[Blog] 2018, année héroïque

Par dans Tournois Live hier

Blog Davidi Kitai

L’heure est venue de tirer le bilan de mon année 2018. J’ai fait de cet article une tradition au fil des ans, où j’en profite pour disséquer mes résultats et tirer les conclusions pour l’année à venir. L’an passé, j’évoquais une année perdante, la deuxième seulement en onze ans sur le circuit. J’en avais néanmoins retenu beaucoup de positif et m’étais engagé sur de bonnes résolutions pour 2018. 

Voyons tout de suite ce que cela donne en chiffres. Mon année 2018 c’est 16 places payées, 7 tables finales, 2 victoires et 1 368 000 € de gains bruts. Je termine 45e du classement GPI, 35e du Player of the Year et 3e du classement Livepoker.

En clair, c’est une excellente année. J’ai joué quelque chose comme 65 tournois - ce qui ne représente pas un volume énorme -, pour un total d’environ 500 000 € de buy-in, soit un ROI de 160% !

Ces résultats très satisfaisants sont essentiellement dû à mes belles performances réalisées à Barcelone lors du partypoker MILLIONS, et en grande partie ma victoire à 700 000 € sur le Super High Roller à 25 500 €. C’est la deuxième meilleure année de ma carrière en terme de résultats bruts, derrière 2014 où j’avais gagné plus de 2,3 millions de dollars.

Forcément, je retire de ces résultats une énorme satisfaction, d’autant que cette année fut également très riche d’un point de vue personnel, avec la naissance de ma petite Nell - dont je parlais notamment dans mon blog précédent. Le fait d’avoir réussi à garder le cap sur ma vie professionnelle, avec toutes les émotions fortes vécues cette année est une grande fierté pour moi. Cela prouve que le bonheur et la performance peuvent être directement liés. Si, par rapport à d’autres jeunes grinders, j’ai moins de temps pour envoyer un gros... Lire la suite

[Blog] Bien ma grotte

Par dans Life Style il y a 8 jours.

Adrián Mateos Blog

Salut tout le monde !

Je vous écris depuis mon petit chez moi, où je n’ai pas l’occasion de passer beaucoup de temps. Au moment de taper ces lignes, je me trouve dans une petite période de transition, au milieu de nombreux voyages. J’étais il y a quelques jours aux Bahamas pour le partypoker MILLIONS, et je traverserai de nouveau bientôt l’Atlantique, direction Las Vegas, où aura l’un des festivals les plus attractifs de l’année, avec bon nombre de tournois High Rollers : le WPT Five Diamonds. Comme d’habitude, l’idée c’est d’y aller et de gagner !

Pour autant, les jours que je passe à la maison ne constituent pas des instants de repos. Au contraire, c’est le moment de me poser en face de l’ordinateur et d’envoyer du volume online. Non seulement j’y prends du plaisir, mais cela me permet aussi de continuer à perfectionner mon jeu.

Comme beaucoup le savent déjà, j’ai l’habitude de jouer les tournois les plus chers de la planète, et le niveau y est à chaque fois de plus en plus relevé. On y joue les meilleurs du monde ! Certes, les fields sont réduits – logique me direz-vous, au regard des prix d’entrée –, mais le niveau de mes adversaires transforme chaque épreuve en nouveau défi.

Travailler pour rester vivant

Adrian Mateos

Sur la scène High Roller, tu ne peux pas t’endormir. J’espère donc d’autant plus que ces jours chez moi me serviront à obtenir des bons résultats dans la dernière ligne droite de cette année 2018. Pour ce faire, il est une capacité très importante, capable de faire la différence entre un bon et un excellent joueur, mais que beaucoup sous-estiment, qui est d'étudier et de s’adapter. C’est encore plus vrai lorsque tu joues les High Rollers : si tu ne travailles pas pour t’améliorer, tu es mort.

Je pense... Lire la suite

[Blog] The good, the bad and the ugly

Par dans Life Style il y a 14 jours.

Leo Margets Blog

J’ai eu la chance d’avoir été sponsorisée pendant de nombreuses années. Évidemment, pouvoir compter sur un sponsor améliore d’une manière substantielle les conditions de travail et j’ai conscience d’être privilégiée. Cela permet à la fois de limiter les dépenses et de diminuer les risques car tu as quelqu’un qui investit pour toi. C’est fantastique ! Depuis que je suis entrée dans ce système, c’est d’ailleurs un sujet de débat qui revient souvent : qu’est-ce qu’un joueur de poker doit avoir pour être sponsorisé ? Cela dépend de la période. Dans le passé, gagner un tournoi majeur était presque une garantie pour signer un contrat d’un an. Cela ne fonctionne plus comme ça aujourd'hui.

Le poker est arrivé à un tel niveau de maturité qu’il faut désormais être compétent dans notre jeu mais aussi dans d’autres domaines. C’est ce qui explique que les nouveaux joueurs sponsorisés soient davantage des célébrités (connues du grand public) ou des streamers (qui produisent des contenus pour leur communauté sur Twitter ou Youtube). Pour les rooms de poker, c’est évoluer ou mourir !

Quand un site fait confiance à un joueur et lui propose de devenir le représentant de sa marque, c’est parce qu’il pense que cela va lui apporter de la notoriété, que cette personne dispose de certaines valeurs qui sont un reflet de sa marque, parce qu’il ou elle est un bon orateur et publie beaucoup de bons contenus, etc. Les raisons sont multiples, mais un accord ne se fait que si les deux parties pensent que la collaboration apportera à chacun des résultats positifs. Autrement dit, un deal win/win.

A priori, cet arrangement peut avoir l’air d’une situation idyllique, dans laquelle il n’y a pas des risques, mais ce n’est pas toujours comme... Lire la suite

[Blog] Objectif Bahamas

Par dans Tournois Live il y a 21 jours.

Objectif Bahamas
En ce moment, la mode est aux tournois Highroller. Les buy-ins à 10 000 ou 25 000 sont devenus légion, et leur fréquentation semble augmenter au fil des saisons. Il n’y a qu’à regarder le Team : avec le staking et une gestion de bankroll qui évolue, plus nombreux sont les joueurs pouvant se permettre de non seulement jouer les Highrollers, mais également d’y re-entry une voire deux fois sans pour autant mettre en péril leur BR. Auparavant réservés à une certaine élite, ces tournois sont donc en plein essor. Comme les tournois à petit buy-in, d’ailleurs !

En ce qui me concerne, il m’est plus difficile de jouer ces fameux Highrollers. Pour une raison simple, qui tient à l’évolution de ma situation personnelle. L’an passé, j’ai fait le choix de revenir en France, et donc de déclarer mes gains. Je dépends du régime autoentrepreneur et déclare mes recettes en BNC (bénéfices non commerciaux). Ce qui veut dire que, comme n’importe quel autre autoentrepreneur, je déclare mes gains et mes pertes, je tiens une comptabilité, et suis imposée sur mes bénéfices au terme de l’année fiscale.

Dans ce contexte, il m’est difficile de vendre des parts de mon action à d’autres joueurs. Pourquoi ? Parce qu’il faudrait alors :

1/ Prouver la transaction à l’administration fiscale, au moyen d’un accord écrit entre les deux parties qui fera office de justificatif.
2/ Que les transactions apparaissent sur les comptes.
3/ Et aussi – et ce n’est pas une mince affaire – que le staker accepte que ses gains soient imposés, le cas échéant.

Bref, staker un joueur résidant en France devient quelque chose de compliqué, mais surtout peu rentable. Pour cette raison, j’ai pris la décision de jouer moins de tournois que la plupart des membres du Team…... Lire la suite

[Blog] Boostez vos performances

Par dans Life Style il y a 29 jours.

Sylvain Loosli
Si vous me lisez depuis quelque temps, vous connaissez l'un de mes thèmes préférés, déjà traité à plusieurs reprises ici : la recherche de la performance (lire “Plus loin, plus haut, plus fort”, et “Mieux manger c’est mieux jouer”). Comme dans n’importe quelle discipline sportive, améliorer ses performances au poker passe par deux axes principaux :

Le travail technique - cela va de soi. Un travail à effectuer en utilisant tous les outils disponibles pour améliorer ses stratégies et ensuite prendre les meilleures décisions possibles.
Le travail de préparation. Ce travail se fait principalement sur le plan mental, mais il ne faudra pas négliger l’aspect physique.

C’est donc ce deuxième axe que j’ai décidé d’explorer de nouveau aujourd’hui. Il me semble que le travail de préparation a longtemps été négligé par la majorité des joueurs, et reste encore négligé aujourd’hui par une partie importante de mes "collègues". Pourtant, imagine-t-on un sportif de haut niveau ne pas s’échauffer avant un match ? Un joueur ne se préparant pas mentalement avant une longue session de poker peut-il vraiment espérer être performant, et être capable d’endurer toutes les situations complexes qui vont se présenter à lui tout au long de la journée, aussi bien dans le jeu qu’au niveau émotionnel ? Un pro qui ne se prépare pas avant de jouer doit s'attendre à obtenir des résultats d’amateur.

Selon moi, il est indispensable de suivre une routine de préparation avant chaque session. Chacun trouvera celle qui lui correspond le mieux : en ce qui me concerne, j'aime être discipliné. Cela démarre par un workout ou une activité sportive, idéalement le matin, histoire de m’éclaircir les idées. Derrière, ma capacité à me... Lire la suite

[Blog] An American Story (Part 2)

Par dans Tournois Live il y a 1 mois.

Blog VietF0u

Cette année, j'ai expérimenté une nouvelle stratégie : acheter de très petits pourcentages d'actions sur le Main Event chez énormément de joueurs. Au total, j'ai pris de l'action à une quinzaine de joueurs et un seul, Tony Miles, réussit à se qualifier pour le Day 3, avec un stack très correct de 383 000 jetons, soit plus de 190 blindes. Ce fut une journée clé.

Très vite, son stack gonfle à un million, après avoir géré la bulle en patron. À ce moment-là il y a encore tellement de joueurs en course que je ne vais le voir qu'aux pauses de mes tournois, et aucun coaching digne de ce nom n'est mis en place. Entre les Day 3 et 6, tout semble se passer comme dans un rêve. Tony se paie même le luxe d’éliminer Davidi avec deux As contre une paire de 10. Au soir du Day 4, il dispose d'un tapis de 2,3 millions (115 BB), en fin de Day 5, de 5,6 millions (93 BB), puis de 15 millions (62 BB) avant d'aborder le Day 7. Il ne reste alors plus que 26 joueurs en course.

ICM, gros tapis et barre de fer

Pierre Calamusa - Tony Miles Coaching

Pour avoir beaucoup discuté avec lui, je sais que Tony est un joueur de cash game et qu'il va absolument falloir le briefer sur les questions d’ICM. Décision est prise de se retrouver le lendemain matin chez lui, pour discuter stratégie et préparer au mieux ce Day 7. Je pars de la villa Winamax sur les coups de 10 heures du matin, pour arriver dans un quartier résidentiel qui ne fait pas vraiment rêver, où sont alignées des maisons petites et à l'allure vieillotte. Je commence vraiment à capter qu'il ne roule pas sur l'or.

Tony m'attend sous le porche. Je suis surpris de voir que ses parents ont fait le déplacement, ainsi que Jane, sa meilleure amie, elle aussi amatrice de poker. Je laisse tout cela de... Lire la suite

[Blog] Petit à petit...

Par dans Life Style il y a 1 mois.

Guillaume Diaz Blog

How to achieve your most ambitious goals ou, en français, Comment atteindre vos objectifs les plus ambitieux. Voici le titre, prometteur, du Tedx Talks que je souhaite partager avec vous via ce blog.

Pour les deux du fond qui ne suivent pas, les Tedx Talks sont des conférences organisées un peu partout dans le monde par une association à but non lucratif – Ted, donc –, ayant pour objectif, comme le dit leur slogan, de "diffuser des idées qui valent la peine d’être diffusées" - Ideas worth spreading. En d’autre termes, les conférences TEDx donnent la parole à un panel très large d’acteurs sur des sujets aussi vastes que la politique, les problèmes sociétaux, l’économie et même parfois le poker. Je vous invite d’ailleurs à aller jeter un œil aux excellents Talks donnés par deux anciens du Team Winamax, Alex Luneau et ManuB.

La conférence dont je vais vous parler n’a, a priori, pas de lien direct avec le poker mais, comme très souvent lorsque je regarde ce genre de contenus, elle m’a fait réfléchir sur la manière dont je peux améliorer ma routine quotidienne. Le but final est toujours le même : maximiser les chances d’atteindre les objectifs que je me suis fixés, au poker mais aussi dans ma vie personnelle.

Stephen Duneier, l’auteur de cette conférence, nous y explique comment, alors qu’il était au lycée, il a modifié sa méthode d’apprentissage et de travail pour transformer l’élève moyen qu’il était en un des meilleurs éléments d’une des universités les plus reconnues des États-Unis. Il enchaîne ensuite sur ce que ces changements lui ont permis d’accomplir durant sa vie. Et c’est assez fou ! Surtout, il donne les clés pour appliquer cette méthode dans tous les domaines imaginables.

Duneier attaque sa... Lire la suite

[Blog] Les mains les plus folles de ma carrière (Partie 2)

Par dans Tournois Live il y a 1 mois.

Romain Lewis
Cela fait maintenant un bout de temps que je vous ai proposé la première partie de la retrospective des coup de poker les plus fous que j'ai joués. C'est rien de le dire : il s'est passé pas mal de choses depuis ! Lors de la rédaction du premier article, j’étais en pleine préparation de mes WSOP à Vegas : au moment de taper ces lignes, je m’apprête à entamer les WSOP-Europe à Rozvadov, en pleine campagne tchèque !

J’aurai pu écrire un blog entier rien que sur les coups que j'ai joués à Vegas cet été, mais je vais remonter un peu plus loin dans le temps et trouver quelques moments très marquants, pour essayer de décrire l’évolution dans ma réflexion : comment j’ai abordé le tournoi (ou la main) en question et ce que je peux en tirer. Dans ma première partie, je vous ai peut-être surpris avec quelques mains de ma période non-professionnelle. Entrons donc dans le monde des pros...

La partie la plus chère de ma vie

Le soleil tape fort en cette fin de mois d’août et ça fait un moment que je n’ai pas touché des cartes. Barcelone sonne souvent comme la reprise des hostilités pour les joueurs ayant disputé les WSOP à Vegas. Pour moi, c’est encore un peu plus que cela, une véritable rentrée des classes après un Euro extrêmement chargé. Nous sommes en 2016 : cela fait moins d’un an que je me considère comme joueur de poker professionnel et je dispute mon tout premier festival en terre catalane.

Huit mois auparavant, je jouais mon premier EPT à Prague et, grâce à un bon résultat sur un Side Event à 2 000 € (runner-up pour 80 000 €), j’ai joué mon premier High Roller à 10 000 € dans la foulée. Oui : c'était à peine une semaine après avoir pris la décision de passer pro ! Si vous vous dites que... Lire la suite

[Blog] Ma victoire irlandaise

Par dans GénéralTournois Live il y a 1 mois.

Blog Gaëlle
Avertissement : si vous n’étiez pas à Dublin cette année, vous allez, une fois terminée votre lecture, me prendre au mieux pour une folle, au pire pour une névrosée de la boisson. C’est qu’au-dessus de la salle de poker du Winamax Poker Open, au premier étage du centre de conférences du City West Hotel, l’ambiance est difficile à retranscrire. Vous avez sûrement vu un paquet de vidéos, ou lu les articles et posts sur les réseaux sociaux. Mais croyez-moi : pour assimiler ce qu’il s’est réellement passé là-haut, il fallait être sur place.

« Il », c’est le Winamax Beer Pong Open. Un tournoi pas loin d'être aussi prisé que le Main Event. Vous voyez, vous commencez déjà à me regarder de travers. Pourtant, une fois l'aspect financier écarté, je peux vous assurer que le trophée ramené à l'aide des petites balles de plastique est regardé avec des yeux aussi envieux que celui ramené à l'aide de petites tranches de céramique. En mai dernier, au SISMIX, je me suis retrouvée un long moment aux côtés de Guignol. Il venait de perdre en finale du WBPO de Marrakech. Je peux vous assurer : je ne l’avais jamais vu dans un tel état. Si le voir enchainer quelques liqueurs (ayant malencontreusement oublié de venir avec leurs petits copains les softs) ne m'a pas trop étonnée, c'est son regard noir et vide qui est venu m'interloquer.

- Ça va ?
- C'était mon rêve, putain.


Je vous avoue qu'à ce moment-là, je me suis tout de même dit qu'il en faisait un peu trop. J'avais moi-même terminé en 16e de finale du tournoi, après quelques lancers épiques en compagnie d'Adrien Delmas, mais m'en étais assez vite remise une fois la partie terminée. C'est durant l'été qui a suivi que la fièvre est montée. Avec la table siglée Winamax à la maison et... Lire la suite

[Blog] Contrôle des biais ! (Partie 2)

Par dans Tournois OnlineLife Style il y a 2 mois.

Adrien Delmas Blog

Note de l'auteur : avant de vous lancer dans cette deuxième partie, je vous invite à aller lire la première, où je reviens sur les définitions de quelques-uns des biais cognitifs les plus fréquents. Je tiens également à préciser que, dans ce blog, je ne cherche pas à analyser les situations de jeu rencontrées mais plutôt d’essayer de comprendre pourquoi notre raisonnement est orienté d’une certaine manière. C’est bon, tout est clair ? Alors allons-y !

Partons à nouveau d'une phrase que l'on entend à tout bout de champ : "Je me fais toujours craquer les As." Si vous avez bien tout suivi, j'imagine que vous comprenez où est le problème. Dans ce contexte, on voit tout de suite le biais de confirmation en action. Si on pense qu’on se fait systématiquement craquer les As, que se passera-t-il les fois où cela se produira ? Cela renforcera notre croyance, et on se souviendra beaucoup moins vivement des fois où on gagne.

Pourquoi ? Parce que nous avons naturellement tendance à nous souvenir des choses négatives (biais de négativité) car elles nous impactent beaucoup plus que les événements neutres ou positifs. Si l’on réfléchit en termes d’évolution, c'est d'ailleurs une bonne chose puisque ces pensées sont les plus utiles pour la préservation de notre espèce.

Mais revenons à nos moutons. Vous vous faites "craquer" les As autant de fois que les autres, c’est un fait mathématique. Si vous allez voir dans votre base de données tous les 80/20 joués avec AA, spoiler : vous en aurez surement gagnés entre 79% et 81%. Plus vous aurez d’occurrences, plus ce chiffre va converger vers 80%. Bien sûr, je ne parle ici que des cas de tapis préflop.

À l'assaut des idées reçues

Adrien Delmas Casque

Passons maintenant à un autre grand... Lire la suite