[Blog] Bons baisers du Cambodge

Par dans Tournois LiveLife Style il y a 8 jours.

Aladin Reskallah Blog

La vie peut parfois réserver de très belles surprises lorsque l'on saisit les opportunités qui s'offrent à nous. Si quelqu'un m'avait dit lors de mes jeunes années que je serai amené à vivre près du pôle nord pendant dix ans (bon ok j'exagère, c'était au Canada, mais vous avez déjà vécu un hiver à moins 30 degrés vous ?) je lui aurais probablement ri au nez. Si l'on m'avait dit ensuite qu'après cela j'habiterai au Cambodge, j'aurais trouvé cela tout aussi farfelu. Et pourtant... c'est bien notre jeu de cartes favori (non, pas la belote coinchée enfin, réfléchis, je parle du Texas Hold'em) qui m'a conduit dans le sud-est asiatique.

Flashback. Lorsque je décide de quitter mon travail à Montréal fin 2015/début 2016 pour me lancer dans l'aventure du poker professionnel, je réfléchis à emménager quelque part sur le globe qui me permettrait de quitter la neige, le vent et le froid polaire. Je couche sur papier une short-list de pays remplissant les critères du parfait joueur en ligne : bonne connexion internet, législation autorisant à jouer, coût de la vie raisonnable et, en bonus, température clémente avec plages à proximité.

Rapidement, une poignée de destinations sortent du lot : Brésil, Malte, Maroc, Thaïlande et... Cambodge. Je me rappelle d'ailleurs prendre contact avec un pote d'enfance du quartier pour lui demander des informations sur ce dernier pays. Ses parents avaient dû fuir le régime des khmers rouges de Pol Pot à la fin des années 70 et s'étaient réfugiés en banlieue lyonnaise. Encore aujourd’hui, je me souviens de ces parties pétanque endiablées avec un bouchon d'eau minérale en guise de cochonnet, au bas des tours de quatorze étages, en compagnie de son paternel et ses amis. Des... Lire la suite

[Blog] Ce qui ne me tue pas...

Par dans GénéralLife Style il y a 14 jours.

Mustapha Kanit Blog

Ciao ragazzi! Un peu plus de deux mois se sont écoulés depuis mon dernier blog et nous voici déjà presque à la fin de l’année. Vous savez donc ce que cela signifie : c’est l’heure du bilan ! Histoire d’entrer tout de suite dans le vif du sujet, je pense que, même sans obtenir les résultats auxquels je suis habitué, mon année reste positive. J’ai joué un bon poker, j’ai réalisé quelques deep runs et souvent atteint les places payées des épreuves les plus importantes. Je suis content de mes prestations et je suis conscient du fait que, si je continue de cette manière, personne ne pourra m’arrêter !

Au poker, il se peut que les résultats obtenus ne correspondent tout à fait à notre niveau de jeu, mais un professionnel doit garder sa concentration intacte et prendre du recul par rapport aux simples chiffres. Si tu te sens bien dans ton jeu, les résultats arriveront tôt au tard. Tenez, voici un exemple qui va vous parler. Mon ami Adrián Mateos a connu une année compliquée, mais il a continué à se donner à 100% sur chaque main de chaque tournoi… jusqu’aux Bahamas, où il a remporté deux tournois en une semaine dont le Main Event à 10 000 $ ! Parfois, il faut détourner le regard du résultat pur et se concentrer sur ce qu’on est en train de faire : en jouant, on s’améliore, on apprend, on partage notre expérience avec notre entourage. Si on donne le maximum de nous-même, on ne doit pas avoir peur d’échouer.

Ma meilleure vie

Mustapha Kanit

Mais alors, me direz-vous, si tu n’as pas gagné autant que tu le voulais aux tables, pourquoi es-tu satisfait de ton année ? Simplement parce que je pense avoir mûri. J’ai appris énormément de choses et j’ai aidé en ce sens les personnes autour de moi. J’ai noué de nouvelles amitiés et, même si j’ai... Lire la suite

[Blog] Un Vegas qui me colle à la peau (Part 2)

Par dans Tournois LiveAnalyse de mains il y a 20 jours.

Résumé de l’épisode précédent : entre Romain Lewis et le Main Event des WSOP, l'histoire d'amour a débuté bien avant son premier voyage à Vegas, dès l'adolescence, lorsqu'il regardait, fasciné, les retransmissions du plus beau tournoi du monde sur YouTube. Pour sa troisième participation, Romain est plus excité que jamais à l'idée d'entamer le marathon...

Romain Lewis - Main Event WSOP Part 2
4 juillet 2019. Fête nationale américaine. Pour les joueurs de poker, un autre genre de feu d’artifice : le coup d’envoi du plus beau tournoi du monde. J’ai choisi le Day 1A comme point de départ du Main Event et pour l’instant, mon Vegas 2019 à un goût de piquette en comparaison du millésime 2018. Je compte 3 min-cashes seulement, pour un total de 6 500 $ de gains. Décrit comme ça, c’est pas si mal mais je ne parle ici que des rentrées brutes : en comptant les 22 tournois où je n’ai pas fait de résultat, on arrive à une ardoise dépassant les 40 000 €. Heureusement, ce n’est pas la première fois que je subis un run aussi mauvais en aussi peu de temps, et l’impact est bien moindre qu’il ne l’aurait été il y a quelques années. Au contraire, même : ma motivation est au plus haut car j’ai conscience que le tournoi qui va débuter peut changer plus que mon Vegas, plus que mon année. Il pourrait changer ma vie.

Avant l’heure H, je me suis fixé quelques lignes de conduite à suivre méticuleusement au cours du Day 1. Premier objectif : faire preuve d’assez de recul pour visualiser le tournoi dans son intégralité (dix journées, tout de même !), savoir à quel moment se joueront les mains clés, et garder en tête que le Day 1 ne représente que les premiers kilomètres d’un marathon. Ce Day 1 est forcément plus important que tous les autres Day 1 de l’année : il ne... Lire la suite

[Blog] Angle shooting in New York

Par dans GénéralTournois Live il y a 29 jours.

Blog Gaëlle Baumann

Laissez-moi vous raconter une petite mésaventure qui m'est arrivée récemment. Lors d'un voyage en famille à New York, j'ai réservé un Airbnb qui m'a posé un lapin et annulé le séjour dix jours avant le départ. C'est la panique ! Trouver dans l'urgence un logement pour six personnes à Manhattan sans avoir à vendre les bijoux de la grand-mère et la grand-mère en prime, ça relève de l'exploit.

Ni une ni deux, je me dirige en ultime recours vers mon site de prédilection pour réserver des hôtels partout dans le monde (Booking.com pour ne pas le citer). Pas grand-chose à me mettre sous la dent, mais on ne va pas faire la difficile, il ne reste que deux appartements qui ont l'air de correspondre à nos critères. L'un est plutôt bien placé. Les commentaires ne sont pas parfaits mais au moins l'annonce a le mérite d'être authentique. La réservation est faite sans tarder, avec un petit bémol : le check-in est censé se faire entre 10 heures et 18 heures et nous arriverons à 21 heures. Les commentaires des clients mentionnent une taxe pour check-in tardif, parfait. Nous précisons cela à notre hôte et recevons des coordonnées bancaires pour seule réponse.

Lost in reservation

New York

Arrive le jour J. Après un atterrissage mouvementé sur le sol new-yorkais, je reçois un appel du loueur qui m'informe que le propriétaire n'est plus disponible pour le check-in et que la réservation est donc annulée, me précisant que je serai remboursée de l'intégralité de la somme versée. Wait, what? Pas moyen de négocier, on ne me propose pas de check-in le lendemain. Deuxième crise de panique ! Il est maintenant 19h et il faut retrouver un appartement pour le soir même... Je me précipite sur mon fidèle Airbnb et ô chanceuse que je suis,... Lire la suite

[Blog] J'assume...!

Par dans GénéralLife Style il y a 1 mois.

Blog Adrien Delmas

Pour ceux qui suivent assidûment mes blogs sur Winamax (merci à tous, je vous aime), vous commencez sûrement à connaître la structure que je mets généralement en place. J'attaque en étudiant un sujet assez vaste, qui me plait, m’intéresse, me stimule, et j'essaie ensuite de le ramener au monde du poker et d’en tirer des conclusions. Ce que je vous propose aujourd’hui c’est de vous faire réfléchir sur le fait "d’assumer" aussi bien nos choix, nos actes, que nos responsabilités.

(Cet article reflète mon analyse personnelle, tout y est évidemment sujet à débat.)

Dès le plus jeune âge, on a tous vécu cette situation : on fait une connerie, et on préfère alors dire que c’est la faute de son petit frère, du chien, ou encore de Roger, le poisson rouge familial. En clair, on n’assume pas. On se prend alors à ressentir de la honte, avec parfois la conscience d’avoir fait quelque chose qui n'était pas approprié.

Par la suite, au collège et au lycée, je pense que l'on a davantage tendance à ne pas assumer envers soi-même. Par exemple, en cas de mauvaise note, c’était la faute à pas de chance, à cause d’un sujet trop complexe ou bien de la sévérité du correcteur. Par contre, de mon côté, lorsque j’avais de bonnes notes, c’était seulement grâce à l’unique force de mon incroyable talent et de mon dur labeur. Le constat était le même quand je me faisais doser sur Street Fighter : c’était "la faute à la manette". Ici, on est clairement dans ce qu’on appelle le biais d’auto-complaisance (cf. le blog en deux parties où je reviens sur le sujet plus longuement), qui représente un mécanisme "normal" d’auto-défense, et permet aussi de ne pas subir les sensations néfastes de la honte.

Assumer : pour quoi faire ?

Adrien Delmas WPO

Ne pas assumer,... Lire la suite

[Blog] Poker face

Par dans Tournois Live il y a 1 mois.

Blog Davidi Kitai

Avec un titre pareil, je vous vois venir, alors coupons court tout de suite : la poker face, ce n’est pas seulement une chanson bien connue de Lady Gaga. C’est aussi (et surtout en ce qui nous concerne) quelque chose d’important pour tout joueur de poker live. Je ne vous l’apprends pas, elle désigne le comportement d’un joueur à table quand il joue une main. Une poker face optimale est lorsqu’on arrive à garder un visage impassible, qui ne donne aucun indice à l'adversaire.

Cet exercice est difficile. Savoir rester de marbre dans une situation de stress ou d’excitation n’est pas donné à tout le monde. Heureusement, c’est un élément qui peut aussi être travaillé, devant son miroir par exemple ou lors de parties entre amis.

À la table de poker, il est essentiel de pouvoir maîtriser nos émotions, de laisser transparaitre un minimum d’informations ou, du moins, ne laisser transparaitre que l’image que l’on veut donner. Il est primordial d’avoir une attitude constante tout au long du tournoi, en misant toujours de la même façon et en gardant une poker face cohérente. L’objectif principal est d’éviter de se faire exploiter par n’importe quel observateur de la table, qui pourra se baser sur des déductions simples pour nous lire parfaitement.

Voilà pour le concept général. Voyons maintenant les différents types de poker faces que l’on peut rencontrer sur le circuit professionnel. Je les ai classées en quatre grandes catégories, chacune dotée de ses propres forces et faiblesses.

Poker face "œil du tigre"

Phil Ivey

Exemples : Phil Ivey, Alex Foxen, Mike McDonald, Fedor Holz, Ole Schemion…

On fixe notre regard imposant droit dans les yeux de notre adversaire tout au long de la main. Le but recherché est de... Lire la suite

[Blog] Muscle ton jeu, Pierre !

Par dans GénéralLife Style il y a 1 mois.

Pierre Blog Facebook

Suite à des WSOP de malade, où plusieurs membres du Team Winamax ont triomphé (João, Ivan et Romain notamment), j’ai pu constater pendant ce Vegas le succès de la nouvelle routine mise en place avec Tony Miles. J’ai enfin mis le doigt sur quelque chose qui me permettra d’améliorer mon jeu, tant live qu’online, tout en me permettant de conserver certains plaisirs de la vie comme la bonne bouffe et les sorties : confier ma préparation physique à un professionnel. Rationaliser à l’extrême ce pan de ma préparation me donnera sûrement un edge supplémentaire sur mes autres adversaires, et pas si négligeable que ça. C’est dans les détails que se cache le diable.

Attention à Mousset !

Dans cette optique, j’ai contacté au retour de Vegas Déryc Mousset, un ancien joueur de football américain aux Centaures de Grenoble. J'ai senti très vite que le courant passait et que ce mec maîtrisait parfaitement son domaine. Ni une ni deux, nous avons convenu d’un deal. Le premier était de me permettre de concilier un mois de vacances (et son lot de fiesta) avec une vraie remise en forme physique après un Vegas éreintant. Avec sa compréhension du corps humain et son esprit tordu, il a réussi à cocher toutes les cases du cahier des charges que je lui ai confié.

Nous avons alors attaqué cette période de vacances/préparation. Ce tortionnaire venait me réveiller à 9 heures du matin pour faire des exercices de courses type fractionné/coordinations sur la plage. Avec toujours la même devise : tu veux boire ? Pas de problème, mais le lendemain, à 8h30 on est debout et on envoie.

Cette première partie d’entrainement avait pour but de réveiller mon métabolisme et augmenter mes capacités de coordinations/réflexions. Avez-vous déjà... Lire la suite

[Blog] Casser la routine

Par dans Life Style il y a 1 mois.

Leo Margets Blog

Hola todos! On est mi-octobre, donc j’imagine que certains d'entre vous sont déjà retombés dans la routine. Mais si, vous savez, je veux parler de cette transition entre le sentiment de liberté qui flotte dans l'air l’été et la reprise du travail (ou des études), dans toute sa rigidité. Je sais que ce n’est pas toujours facile, alors j’espère que vous vous en sortez.

Cela fait quelques années que je n’ai plus besoin de me confronter à ce "problème" (depuis que j’ai fait du poker mon métier), mais je me souviens des vacances en Galice avec mes parents quand j’étais petite. À partir de la dernière semaine d’août, ma mère commençait à râler parce que "c’était bientôt la rentrée."

Always look on the bright side of life

Leo Margets

Pour moi, la rentrée n’était jamais traumatisante. J’ai toujours eu la faculté de voir le bon côté des choses, donc j’étais contente à l’idée de retrouver mes potes et curieuse de voir les nouveautés au programme de cette nouvelle année scolaire. Aujourd’hui, j’aime à croire que je n’avais pas peur de la routine parce que cela me donnait une impression de contrôle, et je sais maintenant que c’est quelque chose qui est vraiment important pour moi.

Pour autant, tout mon entourage paniquait à l’arrivée imminente de la rentrée. Pour une vaste majorité de gens, le travail quotidien est si répétitif que l’on aimerait en réchapper. Je sais que tout le monde n’a pas la chance de pouvoir exercer un métier qui le/la passionne. Mais il est possible d’établir une routine stimulante. Car si l’on peut aimer planifier un voyage de rêve longtemps attendu ou se projeter sur un événement exceptionnel, la vérité est que l’on passe quelque chose comme 80 % de notre temps à faire plus ou moins tout le temps les mêmes... Lire la suite

[Blog] Le roi est nu

Par dans Général il y a 2 mois.

Blog João Vieira

J’ai récemment lu un article à propos de Ricky Rubio – joueur NBA, MVP des Championnats du Monde 2019 – et de son coéquipier en sélection nationale, Victor Claver. Les deux hommes viennent d'inaugurer un centre de rééducation pour les victimes du cancer et leurs familles. Rubio a perdu sa mère à cause du cancer, et Claver son père. À l’époque, Ricky a passé de nombreuses heures avec sa mère dans un centre de ce type. Selon ses mots, elle serait bien plus fière de lui pour cet acte que pour son récent titre de Champion du Monde.

De son côté, Lebron James a lancé un programme appelé "After School All Stars", qui aide les enfants de sa villa natale d’Akron, Ohio à intégrer une université et décrocher leur diplôme. 800 enfants en profitent actuellement, leur scolarité financée à hauteur de 10 000 $ par la fondation de Lebron.

Fier de Lance

Lance Armstrong

Il y a environ quinze ans, j’avais quinze ans. J’étais déjà professionnel de basket et toutes mes idoles étaient des joueurs de basket. Jordan représentait le Saint Graal, Kobe le Prince et Iverson un moins que rien. Je n’ai jamais été un grand fan de cyclisme, pour n’avoir passé que peu de temps sur un vélo, mais Lance Armstrong était mon idole sportive numéro 1.

Ce n’était pas pour son coup de pédale, pas pour ses titres non plus. C’était pour sa capacité presque surhumaine à surmonter les obstacles. Ce mec avait survécu au cancer, fondé une association de lutte contre la maladie (Livestrong) et encourageait des milliers, peut-être même des millions de combattants du cancer à continuer à se battre et réaliser leurs rêves. Voilà pourquoi il était mon idole. Après avoir vaincu le cancer, il est incontestablement devenu le meilleur cycliste de tous les temps, et s’est servi de ses... Lire la suite

[Blog] Champion, mon frère !

Par dans Tournois Live il y a 2 mois.

Blog Ivan

Alors que je m'attaque à la rédaction de ce nouveau blog, je relis le précédent avec un léger sourire en coin. Un sourire de fierté et de satisfaction. Pourquoi ? Car je ressens cette envie, cette rage dans mes mots. Je l'avais annoncé : tous les moyens étaient déployés pour aller chercher ce bracelet. L'opportunité est apparue, devant moi, sur un de mes tous derniers tournois WSOP de l'été... Et boum ! Le bracelet est là, à mon poignet. Et dire qu'en plus les caméras de Dans la Tête d'un Pro étaient là pour me suivre, quelle folie !

Je ne vous en dirai pas plus à ce sujet, les images parleront d'elle-même. Mais toi, lecteur, tu ferais quoi si tu venais d'être champion du monde ? Une énorme soirée de mutanos ? C'est une réponse convenable. Dans l'immédiat, je récupère le bracelet et on file direct au restau avec le reste du Team et quelques potes. Il est 19h, ou 23h, je ne sais pas, j'ai perdu toute notion du temps. Ce sera "Le Partage", une adresse française qui est notre QG et une vraie croustillade. Tellement d'émotions m'envahissent en ce moment, c'est simple, je n'avais jamais ressenti rien de tel auparavant. J'ai 10 000 pensées qui jouent à saute-mouton dans mon cerveau.

Santé

Je ne peux pas dire que je ne m'y attendais pas : je sais depuis des années que j'étais capable d'aller en chercher un, de bracelet. Dans mes rêves mes plus fous, je soulève tout, comme dirait notre Kylian national, et surtout des bracelets WSOP. La réalité m'a déjà trop souvent rappelé dans le passé qu'on peut attendre une vie entière et n'en gagner aucun. Mais elle m'a aussi montré que c'était faisable, plusieurs fois. João en est un parfait exemple : le mec a galéré à Vegas des années durant et bam, un 5 000 $ 6-max dans la poche. La... Lire la suite