[Blog] L'overbet : un outil indispensable

Par dans Analyse de mains il y a 3 jours.

Sylvain Loosli
Pour faire suite au très intéressant article d’Alexandre Luneau sur les sizings, j’ai décidé de consacrer ce billet à l’overbet, et vous donner quelques pistes pour l’inclure dans votre stratégie.

Si miser plus cher que la taille du pot est un move encore peu utilisé en tournoi, en raison des profondeurs des tapis moyens, il l’est beaucoup plus en cash-game. Il peut notamment s’avérer très utile en live, où les joueurs sont régulièrement cavés à 300 blindes ou plus : il est en effet possible de jongler avec la taille de ses mises en créant des situations complexes pour nos adversaires, particulièrement face à des ranges dites « cappées » (c’est-à-dire un éventail de mains ne contenant pas les jeux max.)

En début d’année, une équipe de joueurs considérés comme faisant partie des meilleurs mondiaux a essuyé une cinglante défaite contre Libratus, une intelligence artificielle développée par une université. L’un des facteurs qui a mis à mal les joueurs humains ? Je vous le donne en mille : l’utilisation de l’overbet par l’ordinateur. Les pros se sont retrouvés dans beaucoup de situations délicates, faisant face à des mises de deux fois à cinq fois la taille du pot. Difficile, dans ces conditions, de s’adapter rapidement et de jouer ses ranges de manière optimale.

2009 : l’invention de l’overbet

Tom Dwan
Souvenez-vous du match épique entre Viktor « Isildur1 » Blom et Tom « durrrr » Dwan en 2009. Ces deux terreurs s’étaient affrontées en ligne sur des blindes 500$/1 000 $ pendant plusieurs jours d’affilée et au cours du match, massivement suivi par la communauté, les deux joueurs ont abusé des gros sizings et étaient capables de « dépolariser » leurs ranges d’overbet. C’était probablement la... Lire la suite

[Blog] Short Stack Ninja

Par dans Tournois Live il y a 10 jours.

Davidi Kitai
J’ai toujours prôné une stratégie « play to win » : en tournoi je ne recherche rien d'autre que la première place, ce qui m'amène à prendre des risques aux moments que je juge opportuns.

La période de la bulle est toujours un excellent moment pour mettre en application cette approche. Je m'y montre souvent agressif... Quitte à parfois tout perdre avant d'entrer dans l'argent ! Mais le jeu en vaut la chandelle : la plupart des joueurs ne voulant pas se faire éliminer, on peut facilement accroître son tapis en mettant un maximum de pression sur les joueurs en danger, ou en plaçant des bluffs contre les autres gros tapis de la table.

En revanche, lorsqu'on se retrouve shortstack à l’approche des places payées, on ne vise plus la victoire ! Car rentrer dans l’argent représente une récompense immédiate plus importante que la première place. L’espérance de gain qu'offre notre tapis étant peu élevée, on peut (on doit !) être capable de se contenter d’une simple place payée. Ensuite, une fois in the money (ITM), comme on dit dans le milieu, la maxime « a chip and a chair » prend tout son sens : même avec un seul jeton en guise de tapis, on peut encore croire au miracle. On a déjà vu des joueurs remonter des tapis minuscules pour gagner le tournoi au final. Et pas qu'une seule fois !

J’ai justement vécu un début d’année 2017 particulier : sur nombre des tournois live que j'ai disputés, je me suis souvent retrouvé avec un petit tapis à l’approche des places payées. J’ai dû batailler avec peu de jetons pendant de longues périodes, en adoptant une approche différente du calcul de range habituel. Revenons sur ces phases "short-stack ninja" qui se sont multipliées au cours des six derniers mois...

Main Event PSC Bahamas 2017

Le... Lire la suite

[Blog] La femme est une louve pour la femme

Par dans Tournois Live il y a 17 jours.

GaelleSis
En route pour Vegas

Les valises du SISMIX à peine vidées, il est déjà temps de les garnir à nouveau pour prendre la direction de la destination la plus attendue de l'année : Las Vegas ! Comme tous les ans, j'attends (très, très) impatiemment les World Series of Poker et la traditionnelle course aux bracelets. Après un périple décevant à Macao où je n'ai pas réussi à ajouter le drapeau vert frappé d'un lotus blanc à mon palmarès, suivi d'une semaine mouvementée à Marrakech partagée entre pool parties, poker et Theatro, je passe actuellement un peu de temps en famille dans le sud de la France pour me ressourcer avant d'attaquer le marathon le plus éprouvant - mais aussi le plus beau - du circuit.

Cette année, mon programme se concentrera sur des tournois à faible buy-ins (1 000 $ et 1 500 $), quelques tournois à prix d'entrée modérés (2 620 $ Marathon, 3 000 $ 6-handed, 2 500 $ NL, 5 000 $ NL, et 3 000 $ NL) pour finir bien évidemment par un petit tournoi que j'aime plutôt bien : le Main Event.

Gaelle&Team
Le tournoi le plus profitable

Parmi les épreuves qui me tiennent particulièrement à cœur se trouve le 10 000 $ Ladies. Enfin, pour nous les femmes, c'est 1 000 $ l'entrée grâce à une réduction de 90%, la pirouette trouvée par les organisateurs pour empêcher les hommes de s'inscrire en masse sans être hors la loi – il est interdit de réserver un tournoi à un genre dans le Nevada. Alors, comment doit-on jouer ces Ladies ? Ce blog s'adresse à vous mesdames puisque je vais y aborder la stratégie à adopter.

Tout d'abord, il faut mentionner que le niveau d'un tournoi Ladies sera généralement plus faible que celui d’un tournoi mixte. Je vous vois monter sur vos grands chevaux, on se... Lire la suite

[Blog] Swings autour du monde

Par dans Tournois LiveCash Game Live il y a 24 jours.

SISMIX
Lors de mon dernier billet, je vous avais laissé juste avant la grande Finale du Winamax Poker Tour à Paris. Je sortais de deux mois fastes de grind online, avec des gains avoisinant les 60 000 euros. C'est donc avec confiance et entrain que j'abordais cette date importante de mon calendrier au Cercle Clichy-Montmartre.

Chapitre I : Tour de chauffe à Paris

J'affectionne particulièrement les événements estampillés Winamax car ils permettent une pratique fun du poker, qui tranche avec le sérieux et la sobriété des EPT ou des WSOP. La finale s'est bien déroulée pour moi, avec une belle quatrième place sur le High Roller pour 33 000 euros. Je nourris quelques regrets puisque j'étais large chipleader à quatre joueurs restants, mais un bluff raté et stratégiquement inutile contre Alexandre Reard m'a fait tomber à vingt blindes. Un flip plus tard et je prenais la porte au pied du podium. 

Chapitre II : Sans-limites à Macao

VietDou
Rapidement après mon escapade parisienne, Macao est arrivé. J'avais décidé de faire un écart après mon bon début d'année et je prévoyais de prendre des shots (au poker, bien entendu) à Macao ou à Vegas, selon la taille et la qualité des fields que j’allais affronter. Je me suis vite rendu compte que les tournois et les parties de cash-game n’étaient pas trop relevés. J'ai donc beaucoup joué : quatre tournois à 2 500 euros, le High Roller à 12 000 euros, deux tournois à 1 100 euros et le Main Event à 5 300 euros. J’ai également joué highstakes en cash-game, beaucoup en 100/200 HKD - divisez environ par huit pour convertir en euros - et jusqu'en 200/400 HKD avec straddle (blinde supplémentaire valant le double de la grosse blinde).

Cela s'est hélas très mal passé, je n'ai pas très bien joué et... Lire la suite

[Blog] Bien choisir son sizing

Par dans Analyse de mainsCash Game Online il y a 1 mois.

alexandreluneau
Lorsque j’ai commencé le poker en 2007, les sizings n’avaient guère d’importance. En ce qui concerne la taille des mises, tout le monde ou presque suivait la tendance : miser trois blindes avant le flop et deux tiers du pot sur tous les tours d’enchères suivants. Les sizings semblaient être juste un détail et on n’y réfléchissait pas trop. La seule chose qu'on retenait à l'époque était que si un joueur déviait de la tendance générale, il avait de grande chance d’être un fish !

Evidemment, au fil des années, tout cela a évolué. Avec l’augmentation du niveau général et l'emploi généralisé de la game-theory comme outil, les sizings sont maintenant un aspect du poker indispensable à maitriser pour tout joueur ayant une approche sérieuse du jeu.

Dans ce blog, je vais faire une approche rapide, mais forcément incomplète, car on pourrait écrire des centaines de pages sur le sujet.  Gardez en tête, par exemple, que si l'on vise un jeu optimal, il faudrait penser à cinq sizings au moins pour chaque tour d’enchères, à ajuster selon les actions des joueurs et les textures du board.

Je vais aborder le sujet d’une manière théorique. Comme toujours, choisir des ajustements "exploitant" est évidemment la meilleure option, mais il faut savoir pourquoi on fait ce choix car dès qu’on suit la voie exploitante, on ouvre la possibilité de se faire exploiter en retour. Gardez aussi en tête qu’en comprenant mieux les équilibres de chaque spot, on pourra exploiter de manière plus efficace nos adversaires selon les reads qu’on a sur eux ou sur le field qu’on affronte. 

Sizings : une histoire de cote 

math
Avant tout, les sizings tournent autour des cotes du pot, celles que vous vous donnez pour vos bluffs et celles que vous donnez à votre... Lire la suite

[Blog] Vegas calling

Par dans Tournois LiveTournois Online il y a 1 mois.

SylvainL
Moins de quatre semaines me séparent désormais de mon départ pour Vegas et les World Series Of Poker 2017. Comme à l'accoutumée, mon excitation est palpable à l'idée de pouvoir rejouer des énormes fields au niveau bien inférieur à celui des tournois européens. Comme chaque année, je me sens très bien et plus prêt que jamais pour décrocher le Graal, ce fameux bracelet doré WSOP que je ne porterai jamais autour du poignet mais qui sera le bienvenu sur mon étagère de trophées...

Après un début d'année sans gros résultat sur le circuit, Vegas est résolument mon principal objectif de 2017. Si mon séjour au PSC Monaco a été très satisfaisant avec une troisième place sur le High-Roller Pot-Limit Omaha à 10 000 euros et une seizième place sur le 25 000 euros, il me manque toujours un titre cette année.

SylvainAladin
C'est donc l'occasion de faire un point sur les objectifs que je me suis fixés en début d'année pour vérifier que je mets en oeuvre le maximum pour les atteindre :

  • J'ai la volonté de travailler mon jeu sur les variantes "exotiques". A moins d'un mois des WSOP, force est de constater que je n'ai pas eu assez de temps, notamment pour travailler les jeux de Stud. Je vais donc m'y atteler ces prochaines semaines et essayer de profiter des séries online du .com pour engranger de l'expérience.
  • Mes résultats online sont très satisfaisants depuis le début de l'année, en cash-game ainsi qu'en tournois où j'ai atteint plusieurs tables finales, surtout grâce à une belle régularité sur les tournois de PLO (confirmée à Monaco !).
  • J'ai recommencé à travailler avec un coach pour ma préparation physique ce qui a logiquement boosté ma progression ces derniers mois. J'ai également changé d'appartement, et j'ai désormais accès à une salle de... Lire la suite

[Blog] Réjouissantes turbulences

Par dans Tournois LiveTournois Online il y a 1 mois.

Guillaume Diaz
C’est le moins qu’on puisse dire : pour moi, le mois qui vient de s’achever fut sacrément intense et agité ! Entre mon premier séjour à Macao, une victoire Winamax Series remportée à bord du vol retour, et une petite quinzaine passée dans le sud de la France pour l’enchaînement séminaire/WSOP Cannes/PSC Monte Carlo, je n’ai pas vu le temps passer !

Je profite donc d’une petite pause de quelques jours dans notre nouvelle collocation à Londres - je viens de m’y installer avec plusieurs potes du poker - pour faire le point sur ce début d’année avant de repartir sur la route, pour le SISMIX et surtout pour le traditionnel pèlerinage de plus d’un mois à Las Vegas pour les Championnats du Monde.

Du côté du live, c’est bien en avril que l’année a réellement commencé pour moi. Je n’avais joué qu’une dizaine de tournois au cours des trois mois précédents : j’en ai joué le double depuis ! Sur cette vingtaine d’épreuves jouées en avril, j’atteins les places payées quatre fois « seulement ». Malgré de belles places à Macao et Monaco sur des tournois à petit buy-in, mon résultat net sur l’année est pour l’instant négatif de 45 000€. La majorité des pertes vient des Highrollers à 25 000$ et 10 000$ joués là-bas, et comme ces tournois représentent mon objectif majeur pour 2017, il va me falloir inverser la tendance rapidement – même si il n’y a clairement rien d’alarmant à ce stade : je n’en ai encore joué que très peu.

Pour ce qui est de mon objectif chiffré, je suis sur la bonne voie pour atteindre le seuil de 400 000€ de buy-ins que je me suis fixé pour 2017 : j’en suis déjà à près de 100K€ d’entrées, avec au moins autant à venir à Vegas cet été ! Evidemment, les Highrollers cités plus haut y sont pour beaucoup : ce fut... Lire la suite

[Blog] Donne-moi ton range, je te dirai qui tu es

Par dans Analyse de mainsCash Game Live il y a 2 mois.

Aladin Reskallah
Les tells, c’est bien mais…avec modération !

Je prends mon petit déjeuner au soleil la veille de m’envoler pour Macao et les crépitements des baffles de la chaîne hi-fi du salon font parvenir à mes oreilles le son monotone d’une émission de France Inter. Sauf que rapidement, entre deux tartines, le sujet m’interpelle. Peut-être tout d’abord car l’invité du jour se prénomme Marwan, comme mon acolyte de la Team4betlight, prénom somme toute assez rare pour attirer mon attention, mais aussi car le sujet semble intéressant. Il s’agit de l’émission Grand bien vous fasse ! dont le sujet du jour est « Peut-on vraiment décoder le langage corporel ?», disponible en podcast pour les curieux désireux de réécouter l’émission.

L’invité en question est en fait Marwan Méry, négociateur spécialisé dans les situations complexes et entre autres auteur d’un ouvrage intitulé Vous mentez. Il est expert dans l’interprétation du langage corporel et de toutes les formes de communication non-verbale.

Vous avez deviné que mon oreille prête donc une attention particulière et les connexions entre les neurones de mon cerveau qui gèrent le poker s’effectuent assez naturellement. La discussion suscite chez moi une question à laquelle la plupart des joueurs de live aimeraient avoir la réponse lorsqu’ils s’assoient à une table en vue d’y recevoir des cartes et de manier des jetons : comment interpréter le comportement des adversaires pour en tirer des conclusions, et ainsi savoir s’ils ont en main un jeu fort ou au contraire s’ils bluffent ?

J’avais d’ailleurs à ce sujet lu l’ouvrage « référence » en la matière, Read’em and Reap de Joe Navaro, ancien agent du FBI et spécialiste lui aussi en détection des mensonges, duquel je... Lire la suite

[Blog] J'ai des projets !

Par dans Général il y a 2 mois.

Pierre Calamusa

J'ai toujours utilisé mon argent comme un moyen et non une fin. Le moyen de réaliser mes envies sans aucune limite… qui se sont longtemps limitées à d'énormes coups de CB en boite. "On n'est pas sérieux quand on a 17 ans" disait Rimbaud. Sauf que j'en ai maintenant 28 et que je commence à avoir d'autres envies que de poser des magnums à tout bout de champ au Vertigo. Je ne regrette rien, c'était sympa, mais il est maintenant grand temps d'utiliser mon argent pour réaliser des projets de plus grande envergure. C’est parti pour mes huit prochains spews en cas de grosse perf’ !

Bocuse, me voilà !

En cas de perf à 5 000 €

Auberge du Pont

Crédit photo : lyon-france.com

La bouffe c'est ma passion, ma vie, ma femme, et ceux qui me suivent sur Facebook le savent bien. Je n'ai que que très rarement fait de triples étoilés dans ma vie et c'est un manque que je compte bien combler incessamment sous peu.

La première étape, c'est aller manger chez THE cuisinier, le maître, le boss final, le pape de la gastronomie, vous l’avez j’espère reconnu : Paul Bocuse. Et ce projet, il est urgent. Car monsieur Paul est vieux, et que Bocuse sans Paul ce ne sera plus Bocuse. Manger à l’Auberge du Pont c'est manger un bout d'histoire, une cuisine statufiée à la Escoffier qui bientôt n'existera plus. J'aime ces moments hors du temps, loin de la vie à mille à l'heure de joueur de poker, où l'on retrouve le plaisir simple de passer des heures à table plutôt que trente minutes au dinner break. Au programme, le menu Grand Tradition, avec en point d'orgue la volaille de Bresse cuite en vessie et le charriot de dessert de type "Highroller sans limite de pot," où je vais ruiner Paul en mangeant absolument TOUT.

Un road trip en... Lire la suite

[Blog] Le retard est la politesse des artistes

Par dans Général il y a 2 mois.

Gaëlle Baumann Finale WiPT 2017

Ce n’est pas moi qui le dis, c’est André Maurois, romancier de son état. Bon, il a aussi dit que « les femmes, c'est comme les chevaux, il faut leur parler avant de leur passer la bride. » Tout compte fait, je n'aurais peut-être pas dû attaquer par une citation de ce genre... Mais qu'importe, arrêtons net cette rubrique littéraire.

Ne paniquez pas devant ce titre de ce blog, il ne s'agit pas d'un nouvel article sur la bienséance mais sur l'arrivée tardive... aux tables de poker. Le late-reg pour reprendre l'expression anglo-saxonne. Une pratique désormais tellement répandue sur le circuit pro qu'elle est devenue la norme plutôt que l'exception. Pourquoi le faire et dans quelles conditions ? On fait le point.

Joue-la comme Hellmuth

Phil Hellmuth WSOP 2007 Entrance

Le Poker Brat en 2007, l'année "motard"
Crédit photo : wickedchopspoker.com

Mes premiers souvenirs d'arrivées tardives aux tables de poker remontent aux World Series of Poker, durant la fin de la première décennie de notre nouveau millénaire. Et ils se matérialisent par un nom : Phil Hellmuth. Alors que je suivais les World Series of Poker avec fascination depuis mon mini-studio meublé parisien, je le voyais débarquer chaque année sur le Main Event à la bourre, à chaque fois affublé d'un déguisement différent. En César, en motard avec des nanas, en boxer... Un vrai show, accompagné de cette question qui brûlait toutes les lèvres quand le tournoi démarrait : « À quelle heure Phil Hellmuth va-t-il arriver cette fois ? » Quand on y repense quelques années plus tard, ça devient drôle : on hallucinait alors qu'il se pointait trois ou quatre heures après le coup d'envoi, ce qui le laissait tout de même commencer avec un tapis de 200 blindes !

Quel... Lire la suite