[Blog] Mes bonnes résolutions

Par dans Général il y a 2 jours.

Le doux bruit des bulles remontant la coupe, le tintement des verres qui s’entrechoquent lorsque l’on trinque, les cris des enfants qui courent à travers la pièce, le grondement des feux d’artifices éclairant les cieux jusque dans nos salons… Le fameux compte à rebours démarre et il est bientôt l’heure des embrassades afin de souhaiter à ceux qu’on aime une nouvelle année pleine de bonheur et une santé de fer, sans oublier de prendre de bonnes résolutions.

2016 on y est ! Bien plus rapidement que prévu d'ailleurs. Je me rappelle encore ce qu’évoquaient les années 2015 et au-delà du haut de mes 8 ans. Voitures volantes automatisées, téléportation, dialogues robotisés avec nos animaux de compagnie, visite galactique, élixir de jeunesse et j’en passe - oui j’ai certainement regardé trop de films de science-fiction étant jeune. Malheureusement pour certains ou bien heureusement pour d’autre, toutes ces technologies de pointe n’ont toujours pas vu le jour et peuvent rester sources de rêves pour les petits comme pour les grands.

2016 est donc bien là avec ses lots de problèmes insolubles (le réchauffement climatique, le terrorisme, la pollution, la pauvreté, la famine), qui ne s’améliorent malheureusement pas avec le temps. Les gens tendent tout de même à se rendre doucement compte que notre Planète Terre souffre terriblement et qu’un changement extérieur ne peut passer que par un changement intérieur et individuel. Une prise de conscience qui en incite beaucoup à consommer mieux afin de manger plus sain et plus équilibré.

J’ai tenté l’expérience. J’ai craqué. Plusieurs fois. Le Nutella, le foie gras, les hamburgers, tous ces plats qui, on le sait, ne sont ni bons pour nous ni pour la planète et pourtant si bon... Lire la suite

[Blog] Le changement, c'est important

Par dans Général il y a 7 jours.

Pas de panique, je ne lance pas la campagne Baumann 2017 ! Je souhaite en revanche réagir aux diverses réactions que j'ai pu lire suite aux récents départs de Ludovic Riehl et Adrien Guyon du Team Winamax. Déjà, je voudrais saluer l'envol vers de nouveaux horizons de deux excellents camarades de classe. Adrien, dont la motivation débordante et la passion pour le jeu ont été un vrai moteur, et surtout Mikedou, un ami entré dans le Team en même temps que moi un soir d'hiver 2012. Sa capacité de remise en question et sa bonne humeur ont été d'énormes atouts durant ces quatre années.

Alors oui, moi comme vous, ça me chagrine forcément quand l'un des nôtres s’en va. Et c'est bien pour cela qu'on leur rend hommage quand ils s'en vont. Néanmoins, je ne suis pas d'accord avec tout ce que j'ai pu lire sur les réseaux sociaux et les forums.
 

Deauville, janvier 2014 : bizutage de Volatile38

En gros, plusieurs messages disaient "On ne reconnaît plus le Team... Où sont Cuts ? ManuB ? Anto Lellouche ?" Sans entrer dans la sphère marketing, qui bien évidemment existe mais n'est pas mon métier, il est à mon sens important d'avoir un certain renouvellement dans l'équipe. Reconnaissons-le : notre job est absolument formidable. Nous voyageons dans toute l'Europe, pouvons vivre où bon nous semble, avons la possibilité de travailler au milieu de la nuit comme durant le petit déjeuner, vivons un mois par an à Las Vegas... Mais derrière cette vitrine, l'investissement et la dose de travail demandés sont énormes. Au quotidien, il faut revoir ses sessions, échanger avec ses coéquipiers, être prêt à remettre totalement en question son jeu ou ses objectifs. Pour certains, les années passent et rien ne change. Pour prendre... Lire la suite

[Blog] Captain Obvious

Par dans Général il y a 10 jours.

Je reçois souvent des demandes de conseils sur le poker. Comment progresser ? Comment travailler son jeu ? Comment battre telle limite ? Je ne compte cependant pas répondre ici spécifiquement à ces questions, mais aborder un sujet plus large et important, pour les pros comme pour les joueurs amateurs sérieux. Je vais me permettre de pointer du doigt les pires habitudes que j’ai pu voir durant mes huit années de poker professionnel. Autant d’erreurs qui ont freiné la progression de beaucoup de joueurs quand elles n'en ont tout simplement pas ruiné certains.

Je suis conscient que tous ces conseils sont “évidents”. Mais au vu de la récurrence avec laquelle j’ai observé ces erreurs dans ma carrière, chez mes adversaires ou amis pros, il me semble utile de les rappeler.

Jouer sous l’influence de l’alcool

Je ne parle pas de boire durant vos parties entre amis mais plutôt de jouer à vos limites régulières, sous influence, devant votre PC. Si vous trouvez cela fun malgré tout, faites-le au moins à une limite qui ne représente financièrement pas grand-chose pour vous. Se réveiller le lendemain avec la gueule de bois et voir que vous avez perdu cinq buy-ins, tenté des moves absurdes et essayé une nouvelle variante à des limites conséquentes n’est pas un sentiment très agréable.

Pour le plaisir, voici une petite anecdote. Une ancienne star de Deuce to Seven high stakes s'est réveillée un matin la tête sur son clavier avec une gueule de bois monumentale, pour découvrir que son compte, où se trouvait jusque là une somme à six chiffres était vide. Il a demandé au site à voir les mains qu'il a disputé la veille, et s’est rendu compte qu'il a joué en duel contre Tom Dwan (photo) en No-Limit 200/400$ - lui qui ne jouait qu’en Deuce... Lire la suite

[Blog] Une méthodologie du grind online

Par dans Tournois Online il y a 14 jours.

Depuis quatre ans j'ajuste mon quotidien en fonction de mes forces et mes faiblesses, en essayant à chaque fois d'apprendre de mes erreurs et mes expériences. Peu d'entre vous le savent, mais j'ai connu à Málaga un épisode sombre, qui m'a laissé à 22 ans complètement fauché, et même gravement endetté. Paradoxalement ce fut une de mes périodes les plus heureuses de ma vie. Pour l'anecdote, je faisais croire à mes parents que j'allais à la Fac, préparais mon faux sac de cours et partais du lundi au vendredi jouer online chez Flavien Guénan, et remportait des tournois à 10 centimes. Six mois plus tard j'avais regagné 150 000 euros. J'ai bien entendu connu un goodrun d'enfer, mais j'ai surtout du rationnaliser mon approche du grind afin me donner un maximum de chance de me sortir de l'énorme bourbier dans lequel j'étais.

Cette méthodologie du jeu online s'articule autour de trois axes : 

Timings de montée de limite : savoir jouer les bons tournois aux bons moments.
Timings d'apprentissage : sélectionner les bons contenus techniques aux bons moments.
Éviter le burnout : maintenir un poker de qualité sur le long terme.

1) Timings de montée de limites

A) S'imposer un volume minimum

Pour faire face à cette première contrainte, j'utilise un système semblable au système scolaire, où j'alterne phases de jeu intensives comprenant quatre ou cinq sessions par semaine et phases de vacances où seule la session du dimanche est obligatoire. En règle générale, accordez-vous quatre semaines de jeu pour une semaine de vacances, modulable selon vos sensations. Plus votre bankroll est basse, plus vous devez vous astreindre à faire du volume. Considérez-ça comme une sorte de phase de décollage qui peut prendre... Lire la suite

[Blog] Cherchez l'erreur

Par dans Tournois Live il y a 22 jours.

Je viens de sauter d’un Side Event à 2 000 dollars du PCA aux Bahamas, un tournoi de plus sans résultat parmi une liste qui commence à s’allonger depuis le long festival de Prague en décembre.

Si cela me pose un problème, c’est que je sais qu’aujourd’hui j’étais très loin de jouer mon A-Game, j’ai pris beaucoup de mauvaises décisions. Cet enchaînement d’erreurs m’a coûté presque tout mon tournoi. Sur toutes les autres épreuves disputées depuis mon arrivée aux Bahamas, dont le Main Event du PCA, j’étais très satisfait de mon jeu. On ne peut pas en dire autant aujourd’hui. Dès mon premier mauvais call, j’ai senti monter en moi un certain agacement et de l’énervement, contre moi-même et probablement contre les cartes aussi. Ce genre de réaction est pourtant très inhabituel chez moi.

Si j’étais joueur de tennis professionnel, je dirais que j’ai "balancé" mon match aujourd’hui. Dès la première mauvaise décision, je sentais intérieurement que j’aurais du mal à jouer mon meilleur poker et que la journée allait être courte. Pourquoi n’ai-je pas réussi à corriger le tir ? À moi de chercher l’erreur sur cette journée. À chaud, je dirais que j’ai pris mes décisions à la légère, n’étant sans doute pas assez motivé, ni excité par les enjeux du tournoi.

Cela me paraît important d’identifier rapidement ce qui ne va pas et de corriger mes erreurs. Le poker est clairement un jeu d’erreurs, et c’est celui qui en fait le moins qui s’en sort le mieux, en excluant la variance bien entendu. Aujourd’hui mon mental m’a fait défaut, et je m’en veux car que je considère que je ne devrais pas être aussi contre-performant avec mon expérience, ne serait-ce que sur une journée.

"Le succès ne consiste pas à ne jamais faire... Lire la suite

[Blog] Une année en deux temps

Par dans Général il y a 28 jours.

Après deux semaines passées en famille dans ma région grenobloise natale, loin des cartes et jetons (mais avec une souris à portée de main tout de même), il est temps de reprendre les airs et le chemin du circuit live, avec la première étape de l’année 2016 : l’EPT aux Bahamas. A l’heure où j’écris ces lignes, je suis à l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, attendant patiemment mon vol pour Miami qui aurait, aux dernières nouvelles, deux heures de retard. Après une année 2015 sans aucun délai aérien, je sens la vengeance arriver en 2016. Autrement dit : un retour de variance ! Je profite donc de ce moment de détente, offert par une compagnie Américaine aux initiales appréciées par tous les joueurs de poker, pour dresser le bilan comptable de mon année écoulée.

Commençons par le online : mon objectif était tout simplement de faire mieux qu’en 2014, en termes de gains (55,000€ de bénéfice) mais en jouant moins (j’avais disputé 1,700 tournois). En définitive, j’ai fait exactement l’inverse ! Moi qui estimais avoir trop joué en ligne, je me suis finalement débrouillé pour disputer 300 tournois de plus en 2015, tout en divisant mon bénef’ net par plus de deux… 2,000 tournois joués, donc, pour un profit de 25,000 euros, ce qui correspond à un retour sur investissement de 23%. Un résultat certes correct mais bien en deçà de ce que j’attends. Là-dessus, j’estime que mon jeu s’est dégradé en début d’année, de même que ma capacité à gérer mes émotions pendant les sessions. J’ai par exemple trop souvent lancé des tournois machinalement sans me demander si j’avais vraiment envie de les jouer.

Lorsque je me suis rendu compte au mois de mai que je gagnais très peu online, j’ai décidé de remettre en question pas mal de choses.... Lire la suite

[Blog] 2015 : régularité et mental

Par dans Tournois Online il y a 29 jours.

Bilan chiffré

Mon année 2015 en live, c’est 16 places payées, 6 finales, 1 victoire, et 913,000 dollars de gains. Je termine l’année en 8ème position au classement Global Poker Index, en 28ème position sur le Player of the Year, et second du classement Live Poker des joueurs Francophones.

Une belle année, malgré un ROI (retour sur investissement) moins élevé que lors des deux années précédentes, car en 2015 j’ai joué plus de tournois mais mon taux de finales et victoires a baissé, tandis que mon record de places payées est battu – j’ai réalisé un ITM lors de chacun des déplacements que j’ai effectués, à l’exception du BPC à Namur où je n’ai joué que deux tournois.

Remise en question, expérience et mental 

Cela fait plus de huit ans que je saute d’étape en étape, de festival en festival : petit à petit, je deviens un ancien sur le circuit des tournois. Pour rester au niveau, il est primordial de constamment remettre en question sa stratégie et de trouver comment s’adapter. Face aux jeunes joueurs issus d’Internet, très rigoureux sur les maths et toujours en train d’innover, on peut être très vite dépassé si l’on ne fait pas ce travail.

J’ai vu passer beaucoup de joueurs, considérés comme très bons à une époque, se retrouver complètement perdus face aux nouvelles modes et tendances, pour petit à petit disparaître. A l’inverse, des mecs beaucoup plus « vieux » que moi comme Eric Seidel, John Juanda ou Daniel Negreanu me rassurent sur le fait que l’on puisse rester compétitif avec le temps.

Pour garder un edge sur les jeunes requins, qui sont souvent plus précis en termes de technique pure, il est essentiel de savoir profiter de son expérience en live. Un autre aspect crucial est le mental. Notre coach... Lire la suite

[Blog] Spleen et idéal

Par dans Général il y a 1 mois.

Au retour de Malte, j'étais vraiment frustré et en colère. C'était sans doute la première fois que je préparais aussi bien un festival, tant mentalement que physiquement. Je me suis même surpris à commander un combo cabillaud/quinoa/épinard au restaurant. Un vrai scandale. 

Sept tournois étaient à mon programme, au cours desquels j'ai joué un poker de qualité mais les cartes ont systématiquement été contre moi. Cruel retour de variance après Dublin, particulièrement quand le destin s'en mêle. Alors que j'avais 140 000 jetons sur le Main Event de l’EPT, j’ai perdu quasiment tous mes jetons sur une main rocambolesque, où mon adversaire a retourné ses cartes à la rivière par inadvertance avant de payer ma relance avec brelan alors que le board affichait une quinte à quatre cartes.

Je plaçais donc beaucoup d'espoirs dans le High Roller à 10 000 euros, d'autant que j'avais Davidi Kitai à ma table. Il a toujours cru en moi et réaliser une bonne prestation me tenait à cœur. Le destin encore une fois en décidera autrement, puisque j’ai perdu un pot de 100 blindes à cinq minutes de la fin du day avec As-Roi suité vs As-Dame à tapis pré-flop, alors que j'avais réalisé une performance plutôt bonne.

Très affaibli avec 8BB pour le Jour 2, je poussais As-Dame et tombais sur les rois du Russe Igor Kurganov. Pourquoi le mec qui joue des buy-in à 100 000 euros doit trouver les Rois à ce moment contre le mec qui est en shot pour une portion significative de sa bankroll ? Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas ressenti le tilt dans tout ce qu'il a de plus terrible. La rage au ventre et ce feu aux tripes qui vous brûle. L'envie de tout casser, ou de boire pour apaiser.

Je ne vais pas vous le cacher, j'ai un peu... Lire la suite

[Blog] Même pas peur !

Par dans Général il y a 1 mois.

N’avez-vous jamais entendu quelqu’un dire qu’il (elle) n’a peur de rien ? Le simple fait de l'affirmer prouve que les peurs sont si omniprésentes qu'elles ne sont même plus conscientes. La peur est un sentiment primitif (comme la sensation de faim), elle a toujours existé en chacun de nous et existera toujours. Cette émotion fait partie de l’être humain, et comme toute émotion, elle a une nécessité. Elle sert à nous prévenir d’un quelconque danger. Sous forme de vibration basse, la peur peut même conduire à la destruction d’une vie. C’est pour cela qu’il est important de reconnaître et d’écouter ses peurs, pour nous libérer ainsi de leurs emprises.

Identifier ses peurs

Imaginons que nous sommes sur une route qui mène vers notre propre sommet : non seulement notre sac à dos est plein à craquer, mais en plus, nous avons la peur de ne pas être à la hauteur de cette tâche. Toutes ces peurs jalonnent notre existence, notre chemin de vie. À partir du moment où nous les reconnaissons, nous sommes capables de les faire tomber tel un jeu de quilles et elles n’existent plus. Cependant, elles sont parfois tenaces et peuvent se maintenir inconsciemment. Dès lors, il faut de nouveau recommencer le travail de reconnaissance.

Les peurs associées à la vie d’un joueur de poker professionnel sont multiples : la peur de manquer de chance, de perdre tout son argent... Cuisinier, ingénieur, plombier, dentiste, instituteur, chômeur, artiste ou encore grinder, nous ressentons tous des peurs projetées sur notre avenir et notre devenir. Elles peuvent être pesantes et nous empêchent bien trop souvent d’avancer.

La peur a mille et un visages : le stress, le doute, le manque de confiance, la jalousie à tous les niveaux. Mais la peur,... Lire la suite

[Blog] Du bon choix de votre pseudo

Par dans Life Style il y a 2 mois.

[Note de Winamax : Guillaume Diaz nous a fait parvenir ce texte avant de réaliser sa superbe performance sur l'étape World Poker Tour National Series de Paris. Nul doute que le Top Shark reviendra sur sa mémorable seconde place dans un prochain article. Bonne lecture !]

Pourquoi Volatile38 ? On m’a tellement posé cette question. Tout joueur de poker online a dû expliquer le choix de son pseudo au moins une fois. Un pseudo qui prend toute son importance lorsque celui-ci finit par être plus connu que son prénom. C’était bien la peine que mes parents se cassent la tête à en trouver un !

Lors du lancement du Winamax Poker Tour à La Villette, à chaque fois que je m’asseyais à une nouvelle table, la question arrivait au bout de cinq minutes de conversation. Nous en avons aussi parlé un court moment ce même week-end avec LeVietFou, Mikedou et Sylvain Loosli. Je me suis dit que si même mes coéquipiers me posaient la question, c’est que cela méritait bien une explication écrite.

Pour certains, le choix d’un pseudo a été le fruit d’une réflexion logique. Citons Mikedou, par exemple : si vous lui posez la question, il vous répondra simplement qu'il était fan de Michael Douglas, qu’il a contracté le prénom et le nom de l’acteur ce qui a donné ce magnifique pseudo. Simple. Il aurait pu faire l’inverse et nous aurions joué avec ‘Kelglas’, moins claquant. Dans le même style, nous avons aussi Davidi Kitai, dont le pseudo ‘KitBul’ est la contraction de son nom de famille et du surnom de ses débuts, "pitbull" (vous comprendrez évidemment pourquoi). Encore plus simple, Pierre Calamusa alias ‘LeVietFou’ : là au moins vous n'avez pas besoin de lui poser la question, ça coule de source.

En ce qui me concerne, j’ai toujours... Lire la suite