[Blog] Quiz : quel joueur du Team Winamax êtes vous ?

Par dans Général il y a 5 jours.

Blog Gaëlle
Qu’est-ce qu’un bon moment passé au soleil sans un test psychologique ? Je vous en propose un petit pour savoir quel joueur du Team Winamax vous êtes !

1/ Hors de position avec un tirage couleur hauteur Valet au flop, que faites-vous ?

♠ Impassible, vous optez pour un check-call avant de prendre l'initiative sur le turn pour déstabiliser votre adversaire.
▲Vous check-raisez votre adversaire à tapis et le menacez de lui asséner un coup de tête sur le parking s'il paie.
♣ Vous sortez votre ordinateur pour établir ses ranges dans PioSolver, déterminez sa fréquence de pourcentage de c-bet au flop et le nombre de bluffs que vous devez avoir dans ce spot. 37% ? Yallah, c'est un check-raise.
■ Vous observez sa carotide pendant 4 minutes avant de call, persuadé que votre hauteur est devant.
♦ Vous interrogez votre adversaire et vous apercevez que vous êtes déjà passé par sa bourgade de naissance lors d’un été universitaire langoureux. Vous divaguez durant de longues minutes, lui racontez l'histoire cette période torride et votre main est brûlée.
● Vous n'êtes pas dans cette situation car vous avez déjà fait tapis préflop.

2/ Le manager du Team Stéphane Matheu vient d'envoyer le calendrier des étapes du Winamax Poker Tour : vous ne disposez que de quelques minutes pour choisir la ville où vous rendre ! Où partez-vous ?

♣ Bordeaux
■ Nice
▲Saint-Denis
♦ Lyon
● Grenoble
♠ Montélimar

Pause dîner
3/ C'est l'heure de la pause diner ! Que commandez-vous ?

♣ Des pâtes. Simplicité, efficacité.
▲C'est protéiné, c'est mangé.
■ Un jambon cru raffiné.
● Un burger. Avec des frites. Puis des pâtes. Puis un bagel. Puis ce morceau de pizza qui traine sur l’assiette de votre voisin. Et vous... Lire la suite

[Blog] Objectif Ronaldo

Par dans Général il y a 12 jours.

Joao Vieira
Je me sens extrêmement veinard et reconnaissant d’avoir auprès de moi des gens prenant le temps de me soutenir et de suivre les progrès de ma carrière. J’ai vraiment eu de la chance, mais parmi tous ces témoignages d’affection et de soutien, la chose qui me rend le plus fier est lorsque l’on m’appelle « le Cristiano Ronaldo du poker ». Quand on me dit ça, j’ai le sourire jusqu’aux oreilles.

J’ai deux ou trois trucs en commun avec Ronaldo : nous sommes tous les deux Portugais, nous avons grandi sur la plus belle île du monde (Madeira), nous sommes nés dans la même ville (Funchal), et on peut tracer quelques parallèles entre nos formations respectives… Sans oublier que nous sommes tous les deux une marque pesant des millions de dollars, avec quelques investissements dans des hôtels de luxe. Non, je déconne - mais j’aimerais bien !

Cela va sans dire : j’admire Cristiano. Ce qu’il a fait, tout ce qu’il a accompli de ses propres mains – enfin, de ses pieds - est proprement inimaginable. Il est une inspiration et un modèle pour quiconque a pour objectif d’arriver quelque part dans la vie. Je me contrefiche des polémiques, des ragots ou de quoi que ce soit qui ne soit pas en rapport avec son talent – ces choses ne regardent que lui. Mais dès qu’on parle de son œuvre : il est de classe mondiale. World Class! En un mot, Ronaldo est l’excellence.

Mais pourquoi est-il si fort ? Tellement fort que personne ne penserait sérieusement à ne pas l’inclure dans la liste des Meilleurs de Tous les Temps ? Quelqu’un dira que c’est une affaire de boulot, de boulot et encore de boulot. Un autre parlera de talent et de circonstances. La plupart seront d’accord pour dire qu’il s’agit d’un mélange des deux.

Le monde entier est peuplé de gens... Lire la suite

[Blog] Les mains les plus folles de ma carrière (Partie 1)

Par dans Tournois Live il y a 19 jours.

Romain Lewis Blog Facebook

Salut tout le monde! Je célèbre cette semaine ma première année complète sous les couleurs de Winamax et pour fêter ça, j'avais envie de vous raconter mes coups les plus rocambolesques. Entre le poker amateur, de club et professionnel, j’en ai vécu des coups marrants, des bad beats, des good beats aussi, des coups venus d’une autre planète ou d’autres qui ne devraient juste jamais exister. C’est aussi pour ça qu’on aime ce jeu : une fois qu’on a reçu nos deux petites cartes faces cachées, nul ne sait exactement ce qu’il va arriver !

Au moment d’écrire ce blog, je suis en train de préparer mon planning complet pour les WSOP. Au même moment, l’an dernier, j’écrivais justement mon premier blog sur la préparation mentale et physique pour Vegas. Cette année, la seule différence c’est que je vais rester un peu plus de temps. J’ai envie de jouer plus de tournois, de tester un peu plus mes limites mais aussi de vivre plus de moments intenses, aux tables et en dehors.

Et de moments intenses, il va justement être question dans les lignes qui suivent. Ne me jugez pas, sortez le pop-corn, mettez-vous à l’aise au fond de votre canap’, car ce qui suit n’est pas toujours très ordinaire. Dans cette première partie, je parle de la période où je n’étais pas encore professionnel. Il va y avoir du spectacle, let’s go !

Premiers frissons à Gujan

Romain Lewis

Remontons le temps. Nous sommes le samedi 23 septembre 2014 à Gujan-Mestras. Le soleil est tombé depuis l’éclatement de la bulle du Main Event du DSO, et je suis dans l’argent depuis quelques heures pour mon premier gros tournoi live. J’ai 19 ans depuis quelques mois et l’idée de jouer un tournoi de poker à 550 € me dépassait largement quatre mois... Lire la suite

[Blog] Une année croustillante

Par dans Général il y a 26 jours.

Blog Ivan Deyra Facebook

Hey ! Voilà maintenant un an que je fais partie du Team Winamax. Il est temps pour moi de dresser un premier bilan. À chaque nouvelle arrivée dans un groupe, on parle souvent d’intégration. Pour moi, elle s’est faite tout naturellement. Ce qui est marrant, c’est que j’avais l’impression de connaitre la plupart des membres du Team depuis déjà dix ans, à travers les reportages, les vidéos, Dans la Tête d’un Pro, etc. Avec la villa à Vegas déjà réservée depuis un petit moment, l’occasion était parfaite pour apprendre à encore mieux se connaître. Que dis-je, plutôt l’occasion parfaite pour mettre des branlées au billard à Sylvanio, se faire bluffer par rLewis au loup-garou ou envoyer des burpees avec Dav’. (Je troll évidemment. D’ailleurs, la cote qu’il n’en a jamais fait de sa vie est à 1,04 sur Winamax).

Vis ma vie de joueur sponso

Qui dit joueur sponsorisé, dit joueur médiatisé, dit aussi joueur plus près de la communauté. Cela apporte forcément plus de reconnaissance. Par exemple, pas plus tard qu’hier, en train de faire les courses pour préparer un barbecue de qualité supérieur, je croise une ancienne connaissance du foot. « Je suis content pour toi, je t’ai suivi à Vegas avec les caméras et tout. Stylé ! » Il n’est d’ailleurs pas le seul : la plupart des gens me parlent avant tout des épisodes de DLTDP. Il faut dire que cette série, c’est vraiment les nuts et je ne m’étais pas vraiment rendu compte du nombre élevé de personnes qui regardent. Bon, parmi ces gens-là, ils sont nombreux à me glisser ensuite un petit : « Je t’avoue que les As, je ne les aurais pas fold. » (Pour rappel, j'avais dédié un précédent blog à ces mains) 

J’ai même eu le droit, alors que je sirotais une Kriek cerise encore plus fruité... Lire la suite

[Blog] Mental & Variance

Par dans Général il y a 1 mois.

Sylvain Loosli
La variance est quelque chose que beaucoup de joueurs ont du mal à réellement apréhender. En ligne, nombre de joueurs peuvent aisément lancer 8, 16 ou même 24 tournois dans la même soirée et enchaîner les éliminations sans pour autant en être affecté : ils vont continuer à jouer normalement leur meilleur poker sur les tournois restants.

En live, les choses sont différentes : toute votre attention, votre concentration et votre énergie sont dévoués à un seul et unique tournoi, au buy-in généralement beaucoup plus élevé que votre buy-in moyen online. Souvent, vous avez parcouru pas mal de kilomètres pour vous rendre sur place et disputer le tournoi en question. Etre éliminé d'un tournoi live est donc par définition plus "coûteux", à la fois pour votre bankroll et votre mental.

Le poker live nécessite donc une approche et une préparation différente du poker sur Internet. Enchaîner 15 ou 20 tournois online sans ITM online, c'est certes une mauvaise série, mais ce sont des choses qui arrivent et vous pouvez généralement l’encaisser sans trop de soucis. Le même bad run en live prend une toute autre dimension. On joue rarement 15 tournois différents au cours d’un même festival live (hors Vegas) : une mauvaise série de ce type sera donc étalée sur une durée beaucoup plus longue qu'une soirée de grind online.

Le poker étant par nature un jeu où vous prenez des décisions basées sur des informations incomplètes, il n'est jamais évident a posteriori de savoir si vos mauvais résultats sont uniquement dûs à la variance, ou à autre chose (mauvaises décisions, tilt, manque de motivation et/ou de concentration, etc). C'est pourquoi il est important de faire des "reviews" de vos tournois, en revenant sur les mains clé... Lire la suite

[Blog] Comprendre, c'est grandir

Par dans Général il y a 1 mois.

Mustapha Kanit
Salut les gars, nous voilà pour mon deuxième blog ! Comme la plupart d'entre vous le savent, il y a trois semaines j’ai participé au séminaire annuel du Team Winamax. Ça a été l’occasion de faire du sport, de réviser un peu de théorie et de passer du temps tous ensemble. On pourrait penser que le séminaire n'est qu'une simple promenade à la campagne entre amis, mais pas du tout. Avoir la possibilité de se confronter avec des personnes intéressantes et connaître mieux ceux qui nous entourent peut être très enrichissant. Ces quatre jours furent intenses, et nous avons tous appris quelque chose. J’ai la chance de faire partie d’une équipe composée de personnes stimulantes, chacun avec son histoire : je suis vraiment fier d'avoir rejoint ce groupe si uni et de pouvoir grandir avec eux.

Pendant le séminaire, nous avons discuté de pas mal de choses, mais le sujet qui a le plus capté mon attention, c'est la résilience (pas celle des cours de physique, hein !) Suite à l’analyse que nous avons faite en séminaire, je veux profiter de ce blog pour vous parler de résilience : à mon sens, c'est une des qualités les plus importantes qu’un joueur de poker puisse avoir.
 

Vous le savez, la vie d’un joueur est pleine de situations plus ou moins stressantes : bad runs, voyages qui s'enchaînent sans repos, des problèmes viennent nous harceler même aux tables de jeu, etc. Personne n’a une vie parfaite, et des situations déplaisantes peuvent arriver à n’importe qui. Réussir à apprendre par ses erreurs, être capable de se relever après une chute, cela peut vraiment faire la différence, car lorsqu'on se relève, on se relève toujours plus fort et plus mûr.

Dans la vie, il est fondamental d’être honnête avec soi-même. C'est ce qui... Lire la suite

[Blog] La plus belle des victoires

Par dans Tournois Live il y a 1 mois.

Guillaume Diaz Blog

« Au poker, les deep runs permettent de survivre : ce sont les victoires qui nous font vivre. »

Glissés par Benjo dans l’excellent récit de ma victoire monégasque sur l’EPT National, ces quelques mots résument à merveille la vie d’un joueur de poker de tournoi live et traduisent parfaitement la valeur d’une victoire dans ce métier.

Car oui, les deep runs nous permettent de « simplement » survivre, aussi bien financièrement que mentalement. Ce sont rarement les deep runs inachevés qui permettent de créer l’écart financier et de monter rapidement de limites. À part un Top 3 ou une table finale d’un tournoi majeur. C’est également très rare qu’une 7e ou une 12e place nous procure une sensation de bonheur et de joie immense ou nous permette d’accumuler beaucoup de confiance en peu de temps. Les victoires, les trophées et la sensation d’avoir battu un field entier procurent tout cela à la fois !

Comme le dit mon pote et coéquipier Romain, c’est exactement pour ces moments-là que l’on joue au poker. Pour vibrer durant un tête-à-tête final et pour ce moment où l’on explose de joie en voyant la dernière carte s’abattre. Je dirais même que c’est pour ces moments-là que l’on aime tant la compétition, et que l’on apprécie pleinement la chance que l’on a de faire un métier qui exacerbe cette facette de notre personnalité.

Le poker de tournoi n’a que très peu d’égal dans ce sens. Le meilleur joueur du monde dans notre discipline gagnera beaucoup moins de trophées dans une année que le meilleur joueur de tennis, de golf ou d’échecs. Adrián Mateos l’a prouvé en 2017 : son année fut incroyable et a fait de lui le numéro 1 mondial au classement GPI durant de nombreuses semaines, alors qu’il n’a gagné... Lire la suite

[Blog] Sortir de sa zone

Par dans Life Style il y a 1 mois.

Adrien Delmas Blog

« Il meurt lentement celui qui devient esclave de l’habitude, refaisant tous les jours les mêmes chemins, celui qui ne change jamais de repère, ne se risque jamais à changer la couleur de ses vêtements ou qui ne parle jamais à un inconnu, celui qui évite la passion, celui qui ne change pas de cap, celui qui ne prend pas de risques pour réaliser ses rêves, celui qui, pas une seule fois dans sa vie n’a fui les conseils sensés. Il meurt lentement celui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas celui, qui n’écoute pas de musique, celui qui ne sait pas rire de lui-même. » Pablo Neruda

Sortir de sa zone de confort. Écrire même ce blog en est la définition première. Pour reprendre les mots du sage Michel Abecassis, c’est une mise en abyme. Mi-avril, lors du séminaire du Team, arrive la question fatidique : qui fait le prochain blog ? Pour info, il fallait le livrer moins d’une semaine plus tard. Dans mes sujets déjà prêts, je vois alors se dégager celui-ci : « sortir de sa zone de confort ». Je ne pouvais donc que me proposer ! Brièvement évoqué lors de mon premier blog sur la Nouvelle-Zélande, ce thème me semble être d’intérêt général et compte particulièrement pour moi.

Qu’est-ce que c’est ?

Ce qu’on appelle traditionnellement la « zone de confort », c’est cet ensemble d’activités, d’habitudes, de routines ou de comportements qui vous sont familiers et duquel il peut être effrayant de sortir, par peur des jugements extérieurs ou de l’échec.

Les raisons à cela sont facilement identifiables : on s’y sent bien, en sécurité. On exécute toujours les mêmes routines, les mêmes habitudes, sans forcément penser à ce que l’on pourrait faire de mieux, de plus productif, ou qui pourrait nous procurer un plus grand bien être. Elle... Lire la suite

[Blog] Le prix à payer

Par dans Life Style il y a 2 mois.

João Vieira Blog Facebook

L’une des choses les plus importantes que l’on apprend avec l’âge, c’est que l’on gagne énormément à écouter nos aînés qui ont déjà vécu des situations similaires à celles que l’on peut rencontrer. Il suffit d’écouter. Cela vous donnera une sagesse inestimable qui vous aidera à apprendre beaucoup plus vite. Cette technique ancestrale peut faire de vous un meilleur athlète, étudiant, joueur de poker et surtout, une meilleure personne. Je l’ai appelée : "Demande. Tais-toi. Écoute."

Depuis que j’ai découvert ce secret inestimable, je suis toujours très curieux d’écouter et de lire tous les conseils que les gens que j’admire décident gentiment de partager. On m’a dit d’innombrables fois qu’il faut croire en soi-même, qu’il faut travailler dur et ne pas lésiner sur les moyens. Il me semble que le point commun entre tous les gens que j'estime est qu’ils savent tous qu’il est impossible de passer outre un dur travail.

En revanche, il y a un aspect du travail dont personne ne parle, qu’Usain Bolt explique ainsi : « Il y a toujours un prix à payer ». Tu peux être satisfait du prix demandé, tu peux même tellement aimer cela que tu ne te rends pas compte que tu es en train de le payer petit à petit, mais la vérité est là, inéluctable : il y a toujours un prix à payer.

João Vieira

Si tu veux être le meilleur, ou même si ton objectif est "simplement" d’être bon, tu vas devoir explorer des aspects de ta discipline que les autres n'envisagent même pas. Le talent et la capacité naturelle seuls ne mènent pas loin. Après un certain point, les autres ont le même talent que toi. Ils sont tous aussi intelligents, forts, rapides ou grands. C’est à partir de ce moment que les choses deviennent sérieuses.

Que vas-tu faire que les autres n’oseront... Lire la suite

[Blog] Coup de boost

Par dans Tournois LiveLife Style il y a 2 mois.

Que ce soit dans le poker, le sport ou dans tout autre domaine où le dépassement de soi est important, il est parfois difficile de conserver intacte sa motivation, jour après jour, année après année. Je dois avouer que c'est un problème auquel j'ai été confrontée à maintes reprises durant mes huit années en tant que joueuse professionnelle.

Avec du recul, il m'est aujourd'hui facile d'identifier les pics et les baisses de motivation que j'ai dû affronter. Après une fin d'année 2011 difficile où le grind en cash game online a été délicat, j'intègre le Team Winamax en 2012. Le regain de motivation est immédiat, et c'est gonflée à bloc que je débute mes tournois en arborant tout fièrement mon logo au W rouge. La variance a été plus que clémente avec moi cette même année puisque j'ai enchainé les places payées, avant de réaliser ma meilleure perf à ce jour, cette à la fois magnifique et douloureuse dixième place du Main Event des WSOP.

Cette arrivée fracassante m'a mise sur un petit nuage : je me suis laissée porter par mes résultats tout au long de l'année qui a suivi. Les mois passent et les places payées se font de moins en moins nombreuses. Le constat est sans appel : je signe en 2013 ma pire année de joueuse professionnelle. Au départ, je n'ai pas tiré la sonnette d'alarme, mais il a rapidement fallu que je me rende à l'évidence. De l'excès de confiance et un manque de travail sont clairement à l'origine de ce manque de résultats : il est temps de se reprendre en main.

Gaelle Barcelone
Je commence l'année 2014 sur les chapeaux de roue avec une deuxième place sur le Winamax Poker Tour. Je suis reboostée mais n'ai pas toujours la tête au poker. Ou plutôt, le poker n'est plus ma seule préoccupation. Je vais avoir un bébé mais essaie... Lire la suite