Winamax

[Blog] Macro poker

Par dans Tournois Online il y a 8 jours.

Facebook Macro
Pour commencer, je tiens à vous dire que le sujet qui va suivre me tient particulièrement à cœur. Commencons par poser les bases : le terme "macro" fait écho à la macroéconomie, discipline que j’ai étudié lors de mes études en sciences économiques. C’est un champ de la théorie économique qui repose sur une approche globale, par opposition à la microéconomie qui explore des hypothèses plus spécifiques. 

Sans trop rentrer dans les détails, au poker je considère l'aspect "micro" comme la technique, et la macro comme... tout le reste ! Beaucoup de joueurs passent énormément de temps à bosser la théorie, mais sous-estiment encore les aspects périphériques. Pourtant, j'estime que ces aspects sont tout aussi importants pour qui veut être performant. 

Cet article abordera donc trois volets macro que je considère comme cruciaux, et qui pourraient bien faire augmenter significativement votre ROI : le mental, la sélection des parties, et la gestion de bankroll.

Le mental 

Au poker, le mental c’est super important. Pourquoi ?

C’est un jeu dans lequel les émotions ont une place prépondérante, et où il est essentiel de pouvoir se contrôler dans les moments de forte intensité. 

C’est un milieu super compétitif, donc c’est essentiel d’avoir un temps d’avance sur ses adversaires.

C’est un jeu d’erreurs, donc avoir une attitude positive afin d’être toujours à 100% dans le moment présent est primordial pour faire moins d’erreurs que les autres.

Kitbul Blog 1
C’est un jeu cruel, avec la variance qui peut être contre toi pendant une longue période. Il faut donc avoir les épaules solides, afin de ne pas désespérer durant les périodes de bad run, mais aussi savoir garder les pieds sur terre quand on run good.

Je dis... Lire la suite

[Blog] Baptême du feu en Corée

Par dans Tournois LiveLife Style il y a 14 jours.

Facebook Blog
Rentré de Corée du Sud complètement "jetlagué", je tenais tout de même à vous écrire ce nouveau blog pour vous raconter ma récente expérience au Triton Super High Roller Series de Jeju.

Ce n’est certes pas nouveau, mais il est toujours bon de rappeler que les events Triton sont des festivals fantastiques, qui prennent autant soin de leurs joueurs réguliers que de ceux qui profitent de l'expérience pour la première fois. Puis, après tout, il s'agit d'un circuit de tournois High Rollers, qui ne le rend pas accessible à tout le monde. Tous les participants ont donc un statut un peu spécial.

Au-delà de l'accueil, il est impressionnant de voir à quel point les fields des tournois sont de plus en plus massifs. Si ce n’est certes pas très étonnant lorsqu’on sait que ce festival se déroule sur le sol asiatique, là où beaucoup de joueurs ont les moyens de s'offrir ce type d'events, les sommes folles que les Triton Series sont capables de brasser restent tout de même impressionnantes. Je ne vais cependant pas m'en plaindre, car une partie de cet argent a fini dans ma poche. Je reviens donc de Corée très satisfait, non seulement pour l'expérience vécue (c'était la première fois que je me rendais dans ce pays), mais aussi parce que mes résultats ont été bons. À vrai dire, ils auraient pu être encore meilleurs, mais cette fois, la variance a fini par me rattraper.

Tout feu tout flamme...

adrian mateos
Finalement, le plus important pour moi a été de m'enlever cette épine du pied en obtenant enfin ma première flamme dorée, ce trophée que l’on donne à tous les vainqueurs des tournois Triton Super High Roller Series. En novembre, à Monte-Carlo, bien que j'aie remporté l'un des plus gros gains de ma carrière, je suis passé à une marche de... Lire la suite

[Blog] PLO : la quatrième dimension

Par dans Général il y a 21 jours.

crea leo blog
En 2012, je m’étais préparée pour participer aux tournois de variantes des World Series of Poker, les fameuses épreuves “Mixed Games”. J’avais engagé un coach durant les mois précédents et j’avais appris des formes de poker que je serai bien incapable de nommer aujourd’hui. Mon palmarès l’atteste : cette année-là, j’ai signé un deep run dans un tournoi de Deuce to Seven Triple Draw (26ᵉ sur 285). Douze ans plus tard, ne venez même pas me demander les règles de ce jeu : ne serait-ce que son nom ne m’évoque absolument rien.

Si je me rappelle tout ça, c’est pour évoquer le potentiel, à mon avis immense, des autres variantes que notre cher No-Limit Hold’em. Non seulement parce que, sur les tournois Mixed Games, les fields sont beaucoup plus petits, ce qui augmente considérablement les chances de décrocher un bracelet. Mais aussi parce que malgré la présence de réguliers compétents, on retrouve aussi des joueurs old-school qui ne s’adaptent pas forcément très bien aux nouvelles tendances. Et je ne parle même pas du fait que, quand bien même les règles du jeu changent, cela reste un tournoi : comme en No-Limit Hold’em, il faut jongler avec les dynamiques, savoir changer de vitesse au bon moment, savoir quand mettre la pression ou non, en fonction de son tapis et de celui de ses adversaires. Mais, après ce fameux été 2012, j’ai perdu la motivation et la discipline pour passer des heures à jouer à des “jeux chelous” : petit à petit, le NLHE a repris sa place de numéro un.

Est-ce à dire que je vais faire mon grand retour sur les tables de Mixed Games. Pas tout à fait ! Pas toutes, en tout cas.

Un changement express(o)

blog leo
Rassurez-vous : je compte toujours passer du temps à bosser le Texas Hold’em, tout simplement car... Lire la suite

[Blog] La nouvelle vie de Pierre Papamusa

Par dans Tournois LiveLife Style il y a 28 jours.

Pierre Calamusa Blog
Cela fait maintenant trois mois que ma petite fille est venue au monde et je peux aujourd'hui vous affirmer que la distorsion du temps lorsque l'on devient parent est une chose assez phénoménale. On alterne les phases où les heures semblent parfois être interminables, en slibard sur le bord du lit, en train de chanter au clair de la lune à 4h06 en se pelant les miches – ma fille est née fin novembre. Et de temps en temps, les journées défilent à une vitesse telle que les 90 premiers jours de sa vie s'envolent en un instant.

Devenir père...

joueur fatigué
Mais, finalement, c'est assez facile. Les journées se suivent et se ressemblent à peu de choses près. Pour ma part, je me lève le matin, et généralement, je m’occupe de la petite, je lui fais le premier change et je la ramène à Delphine sur les coups de 10 heures du mat’, juste avant de partir jouer. Et honnêtement, quand je rentre sous les coups de deux heures du matin, c’est un peu horrible, car la petite est déjà couchée. Eh oui, elle fait ses nuits maintenant... Mais, paradoxalement, je suis beaucoup mieux organisé depuis que j’ai la petite puisqu’on a une journée qui est complètement prédéfinie.

Malgré tout cela, j'ai, depuis sa naissance, tout de même eu l'occasion de jouer bon nombre de tournois. Entre une encourageante quatrième place sur le Highroller à 1000 € des Swiss Poker Series et un beau deeprun sur le Main Event de l'EPT Paris, j'ai en quelque sorte pu lancer ma saison avant le Winamax Poker Tour, même si les résultats n'ont pas été à la hauteur de mes attentes.

...en restant joueur...

Cela dit, j'ai été assez satisfait de ma prestation aux tables durant ces deux festivals, en partie grâce à un très bon état d'esprit. Chaque jour, j’allais aux... Lire la suite

[Blog] EPT Paris : 5 mains capitales

Par dans Tournois Live il y a 1 mois.

crea fb
Je vous écris ces mots au sortir d’un superbe EPT Paris. L'édition 2024 du festival a en effet battu sans problème ses propres records d'affluence... Même si pour ma part, j'ai seulement disputé cinq tournois. Pour commencer, une tentative sur l'énorme Main Event FPS puis deux bullets sur son High Roller à 2 000 € l’entrée. J'ai ensuite buy-in le Main Event, sur lequel j’ai terminé en 76ème place. Enfin, pour finir en beauté ce festival, j’ai fait le choix de m'inscrire au Highroller à 10 300 €, sur lequel j'ai frôlé la qualif' pour le Day 3, à deux mains près. Un peu comme si j'étais devant les caméras de Dans la Tête d’un Pro, je vais, dans ce blog, commenter les 5 mains les plus marquantes de mon séjour parisien. Des mains sur lesquelles je vais me baser pour travailler mon jeu et progresser.

Première main

Nous sommes au premier niveau sur le High Roller FPS à 2 000 €. Un joueur ouvre à 600, un autre 3-bet à 2 200 en milieu de parole et je soulève une paire de Rois en petite blinde. Jusqu’ici, tout va bien... J'augmente les enchères à 7 000 jetons. La suite, c'est surtout une histoire de tells... La parole revient au premier joueur, et je décide cette fois d’essayer de focaliser mon attention sur mes adversaires lorsqu'ils jouent. Et ce joueur, il regarde dans le vide. Je vois qu'il ne réfléchit à rien, comme s'il attendait la suite, simplement. Ma voix intérieure me dit qu'il ne va pas passer sa main. Il n'a l'air ni sérieux, ni embêté, ni engagé. Il est d'une neutralité exemplaire. À ce moment-là, il regarde à nouveau ses cartes, soupire, balance sa tête de gauche à droite comme s'il n'était pas d'accord avec lui-même. Finalement, affirmant “devoir y aller", il finit par annoncer all-in pour 30 000... Lire la suite

[Blog] L'adrénaline, mon carburant

Par dans GénéralLife Style il y a 1 mois.

crea fb

Récemment, dans une interview, on m'a demandé ce que j'aimais dans le poker. Si cette question peut paraître banale, elle ne l'était pas en réalité : en répondant, j’ai senti le frisson de la passion traverser tout mon corps, me rappelant ainsi les raisons pour lesquelles j'ai fait de ce jeu mon quotidien.

L'adrénaline avant tout

La première chose qui m'est venue à l'esprit n’a pas été l'argent ou les titres, mais bien l'adrénaline. Un mot qui m'accompagne depuis toujours. À chaque fois portée par le frisson, je n'ai jamais hésité à suivre mon instinct, que ce soit pour changer de vie en allant habiter en Australie, ou d'occulter les bénéfices que je pouvais tirer de mon Master, afin de faire de ma passion mon métier. 

En lisant une première définition de l'adrénaline, on peut y voir un côté négatif si on joue aux cartes. Une hormone qui accélère le rythme cardiaque, augmente la pression artérielle et dilate les bronches... On a vu mieux pour la poker face ! Mais en creusant un peu, l'adrénaline est surtout l'hormone du frisson et de l'excitation. C'est en quelque sorte un catalyseur qui va booster l'énergie, maintenir la concentration et la vigilance et, à titre personnel, me permettre d'atteindre mon meilleur niveau de performance tout en vivant des expériences qui resteront pour la plupart gravées en moi.

blog gaelle baumann
Je ne vais pas vous mentir : après plus de quinze ans de poker, cette décharge d'adrénaline n'est pas la même selon les tournois. Lorsque j'arrive sur la Fièvre aux blindes 100/200, je ne peux pas vraiment dire que je ressens cette adrénaline. Je sens davantage le frisson monter dès que j’avance dans un tournoi. C'est d'ailleurs le cas en live lorsqu’on emballe nos jetons journée après journée, quand... Lire la suite

[Blog] Changement tactique

crea blog sirenita
Si je vous dis que j’ai commencé ma carrière dans le poker en tant que joueuse d’Expresso, ça ne devrait plus vous surprendre. Quelques mois après avoir découvert les joies de ce format, je faisais également la découverte des tournois MTT. À l’instar de beaucoup de joueurs, j’ai mis un peu de temps avant de me familiariser avec ce format, mais je l'ai rapidement apprécié, et il a naturellement pris une place de plus en plus importante dans ma carrière.

Voyant que ces formats m’apportaient chacun quelque chose de différent, j’ai rapidement voulu allier les deux pour en faire une force. Déterminée et n’aimant pas faire les choses à moitié, j’ai dû vite m'adapter en préparant au mieux le terrain, afin d’avoir le maximum de temps et d’énergie pour travailler les MTT avec autant d’intensité et de rigueur que lorsque je découvrais les Expresso.

Certains d’entre vous sont peut-être en train de passer par là. Que ce soit le cas ou pas, je tenais à vous livrer quelques conseils sur comment préparer efficacement une transition d’un format à l’autre et comment concilier tout ça.

Les ajustements nécessaires

alexane najchaus blog
Faites des recherches approfondies sur le ou les formats que vous visez et questionnez vos motivations. Quelles seront vos espérances de gains au début de votre parcours et sur le long terme ? Quels objectifs pourrez-vous accomplir ? Quel rythme de vie cela nécessite-t-il et est-ce compatible avec le vôtre ? Quelle bankroll vous faut-il pour vous lancer ? Quels sont vos objectifs sur six mois, un an, trois ans ?

Sachez exactement ce qui vous pousse à vous réorienter ou à jouer deux formats en même temps. C’est ce qui vous permettra de conserver votre motivation et de ne pas baisser les bras. Quand vous avez atteint, à... Lire la suite

[Blog] 2023, c'était Sitbon

Par dans Tournois LiveTournois OnlineLife Style il y a 2 mois.

Blog Julien Sitbon Facebook

On fait le bilan, calmement, en se remémorant chaque instant. Et comme disaient Jacky et Benji, le temps passe et passe…

2024, nous voilà. Il est donc temps pour moi de revenir avec vous sur une année 2023 qui restera à jamais gravée comme l’une des plus belles années de ma vie, tant sur le plan personnel que professionnel.

2023, ça démarre fort

8 janvier 2023, Londres. Température ressentie : -2 degrés. Alors quoi de mieux que d’échapper à ce froid polaire en s’octroyant un petit voyage au cœur des Caraïbes, accompagné de sa moitié ? Entre découverte de la culture locale, croisière en catamaran, baptême de plongée au milieu des animaux marins, et le PSPC à 25 000 $ promettant à son vainqueur pas moins de cinq millions de dollars, il y a de quoi rêver. Après trois jours de tournois intenses, récompensés par quelques places payées dont une table finale, je termine finalement en 133ᵉ position du plus gros 25k de ces quatre dernières années, pour 40 000 $. Ça commence plutôt bien.

Février/mars/avril : entre l’EPT Paris, les WSOP-Circuit à Cannes et l’EPT Monaco, on peut dire que j’ai vécu trois mois très intenses. Sans signer d’énormes perfs, mais avec quelques tables finales et de belles places payées, j’entends régulièrement mon nom revenir dans la short list pour intégrer le Team Winamax… mais rien. Pour le moment.

Mai : une fois la déception digérée, il est temps de me focaliser sur mes objectifs et de me préparer au mieux pour les WSOP à Vegas. En ligne de mire : un bracelet de champion du monde avant mes 40 ans, le 2 juillet.

Champion du monde !

Julien Champion

Juin/juillet : nous y sommes ! Enfin arrivé à Sin City, et motivé comme jamais, j’entame sereinement le festival en prenant part à une première table... Lire la suite

[Blog] One shot sur le One Drop

Par dans Tournois LiveLife Style il y a 2 mois.

Adrian Mateos Blog 1/02/24
Nous voilà en 2024. Comme toutes les précédentes, j'attaque cette année avec beaucoup de projets et d'objectifs, toujours avec optimisme et une grande envie de continuer à performer au plus haut niveau.

Dans mon dernier article, dans lequel je parlais des "dangers" qui peuvent apparaître en cas de good run. J'évoquais ma possible participation au Big One for One Drop, le tournoi à un million de dollars organisé au Wynn par le World Poker Tour.

Vous le savez peut-être déjà, j’ai fini par me lancer. Des tournois aussi chers, il y en a eu très peu dans l’histoire du poker. En ce qui me concerne, c’était la deuxième fois que je participais à une épreuve avec un buy-in à sept chiffres. La différence, c'est que cette fois je vais vous raconter un peu plus en détail...

Évidemment, le One Drop, avec un buy-in de 1 000 000 $ (dont 40 000 $ reversés à des œuvres caritatives et 10 000 $ de rake), est un tournoi très spécial. L’atmosphère était très différente par rapport à d'autres tournois high stakes. Sachant que nous allions être au centre de l'attention, être davantage pris en photo et très sollicités pour des interviews, on est tous arrivés un peu plus élégants que d'habitude. De plus, les organisateurs ont placé les tables du One Drop bien au milieu de la salle, pour essayer de donner au tournoi encore un peu plus d’importance. Pendant les pauses, on venait souvent nous voir. Des journalistes, des fans, tous avec leurs questions. Ils voulaient savoir nos impressions, nous questionner sur telle ou telle main. Bref, c'était une ambiance à part, celle des grandes occasions.

Un bon investissement

Adrian Mateos Blog 1/02/24
En ce qui concerne les participants, avec seulement 17 joueurs sur la ligne de départ (pas de re-entry... Lire la suite

[Blog] Mon plan de vol pour 2024

Par dans GénéralTournois LiveTournois OnlineLife Style il y a 2 mois.

crea joao vieira

Salut à tous !

Je vous écris actuellement ce blog à 30 000 mètres d'altitude, bien installé dans l'avion pour rejoindre Londres.

Après une courte pause à Funchal où j'ai pu profiter de mes proches, je reprends la route pour entamer cette nouvelle année de poker sur les chapeaux de roues. Pour ce faire, j'ai opté pour un programme similaire à celui de l'an passé. Celui-ci s'organise essentiellement autour de quatre évènements majeurs : les World Series of Poker, les Triton Series, les festivals EPT et les "Series" online.

Pour le moment, on peut dire que mon début d'année a bien commencé, grâce aux Winamax Series : j'y ai donné le meilleur de moi-même pour en ressortir gagnant de 12 000 €. Mais l'année est loin d'être terminée et le programme à venir reste très chargé !

Un agenda bouclé

Selon mes prédictions, j'ai prévu de prendre part à 125 jours de poker live, répartis sur neuf événements différents. Online, je me suis fixé l'objectif de lancer 150 sessions, soit un total de 275 jours de grind. Entre-temps, je consacrerai une quinzaine de jours aux évènements live et séminaires organisés par Winamax. Pour me rendre à l'ensemble de ces festivals poker, je vais devoir voyager environ 23 jours et prendre ainsi pas moins de 50 avions d'ici la fin de l'année.

joao vieira

Pour performer sur la durée, je compte bien travailler mon jeu pendant un mois et tout faire pour me maintenir physiquement en forme grâce aux quatre séances de sport prévues chaque semaine dans mon agenda. Beaucoup d'intensité, mais également un peu de repos, sans quoi je ne pourrai rester performant. Je vais donc m'octroyer 18 jours off pour souffler entre ces importantes échéances. J'en profiterai notamment pour m'avancer et atteindre mon... Lire la suite