[Blog] An American Story (Part 2)

Par dans Tournois Live il y a 4 jours.

Blog VietF0u

Cette année, j'ai expérimenté une nouvelle stratégie : acheter de très petits pourcentages d'actions sur le Main Event chez énormément de joueurs. Au total, j'ai pris de l'action à une quinzaine de joueurs et un seul, Tony Miles, réussit à se qualifier pour le Day 3, avec un stack très correct de 383 000 jetons, soit plus de 190 blindes. Ce fut une journée clé.

Très vite, son stack gonfle à un million, après avoir géré la bulle en patron. À ce moment-là il y a encore tellement de joueurs en course que je ne vais le voir qu'aux pauses de mes tournois, et aucun coaching digne de ce nom n'est mis en place. Entre les Day 3 et 6, tout semble se passer comme dans un rêve. Tony se paie même le luxe d’éliminer Davidi avec deux As contre une paire de 10. Au soir du Day 4, il dispose d'un tapis de 2,3 millions (115 BB), en fin de Day 5, de 5,6 millions (93 BB), puis de 15 millions (62 BB) avant d'aborder le Day 7. Il ne reste alors plus que 26 joueurs en course.

ICM, gros tapis et barre de fer

Pierre Calamusa - Tony Miles Coaching

Pour avoir beaucoup discuté avec lui, je sais que Tony est un joueur de cash game et qu'il va absolument falloir le briefer sur les questions d’ICM. Décision est prise de se retrouver le lendemain matin chez lui, pour discuter stratégie et préparer au mieux ce Day 7. Je pars de la villa Winamax sur les coups de 10 heures du matin, pour arriver dans un quartier résidentiel qui ne fait pas vraiment rêver, où sont alignées des maisons petites et à l'allure vieillotte. Je commence vraiment à capter qu'il ne roule pas sur l'or.

Tony m'attend sous le porche. Je suis surpris de voir que ses parents ont fait le déplacement, ainsi que Jane, sa meilleure amie, elle aussi amatrice de poker. Je laisse tout cela de... Lire la suite

[Blog] Petit à petit...

Par dans Life Style il y a 11 jours.

Guillaume Diaz Blog

How to achieve your most ambitious goals ou, en français, Comment atteindre vos objectifs les plus ambitieux. Voici le titre, prometteur, du Tedx Talks que je souhaite partager avec vous via ce blog.

Pour les deux du fond qui ne suivent pas, les Tedx Talks sont des conférences organisées un peu partout dans le monde par une association à but non lucratif – Ted, donc –, ayant pour objectif, comme le dit leur slogan, de "diffuser des idées qui valent la peine d’être diffusées" - Ideas worth spreading. En d’autre termes, les conférences TEDx donnent la parole à un panel très large d’acteurs sur des sujets aussi vastes que la politique, les problèmes sociétaux, l’économie et même parfois le poker. Je vous invite d’ailleurs à aller jeter un œil aux excellents Talks donnés par deux anciens du Team Winamax, Alex Luneau et ManuB.

La conférence dont je vais vous parler n’a, a priori, pas de lien direct avec le poker mais, comme très souvent lorsque je regarde ce genre de contenus, elle m’a fait réfléchir sur la manière dont je peux améliorer ma routine quotidienne. Le but final est toujours le même : maximiser les chances d’atteindre les objectifs que je me suis fixés, au poker mais aussi dans ma vie personnelle.

Stephen Duneier, l’auteur de cette conférence, nous y explique comment, alors qu’il était au lycée, il a modifié sa méthode d’apprentissage et de travail pour transformer l’élève moyen qu’il était en un des meilleurs éléments d’une des universités les plus reconnues des États-Unis. Il enchaîne ensuite sur ce que ces changements lui ont permis d’accomplir durant sa vie. Et c’est assez fou ! Surtout, il donne les clés pour appliquer cette méthode dans tous les domaines imaginables.

Duneier attaque sa... Lire la suite

[Blog] Les mains les plus folles de ma carrière (Partie 2)

Par dans Tournois Live il y a 19 jours.

Romain Lewis
Cela fait maintenant un bout de temps que je vous ai proposé la première partie de la retrospective des coup de poker les plus fous que j'ai joués. C'est rien de le dire : il s'est passé pas mal de choses depuis ! Lors de la rédaction du premier article, j’étais en pleine préparation de mes WSOP à Vegas : au moment de taper ces lignes, je m’apprête à entamer les WSOP-Europe à Rozvadov, en pleine campagne tchèque !

J’aurai pu écrire un blog entier rien que sur les coups que j'ai joués à Vegas cet été, mais je vais remonter un peu plus loin dans le temps et trouver quelques moments très marquants, pour essayer de décrire l’évolution dans ma réflexion : comment j’ai abordé le tournoi (ou la main) en question et ce que je peux en tirer. Dans ma première partie, je vous ai peut-être surpris avec quelques mains de ma période non-professionnelle. Entrons donc dans le monde des pros...

La partie la plus chère de ma vie

Le soleil tape fort en cette fin de mois d’août et ça fait un moment que je n’ai pas touché des cartes. Barcelone sonne souvent comme la reprise des hostilités pour les joueurs ayant disputé les WSOP à Vegas. Pour moi, c’est encore un peu plus que cela, une véritable rentrée des classes après un Euro extrêmement chargé. Nous sommes en 2016 : cela fait moins d’un an que je me considère comme joueur de poker professionnel et je dispute mon tout premier festival en terre catalane.

Huit mois auparavant, je jouais mon premier EPT à Prague et, grâce à un bon résultat sur un Side Event à 2 000 € (runner-up pour 80 000 €), j’ai joué mon premier High Roller à 10 000 € dans la foulée. Oui : c'était à peine une semaine après avoir pris la décision de passer pro ! Si vous vous dites que... Lire la suite

[Blog] Ma victoire irlandaise

Par dans GénéralTournois Live il y a 25 jours.

Blog Gaëlle
Avertissement : si vous n’étiez pas à Dublin cette année, vous allez, une fois terminée votre lecture, me prendre au mieux pour une folle, au pire pour une névrosée de la boisson. C’est qu’au-dessus de la salle de poker du Winamax Poker Open, au premier étage du centre de conférences du City West Hotel, l’ambiance est difficile à retranscrire. Vous avez sûrement vu un paquet de vidéos, ou lu les articles et posts sur les réseaux sociaux. Mais croyez-moi : pour assimiler ce qu’il s’est réellement passé là-haut, il fallait être sur place.

« Il », c’est le Winamax Beer Pong Open. Un tournoi pas loin d'être aussi prisé que le Main Event. Vous voyez, vous commencez déjà à me regarder de travers. Pourtant, une fois l'aspect financier écarté, je peux vous assurer que le trophée ramené à l'aide des petites balles de plastique est regardé avec des yeux aussi envieux que celui ramené à l'aide de petites tranches de céramique. En mai dernier, au SISMIX, je me suis retrouvée un long moment aux côtés de Guignol. Il venait de perdre en finale du WBPO de Marrakech. Je peux vous assurer : je ne l’avais jamais vu dans un tel état. Si le voir enchainer quelques liqueurs (ayant malencontreusement oublié de venir avec leurs petits copains les softs) ne m'a pas trop étonnée, c'est son regard noir et vide qui est venu m'interloquer.

- Ça va ?
- C'était mon rêve, putain.


Je vous avoue qu'à ce moment-là, je me suis tout de même dit qu'il en faisait un peu trop. J'avais moi-même terminé en 16e de finale du tournoi, après quelques lancers épiques en compagnie d'Adrien Delmas, mais m'en étais assez vite remise une fois la partie terminée. C'est durant l'été qui a suivi que la fièvre est montée. Avec la table siglée Winamax à la maison et... Lire la suite

[Blog] Contrôle des biais ! (Partie 2)

Par dans Tournois OnlineLife Style il y a 1 mois.

Adrien Delmas Blog

Note de l'auteur : avant de vous lancer dans cette deuxième partie, je vous invite à aller lire la première, où je reviens sur les définitions de quelques-uns des biais cognitifs les plus fréquents. Je tiens également à préciser que, dans ce blog, je ne cherche pas à analyser les situations de jeu rencontrées mais plutôt d’essayer de comprendre pourquoi notre raisonnement est orienté d’une certaine manière. C’est bon, tout est clair ? Alors allons-y !

Partons à nouveau d'une phrase que l'on entend à tout bout de champ : "Je me fais toujours craquer les As." Si vous avez bien tout suivi, j'imagine que vous comprenez où est le problème. Dans ce contexte, on voit tout de suite le biais de confirmation en action. Si on pense qu’on se fait systématiquement craquer les As, que se passera-t-il les fois où cela se produira ? Cela renforcera notre croyance, et on se souviendra beaucoup moins vivement des fois où on gagne.

Pourquoi ? Parce que nous avons naturellement tendance à nous souvenir des choses négatives (biais de négativité) car elles nous impactent beaucoup plus que les événements neutres ou positifs. Si l’on réfléchit en termes d’évolution, c'est d'ailleurs une bonne chose puisque ces pensées sont les plus utiles pour la préservation de notre espèce.

Mais revenons à nos moutons. Vous vous faites "craquer" les As autant de fois que les autres, c’est un fait mathématique. Si vous allez voir dans votre base de données tous les 80/20 joués avec AA, spoiler : vous en aurez surement gagnés entre 79% et 81%. Plus vous aurez d’occurrences, plus ce chiffre va converger vers 80%. Bien sûr, je ne parle ici que des cas de tapis préflop.

À l'assaut des idées reçues

Adrien Delmas Casque

Passons maintenant à un autre grand... Lire la suite

[Blog] Contrôle des biais ! (Partie 1)

Par dans Tournois Online il y a 1 mois.

Adrien Delmas Blog

Note de l’auteur : avant de rentrer dans le vif du sujet, je tiens à rappeler que je ne suis pas un expert, ni chercheur en psychologie ou cognition. Mon objectif est de vous présenter, en vulgarisant, différents concepts de base, en évitant d’omettre les détails les plus importants. N’hésitez pas à me faire remonter vos remarques si des erreurs ont été commises dans ce blog. Je ne prétends pas détenir le savoir absolu quant aux analyses faites vis-à-vis du poker, ce sont des observations et déductions personnelles, qui sont sujettes à discussion. Merci et bonne lecture.

Ah, si on m’avait donné un ticket à 1 € à chaque fois que j’ai entendu cette fameuse phrase, je serais sûrement en train de me prélasser dans le jacuzzi de mon énorme manoir périgordin avec encore quelques tickets à dépenser. Cette phrase, vous l’avez forcément déjà entendu, voire même prononcé, plus d’une fois : « De toute façon, [insérer ici votre site de poker préféré] c’est rigged ! Je ne prends que des bad beats ! » Notez que cela fonctionne aussi avec la variante : « Le poker en ligne c’est truqué, en live ça ne m’arrive jamais ça ! »

Si pour vous, le poker en ligne est truqué, que vous êtes en bad run depuis 18 ans et que vous vous faites tout le temps craquer les As, désolé de vous le dire, mais vous vous êtes bien fait biaiser !

Lors de mes courtes - mais intenses - études en psychologie, j’ai eu la chance de découvrir plus en profondeur un sujet qui me fascinait déjà auparavant : les biais cognitifs. Dans ce blog, je vais vous présenter deux biais cognitifs parmi des dizaines, les définir et illustrer comment ils peuvent altérer votre vision de la vie et, plus spécifiquement, votre progression dans le poker.

Le sujet étant... Lire la suite

[Blog] Le long terme, c’est long !

Par dans Life Style il y a 1 mois.

João Vieira Blog Facebook

"Ça va marcher sur le long terme." Voici l'une des expressions que l'on entend le plus chez les joueurs de poker quand ils reviennent sur une main. Cela veut souvent dire que l'action n'a pas donné le résultat escompté dans cette situation donnée, mais que, si on continue de la répéter face à ce même problème, elle fonctionnera suffisamment souvent pour nous faire gagner de l'argent. Quand on met ces mots ensemble, on renforce l'idée que, même si l'issue n'était pas la bonne aujourd'hui, répéter cette façon de jouer est la bonne façon de faire. On renforce le chemin sur lequel on avance, pas notre résultat immédiat.

Comprendre le concept simple que toutes les bonnes décisions ne se changeront pas en résultats positifs, et que de mauvaises décisions peuvent parfois engendrer des issues positives est extrêmement important pour comprendre le poker. Assimiler le fonctionnement de la variance est aussi très utile pour le reste de nos vies.

Combien d'entre nous ont déjà modifié des bonnes choses dans leur stratégie à cause d'un manque de confiance en période de bad run ? Combien ont commencé à remettre en question tout ce qu'ils faisaient aux tables parce qu'ils étaient en train de perdre depuis un petit moment ? Combien ont répété les mêmes erreurs pendant des années, pour ne les remarquer que lors d'une phase négative ? Combien se sont reposés sur leurs lauriers parce qu'ils étaient tout le temps en train de gagner ? Gardez foi en la voie que vous avez choisie, les connaissances que vous avez emmagasinées et faites confiance à votre méthode.

De la même façon, dans notre vie de tous les jours, combien d'entre nous ont changé leur façon d'être, de se comporter, de traiter avec les gens, sur la base de quelques... Lire la suite

[Blog] Attention au claquage !

Par dans Général il y a 1 mois.

TW
Le métier de joueur de poker professionnel ressemble énormément à celui d’un sportif de haut niveau. Pour faire partie des meilleurs, il faut attacher de l’importance aux moindres détails. Un détail primordial selon moi : la préparation. C’est pourquoi pendant mes périodes intenses de grind online (du genre : les Winamax Series), j’ai instauré une certaine routine avant mes sessions. Tout part de l’échauffement. Indispensable de chauffer les ischios, les quadris, ou encore les adducteurs pour éviter toute blessure en cours de match. Claquage, civière en milieu de session ou encore carton rouge peuvent vite arriver.

Ici je vise surtout à préparer mon cerveau à accepter tout ce que ce jeu de cartes peut nous faire subir. L’objectif recherché est de pouvoir jouer le plus souvent possible dans mon état optimal de performance, la fameuse « zone » : intouchable, rien ne peut nous impacter, même pas l’avion en papier d’un ultra, ou même les insultes de Materazzi dans les prolong’.

A quoi sert l’échauffement de session ?

A réunir toutes les conditions pour jouer à un haut niveau dès la première main.
Permet d’identifier vite et avec précision tout problème mental ou technique.
Se prévenir du stress, réduire la pression et l’anxiété.
Séparer le poker de tout le reste.
Se mettre dans un bon état d’esprit : positif et enthousiaste.
Laisser le court terme de côté afin que l’enchainement de « bust » pendant la session ne nous affecte pas de manière négative.

Quels moyens mettre en place pour arriver préparé ?

Ivan Deyra
Sport, méditation, visualisation. Pour la méditation je conseille l’appli de Fedor Holz : Primed Mind, elle est spécialisée pour le poker, on peut y trouver des séances allant de 5 à 20min sur les thèmes... Lire la suite

[Blog] Entrer dans la zone

Par dans Général il y a 2 mois.

Entrer dans la zone

Quand je joue poker j’essaie toujours d’être la plus concentrée possible. C’est une évidence, plus tu es attentif à ce qui se passe à table, plus tu gardes l’esprit clair et plus tu as de chances de prendre les meilleures décisions. Il y a des jours où tu te sens au top, débordant de motivation et les idées claires, avec une harmonie parfaite entre l'envie de gagner et une grande sérénité. Le cocktail parfait pour utiliser à la fois la raison et ses émotions, et prendre des décisions optimales. C’est, sans aucun doute, le meilleur état mental pour jouer ton meilleur jeu. Tu es en contrôle, tu es "dans la zone". Tout va même tellement bien que tu penses que c’est facile.

Pourtant, il y a des jours où tout se complique. Parfois, tu t’assoies à table avec comme un brouillard qui t’empêche d’être à 100%. Le manque de sommeil ou de motivation, la fatigue, des soucis personnels : tous sont autant de facteurs qui peuvent affecter ton jeu.

Face à cela, il y a deux façons de voir les choses. On peut se résigner et accepter qu’il y a des jours où rien ne va, ou travailler dur pour découvrir les facteurs qui peuvent nous faire nous sentir mieux. La résilience est une vertu magique que l’on devrait stimuler plus souvent. En clair, il s’agit d’admettre que tout ne peut pas toujours aller dans notre sens, pour ensuite redoubler d’effort face à l’adversité. Mais avant d’en arriver là, il faut être sûr que l’on a essayé de faire tout ce qu’on pouvait. Autrement dit, il ne faut pas se résigner avant l’heure.

Cette capacité à entrer dans la zone n’est pas le fruit du hasard. Il n’y a pas des jours où on ressent comme par magie la possibilité de le faire, et d’autres où c’est impossible. Il est donc très important d’apprendre à se... Lire la suite

[Blog] An American Story (Part 1)

Par dans Life Style il y a 2 mois.

An American Story

La fin des World Series of Poker marquait pour moi la fin de ma troisième année sous les couleurs de Winamax. Sans doute une de mes années les plus riches en émotions. Elle se divise en deux phases bien distinctes. La première, placée sous le signe de la malchance; la seconde, marquée par un de ces clins d’œil du destin dont je suis familier. Retour arrière.

D'un point de vue poker, la saison 2017/2018 fut celle des occasions manquées. Deux tables finales sur des Highrollers WSOP-Circuit (dont une neuvième place au CCM), une 15e place à l'EPT Prague (suivi par les caméras de Dans la Tête d'un Pro), une 45e place sur le gigantesque Main Event à 10 000 € du partypoker MILLIONS de Barcelone, et une 13e place sur le 1500 $ 6-max des WSOP.

Mon élimination du Main Event des World Series of Poker en juillet est venue mettre un terme à une année catastrophique en termes d’espérance de gain. La première mauvaise année de ma carrière. Quand on est habitué, comme moi, à «run au-dessus de l'EV », jouer de malchance est très difficile à accepter, et j'étais très abattu de finir ma saison avec un capital positif de seulement quelques milliers d'euros, là ou Dame Chance aurait pu m'en faire gagner des centaines de milliers. Souvent, j'ai rejoué dans ma tête un coup-clé : une paire d'As craquée par une paire de Dames à Barcelone, pour un pot valant trois fois la moyenne, à 45 joueurs restants. Et souvent, j'ai maudi ces Dieux du poker qui, depuis l'EPT Monte Carlo 2016, ont cessé de venir à mon secours.

L'alignement du Planet

Dans un blog précédent, j'expliquais que j'étais né sous une bonne étoile. Au début du mois de juin, cette dernière va une fois de plus me jouer un joli tour. Je viens de faire 13e d'un tournoi... Lire la suite