la vie, il est fondamental d’être honnête avec soi-même. C'est ce qui... Lire la suite

[Blog] La plus belle des victoires

Par dans Tournois Live il y a 20 jours.

Guillaume Diaz Blog

« Au poker, les deep runs permettent de survivre : ce sont les victoires qui nous font vivre. »

Glissés par Benjo dans l’excellent récit de ma victoire monégasque sur l’EPT National, ces quelques mots résument à merveille la vie d’un joueur de poker de tournoi live et traduisent parfaitement la valeur d’une victoire dans ce métier.

Car oui, les deep runs nous permettent de « simplement » survivre, aussi bien financièrement que mentalement. Ce sont rarement les deep runs inachevés qui permettent de créer l’écart financier et de monter rapidement de limites. À part un Top 3 ou une table finale d’un tournoi majeur. C’est également très rare qu’une 7e ou une 12e place nous procure une sensation de bonheur et de joie immense ou nous permette d’accumuler beaucoup de confiance en peu de temps. Les victoires, les trophées et la sensation d’avoir battu un field entier procurent tout cela à la fois !

Comme le dit mon pote et coéquipier Romain, c’est exactement pour ces moments-là que l’on joue au poker. Pour vibrer durant un tête-à-tête final et pour ce moment où l’on explose de joie en voyant la dernière carte s’abattre. Je dirais même que c’est pour ces moments-là que l’on aime tant la compétition, et que l’on apprécie pleinement la chance que l’on a de faire un métier qui exacerbe cette facette de notre personnalité.

Le poker de tournoi n’a que très peu d’égal dans ce sens. Le meilleur joueur du monde dans notre discipline gagnera beaucoup moins de trophées dans une année que le meilleur joueur de tennis, de golf ou d’échecs. Adrián Mateos l’a prouvé en 2017 : son année fut incroyable et a fait de lui le numéro 1 mondial au classement GPI durant de nombreuses semaines, alors qu’il n’a gagné... Lire la suite

[Blog] Sortir de sa zone

Par dans Life Style il y a 27 jours.

Adrien Delmas Blog

« Il meurt lentement celui qui devient esclave de l’habitude, refaisant tous les jours les mêmes chemins, celui qui ne change jamais de repère, ne se risque jamais à changer la couleur de ses vêtements ou qui ne parle jamais à un inconnu, celui qui évite la passion, celui qui ne change pas de cap, celui qui ne prend pas de risques pour réaliser ses rêves, celui qui, pas une seule fois dans sa vie n’a fui les conseils sensés. Il meurt lentement celui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas celui, qui n’écoute pas de musique, celui qui ne sait pas rire de lui-même. » Pablo Neruda

Sortir de sa zone de confort. Écrire même ce blog en est la définition première. Pour reprendre les mots du sage Michel Abecassis, c’est une mise en abyme. Mi-avril, lors du séminaire du Team, arrive la question fatidique : qui fait le prochain blog ? Pour info, il fallait le livrer moins d’une semaine plus tard. Dans mes sujets déjà prêts, je vois alors se dégager celui-ci : « sortir de sa zone de confort ». Je ne pouvais donc que me proposer ! Brièvement évoqué lors de mon premier blog sur la Nouvelle-Zélande, ce thème me semble être d’intérêt général et compte particulièrement pour moi.

Qu’est-ce que c’est ?

Ce qu’on appelle traditionnellement la « zone de confort », c’est cet ensemble d’activités, d’habitudes, de routines ou de comportements qui vous sont familiers et duquel il peut être effrayant de sortir, par peur des jugements extérieurs ou de l’échec.

Les raisons à cela sont facilement identifiables : on s’y sent bien, en sécurité. On exécute toujours les mêmes routines, les mêmes habitudes, sans forcément penser à ce que l’on pourrait faire de mieux, de plus productif, ou qui pourrait nous procurer un plus grand bien être. Elle... Lire la suite

[Blog] Le prix à payer

Par dans Life Style il y a 1 mois.

João Vieira Blog Facebook

L’une des choses les plus importantes que l’on apprend avec l’âge, c’est que l’on gagne énormément à écouter nos aînés qui ont déjà vécu des situations similaires à celles que l’on peut rencontrer. Il suffit d’écouter. Cela vous donnera une sagesse inestimable qui vous aidera à apprendre beaucoup plus vite. Cette technique ancestrale peut faire de vous un meilleur athlète, étudiant, joueur de poker et surtout, une meilleure personne. Je l’ai appelée : "Demande. Tais-toi. Écoute."

Depuis que j’ai découvert ce secret inestimable, je suis toujours très curieux d’écouter et de lire tous les conseils que les gens que j’admire décident gentiment de partager. On m’a dit d’innombrables fois qu’il faut croire en soi-même, qu’il faut travailler dur et ne pas lésiner sur les moyens. Il me semble que le point commun entre tous les gens que j'estime est qu’ils savent tous qu’il est impossible de passer outre un dur travail.

En revanche, il y a un aspect du travail dont personne ne parle, qu’Usain Bolt explique ainsi : « Il y a toujours un prix à payer ». Tu peux être satisfait du prix demandé, tu peux même tellement aimer cela que tu ne te rends pas compte que tu es en train de le payer petit à petit, mais la vérité est là, inéluctable : il y a toujours un prix à payer.

João Vieira

Si tu veux être le meilleur, ou même si ton objectif est "simplement" d’être bon, tu vas devoir explorer des aspects de ta discipline que les autres n'envisagent même pas. Le talent et la capacité naturelle seuls ne mènent pas loin. Après un certain point, les autres ont le même talent que toi. Ils sont tous aussi intelligents, forts, rapides ou grands. C’est à partir de ce moment que les choses deviennent sérieuses.

Que vas-tu faire que les autres n’oseront... Lire la suite

[Blog] Coup de boost

Par dans Tournois LiveLife Style il y a 1 mois.

Que ce soit dans le poker, le sport ou dans tout autre domaine où le dépassement de soi est important, il est parfois difficile de conserver intacte sa motivation, jour après jour, année après année. Je dois avouer que c'est un problème auquel j'ai été confrontée à maintes reprises durant mes huit années en tant que joueuse professionnelle.

Avec du recul, il m'est aujourd'hui facile d'identifier les pics et les baisses de motivation que j'ai dû affronter. Après une fin d'année 2011 difficile où le grind en cash game online a été délicat, j'intègre le Team Winamax en 2012. Le regain de motivation est immédiat, et c'est gonflée à bloc que je débute mes tournois en arborant tout fièrement mon logo au W rouge. La variance a été plus que clémente avec moi cette même année puisque j'ai enchainé les places payées, avant de réaliser ma meilleure perf à ce jour, cette à la fois magnifique et douloureuse dixième place du Main Event des WSOP.

Cette arrivée fracassante m'a mise sur un petit nuage : je me suis laissée porter par mes résultats tout au long de l'année qui a suivi. Les mois passent et les places payées se font de moins en moins nombreuses. Le constat est sans appel : je signe en 2013 ma pire année de joueuse professionnelle. Au départ, je n'ai pas tiré la sonnette d'alarme, mais il a rapidement fallu que je me rende à l'évidence. De l'excès de confiance et un manque de travail sont clairement à l'origine de ce manque de résultats : il est temps de se reprendre en main.

Gaelle Barcelone
Je commence l'année 2014 sur les chapeaux de roue avec une deuxième place sur le Winamax Poker Tour. Je suis reboostée mais n'ai pas toujours la tête au poker. Ou plutôt, le poker n'est plus ma seule préoccupation. Je vais avoir un bébé mais essaie... Lire la suite

[Blog] Finish him !!

Par dans Général il y a 1 mois.

Adrien_Delmas
Un de mes bons amis dans le poker a un jour prononcé ces mots :

« Au poker, quand tu arrives en heads-up, il faut gagner, car l’histoire ne se souvient que des vainqueurs. »

Cette phrase n’a pas tout de suite résonné dans ma tête, mais elle fît sens quelques mois plus tard, lorsque j’ai réalisé mes premiers deep runs en ligne. Je vois trop souvent des joueurs se relâcher une fois arrivés en tête-à-tête, comme ci le travail était terminé, comme ci le tournoi était déjà fini. Alors que pas du tout ! Quand vous n’êtes plus que deux, c’est l’œil du tigre qu’il vous faut... comme si vous sortiez d’un entretien avec Pascal Dupraz !

La première place est un Graal, et ceci pour des milliers de raisons propres à chacun. Lors de grands évènements, que ce soit en ligne (Winamax Series) ou « en dur » (EPT, WSOP, etc) : qui reçoit les trophées ? Qui prend le plus d’argent ? Qui se retrouve dans les news ? Qui jouit de la plupart des compliments ? Qui fait des interviews ? Le vainqueur, le vainqueur, et encore le vainqueur.

En matière d’argent aussi, la différence entre la première et la seconde place est énorme. De manière générale, le vainqueur prendra toujours entre 30 et 40% plus que le runner-up. Un écart qui se creuse un peu plus sur les tournois en mode Knockout progressif : là, on parle d'une différence allant du simple au double ! Forcément : le vainqueur d'un KO remporte en plus la valeur du bounty qui planait au-dessus de son avatar et gonflait petit à petit depuis le coup d’envoi du tournoi.

Vous l’avez compris : gagner fait autant la différence au niveau de votre palmarès que de votre compte en banque.

- Dis-donc, c’est bien beau ça Jamy, mais comment fait-on pour gagner un heads-up, et comment est-ce qu’on travaille... Lire la suite

[Blog] C'est dans la tête

Par dans Général il y a 1 mois.

Blog Ivan Deyra

« Et le mental dans tout ça ? » Voilà une question qui revient souvent. Lorsque je la posais à d’autres joueurs il y a quelques années, j’avais le droit à plusieurs types de réponses :

« Ne t’inquiète pas mecton, je me concentre surtout sur la technique c’est le plus important. »
 « Pas besoin, je sais quand je suis en tilt ou non. »
 « Je me gère très bien tout seul mon vieux, c’est dans la tête ! »

J’ai donc décidé de prendre les choses en main et de m’y intéresser par moi-même. Direction Amazon. Dans la barre de recherche : « mental ». Ajouter au panier, commander. Oui, je suis sûr de vouloir confirmer l’achat de ces quinze articles, merci.

Je me rends alors compte que le mental ne se résume pas aux mots objectifs, tilt et au fameux « c’est dans la tête ». Il regroupe aussi tout ce qui est : jouer dans la zone, A-game, C-game, break, confiance en soi, concentration, détermination d’objectifs, gestion de son temps, gestion de ses émotions, hygiène de vie, sensation, méditation, visualisation positive, apprentissage, processus de décision, ancrage, état idéal de performance, PNL (Préparation Neuro-Linguistique), relaxation, Darling, Rhino, Vertigo, Pacha… Euh non attendez, pas les derniers ! Vous couperez au montage, hein, dites ? Bon, tant pis.

Livres Mental

Avec ça, on a déjà de quoi commencer à bosser.

Autant de de sujets listés ci-dessus aussi passionnants les uns que les autres (même les derniers). Nous avons déjà entendu et pensons connaître la plupart, mais sans forcément les maîtriser, voire pas du tout. Je m’astreins donc à une prise de notes écrite sur chaque livre, en essayant de le résumer et d’en garder le plus important pour travailler ensuite dessus. Cela fait maintenant plusieurs années que je... Lire la suite

[Blog] Optimisez votre grind online

Par dans Tournois Online il y a 2 mois.

Blog Sylvain Loosli

Le sujet n’est que rarement abordé lorsqu’on parle poker, pourtant la préparation et l’organisation de vos sessions de grind online sont très importantes, si ce n’est essentielles, pour maximiser votre qualité de jeu et votre espérance de gain.

Avant toute chose, vous voulez démarrer votre session dans les meilleurs conditions mentales et physiques, en forme et prêt à vous concentrer au maximum sur l’instant présent, sur les décisions que vous avez à prendre, et ce pendant le plus de temps possible. N’oubliez pas que la différence se fera en fin de tournoi, après de nombreuses heures de jeu. Réussir à jouer un jeu proche de votre A-Game en fin de session s’avèrera donc crucial.

Mais ne brûlons pas les étapes. Avant de lancer votre session, une bonne préparation s’impose :

Échauffez-vous physiquement

Sport, méditation, yoga, relaxation : chacun fonctionne différemment mais, si vous souhaitez être performant, il est important d’avoir une routine de préparation avant de jouer. Est-ce que vous avez déjà vu des sportifs de haut niveau démarrer leur compétition sans s’être échauffés auparavant ?

Sélectionnez vos tournois avec soin

Même si vous multi-tablez avec aisance, vous devez faire des choix certains soirs sur les tournois que vous lancez ou non. Ceci est particulièrement vrai pour les dimanches soirs ou pour les Winamax Series. Si vous lancez trop de tables, vous risquez de prendre de moins bonnes décisions en début de session. Mais si vous en jouez trop peu, vous vous privez de certains tournois identifiés comme EV+ et donc de potentiels deep runs. Encore une fois, chacun est plus ou moins à l’aise avec un certain nombre de tables, certains formats… Ne négligez pas les tournois... Lire la suite

[Blog] J’ai choisi Winamax

Par dans Général il y a 2 mois.

Un jour, alors qu’il prononçait un discours devant un parterre de jeune diplômés, Steve Jobs a lancé cette phrase : « Si vous n'avez pas encore trouvé ce que vous aimez, continuez de chercher. Comme c’est le cas avec tout ce qui concerne le cœur, vous le saurez quand vous le trouverez. » Que le nom de Steve Jobs ne nécessite aucune présentation n’est bien entendu pas sans raison.

Il en va de même pour l’histoire que je vais vous raconter... même si, au début, tu n'as pas immédiatement attiré mon attention. C’est d’abord via des amis que j’ai entendu parler de toi. Tu étais en train de conquérir la France. Les gens parlaient de toi avec enthousiasme, et ils étaient de plus en plus nombreux à parler de toi. Mais Paris l’enchanteresse semblait loin de la belle mais humble Madeira.

Avec le temps, ta réputation a débordé au-delà des frontières de ton pays d’origine. Ton nom revenait de plus en plus souvent dans les conversations. Sans crier gare, tu étais devenu un mastodonte européen. Ton prestigieux casting de superstars françaises (avec au milieu un Génie belge) s’est vu agrémenté du meilleur joueur italo-marocain jamais connu, et par-dessus le marché du numéro 1 mondial. Autrement dit : deux joueurs que personne n’avait réussi à séduire jusque-là ! Ainsi, les plus respectés de mes pairs se rapprochaient de toi. Ma curiosité a pris le dessus. Il fallait que je découvre par moi-même de quoi il en retournait. Cela ne m’a pas pris longtemps pour comprendre.

Ton approche et tes idées étaient différentes. Ton attitude était la bonne, et ta générosité allait dans la bonne direction. Tes propositions étaient variées et ambitieuses. Tout chez toi semblait avoir été créé avec le but de plaire à ceux qui s’étaient rapprochés de toi.... Lire la suite